Thiago de Mello


• (Amadeu) Thiago de Mello est né le 30 mars 1926 à Barreirinha, petite localité du Brésil, à mi-chemin de Santarém et de Manaus, sur le bras principal de l'Amazone.
• Journaliste, attaché culturel, traducteur, Thiago est reconnu de nos jours comme l'un des poètes les plus influents et les plus respectés de son pays, une icône de la littérature brésilienne, le poète social et engagé qui écrivit « les statuts de l'homme ».
• Il a cinq ans lorsque sa famille s'installe à Manaus. Il commence ses études au Colégio Pedro II, en plein coeur de l'Amazonie, apprend des livres mais aussi avec "as águas, os verdes, as estrelas, o chão onde nasci" (les eaux, les arbres, les étoiles, les aîtres où je naquis).
• Il n'a pas 16 ans, qu'il s'embarque pour Rio de Janeiro étudier la médecine, mais après quelques années, en 1950, doutant de sa vocation et ayant par l'ami d'un ami, le numéro de téléphone de Drummonde de Andrade, alors employé au futur institut IPHAN du Ministère de l'Éducation, il le contacte et le rencontre. Lui apprenant ses origines, ils sympathisent, il lui fait part de ses intentions d'abandonner ses études pour la littérature. Drummond le déconseille, lui-même vivant de ses gains de fonctionnaire. En partant, Thiago laisse ses poèmes. Quelques jours plus tard, de retour pour entendre son verdict, Drummond lui dira ces mots : « Você não tem remédio, nasceu com a tara » (Il n'y a aucun remède, vous êtes né avec cette folie) et il recommande alors leur publication dans le Correio da Manhã.
• Dès lors, il collabore avec ce périodique, ainsi qu'au journal d'opposition au gouvernement de Getúlio Vargas, O Comício, et à la Folha da Manhã. L'année suivante, en compagnie de son ami, Geir Campos, il fonde les éditions Hipocampo et publie son premeir recueil de poèmes : Silencio e Palavra qui recevra de la part de la critique littéraire carioca, dont Manuel Bandeira, un accueil très favorable. En 1954, Thiago abandonne définitivement ses études de médecine
• En 1959, on lui confie la direction du département de la culture de la ville de Rio de Janeiro. L'année suivante, il est nommé au poste d'attaché culturel de ambassage du Brésil en Bolivie ; puis en 1963, il est nommé pour le même poste au Chili. C'est à ce moment-là qu'il fait la connaissance de Pablo Neruda.
• Les deux poètes s'entendent très bien. Thiago considérait le Canto General (1950) de Neruda comme une œuvre d'importance, et Pablo avait une confiance total en celui-ci, au point qu'il lui prêta pour la durée de son séjour l'une de ses maisons, « La Chascona » qu'il avait fait construire pour Matilde. Pendant environ six mois, les deux hommes vont travailler ensemble, assis à la même table. L'un traduisant les poèmes de l'autre. Souvent Pablo lui reprochait : « Fazes demasiadas ramificações em tuas conversas » (Il y a beaucoup trop de ramifications dans ton discours...) et celui-ci lui répondait : « Tu fazes mais do que eu, mas teus ramos são mais bonitos e compridos » (Tu en fais plus que moi, mais tes branches sont plus élégantes et plus longues...). C'est durant ce séjour que Thiago écrivit Os Estatutos do Homem. Il a toujours affirmé que le chilien lui avait appris à rendre sa poésie plus accessible, simple et naturelle.
• Le 31 mars 1964, l'armée brésilienne lance l'opération « Brother Sam », fomentée par le gouvernement américain pour renverser la présidence brésilienne de João Goulart, qualifiée de "menace socialiste" par les milieux de droite et les militaires. Après le coup d'État, Thiago obligé de revenir dans son pays, fait publier Faz Escuro Mas Eu Canto, 1965, et A Canção do Amor Armado, 1966, qui lui valent d'être persécuté par la dictature pour ses opinions politiques. Malgré ces difficultés, il accepte en 1967 d'être membre du jury pour le prix de poésie Casa de las Américas mais l'année suivante, il doit se résigner à l'exil et retourne au Chili.
• L'exil va durer dix ans, et passera par le Portugal, la France et en 1974, l'Allemagne où il travaille comme professeur à l'université Johann Guttenberg de Mayence. Pendant cette période, il collabore à différentes revues de LIsbonne, traduits les oeuvres de différents poètes espagnols et, en 1977, peut réintégrer le jury du Prix Casa de las Américas. Son exil prend fin, l'année suivante.
• De retour au Brésil en 1978, il présente avec le dramaturge Flávio Rangel le spectacle Faz Escuro Mas Eu Canto dans dix capitales brésiliennes, aux côtés de l'interprète et compositeur Sergio Ricardo. En 1982, son poème Os Estatutos do Homem est publié dans le Courrier de l'Unesco, que lira Sony Labou Tansi qui le vénérait comme son « père » amazonien.
• À partir des années 90, Thiago s'est consacré pour l'essentiel à la traduction de poètes en langue espagnole. Il a publié aussi plusieurs livres pour enfants traitant de l'Amazonie. Il est retourné vivre dans la petite ville de son enfance, Barreirinha, à 331 kilomètres de Manaus, dans l'une de ses maisons construite par l'architecte Lúcio Costa, qui conçut le plan pilote de la nouvelle capitale, Brasilia (aux édifices publics qui furent, quant à eux, réalisés par Oscar Niemeyer).
*
ŒUVRES POÉTIQUES PUBLIÉES (15 recueils de poésie, dont 1 oeuvre complète, 2 anthologies)


