Imagem


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Júdice »»
 
Um Canto na Espessura do Tempo (1992) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Imagem
Image


O homem que falava sozinho na estação central de munique
L'homme qui parlait seul dans la gare centrale de Münich
que língua falava? Que língua falam os que se perdem assim, nos
quelle langue parlait-il ? Quelle langue parle ceux qui se perdent ainsi dans
corredores das estações de comboio, à noite, quando já nenhum
les corridors des stations de chemins de fer, à la nuit, quand déjà plus
quiosque vende jornais e cafés? O homem de
aucun kiosque ne vend de journaux ni de café ? L'homme de
munique não me pediu nada, nem tinha o ar de
Münich ne me sollicitait en rien, n'avait pas l'air de
quem precisasse de alguma coisa, isto é, tinha aquele ar
quelqu'un ayant besoin de quelque chose, c'est-à-dire qu'il avait l'air
de quem chegou ao último estado
d'un homme arrivé à cet ultime état
que é o de quem não precisa nem de si próprio. No entanto,
que prenne ceux qui n'ont même plus besoin d'eux-mêmes. Cependant
falou-me: numa língua sem correspondência com linguagem
il me parla : mais dans une langue sans correspondance aucune
alguma de entre as possíveis de exprimirem emoção
avec celles dans lesquelles il est possible d'exprimer une émotion
ou sentimento, limitando-se a uma sequência de sons cuja lógica
ou un sentiment, se limitant à une succession de sons dont la nuit
a noite contrariava. Perguntar-me-ia se eu compreendia acaso
contrariait la logique. Me demandait-il par hasard si je comprenais
a sua língua? Ou queria dizer-me o seu nome e de onde vinha
sa langue ? Ou voulait-il me dire son nom, d'où il venait
— àquela hora em que não estava nenhum comboio
— à cette heure où plus aucun train
nem para chegar nem para partir? Se me dissesse isto,
n'arrive ni ne part ? S'il m'avait dit cela,
ter-lhe-ia respondido que também eu não esperava ninguém,
je lui aurais répondu que moi aussi je n'attendais personne,
nem me despedia de alguém, naquele canto de uma estação
ni ne prenais congé de personne sur le quai d'une gare
alemã; mas poderia lembrar-lhe que há encontros que só      dependem
allemande ; mais j'aurais pu lui rappeler aussi qu'il y a des rencontres      qui ne dépendent
do acaso, e que não precisam de uma combinação prévia
que du hasard, et qu'elles n'ont pas besoin de dispositions préalables
para se realizarem. – É então que os horóscopos adquirem sentido;
pour se réaliser. — c'est alors seulement que les horoscopes ont du sens ;
e a própria vida, para além deles, dá um destino à solidão
     que empurra
et la vie elle-même, au-delà d'eux, donne un destin à la solitude
     qui pousse
alguém para uma estação deserta, à hora em que já não
     se compram
quelqu'un dans une station déserte, à l'heure où déjà ne s'achètent plus
     les journaux
jornais nem se tomam cafés, restituindo um resto de alma ao corpo
ni ne se prennent les cafés, restituant un peu d'âme au corps
ausente — o suficiente para que se estabeleça um diálogo, embora
absent — suffisamment pour que s'établisse un dialogue, bien que
ambos sejamos a sombra do outro. É que, a certas horas
     da noite,
chacun de nous. ne soit que l'ombre de l'autre. Il y a qu'à certaines heures
     de la nuit,
ninguém pode garantir a sua própria realidade, nem quando outro
personne ne peut garantir sa propre réalité, ni même quand l'autre
como eu próprio, testemunhou toda a solidão do mundo
comme moi-même, témoigne de toute la solitude du monde
arrastada num deambular de frases sem sentido numa estação morta.
emportée par un flot insensé de phrases dans une gare morte.

________________

Anselm Kiefer
Abendland (Occident) (1989)
...

