Depois do leite materno...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Últimos Poemas (2009) »»
 
Italien »»
«« 90 / Sommaire (91) / 103 »»
________________


Depois do leite materno...
Après le lait maternel...


Depois do leite materno
E do mosto paterno,
Dos dias plácidos,
Das urtigas e dos silvados,
Dos joelhos esfolados,
Das tareias e poluções,
As noites como livros,
O mal pelo asfalto,
As festas a que não se pertence
E o amor opressivo,
Profundamente estranho.
A terra começa a exalar
A fetidez antepassada,
O sol começa a mostrar
O seu verdadeiro rosto
De demoras e omissões,
Excessos abrasadores.
A paisagem, o betão,
Já não se vestem
De ternura alguma,
De paraíso algum.
É preciso lidar
Um fogo posto
Que recusa morrer,
Um fogo a ganhar raízes
E cada vez mais alto,
Que dura para além
Do seu combustível,
Fogo malévolo e salvífico,
Hoste a engrossar no coração
Em gotas de demónio,
Polvorosa dos anjos.
Pródigo é o filho agreste
Que não volta nunca
A esta devastação.
Só a distância lhe servirá –
Só assim poderá restar
Alguma coisa
De prédios amados,
E dos ossos de antepassados,
Do pó amado,
Último reduto da carne.
O remorso do pródigo
Reverdece tudo.

Après le lait maternel
Et le sang paternel,
Les jours tranquilles,
D'orties et de broussailles,
Les genoux écorchés,
Les bagarres et les pollutions,
Des nuits comme des livres,
Le mal sur l'asphalte,
Les fêtes où l'on est sans se trouver
Et l'amour oppressant,
Profondément étrange.
La terre commence à exhaler
La fétidité ancestrale,
Le soleil commence à montrer
Son vrai visage
D'atermoiements et d'omissions,
De brûlures excessives.
Le paysage, le béton,
ne revêtent plus désormais
Aucune tendresse,
Aucun paradis.
Il faut alors faire face
à l'incendie criminel
Qui refuse de mourir,
Le feu qui prend racine
Chaque fois plus haut,
Qui dure au-delà
De sa combustion,
Feu maléfique et salvifique,
Troupe qui enfle dans le cœur
Gouttes démoniaques,
Ce tumulte d'anges.
Prodigue et rude est le fils
Qui jamais ne revient
Sur cette dévastation.
Seule la distance lui servira –
Ainsi seulement pourra rester
Quelque chose
Des demeures aimés,
Des ossements des ancêtres,
Et des cendres aimées,
Dernier bastion de la chair.
Le remords du prodigue
Viendra tout reverdir.

________________

Gregorio di Cecco
Vierge de l'humilité (1423)
...

Referência de vida


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (février 2020) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Referência de vida
Mention de vie


Era um destes dias de sol de limão,
Um dia de secura nos olhos,
De céu seco de aves que tanto amo.
A cada esquina, era o vento norte
Que dobrava os rostos.

Foi então que, na magia do acaso,
Ou talvez da chama voluntária
Ouvi as palavras prementes da ternura inadiável
Do magnetismo daquelas palavras,
Uma ave despertou as suas asas,
O ritual da indelével aliança.

E voou.
Depois outra e mais outra,
Aves que se tornaram céu,
Indo além do espaço –
Para o coração.

C'était un de ces jours de lime ensoleillé,
Un jour de sécheresse dans nos yeux,
De ciel asséché des oiseaux que j'aime tant.
À tous les angles de la rue, le vent du nord
Faisait se tourner nos visages.

Ce fut alors que j'entendis, par la magie
Peut-être du hasard, ou d'une flamme volontaire
Les mots pressants de la tendresse inévitable
Du magnétisme de ces mots,
Un oiseau réveilla de ses ailes,
Le rituel d'une alliance indélébile.

Et il s'envola.
Et puis un autre et un autre,
Des oiseaux qui regagnaient le ciel,
S'en allant au-delà de l'espace –
Pour le cœur.

________________

Maurits Cornelis Escher
Deux oiseaux (1938)
...

Tu estás aqui


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Toda a terra (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Tu estás aqui
Toi qui es là


Estás aqui comigo à sombra do sol
escrevo e oiço certos ruídos domésticos
e a luz chega-me humildemente pela janela
e dói-me um braço e sei que sou o pior aspecto
 do que sou
Estás aqui comigo e sou sumamente quotidiano
e tudo o que faço ou sinto como que me veste de
 de um pijama
que uso para ser também isto este bicho
de hábitos manias segredos defeitos quase todos
 desfeitos
quando depois lá fora na vida profissional ou social
 só sou um nome e sabem o que sei
que faço ou então sou eu que julgo que o sabem
e sou amável selecciono cuidadosamente os gestos
 e escolho as palavras
e sei que afinal posso ser isso talvez porque aqui
 sentado dentro de casa sou outra coisa
esta coisa que escreve e tem uma nódoa na camisa e
 só tem de exterior
a manifestação desta dor neste braço que afecta tudo
 o que faço
bem entendido o que faço com este braço
Estás aqui comigo e à volta são as paredes
e posso passar de sala para sala a pensar noutra
 coisa
e dizer aqui é a sala de estar aqui é o quarto aqui é a
 casa de banho
e no fundo escolher cada uma das divisões segundo
 o que tenho a fazer
Estás aqui comigo e sei que só sou este corpo
 castigado
passado nas pernas de sala em sala. Sou só estas
 salas estas paredes
esta profunda vergonha de o ser e não ser apenas
 a outra coisa
essa coisa que sou na estrada onde não estou à
 sombra do sol
Estás aqui e sinto-me absolutamente indefeso
diante dos dias. Que ninguém conheça este meu
 nome
este meu verdadeiro nome depois talvez encoberto
 noutro
nome embora no mesmo nome este nome
de terra de dor de paredes este nome doméstico
Afinal fui isto nada mais do que isto
as outras coisas que fiz fi-Ias para não ser isto ou
 dissimular isto
a que somente não chamo merda porque ao nascer
 me deram outro nome que não merda
e em princípio o nome de cada coisa serve para distinguir
 uma coisa das outras coisas
Estás aqui comigo e tenho pena acredita de ser só isto
pena até mesmo de dizer que sou só isto como se fosse
 também outra coisa
uma coisa para além disto que não isto
Estás aqui comigo deixa-te estar aqui comigo
é das tuas mãos que saem alguns destes ruídos
 domésticos
mas até nos teus gestos domésticos tu és mais que
 os teus gestos domésticos
tu és em cada gesto todos os teus gestos
e neste momento eu sei eu sinto ao certo o que significam
 certas palavras como a palavra paz
Deixa-te estar aqui perdoa que o tempo te fique na face
 na forma de rugas
perdoa pagares tão alto preço por estar aqui
perdoa eu revelar que há muito pagas tão alto preço
 por estar aqui
prossegue nos gestos não pares procura permanecer
 sempre presente
deixa docemente desvanecerem-se um por um os dias
e eu saber que aqui estás de maneira a poder dizer
sou isto é certo mas sei que tu estás aqui
Tu es là avec moi à l'ombre du soleil
J'écris et j'entends certains bruits domestiques
et la lumière tombe sur moi par la fenêtre humblement
j'ai mal au bras et ne sais montrer que le pire aspect
 de moi-même
Tu es là avec moi et je suis suprêmement quotidien
et tout ce que je fais ou sens est pareil au pyjama dont
 je me vêts
que je porte aussi peut-être afin d'être cet animal
de coutumes de manies secrètes de défauts pour la
 plupart défaits
lorsque ensuite là dehors dans la vie professionnelle ou
 sociale je ne suis plus qu'un nom et qu'ils savent
ce que je sais ce que je fais ou alors je crois qu'ils le savent
et je suis aimable je sélectionne avec soin mes gestes
 et choisis mes mots
et je sais que finalement je peux l'être aussi peut-être car
 assis là chez moi à la maison je suis tout autre chose
cette chose qui écrit et a une tache sur sa chemise et n'a
 de l'extérieur
que la manifestation de cette douleur dans le bras qui
 affecte tout ce que je fais
ce que je fais avec ce bras bien entendu
Et tu es là avec moi et autour ce sont des murs
et je peux passer d'une pièce à l'autre en pensant à autre
 chose
et dire voici le salon voici la chambre voici la salle
 de bain
et en réalité choisir l'une des salles en fonction de ce que
 j'ai à faire
Tu es là avec moi et je sais que je ne suis que ce corps
 condamné
à passer de pièce en pièce sur ses jambes. Je ne suis que
 ces pièces ces murs
cette honte profonde de l'être et non d'être seulement
 autre chose
cette chose que je suis sur la route où je ne suis pas à
 l'ombre du soleil
Tu es là et je me sens absolument sans défense
face aux jours. Que personne ne sache ce nom qui est
 le mien
ce nom véritable recouvert alors peut-être par un
 autre
nom bien que ce nom soit le même nom
de terre de douleur de murs ce nom domestique
Après tout, ce n'était rien de plus que cela
les autres choses que j'ai faites pour ne pas être ceci
 ou cacher cela
et que je n'appelle pas merde car à la naissance ils m'ont
 donné un autre nom qui n'est pas de la merde
et en principe le nom de chaque chose sert à distinguer
 une chose des autres choses
Tu es là avec moi et j'ai peine à croire que ce n'est que cela
et même désolé de dire que je ne suis que cela comme
 si c'était aussi autre chose
quelque chose au-delà de cela qui n'est pas cela
Tu es là avec moi laisse-toi être là avec moi
c'est de tes mains que sortent certains de ces bruits
 domestiques
mais même dans tes gestes domestiques, tu es plus
 que tes gestes domestiques
tu es dans chaque geste dans tous tes gestes
et en ce moment je sais je sens avec certitude ce que
 certains mots signifient comme le mot paix
Laisse-toi être là et pardonne au temps qui demeure sur
 ton visage sous la forme de rides
pardonne si tu as payé ici ta présence un prix aussi élevé
pardonne s'il s'avère qu'il y a beaucoup à payer à prix
 cher pour être ici
continue avec tes gestes n'arrête pas essaie d'être
 toujours présente
laisse doucement s'estomper un par un les jours
et je saurais que tu es là de manière à pouvoir dire
Je suis cela c'est certain mais je sais aussi que tu es là
________________

Seb Toussaint - et les habitants de Mariscal Sucre ont choisi le mot “Paz” - Bogota, Colombie 2016
...

Nomeei-te no meio dos meus sonhos...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Toda a terra (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Nomeei-te no meio dos meus sonhos...
Au milieu de mes rêves j'ai dit ton nom...


Nomeei-te no meio dos meus sonhos
chamei por ti na minha solidão
troquei o céu azul pelos teus olhos
e o meu sólido chão pelo teu amor
Au milieu de mes rêves j'ai dit ton nom
C'est toi que j'appelle dans ma solitude
J'ai échangé le bleu du ciel avec tes yeux
et une assise ferme contre ton amour
________________

Osvaldo Licini
Amalasunta sur fond bleu (1951)
...

A sombra e o sol


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Toda a terra (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


A sombra e o sol
L’ombre et le soleil


A hispania era a princípio a terra deserta
chegavam da beira-mar vagas de manhãs muito vagas
mas já os rios os campos anavalhavam dilaceravam
dispostos a tudo para chegar ao convívio do mar
na sua água corrente cortante como uma faca
oposta à água represa como a água da serra da nave
espelho liso do céu e do voo de alguma ave
e antes já das muitas rotações dos astros
a terra tinha hábitos de mar e assim fazia-se ondular
muito alteroso oceano vegetal
 aqui e ali condensada na pedra por vezes perfurada ainda hoje
por uns olhais onde sujeitavam já os animais.
Hispania fut d'abord un terre déserte au bord de l'océan où déferlaient des vagues de matins très vagues mais déjà les flots les champs tailladaient dilacéraient étaient prêts à tout pour venir au banquet de la mer à son eau courante coupante comme un couteau à l'opposé de l'eau retenue comme l'eau de serra da nave lisse reflet du ciel et du vol de l'oiseau et bien avant les nombreuses rotations des astres la terre avait des habitudes maritimes ainsi elle faisait onduler un très solennel océan végétal
 ici et là condensé dans la pierre aujourd'hui parfois encor perforée
par des œillets où l'on assujettit désormais les animaux
________________

Max Ernst
L'oiseau rose (1956)
...

Na Colina do Instante


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Transporte no tempo (1973) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Na Colina do Instante
Sur la colline de l'instant


Há um cheiro de absinto quando os capricórnios
da casca apodrecida dos carvalhos velhos
iniciam seu voo pelo mês de junho
Colhemos avelãs ao longo do jardim
onde as tílias ao vento espalham o aroma
A frescura da fruta vence o sol rasante
Somos quem fomos caminhamos tão de leve
temos tamanha dignidade de crianças
que nem a morte aqui de nós se lembraria
nem mesmo a monstruosa flor de outros destinos
nem qualquer outra das repúblicas do ódio
encresparia o calmo mar do fim da tarde
É à celebração sagrada do acaso
à festa da essência mineral do mundo
que o sol procede no segredo deste templo
A tarde é tudo e tudo são caminhos
Somos eleitos cúmplices da hora
Aqui não chega o desatino do verão
esqueço a aversão dos meus antepassados
e levanto-me sobre a derradeira luz
Por instantes sou eu ninguém morreu aqui
ó minha vida esse processo que perdi
Il y a une odeur d'absinthe quand les capricornes
de l'écorce pourrie des vieux chênes
commencent au mois de juin à s'envoler
Nous cueillons des noisettes au long du jardin
où l'arôme des tilleuls se diffusent dans le vent
La fraîcheur du fruit l'emporte sur le soleil rasant
Nous sommes ceux qui ont marché si légèrement
nous avons à ce point la dignité des enfants
que ni la mort ici ne se souviendra de nous
ni même la monstrueuse fleur des autres destinées
ni aucune autre des républiques de la haine
qui hérissera la mer calme à la tombée du jour
C'est à la célébration sacré du hasard
à la fête de l'essence minéral du monde
que le soleil procède dans le secret de ce temple
Tout est soir et tout est cheminement
Nous sommes élus et complices de l'heure
N'arrive pas jusqu'ici le débridement de l'été
j'oublie l'aversion de mes ancêtres
et je me lève au-dessus de l'ultime lumière
Chez moi pour un instant personne n'est mort
ô ma vie ce procès que j'ai perdu
________________

Caspar David Friedrich
Paysage fluvial dans les montagnes (1830-1835)
...

Mas que sei eu


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Transporte no tempo (1973) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Mas que sei eu
Mais que sais-je


Mas que sei eu das folhas no outono
ao vento vorazmente arremessadas
quando eu passo pelas madrugadas
tal como passaria qualquer dono?

Eu sei que é vão o vento e lento o sono
e acabam coisas mal principiadas
no ínvio precipício das geadas
que pressinto no meu fundo abandono

Nenhum súbito súbdito lamenta
a dor de assim passar que me atormenta
e me ergue no ar como outra folha

qualquer. Mas eu que sei destas manhãs?
As coisas vêm vão e são tão vãs
como este olhar que ignoro que me olha
Mais que sais-je des feuilles en automne
que la voracité du vent vient d'arracher
lorsque je passe au point du jour
comme le ferait quelque gardeur ?

Je sais que le vent est vain et le sommeil lent
que les choses mal commencées finissent
dans le gouffre impraticable des gelées
que je ressens depuis mon fond abandonné

Ce n'est pas une plainte soudaine la douleur
de passer qui me tourmente ainsi et me soulève
en l'air comme elle le ferait de toute autre feuille

Mais que sais-je du savoir de ces matins ?
Les choses vont et viennent et sont aussi
vaines que ce regard dont j'ignore s'il me regarde
________________

Gustav Klimt
Forêt de bouleaux (1902)
...

Enterro sob o sol


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Transporte no tempo (1973) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Enterro sob o sol
Funérailles sous le soleil


Era a calma do mar naquele olhar
Ela era semelhante a uma manhã
teria a juventude de um mineral
Passeava por vezes pelas ruas
e as ruas uma a uma eram reais
Era o cume da esperança: eternizava
cada uma das coisas que tocava
Mas hoje é tudo como um fruto de setembro
ó meu jardim sujeito à invernia
A aurora da cólera desponta
já não sei da idade do amor
Só me resta colher as uvas do castigo
Sou um alucinado pela sede
Caminho pela areia dêem-me um
enterro sob o sol enterro de água
Avec le calme de la mer dans ses yeux
elle ressemblait à un matin
Elle aurait eu la jeunesse d'un minéral
Elle arpentait parfois les rues et
les rues une à une devenaient plus réelles
Du sommet de l'espoir, elle rendait éternelle
chacune des choses qu'elle touchait
Mais aujourd'hui est un fruit de septembre
Ô mon jardin soumis à l'hiver
L'aube de la colère commence à naitre
je ne sais plus rien de l'âge de l'amour
si ce n'est cueillir les raisins du châtiment
Je suis un halluciné de la soif
Je marche sur du sable offrez-moi des
funérailles sous le soleil des funérailles d'eau
________________

Massimo Campigli
Femmes au soleil (1931)
...

Do sono da desperta Grécia


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Transporte no tempo (1973) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Do sono da desperta Grécia
Du sommeil des lumières de la Grèce


Nenhuma voz em esparta nem no oriente
se dirigira ainda aos homens do futuro
quando da acrópole de atenas péricles hierático
falou: «ainda que o declínio das coisas
todas humanas ameace sabei vós ó vindouros
que nós aqui erguemos a mais célebre e feliz cidade»
Eram palavras novas sob a mesma
abóbada celeste outrora aberta em estrelas
sobre a cabeça do emissário de argos
que aguardava o sinal da rendição de tróia
e sobre o dramaturgo sófocles roubando
aos dias desse tempo intemporais conflitos
chegados até nós na força do teatro
Apoiada na sua longilínea lança
a deusa atenas pensa ainda para nós
Pela primeira vez o homem se interroga
sem livro algum sagrado sobre a sua inteligência
e a tragédia a arte o pensamento
desvendam o destino a divindade o universo
Em busca da verdade o homem chega
às noções de justiça e liberdade
Após quatro milénios de uma sujeição servil
o homem olha os deuses face a face
e desafia a força do tirano
E nós ainda hoje nos interrogamos
a interrogação define a nossa livre condição
O desafio de antígona e de prometeu
é hoje ainda o nosso desafio
embora como um rio o tempo haja corrido
«Diz em lacedemónia ó estrangeiro
que morremos aqui para servir a lei»
«E se esta noite é uma noite do destino
bendita seja ela pois é condição da aurora»
Palavras seculares vivas ainda agora
Uma grécia secreta dorme em cada coração
na noite que precede a inevitável manhã
Aucune voix dans sparte ni en orient
ne s'était encore adressée aux hommes du futur
lorsque périclès hiératique depuis l'acropole d'athènes
parla : « bien que le déclin de toutes les choses
humaines vous menace, savez-vous ô mes fils
que nous élevons ici la plus célèbre des cités heureuses ».
C'étaient des paroles nouvelles sous la même
voûte céleste jadis ouverte aux étoiles
au-dessus de la tête de l'émissaire d'Argos
qui attendait le signe de la reddition de Troie
et sur le dramaturge Sophocle qui dérobait
aux jours de cette époque des conflits intemporels
nous atteignant par la force du théâtre
Appuyée sur sa lance longiligne
la déesse athéna pense encore à nous
Pour la première fois, l'homme s'interroge
sans aucun livre sacré sur son intelligence
et la tragédie l'art et la pensée
soulèvent le voile sur le destin la divinité l'univers
À la recherche de la vérité, l'homme arrive
aux notions de justice et de liberté
Après quatre millénaires d'une sujétion servile
l'homme regarde les dieux face à face
et défie la force du tyran
Et nous encore aujourd'hui nous nous interrogeons
l'interrogation définit notre libre condition
Le défi d'antigone et de prométhée
est encore aujourd'hui notre défi bien
que le temps comme un fleuve ait couru
« Dit en lacédémone ô étranger
que nous mourrons ici pour servir la loi »
«Et si cette nuit est une nuit du destin
qu'elle soit bénie elle est la condition de l'aube »
Paroles séculaires toujours vivantes
Une Grèce dort secrète en chacun de nos cœurs
dans la nuit qui précède l'inévitable matin
________________

Phidias (environ 438 avant J.C.)
Athéna Parthénos (copie romaine, II sec. après J.C.)
...

Contigo aprendi coisas tão simples...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Transporte no tempo (1973) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Contigo aprendi coisas tão simples...
Avec toi j'ai appris des choses très simples...


Contigo aprendi coisas tão simples como
a forma de convívio com o meu cabelo ralo
e a diversa cor que há nos olhos das pessoas
Só tu me acompanhastes súbitos momentos
quando tudo ruía ao meu redor
e me sentia só e no cabo do mundo
Contigo fui cruel no dia a dia
mais que mulher tu és já a minha única viúva
Não posso dar-te mais do que te dou
este molhado olhar de homem que morre
e se comove ao ver-te assim presente tão subitamente
Avec toi, j'ai appris des choses très simples
comme de vivre avec mes cheveux clairsemés
et les diverses couleurs des yeux des gens.
Toi seule m'as accompagné dans les moments
difficiles où tout s'est effondré autour de moi
et que je me suis senti seul au bout du monde.
Avec toi j'ai été cruel jour après jour
et plus que ma femme tu es déjà ma seule veuve.
Je ne peux te donner rien d'autre
que ce regard mouillé d'un homme qui meurt
et qui s'émeut de te voir présente ainsi soudainement
________________

 Hassan Vahedi
Mémoire solide (2009)
...

A flor da solidão


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Transporte no tempo (1973) »»
 
Italien »»
«« precedente / Sommario / successivo »»
________________


A flor da solidão
Fleur de solitude


Vivemos convivemos resistimos
cruzámo-nos nas ruas sob as árvores
fizemos porventura algum ruído
traçámos pelo ar tímidos gestos
e no entanto por que palavras dizer
que nosso era um coração solitário
silencioso profundamente silencioso
e afinal o nosso olhar olhava
como os olhos que olham nas florestas
No centro da cidade tumultuosa
no ângulo visível das múltiplas arestas
a flor da solidão crescia dia a dia mais viçosa
Nós tínhamos um nome para isto
mas o tempo dos homens impiedoso
matou-nos quem morria até aqui
E neste coração ambicioso
sozinho como um homem morre cristo
Que nome dar agora ao vazio
que mana irresistível como um rio?
Ele nasce engrossa e vai desaguar
e entre tantos gestos é um mar
Vivemos convivemos resistimos
sem bem saber que em tudo um pouco nós morremos
Nous vivons en accord en désaccord
nous nous croisons par les rues sous les arbres
nous avons fait sans doute un peu de bruit
esquissé en l'air des gestes timides
Les mots pour autant comment pourraient-ils
dire ce qu'est notre cœur solitaire
silencieux profondément silencieux
Et au bout du compte nos yeux regardent
comme les yeux regardent les forêts
Au centre des cités tumultueuses
à l'angle visible aux multiples arêtes
jour après jour la fleur de solitude
croit plus florissante Un mot existait
mais le temps impitoyable des hommes
nous a tué nous qui mourrions jusqu'ici
Et dans ce cœur ambitieux aussi seul
qu'un homme qui meurt comme meurt un christ
quel nom donner au vide qui s'écoule
irrésistible aujourd'hui comme un fleuve
Il nait il grossit pour aller se perdre
après tant de gestes au fond de la mer
Nous vivons en accord en désaccord
sans bien savoir que nous mourrons un peu, en tout.
________________

Guim Tió Zarraluki
Espace irréel (2010)
...