•1951 Silêncio e Palavra
•1952 Narciso Cego
•1956 A Lenda da Rosa
•1964 Os Estatutos do Homem
•1965 Faz Escuro, mas eu Canto
•1966 A Canção do Amor Armado
•1975 Poesia comprometida com a minha e a tua vida
•1981 Vento Geral 1951 – 1981 (Oeuvres complètes)

•1984 Horóscopo para os que estão Vivos
•1984 Mormaço na Floresta
•1986 Num Campo de Margaridas
•1996 De uma Vez por Todas
•1988 Campo de milagres (réedition des recueils de 1965/66)
•2001 Poemas preferidos pelo autor e seus leitores
•2015 Acerto de contas
   (Ces deux derniers ouvrages sont des anthologies,
       mêlées de nombreux inédits)

ŒUVRES EN PROSE, ESSAIS :


•1968 A Estrela da Manhã (étude sur Manuel Bandeira)
•1983 Arte e Ciência de Empinar Papagaio
•1984 Manaus, Amor e Memória
•1991 Amazonas, Pátria da Água



•1992 Amazônia – A Menina dos Olhos do Mundo
•1993 O Povo sabe o que Diz
•1993 Borges na Luz de Borges
•2000 Vamos Festejar de Novo

AUTRES PUBLICATIONS :

– CHRONIQUE & MÉMOIRE –

•1980 Notícia da visitação que fiz no verão de 1953 ao Rio Amazonas e seus barrancos
•1984 Manaus, amor e memória

– LIVRES POUR ENFANTS –

•2003 Amazonas: no coração encantado da floresta
•2006 Almanaque do Aguá
•2008 ABC da Floresta Amazônica

– TRADUCTIONS –

Tout au long de sa vie, Thiago a traduit des oeuvres
  • du chilien
Pablo Neruda - (Antologia Poética de Pablo, Versos do Capitão, Caderno de Temuco, Presente de Poeta)
  • de l'américain
T.S. Eliot (A Terra Devastada e os Homens Ocos)
  • du nicaraguayen
Ernesto Cardenal (Salmos, A Vida no Amor)
  • du péruvien
César Vallejo (Collection Poesia Completa)
  • du cubain
Eliseo Diego (Debaixo dos Astros), et bien d'autres...