Definição


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Júdice »»
 
Um Canto na Espessura do Tempo (1992) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Definição
Définition


Quem esquece o amor, e o dissipa, saberá
que sentimento corrompe, ou apenas se o coração
se encontra no vazio da memória? O vento
não percorre a tarde com o seu canto alucinado,
que só os loucos pressentem, para que tu
o ignores; nem a sabedoria melancólica das árvores
te oferece uma sombra para que lhe
fujas com um riso ágil de quem crê
na superfície da vida. Esses são alguns limites
que a natureza põe a quem resiste à convicção
da noite. O caminho está aberto, porém,
para quem se decida a reconhecê-los; e os próprios
passos encontram a direcção fácil nos sulcos
que o poema abriu na erva gasta da linguagem. Então,
entra nesse campo; não receies o horizonte
que a tempestade habita, à tarde, nem o vulto inquieto
cujos braços te chamam. Apropria-te do calor
seco dos vestíbulos. Bebe o licor
das conchas residuais do sexo. Assim, os teus lábios
imprimem nos meus uma marca de sangue, manchando
o verso. Ambos cedemos à promiscuidade do poente,
ignorando as nuvens e os astros. O amor
é esse contacto sem espaço,
o quarto fechado das sensações,
a respiração que a terra ouve
pelos ouvidos da treva.

Qui oublie l'amour et le dilapide, comment peut-il
savoir que le sentiment est corrompu, ou si le cœur
ne se trouve que dans le vide de la mémoire ? Le vent
ne circule pas le soir avec son chant halluciné,
que seuls les fous pressentent, pour que tu
l'ignore ; ni le savoir mélancolique des arbres
ne t'offre une ombre pour que tu la
fuis avec le rire agile de celui qui a foi
en la superficialité de la vie. Ce sont de ces limites
que la nature impose à ceux qui résistent aux séductions
de la nuit. Cependant, la voie est ouverte,
pour ceux qui se décident à les reconnaître; et leurs propres
pas se dirigeront facilement par les sillons
que le poème a ouvert dans l'herbe dévastée de la langue. Alors,
entre dans ce champ; ne crains pas l'horizon
habité par la tempête, le soir, ni la figure inquiète
qui t'appellent dans ses bras. Habitue-toi à la chaleur
sèche des vestibules. Bois la liqueur
des gousses résiduelles du sexe. Alors, tes lèvres
imprimerons en moi une trace de sang, qui souillera
le vers. Ensemble nous avons cédé à la promiscuité de l'ouest,
ignorant étoiles et nuages. L'amour
est ce contact sans espace,
la chambre fermée des sensations,
la respiration que la terre entend
avec les oreilles des ténèbres.

________________

John Constable
Paysage marin avec nuage de pluie (1824-1828)

Écloga


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Júdice »»
 
A partilha dos mitos (1982) - Poesia Reunida 1967-2000 »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Écloga
Églogue


Encontrei o segredo, a chave de vidro
das palavras que escrevo, e tenho medo.
Talvez nos campos imensos onde o lírio floresce,
na margem de rio que abriga, de manhã cedo,
os teus pés de ninfa, num engano de idade,
me tenhas visto à sombra de um rochedo,
e se os teus lábios, entreabertos num torpor
de romã, me tocaram num sonho bêbedo,
deles só lembro, imprecisos, fluxos
de incêndio numa hipótese de amor.

J'ai trouvé le secret, la clé de verre
des mots que j'écris, et j'ai peur.
Dans les champs immenses où fleurit le lis,
sur les bords de la rivière où, tôt le matin, vont
tes pieds de nymphe, par une tromperie de l'âge,
il se peut qu'à l'ombre d'un rocher, tu m'aies vu
et si tes lèvres, entrouvertes dans une torpeur
de grenade, m'ont touché, en un songe d'ivresse,
je n'ai d'elles, imprécises, que le souvenir des coulées
de feu d'une hypothèse d'amour.

________________

Charles Amable Lenoir (1860-1926)
Nymphe dans la forêt

Écloga


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Júdice »»
 
Nos braços da exigua luz (1976) - Poesia Reunida 1967-2000 »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Écloga
Églogue


Sonhei contigo embora nenhum sonho
possa ter habitantes, tu a quem chamo
amor, cada ano pudesse trazer
um pouco mais de convicção a
esta palavra. É verdade o sonho
poderá ter feito com que, nesta
rarefação de ambos, a tua presença se
impusesse - como se cada gesto
do poema te restituísse um corpo
que sinto ao dizer o teu nome,
confundindo os teus
lábios com o rebordo desta chávena
de café já frio. Então, bebo-o
de um trago o mesmo se pode fazer
ao amor, quando entre mim e ti
se instalou todo este espaço -
terra, água, nuvens, rios e
o lago obscuro do tempo
que o inverno rouba à transparência
da fontes. É isto, porém, que
faz com que a solidão não seja mais
do que um lugar comum saber
que existes, aí, e estar contigo
mesmo que só o silêncio me
responda quando, uma vez mais
te chamo.

De toi, j'ai rêvé même si personne
ne peut vivre dans un rêve, toi que j'appelle
amour, et chaque année je voudrais
mettre un peu plus de conviction
dans cette parole. Le rêve il est vrai
pourrait avoir fait que, dans cette
raréfaction des deux, ta présence
s'impose - comme si chaque geste
du poème te restituait un corps
que je ressens rien qu'en disant ton
nom, à confondre tes lèvres
avec le bord de cette tasse de café
déjà froide. Eh bien, je la bois
d'un trait et la même chose peut se faire
avec l'amour, et entre toi et moi alors
s'installe tout cet espace –
terre, eau, nuages, rivières et
le lac obscur du temps
que l'hiver dérobe à la transparence
des sources. C'est cela, cependant,
qui fait que la solitude n'est rien de plus
qu'un lieu commun, à savoir que
tu existes. Être ici, et avec toi
même si ne me répondra que le silence,
lorsqu'une fois de plus,
je t'appellerai.

________________

Giorgio Morandi
Nature morte avec mannequin (1918)

Génese


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Júdice »»
 
A Condescendência do Ser (1988) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Génese
Génèse


Todo o poema começa de manhã, com o sol. Mesmo
que o poema não esteja à vista (isto é céu de chuva)
o poema é o que explica tudo, o que dá luz
à terra, ao céu, e com nuvens à mistura – a luz incomoda
quando é excessiva. Depois, o poema sobe
com as névoas que o dia arrasta; mete-se pelas copas das
árvores, canta com os pássaros e corre com os ribeiros
que vêm não se sabe de onde e vão para onde
não se sabe. O poema conta como tudo é feito:
menos ele próprio, que começa por um acaso cinzento,
como esta manhã, e acaba, também por acaso.
com o sol a querer romper.

Tout poème commence au matin avec le soleil. Même
si le poème n'est pas en vue (étant un ciel de pluie)
le poème explique tout, donne la lumière à la
terre, au ciel mêlé de nuages – la lumière incommode
lorsqu'elle est excessive. Et puis monte le poème avec
les brumes que le jour entraîne ; il s'en prend aux frondaisons
des arbres, chante avec les oiseaux et coule dans les ruisseaux
qui viennent on ne sait d'où, et qui s'en vont par où
l'on ne sait. Le poème dit comment tout a été fait :
moins sur lui-même, qui commence à l'occasion dans la grisaille,
comme ce matin-ci, qui se termine aussi bien, par hasard
avec un soleil qui veut tout rompre.

________________

 
Festival International de Poesíe de Medellín
En juin 2004

Acontece, às vezes, que sou demasiado velho...


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Galeria (2016) »»
http://nunorochamorais.blogspot.com (Juillet 2019) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Acontece, às vezes, que sou demasiado velho...
Il arrive parfois que je sois bien trop vieux...


« J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans. »
    Charles Baudelaire

Acontece, às vezes, que sou demasiado velho.
Caudaloso, transbordo das margens,
Sinto-me maior que a ciência do tempo
E nada há que eu não tenha feito
E não há espesso cansaço que eu não conheça.
Tudo parece repetir-se
No fluxo de um ciclo conhecido e fechado,
Tudo possui um eco dentro da minha idade.
Já não me espanto somando as ruas
E as gentes com as estações.
O timbre da lágrima ou do riso sobre a página
Despertam o verso mais citado,
O verso que, de tão famoso, é já silêncio.
Venci a densa questão e o medo e a maravilha.
Acontece, às vezes, que sou demasiado velho,
Que em mim a vida mata por ser infinita.




Il arrive parfois que je sois bien trop vieux.
Emporté par le flot, franchissant les limites,
Me sentant plus fort que la science du temps
Et il n'est rien que je n'ai déjà fait
Et il n'est de fatigues harassantes que je n'ai connues.
Tout semble alors se répéter
Dans le flux d'un cycle parcouru déjà et fermé,
Tout a un écho au-dedans mon âge.
Je ne m'étonne plus d'avoir fait la somme
De tant de rues et de gens avec les saisons.
Le goût d'une larme ou d'un sourire sur la page
Réveille en moi ce vers souvent cité,
Ce vers tellement célèbre, qu'il en devient silencieux.
J'ai soulevé, lourde la question, et la peur et la merveille.
Il arrive parfois que je sois bien trop vieux,
Quand la vie meurt en moi d'être infinie.

________________

Albrecht Dürer
Saint Jérôme dans sa cellule (1514)

Elogios de Cesar Vallejo - V


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Gilberto Nable »»
 
Poemas do Desalento & Alguns Elogios (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Elogios de Cesar Vallejo

V
Éloges de Cesar Vallejo

V


Nada temas. A morte é assim.
Acaba que ninguém faz falta,
pois restará sempre um consolo.
Perto daqui um doente dorme,
depois da dose diária de morfina,
a boca revirada para cima,
os dois pés descobertos.
Um nadinha a mais,
um nadinha a menos,
e lá vai ser enterrado,
surdo à sua barriga inchada,
diante da qual os médicos costumavam
cavilar e discutir demoradamente,
para, afinal, vencidos, pronunciar
suas banais palavras de homens.
A família rodeia o paciente, falando baixinho,
agrupando-se diante de suas têmporas indefesas.
Já não existe lar, a não ser ali, só ali,
em torno da mesinha esmaltada de branco,
onde montam guarda seus chinelos vazios.
A morte se aninha ao pé da cama,
para dormir nas águas tranquilas.
De repente se isola, com biombos, um leito.
Os biombos são as velas enfunadas do barco,
por onde o defunto descerá aos solavancos.
Médicos e enfermeiras trocam olhares furtivos.
Desinfeta-se, rapidamente,
o colchão plástico,
e, logo, no mesmo local,
estará outro doente,
ocupando o posto,
em decúbito dorsal,
olhando para o teto.


N'est crainte. La mort est ainsi.
À la fin personne ne fait défaut,
et puis il y aura toujours une consolation.
Près d'ici après sa dose quotidienne
de morphine, dort un malade,
bouche en haut, renversé
les deux pieds découverts.
Un petit peu plus,
un petit peu moins
et il sera enterré,
sourd à son ventre gonflé,
devant lequel les médecins ont l'habitude
d'ergoter et de discuter minutieusement,
pour vaincus, prononcer finalement
ces paroles banales des hommes.
La famille entoure le patient, lui parle à voix basse,
attroupée devant ses tempes sans défense.
Déjà n'existe plus de Lares, excepté ici, rien qu'ici,
autour de cette petite table émaillée de blanc,
où ses pantoufles vides montent la garde.
La mort nichée au pied du lit,
s'en va dormir dans les eaux tranquilles.
Soudain, on isole avec des paravents, un lit.
Les paravents sont les voiles gonflées du bateau,
où le défunt descendra en brinquebalant.
Médecins et infirmières échangent des regards furtifs.
Ils ont désinfecté rapidement
le matelas plastifié,
et, d'ici peu, au même endroit,
il y aura un autre malade,
occupant le poste,
en décubitus dorsal,
regardant au plafond.

________________

Silvestro Lega
Mort de Giuseppe Mazzini (1873)
...

Elogios de J. L. Borges - III


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Gilberto Nable »»
 
Poemas do Desalento & Alguns Elogios (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Elogios de J. L. Borges

III
Éloge de J. L. Borges

III


 ...Te espera el mármol
 que no leerás. En él ya están escritos
 la fecha, la ciudad y el epitafio.

 — "A quien está leyéndome", J. L. Borges

Entra em silêncio
com respeito pelos mortos.
Entanto, este não é o Cemitério da Recoleta,
em Buenos Aires,
cidade onde nasci e vivi,
onde se encontram os restos de Bioy Casares,
escritor e amigo,
os despojos de minha família,
e ainda Eva Perón, a Evita,
emblema do peronismo que tanto me fez mal
e tanto odiei.
(Engraçado, hoje, o Recoleta,
pela ostentação dos túmulos,
pelo luxo inútil que apregoa,
virou até ponto de turismo.)

Não. Não falo do Recoleta.
Ao contrário do que se esperava
o cemitério é outro.
Fica na Rue des Rois, em Genebra.
Conhecido antes como Cemitério dos Reis,
é o atual Cemitério de Plainpalais,
o qual demonstra, por ser dos Reis e afins,
que as diferenças e castas que em vida nos separam,
se perpetuam, na morte, em sinistras genealogias
e também em estranhezas perfeitas.

Pois eu que fui humilde bibliotecário de subúrbio,
muitas vezes infeliz, com lágrimas nos olhos
, ao notar o vazio de minha existência,
minha penúria e anonimato,
depois de morto me igualaram aos reis,
embora meus ossos não se importem
com tudo isso e mais o resto.
Bem sei, ironias são parte de minha história:
a de Diretor da Biblioteca Nacional,
anos depois,
estando já completamente cego,
sem distinguir a lombada de um livro qualquer,
parece-me uma das melhores.

Portanto,
entra em silêncio,
retira o chapéu.
Procura, dentre todos os túmulos,
o de aspecto mais esquisito:
uma lápide em granito branco,
que o tempo já escureceu um pouco,
compacta, de bordas irregulares,
onde se encontram símbolos,
- uma nave viking e uma cruz de Gales -
e inscrições em anglo-saxão antigo,
a língua, entre todas, que mais amei.
Nela está esculpido, em alto-relevo,
 JORGE LUIS BORGES,
as datas de meu início e fim:
Buenos Aires – 1899 Genebra – 1986.
E para não fugir às ironias de minha vida,
que sempre me fascinaram
como os labirintos e os espelhos,
as sombras e as normas,
as formas que destecem e tecem as existências,
no Cemitério dos Reis,
para me fazer companhia,
(tanto perdura o tempo que nos sobra)
estão, entre outras eminências:
João Calvino, um reformador religioso,
circunspecto, de pouca conversa,
e que continua pregando.
E, ao meu lado, num jazigo simples,
em minúscula cerca de madeira,
Grisélidis Réal, nascida em Lausanne,
cuja indiscutível realeza
incorporou-se ao próprio sobrenome.
Feminista e revolucionária,
irreverente e polemista,
mas, sobretudo,
“Escritora, pintora, prostituta”,
conforme reza a plaquinha debochada:
Écrivain-Peintre-Prostituée, 1929-2005,
e com a qual passo tardes divertidas,
conversando sobre literatura, poesia,
e toda a sorte de assuntos delicados,
alguns vis,
outros nem tanto,
em nossa vasta e comum eternidade.


  ... T'attend le marbre
 que tu ne liras pas. En lui, déjà sont gravés
 la date, la ville et ton épitaphe.

 — « À ceux qui me liront », J. L. Borges

Tu entres en silence
avec le respect des morts.
Cependant, ce n'est pas le Cimetière de Recoleta,
à Buenos Aires,
ville où je suis né, où j'ai vécu,
où se trouvent les restes de Bioy Casares,
écrivain et ami,
les dépouilles de ma famille,
et celle aussi d'Eva Perón, d'Evita,
figure du péronisme qui m'a fait tant de mal
que j'ai tant haï.
(Il est drôle, aujourd'hui, le Recoleta,
par l'ostentation de ces tombeaux,
par le luxe inutile qu'il manifeste,
jusqu'à devenir un lieu touristique.)

Non, je ne parle pas du Recoleta,
au contraire de ce que l'on pourrait croire
mais d'un autre cimetière
situé rue des Rois, à Genève.
L'actuel Cimetière de Plainpalais, autrefois
connu comme le Cimetière des Rois,
ce qui montre bien, que les différences, les castes
qui dans la vie nous séparent, se perpétuent
pour les Rois et consorts, en sinistres généalogies
et aussi - dans la mort - en complètes étrangetés.

Car moi qui fut un humble bibliothécaire de banlieue,
malheureux bien souvent, avec des larmes dans les yeux,
à considérer le vide de mon existence,
ma pénurie et mon anonymat,
j'ai été, après ma mort, égalé aux rois,
encore que cela n'ait guère d'importance
ni pour mes os ni pour le reste.
Je le sais bien, les ironies font partie de mon histoire :
devenir des années plus tard
Directeur de la Bibliothèque Nationale,
alors que j'étais déjà complètement aveugle,
sans pouvoir distinguer le dos d'un livre,
me semble être l'une des meilleures.

Par conséquent,
entre en silence,
enlève ton chapeau.
recherche, parmi toutes les tombes,
celle dont l'aspect est le plus bizarre :
une pierre tombale de granit blanc,
que le temps assombrit déjà un peu,
compacte, de bords irréguliers,
où l'on trouve des symboles,
– Un bateau viking et une croix de Galles –
et des inscriptions en vieil anglo-saxon,
la langue, parmi toutes, que j'ai le plus aimée.
Sur elle est sculptée, en haut-relief,
 JORGE LUIS BORGES,
mes dates de naissance et de mort :
Buenos Aires – 1899 Genève – 1986.
Et pour ne pas échapper aux ironies de ma vie,
qui m'ont toujours fasciné
comme les labyrinthes et les miroirs,
les normes et les ombres,
les formes qui défont et tissent les existences,
dans le Cimetière des Rois,
pour me tenir compagnie,
(le temps qui nous reste durera si longtemps)
on trouve, parmi d'autres éminences :
Jean Calvin, un réformateur religieux,
circonspect, de peu de conversation,
et qui continua de prêcher.
Et à côté de moi dans une simple sépulture,
un minuscule enclos de bois,
Grisélidis Réal, née à Lausanne,
dont la royauté incontestable
a rejoint son propre nom de famille.
Féministe et révolutionnaire,
irrévérencieuse et polémiste,
mais surtout
« Escritora, pintora, prostituta »,
conformément à ce que dit la petite plaque :
Écrivain-Peintre-Prostituée, 1929-2005,
et avec laquelle je passe des après-midi divertissants,
à parler de littérature, de poésie,
et de toutes sortes de questions délicates,
infâmes, pour certaines,
pour d'autres, pas tellement,
en notre vaste et commune éternité.

________________

Pierre tombale de Jorge Luis Borges (1899-1986)
Cimetière de Plainpalais, Genève
...

Elogios de J. L. Borges - II


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Gilberto Nable »»
 
Poemas do Desalento & Alguns Elogios (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Elogios de J. L. Borges

II
Éloge de J. L. Borges

II


O olho rola na gordura das pálpebras.
Ainda cego, continua rolando,
assim, de um lado para o outro,
vesgo, opaco, numa retina de lodo.

Tudo e todos quer ver – o olho.
Exposto à luz, captura a paisagem,
flores, faces, cores, movimentos.
Fechado é a mais densa escuridão.

Globo voltado para dentro,
escuro onde voejam pensamentos.
Mas diante do espelho se vê,
e vê, luminescente, o outro.

Emocionado, mareja feito mar,
destila a mais pura lágrima,
filtra do sangue que o inunda
estranha essência marinha.

O olho não pensa nada – vê.
Não percebe a solidão – a fotografa.
E a deposita para sempre e sempre
no cemitério transitório da memória.

Lago de imagens, ilusões e sal,
morto revela o fundo da órbita:
o fundo onde vítreo luzia,
e retoma o eterno sono mineral.


L'œil roule dans le gras des paupières.
Toujours aveugle, il continue de rouler,
allant ainsi, d'un côté à l'autre,
louche, opaque, dans une rétine de glaire.

Tout et tous veulent voir – l'œil.
Exposé à la lumière, il capture le paysage,
fleurs, visages, couleurs, mouvements.
Fermé, règne l'obscurité la plus dense.

Globe tourné vers l’intérieur,
sombre où les pensées volent.
Mais devant le miroir, il se voit
et voit l'autre, luminescent.

Pris par l'émotion, mer débordante,
il distille la plus pure des larmes,
du sang qui l'inonde, il filtre
une étrange essence marine.

L'œil ne pense à rien - il voit.
Ne perçoit pas la solitude - mais la photographie
Et la dépose pour toujours et à jamais.
dans le cimetière transitoire de la mémoire.

Lac des images, des illusions et du sel,
mort révélant le fond de son orbite :
fond où resplendit le vitré,
Il retourne au sommeil éternel et minéral.

________________

Pablo Picasso
Le repas de l'aveugle (1903)
...

Elegia para Donizete Galvão


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Gilberto Nable »»
 
Poemas do Desalento & Alguns Elogios (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Elegia para Donizete Galvão
Élégie pour Donizete Galvão


A morte esvazia
todos os recantos:
gritar teu nome, agora,
seria gritar no vácuo,
o grito gutural dos mudos.
O certo é que não vejas,
nem percebas,
tudo que, por ora,
vai acontecendo.

Em uma curta estação
— o tempo humano é tão breve —
as pessoas gravitaram,
em torno do teu corpo,
um pouco do calor e da poesia.
Um pouco do teu humor
e de tua generosidade.

Mas grudados à nossa própria sorte,
ao peso específico que nos cega,
somos uma vasta escuridão,
sólidas esferas de egoísmo
umas às outras se chocando.


La mort dégarnit
tous les recoins :
crier ton nom, maintenant,
serait pousser dans le vide,
le cri guttural des muets.
il est certain que tu n'as pas vu,
ni perçu,
tout ce qui, pour l'heure,
allait advenir.

En cette courte saison
– le temps humain est si bref –
des personnes ont fait graviter
autour de ton corps,
un peu de chaleur et de poésie.
Un peu de ton humeur
et de ta générosité.

Mais accrochés à notre propre destin,
au poids spécifique qui nous aveugle,
nous sommes une vaste obscurité,
de solides sphères d’égoïsme
qui s’entrechoquent l'une contre l'autre.

________________

Vincent Van Gogh
Nuit étoilée (1889)

Da epiderme da madeira


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Gilberto Nable »»
 
Poemas do Desalento & Alguns Elogios (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Da epiderme da madeira
De l’épiderme du bois


Da mão calejada que empunha a enxada,
e maneja, segura, a foice e o martelo,
o tempo que tudo plaina e configura,
vai, aos poucos, criando outro tecido.
A pele frágil da mão e a pele da madeira,
no atrito diário e áspero do trabalho,
anos e anos, dão aos instrumentos aparências,
e sopros de coisas mais vivas e humanas.
Pois, nestas terras, sempre foi dura a lida,
aqui cedo se levanta, aqui cedo se capina,
cedo esfarela e mói a mão de um pilão,

e Deus não ajuda quem cedo madruga.


Par la main calleuse qui empoigne la houe
Et manie fermement la faucille et le marteau,
Le temps qui lime tout, rabote et configure,
Créant peu à peu, un autre matériau.
La peau fragile de la main – celle du bois,
Dans la friction des jours et l’âpreté du travail,
Donne aux instruments, l'année l'autre l'apparence,
Le souffle des choses vives plus humaines.
Mais dure est toujours le labeur sur cette terre,
Pour ceux qui se lèvent tôt, celle qui tôt s’échine1
Qui tôt émiette et broie, le pilon à la main

Mais Dieu n'aide pas ceux qui se lèvent tôt.

________________

Cãndido Portinari
Récolte du caoutchouc (1948)

Viagem


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Gilberto Nable »»
 
O tratador de canários (2010) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Viagem
Voyage


Agora não há mais casas.
Entre os trilhos gelados o comboio parou
na imensa planície.
O coração apertado me diz
que não adianta perguntar
aos companheiros de viagem:
– O que aconteceu?
– Para onde vamos?
Eles também nada sabem.
No fundo do vagão
um choro de criança.
Uma velha desembrulha um pão seco.
Vista da pequena janela
a paisagem dói nos olhos.
Veem-se apenas os trilhos descendo a colina,
e desaparecendo numa curva do caminho.
Pressinto que mesmo o cobrador sumiu,
com seu andar oscilante e quepe ridículo.
No fundo do vagão
o choro triste da criança.
Nunca sairemos daqui,
nunca mais.

Il n'y a plus de maisons maintenant.
Sur ses rails gelés le train s'est arrêté
dans la plaine immense.
Le cœur serré je me dit
qu'il ne sert à rien d'interroger
les autres voyageurs :
– Que s'est-il passer ?
– Vers où s'en va-t-on ?
Ils ne le savent pas non plus .
Au fond du wagon
les pleurs d'un enfant.
Une vieille dame qui déballe un pain sec.
De la petite fenêtre la vue
d'un paysage qui fait mal aux yeux.
On ne voit que les rails dévalant la colline,
et qui disparaissent au tournant de la route.
J'ai l'impression que le contrôleur a disparu, lui aussi
avec sa démarche oscillante et son képi ridicule.
Au fond du wagon
les tristes pleurs d'un enfant.
Jamais nous ne partirons d'ici,
jamais plus.

________________

Ivo Pannaggi
Train en marche (1922)

No solo calcinado da infância...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Gilberto Nable »»
 
O tratador de canários (2010) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


No solo calcinado da infância...
Sur le sol calciné de l'enfance...


No solo calcinado da infância,
crescem as mais estranhas liturgias.
Cavamos a terra com as mãos,
da infância pouco encontramos.

Descobrimos na superficie aparente,
o ouro do sorriso, as brincadeiras,
os alforjes do avô, dentes de leite,
luz verde de pirilampos no escuro.

Mas como compor sua própria Ilíada?
ou escrever em novíssimos alfabetos?
Ah, mar povoado de tantos enigmas
quem ousará decifrar-te algum dia?

E se procurasse nalgum espelho,
a mesma face alegre que perdi,
eu quase nada ali encontraria:
apenas outra espécie de exílio.


Sur le sol calciné de l'enfance,
grandissent les plus étranges liturgies.
D'avoir creusé la terre avec nos mains,
nous n'avons trouvé que peu d'enfance.

Nous n'avons découvert en surface,
que l'or apparent d'un sourire, les jeux,
la besace de grand-père, les dents de lait,
les lueurs vertes des lucioles dans le noir.

Mais comment composer sa propre Iliade ?
Comment écrire de nouveaux alphabets ?
Ah, mer peuplée de tant d'énigmes
qui osera un jour te déchiffrer ?

Et si je devais chercher dans un miroir,
le même visage heureux que j'ai perdu,
Je n'y trouverais presque rien :
Une autre sorte d'exil, seulement.

________________

Juan Miró
La terre labourée (1924)