Oh as casas as casas as casas


Nom :
 
Recueil:
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
País possível (1973) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Oh as casas as casas as casas
Oh les maisons les maisons


Oh as casas as casas as casas
as casas nascem vivem e morrem
Enquanto vivas distinguem-se umas das outras
distinguem-se designadamente pelo cheiro
variam até de sala pra sala
As casas que eu fazia em pequeno
onde estarei eu hoje em pequeno?
Onde estarei aliás eu dos versos daqui a pouco?
Terei eu casa onde reter tudo isto
ou serei sempre somente esta instabilidade?
As casas essas parecem estáveis
mas são tão frágeis as pobres casas
Oh as casas as casas as casas
mudas testemunhas da vida
elas morrem não só ao ser demolidas
ela morrem com a morte das pessoas
As casas de fora olham-nos pelas janelas
Não sabem nada de casas os construtores
os senhorios os procuradores
Os ricos vivem nos seus palácios
mas a casa dos pobres é todo o mundo
os pobres sim têm o conhecimento das casas
os pobres esses conhecem tudo
Eu amei as casas os recantos das casas
Visitei casas apalpei casas
Só as casas explicam que exista
uma palavra como intimidade
Sem casas não haveria ruas
as ruas onde passamos pelos outros
mas passamos principalmente por nós
Na casa nasci e hei-de morrer
na casa sofri convivi amei
na casa atravessei as estações
respirei – ó vida simples problema de respiração
Oh as casas as casas as casas
Oh, les maisons les maisons les maisons
les maisons naissent vivent et meurent
Vivantes, elles se distinguent les unes des autres
se distinguent en particulier par leur odeur
qui change de pièce en pièce
Les maisons que j'ai construites étant petit
Dans laquelle aujourd'hui serai-je ? petit devenu
D'ailleurs dans laquelle serai-je venant d'écrire ces vers ?
Dans quelle maison vais-je garder tout ceci
ou vais-je demeurer toujours dans cette instabilité ?
Ces maisons-là semblent stables
mais si fragiles sont les maisons des pauvres
Oh, les maisons les maisons les maisons
muets témoignages de nos vies
elles meurent non seulement d'être démolies
elles meurent aussi de la mort des personnes
Les maisons au dehors nous regardent à la fenêtre
Je ne sais rien des maisons des constructeurs
des propriétaires des procureurs
Les riches vivent dans leurs palais
mais la maison des pauvres est le monde entier.
les pauvres doivent bien connaître les maisons
les pauvres les connaissent toutes
J'ai aimé les maisons les recoins des maisons
J'ai visité, palpé des maisons
Seules les maisons peuvent faire comprendre
l'existence d'un mot comme intimité
Sans maisons il n'y aurait pas de rues
les rues où nous passons parmi les autres
mais nous passons principalement pour nous
Je suis né dans une maison et j'y mourrai
J'ai vécu souffert aimé dans une maison
dedans, j'ai traversé les saisons
J'ai respiré – ô la vie simple, un problème de respiration
Oh, les maisons les maisons les maisons
________________

Carlos Botelho
Peinture (1936)
...

O valor do vento


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
País possível (1973) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


O valor do vento
La valeur du vent


Está hoje um dia de vento e eu gosto do vento

 O vento tem entrado nos meus versos de todas as maneiras e
só entram nos meus versos as coisas de que gosto
O vento das árvores o vento dos cabelos
o vento do inverno o vento do verão
O vento é o melhor veículo que conheço
Só ele traz o perfume das flores só ele traz
a música que jaz à beira-mar em agosto
Mas só hoje soube o verdadeiro valor do vento
O vento actualmente vale oitenta escudos
Partiu-se o vidro grande da janela do meu quarto
Aujourd'hui est un jour de vent et j'aime le vent

 Le vent est entré dans mes vers de toutes les façons et
n'entre dans mes vers que les choses que j'aime
le vent des arbres le vent des cheveux
le vent de l'hiver le vent de l'été
Le vent est le meilleur véhicule que je connaisse
Lui seul apporte le parfum des fleurs lui seul apporte
la musique qui fredonne au bord de la mer en août
Mais aujourd'hui je sais la véritable valeur du vent
Le vent actuellement vaut quatre-vingt escudos
S'est brisée la grande vitre à la fenêtre de ma chambre
________________

Oskar Kokoschka
La fiancée du vent (1913)
...

Cinco palavras cinco pedras


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Homem de Palavra(s) (1969) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Cinco palavras cinco pedras
Cinq mots cinq pierres


Antigamente escrevia poemas compridos
Hoje tenho quatro palavras para fazer um poema
São elas: desalento prostração desolação desânimo
E ainda me esquecia de uma: desistência
Ocorreu-me antes do fecho do poema
e em parte resume o que penso da vida
passado o dia oito de cada mês
Destas cinco palavras me rodeio
e delas vem a música precisa
para continuar. Recapitulo:
desistência desalento prostração desolação desânimo
antigamente quando os deuses eram grandes
eu sempre dispunha de muitos versos
Hoje só tenho cinco palavras cinco pedrinhas
Autrefois j'écrivais de longs poèmes
Aujourd'hui j'ai quatre mots pour faire un poème
Ce sont: découragement prostration désolation accablement
Un autre encore que j'oublie : renonciation
il m'a surpris avant la fin du poème
et résume assez bien ce que je pense de la vie
passé le huitième jour de chaque mois
De ces cinq mots qui m'entourent
provient la musique dont j'ai besoin
pour continuer. Récapitulons :
renonciation découragement prostation désolation accablement
autrefois, quand les dieux étaient grands
je disposais toujours de nombreux vers
Aujourd'hui, je n'ai plus que cinq mots que cinq pierres.
________________

Ogata Kōrin - Vagues à Matsushima (1658-1716)
...

O Portugal futuro


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Homem de Palavra(s) (1969) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


O Portugal futuro
Le Portugal du futur


O Portugal futuro é um país
aonde o puro pássaro é possível
e sobre o leito negro do asfalto da estrada
as profundas crianças desenharão a giz
esse peixe da infância que vem na enxurrada
e me parece que se chama sável
Mas desenhem elas o que desenharem
é essa a forma do meu país
e chamem elas o que lhe chamarem
portugal será e lá serei feliz
Poderá ser pequeno como este
ter a oeste o mar e a espanha a leste
tudo nele será novo desde os ramos à raiz
À sombra dos plátanos as crianças dançarão
e na avenida que houver à beira-mar
pode o tempo mudar será verão
Gostaria de ouvir as horas do relógio da matriz
mas isso era o passado e podia ser duro
edificar sobre ele o portugal futuro
Le portugal du futur est un pays
où l'oiseau pur est possible
et sur le lit noir de l'asphalte des routes
de profonds enfants dessineront à la craie
ce poisson de l'enfance qui vient des torrents
Il semblerait qu'il se nomme l'alose
Mais leur dessiner ce qu'ils dessinent
cela sera la forme de mon pays
et leur nommer ce qu'ils appellent le portugal
cela sera et dès lors je serai heureux
peut être sera-t-il aussi petit que celui-ci
avec la mer à l'ouest et l'Espagne à l'est
mais des branches à la racine tout en lui sera nouveau
A l'ombre des platanes les enfants danseront
et sur l'avenue qui existe en bord de mer
le temps pourra changer l'été continuera
J'aimerais entendre les heures au clocher de l'église
mais ceci est le passé et il pourrait être difficile
de construire sur lui le portugal futur.
________________

José Rodrigues
Monument du 25 avril (Viana do Castelo, 1999)
...