HOMMAGES & DISTINCTIONS :

– PRIX LITTÉRAIRES –

•1960 Prêmio Nacional de Poesia Olavo Bilac, de Académie Brésilienne des Lettres
•1972 Prêmio Livro do Ano, da Sociedade Brasileira de Escritores
•1975 Prêmio Associação Paulista dos Críticos de Arte, pour Poesia Comprometida com a Minha e a Tua Vida
•1997 Prêmio Jabuti, da Câmara Brasileira do Livro, pour De uma vez por todas
•2000 Prêmio Jabuti, da Câmara Brasileira do Livro, pour Campo de Millagres
•2004 Prêmio FNLIJ, catégorie: Melhor livro reconto, pour Amazonas: no coração encantado da floresta
•2018 Prêmio Personalidade Literária lors du Jabuti 2018

– DÉCORATIONS, HOMMAGES –

•Docteur Honoris Causa da Universidade Federal do Amazonas
•Docteur Honoris Causa da Universidad Ricardo Palma, (Pérou, 2011)
•Reçoit le Titre de CHevalier des Arts et Lettres, par le Ministère de la Culture (France, 1980)
•Citoyen Honoraire de la ville de Rio de Janeiro
•Citoyen Honoraire de la ville de Belo Horizonte
•Citoyen Honoraire de la ville de Manaus

*

________________
POÉSIE EN LIGNE


  • Extraits de Silêncio e Palavra (1951) :
1
2
O muro invisível
Silêncio e Palavra
Le mur invisible
Silence et parole


  • Extraits de Narciso Cego (1952) :
1
2
3
Arabesco
Narciso cego
O sonho da argila
Arabesque
Narcisse aveugle
Le rêve d'argile


  • Extraits de A Lenda da Rosa (1956) :
1
A rosa branca
La rose blanche


  • Extraits de Os Estatutos do Homem (1964) :
1
Os Estatutos do Homem
Les Statuts de l'Homme


  • Extraits de Faz Escuro Mas eu Canto (1965) :
1
2
3
4
5
6
A fruta aberta
A Vida verdadeira
Água de remanso
Epitáfio
O pão de cada dia
Poema perto do fim
Le fruit ouvert
La vraie vie
Eau calme, stagnante
Épitaphe
Le pain de chaque jour
Poème proche de la fin


  • Extraits de A Canção do Amor Armado (1966) :
1
2
Botão de rosa
Volto armado de amor
Bouton de rose
Je reviens armé d'amour


  • Extraits de Poesia Comprometida com a Minha e a Tua Vida (1975) :
1
2
3
A verdade
Aprendizagem no vento
Para os que virão
La vérité
Apprentissage du vent
Pour ceux qui viendront


  • Extraits de Mormaço na Floresta (1981) :
1
2
3
4
Amor mais que imperfeito
As ensinanças da dúvida
Não aprendo a lição
Sonho domado
Un amour plus qu'imparfait
Les enseignements du doute
Je ne retiens pas la leçon
Rêve apprivoisé


  • Extraits de Num Campo de Margaridas (1986) :
1
2
3
4
Num campo de margaridas
O silêncio da floresta
O tempo dentro do espelho
Sagrada alegria
Dans un champ de marguerites
Le silence de la forêt
Le temps dans le miroir
Joie sacrée


  • Extraits de Amazonas - Pátria da Água (1990) :
1
Meditação do filho da floresta
Méditation du fils de la forêt


  • Extraits de De uma Vez por Todas (1996) :
1
2
3
4
5
6
A janela encantada
A palavra desconfia
Arte de amar
Da eternidade venho
Joan Miró
Ninguém me habita
La fenêtre enchantée
La parole méfiante
Art d'aimer
Je viens de l'éternité
Joan Miró
Nul n'habite en moi


  • Extraits de Campo de Milagres (1998) :
1
2
3
4
É nos porões
Fio da Vida
O ofício de escrever
Os milagres da luz
C'est dans les caves
Le fil de la vie
L'office de l'écriture
Les miracles de la lumière


  • Extraits de Poemas Preferidos pelo Autor e seus Leitores (2001) :
1
O animal da floresta
L'animal de la forêt








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire