A última estação


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Nada está escrito (2012) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


A última estação
La dernière station


Às vezes de repente uma pessoa
pode partir em direcção ao Sul
tomar um comboio em Yasnaya Polyana
para ir morrer a Astapovo
de pneumonia e febre e melancolia.
Talvez Tolstói não soubesse o que buscava
nem sequer por que partia. Ou talvez
soubesse o que ninguém sabia
e o que sabia já não coubesse
em nenhuma palavra.
Ou talvez melhor do que ninguém
soubesse que nem sequer na literatura
há salvação. E que já nada lhe restava
senão partir em direcção ao Sul
até à última estação.

Parfois soudainement une personne
peut partir en direction du sud
prendre un train à Yasnaya Polyana
pour aller mourir à Astapovo
d'une pneumonie, et de fièvre et de mélancolie.
Peut-être que Tolstoï ne savait pas ce qu'il cherchait
ni même pourquoi il était parti. Ou peut-être
savait-il ce que personne ne savait
et que ce qu'il savait déjà, n'avait plus sa place
en aucune parole.
Ou peut-être savait-il mieux que personne
que pas même en littérature
il n'y a de salut. Et qu'il n'y avait plus rien à faire
si ce n'est partir en direction du sud
jusqu'à la dernière station.

________________

Michail Nesterov
Portrait du Comte Léon Tolstoï (1907)
...

Fábula


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (janvier 2021) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Fábula
Fable


Seria Janeiro e a chuva era tanta
E as gaivotas eram tantas,
Fugidas à procela que se apoderara
Do coração das vagas.
Brilhava o espanto do gato amarelo,
Senhor do telhado à direita,
Ante aquelas criaturas,
Derradeira graça, derradeira leveza.
Seria Janeiro e a chuva era tanta,
Bálsamo sobre a terra,
Apocalipse sobre as cidades.
E tu? Não serias mais do que aparição,
Liberta pela chuva dos grilhões da terra;
Vinda até mim, oferecias-me
A antiga e efémera aliança dos lábios,
A transmigração do sangue.
Havia tantas gaivotas, eram tantas
Que todos os dias eu te falava delas
E algo do seu voo, da sua inquietação,
Da sua desesperada busca,
Se apossava um pouco mais de ti.
Depois – seria Janeiro? – a chuva partiu
E também as gaivotas e também tu
E foi-se o espanto do gato amarelo,
Abatidos ambos num canil.
Mais não me restou do que a submissão
E na minha carne continuou a ecoar
A agonia pestilenta das cidades,
Que vão devorando a terra
Com a aridez do fumo e do vidro calcinado.
Só às vezes me surgem, espectrais, as imagens
Produzidas pelo mundo de uma fábula
Invisível e imperscrutável,
Onde estás tu e as gaivotas e o gato amarelo e a chuva,
Como se só eu tivesse partido.

C'était peut-être janvier et il y avait tant de pluie
Et il y avait tant de mouettes,
Qui fuyaient la tempête qui s'emparait
Du cœur des vagues.
Brillait l’ébahissement du chat jaune,
Seigneur à la droite du toit,
Devant ces créatures,
Grâce ultime, ultime légèreté,
Ce devait être janvier et il y avait tant de pluie,
Baume sur la terre,
Apocalypse sur les villes.
Et toi ? Tu n'étais peut-être qu'une apparition,
Libéré par la pluie des barreaux de la terre ;
Venue jusqu'à moi, tu m'offrais
L'antique et éphémère alliance des lèvres,
La transmigration du sang.
Il y avait tant de mouettes, il y en avait tant
Que tous les jours je t'ai parlé d'elles
Et ce rien de leur vol, de leur tracas,
De leur recherche désespérée,
s'emparait un peu plus de toi.
Alors - était-ce janvier ? – la pluie s'en est allée
Et aussi les mouettes et toi aussi
Et l'ébahissement du chat jaune s'est effacé,
Abattus tous les deux dans un chenil.
Mais il ne me reste plus que la soumission
Et dans ma chair continue de résonner
L'agonie pestilentielle des villes,
En train de dévorer la terre
Avec l'aridité des fumées et des vitres calcinées.
Parfois seulement, surgissent, spectrales, ces images
Produites par le monde d'une fable
Invisible et impénétrable,
Où es-tu, toi et les mouettes et le chat jaune et la pluie,
On dirait que c'est moi seul qui suis parti.

________________

Guillaume Rist
Chat vole (2017)
...

A mão que escreve


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Nada está escrito (2012) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


A mão que escreve
La main qui écrit


Chega o uivo de Deus no meio do silêncio
entre o astro invisível e as estrelas caídas
e chega o cão da noite dentro da palavra
e o seu latido é a língua do indizível
não se ouve mais nada senão esse terrível
som de sílabas e magma com que Deus se baba.
E chega Giotto com seu Deus parindo os filhos
e a grande boca de Saturno a mastigar
um deus nos come outro nos caga
fica um rasto de merda e cinza e estrume
fica um eco na noite e um deus sem nome
e a mão que escreve e arde e é só lume.

Voici le hurlement de Dieu au milieu du silence
entre l'astre invisible et les étoiles déchues
et voici le chien de la nuit au-dedans de la parole
et son aboiement est la langue de l'indicible
on n'entend plus rien si ce n'est ce terrible
son de syllabes et de magma que Dieu bave.
Et voici Giotto avec son Dieu mettant bas ses enfants
et la grande gueule à mâcher de Saturne
un dieu nous mange un autre nous chie
reste une traînée de merde, de cendre et de fumier
reste un écho dans la nuit et un dieu sans nom
et la main qui écrit et brûle et qui n'est que feu.

________________

Francisco Goya
Saturne qui dévore ses fils (1819-1823)
...

A casa


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Nada está escrito (2012) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


A casa
La maison


A casa tem a nossa vida
a casa está cheia de nós
de coisas arrumadas e desarrumadas
tapetes sapatos livros
retratos discos
quadros
as naturezas mortas estão todas vivas
alimentam-se de nós
e há móveis que foram de outras casas
e de pessoas que fomos nós antes de nós
a casa tem seus ritos e seus ritmos
canetas de tinta permanente
cadernos e papéis sobre a secretária
madeiras e paredes connosco dentro
a mesa com seus talheres e seus copos
e o nosso pão e o nosso vinho
camas por fazer e camas já vestidas
cadeiras onde nos sentamos
e mesmo sem nós ficam sentadas
a casa com seus passos e seu espaço
de silêncios
a casa com sua fala
a casa com sua alma.

La maison contient notre vie
la maison est emplie de nous
de choses bien en ordre et en désordre
tapis chaussures livres
portraits disques
tableaux
les natures mortes sont toutes vivantes
elles se nourrissent de nous
et il y a des meubles d'autres maisons
et des gens comme nous mais avant nous
la maison a ses rites et ses rythmes
stylos-plume à réservoir d'encre
cahiers et papiers sur le secrétaire
bois et murs et nous à l'intérieur
la table avec ses couverts et ses coupes
et notre pain et notre vin
lits défaits et lits déjà faits
chaises où nous nous assoyons
et qui sont assises, même sans nous.
la maison avec ses marches et son espace
de silences
la maison avec son discours
la maison avec son âme.

________________

Arpad Szenes
Marie-Hélène VI (1942)
...

Breve canção do vento oeste


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Doze Naus (2007) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Breve canção do vento oeste
Chanson brève du vent d'ouest


Ele há-de vir o vento oeste
ele há-de vir e há-de levar
as vãs palavras que escreveste.
Ele há-de vir com seu presságio
e os címbalos que já trazem o som do inverno
ele há-de vir o vento oeste e há-de apagar
o verão que parecia ser eterno.

Ele há-de vir com seu adágio
suas orquestras em convés que vão ao fundo
ele há-de vir e há-de apagar
a escrita a jura as ilusões do mundo.

Em cada verso há um naufrágio
não sei de poema que não seja mar.

Il doit venir le vent d'ouest
il doit venir et doit emporter
les vains mots que tu avais écrits.
Il doit venir avec son présage
et les cymbales qui portent déjà le son de l'hiver
il doit venir le vent d'ouest et doit effacer
l'été qui semblait être éternel.

Il doit venir avec son adage
ses orchestres sur le tillac qui vont au fond
il doit venir et doit effacer
les écrits le serment les illusions du monde.

En chaque vers il y a un naufrage
Je ne connais pas de poème qui ne soit de mer.

________________

Louis Anquetin
Bourrasque sur le pont des Saints-Pères (1889)
...

À sombra das árvores milenares


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Doze Naus (2007) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


À sombra das árvores milenares
À l'ombre des arbres millénaires


Passaram muitos anos mas não passou
o momento único irrepetível
o som abafado do estilhaço no corpo
o eco estridente do ricochete no metal
o cheiro da pólvora misturado com sangue e terra
o sabor da morte na última viagem de Portugal.

À sombra das árvores milenares ouvi tambores
ouvi o rugido do leão e o zumbido da bala
ouvi as vozes do mato e o silêncio mineral.
E ouvi um jipe que rolava na picada
um jipe sem sentido
na última viagem de Portugal.

Vi o fulgor das queimadas senti o cheiro do medo
o silvo da cobra cuspideira o deslizar da onça
as pacaças à noite como luzes de cidade
a ferida que não fecha o buraco na femural
no meio da selva escura em um lugar sem nome
na última viagem de Portugal.

Soberbo e frágil tempo
intensa vida à beira morte
amores de verão amores de guerra amores perdidos.
Uma ferida por dentro um tinir de cristal
passaram os anos o ser permanece.
Fiz a última viagem de Portugal

De nombreuses années ont passé mais non
ce moment unique et irréductible
le son étouffé des éclats d'obus dans un corps
l'écho strident du ricochet sur le métal
l'odeur de la poudre mélangée au sang et à la terre
le goût de la mort dans le dernier voyage au Portugal.

J'ai entendu à l'ombre des arbres millénaires les tambours
le rugissement du lion et le vrombissement des balles
J'ai entendu les voix de la brousse et le silence minéral.
Et cette jeep qui roulait sur la piste
jeep sans signification
pour le dernier voyage au Portugal.

J'ai vu la lueur des feux senti le trop-plein de la peur
le sifflement du cobra cracheur le jaguar furtif
les buffles1 à la nuit tombée comme des lumières sur la ville
la blessure qui ne se ferme pas le trou dans le fémur
au milieu d'une jungle obscure en un lieu sans nom
lors du dernier voyage au Portugal.

Temps superbe et fragile
vie intense au bord de la mort
amours d'été amours de guerre amours perdus.
Une blessure au dedans un tintement de cristal
les années ont passé, l'être demeure.
J'ai fait le dernier voyage au Portugal.

________________

Victor Vasarely
Tigres (1938)
...

A perigosa mão de Deus


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Livro do Português errante (2001) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


A perigosa mão de Deus
La main périlleuse de Dieu


Deus é maneta
diz Saramago
só tem a mão direita
à direita da qual todos se sentam.

Eu canto a outra mão de Deus
a que traz o Diabo pela trela
a que por vezes puxa para o outro lado
e escreve sempre por linhas tortas
a mão esquerda de Deus
a mão de sombra a mão do medo
a mão do nada
a mais perigosa mão de Deus
aquela que de repente solta o espírito
o enxofre a guerra o vento mau.
É a mão esquerda de Deus que aperta o coração
acelera o pulso
desarticula o ritmo.
Os poetas estão sentados à esquerda da mão esquerda
de Deus
até mesmo Antero.
É com ela que Deus abana o Mundo
com sua chuva e com seu fogo
sua onda gigante e seu terrível
terramoto.

Não é verdade que Deus seja maneta
Deus é canhoto.

Dieu est manchot
dit Saramago
il n'a qu'une main droite
à la droite de laquelle tous sont assis.

Je chante l'autre main de Dieu
celle qui mène le diable en laisse
celle qui parfois tire de l'autre côté
et qui toujours écrit des lignes bancales
la main gauche de Dieu
la main de l'ombre la main de la peur
la main du néant
la main la plus périlleuse de Dieu
celle qui soudain libère l'esprit
le soufre la guerre le vent mauvais.
C'est la main gauche de Dieu qui presse le cœur
et accélère le pouls
désarticule le rythme.
Les poètes sont assis à gauche de la main gauche
de Dieu
et jusqu'à Antero lui-même.
C'est avec elle que Dieu ébranle le monde
avec sa pluie et avec son feu
sa vague géante et son terrible
tremblement de terre.

Il n'est pas vrai que Dieu soit manchot
Dieu est gauche

________________

Christ Pantocrator (seconde moitié dù XII siècle)
Cathédrale de Monreale (Sicile)
...

Um verso


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Senhora das Tempestades (1998) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Um verso
Un vers


Um verso. Nada mais que um verso cintilante
contra o equilíbrio cósmico e a expansão do universo
na cauda do cometa mais errante
no coração do espaço e seu avesso
uma silaba cantante
um verso.
 
Para alem dos buracos negros e das linhas interstelares
um som no espaço
um eco pelos ares
um timbre um risco um traço.
 
Um som de um som: alquimia
de signos e sinais
não mais do que outra forma de energia
imagens espectrais
de um sol inverso
um ponto luminoso nos fractais
um verso.

Un vers. Rien de plus qu'un vers scintillant
contre l'équilibre cosmique et l'expansion de l'univers
sur la queue d'une comète en errance
au cœur de l'espace et son envers
une syllabe chantée
un vers.

Au-delà des trous noirs et des lignes interstellaires
un son dans l'espace
un écho dans l'air
un timbre un trait une trace.

Le son d'un son : l'alchimie
des signes et des signaux
pas plus qu'une autre forme d'énergie
images spectrales
d'un soleil inversé
un point lumineux parmi les fractales
un vers

________________

Lucio del Pezzo
L'espace (1933)
...

Quinto poema do pescador


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Senhora das Tempestades (1998) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Quinto poema do pescador
Cinquième poème du pêcheur


Eu não sei de oração senão perguntas
ou silêncios ou gestos ou ficar
de noite frente ao mar não de mãos juntas
mas a pescar.

Não pesco só nas águas mas nos céus
e a minha pesca é quase uma oração
porque dou graças sem saber se Deus
é sim ou não.

Je ne connais pas de prières mais j'ai des questions
ou des silences ou des gestes ou je reste
la nuit face à la mer non les mains jointes
mais pour pêcher.

Je ne pêche pas seulement dans les eaux mais
dans les cieux et ma pêche est presque une prière
car je peux rendre grâce sans savoir si Dieu
c'est oui ou non.

________________

William Turner
Pêcheurs en mer (1796)
...

Quarto poema do pescador


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Senhora das Tempestades (1998) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Quarto poema do pescador
Quatrième poème du pêcheur


Sei agora que Deus rola nas ondas
vem na última onda ei-lo na espuma
é reflexo brilho incandescência.
Se vou à pesca é para o procurar
se lanço a linha é para ver se o pesco
quando pesco um robalo eu pesco Deus
e é com ele que falo em frente ao mar
ele é eixo a alga o vento leste
a nuvem que lentamente cobre a lua
ele é a minha disposição e a minha comunhão
o fragmento da estrela que se vê ainda
a tainha que salta
ele é o grão da areia e a imensidão da noite
o finito e o infinito
vai na corrente corre-me no sangue
não sei que nome dar-lhe
digo Deus
ele é o laço que me prende e me desprende
o que palpita em mim e o que em mim morre
vem na sétima onda e bate no meu pulso
ele é o aqui o agora o nunca mais
a morte que está dentro
rola na onda
bate na sétima costela do meu corpo
chamo-lhe Deus porque ele é o tudo e é o nada
eternidade que não dura sequer o eu dizê-la
ei-lo na espuma na lua no reflexo
de repente um esticão a cana curva-se
é talvez um robalo de seis quilos
isto é a pesca
o meu falar com Deus ou com ninguém
sozinho frente ao mar.
Ele é o vento a noite a solidão
o robalo que luta contra a morte
e é a minha ligação magnética com Deus
esse umbigo do mundo
que rola sobre as ondas e cai do firmamento
com sua espuma e sua luz e sua noite
chamo-lhe Deus porque não sei como chamar
ao meu ser e não ser
de noite junto ao mar
quando regulo a amostra e sua fluorescência
pescando robalos
ou talvez Deus
e sua ausência.

Je sais maintenant que Dieu roule parmi les vagues
vient avec la dernière vague est là dans l'écume
est reflet éclat incandescence.
Si je vais à la pêche, c'est pour le chercher
et je lance ma ligne pour voir si je le pêche
lorsque je pêche un bar je pêche Dieu
et je parle avec lui face à la mer
lui est l'arbre des algues le vent d'est
le nuage qui recouvre lentement la lune
lui est mon inclination et ma communion
le fragment de l'étoile que l'on voit encore
le mulet-cabot qui saute
lui est le grain de sable et l'immensité de la nuit
le fini et l'infini
il va dans le courant, il court dans mon sang
je ne sais quel nom lui donner
je dis Dieu
lui est le lien qui me prend et me déprend
ce qui en moi palpite et ce qui meurt en moi
il vient avec la septième vague et bat à mon poignet
lui est l'ici le maintenant le jamais plus
la mort qui est dedans
il roule dans la vague
bat contre la septième côte de mon corps
Je l'appelle Dieu car il est tout et il n'est rien
l'éternité qui ne dure même pas le temps que je la dise
il est là dans l'écume dans la lune le reflet
une saccade et soudain la canne se plie
c'est peut-être un bar de six livres
voilà ce qu'est la pêche
mon dialogue avec Dieu ou personne
seul face à la mer.
Il est le vent la nuit la solitude
le bar qui lutte contre la mort
et c'est là ma relation magnétique avec Dieu
ce nombril du monde
qui roule sur les vagues et tombe du firmament
avec son écume et sa lumière et sa nuit
Je l'appelle Dieu car je ne sais pas comment appeler
mon être et mon non-être
la nuit près de la mer
lorsque je fixe mon leurre et sa fluorescence
pêchant du bar
ou peut-être Dieu
et son absence.

________________

Duccio di Buoninsegna
Pêche miraculeuse (1308-1311)
...

Foz do Arelho ou Primeiro poema do pescador


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Senhora das Tempestades (1998) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Foz do Arelho
ou  Primeiro poema do pescador
Foz do Arelho
ou  Premier poème de pêcheur


Este é apenas um pequeno lugar do mundo
um pequeno lugar onde à noite cintilam luzes
são os barcos que deitam as redes junto à costa
ou talvez os pescadores de robalos com suas lanternas
suas pontas de cigarro e suas amostras fluorescentes
talvez o Farol de Peniche com seu código de sinais
ou a estrela cadente que deixa um rastro
e nada mais.
 
Um pequeno lugar onde Camilo Pessanha voltava sempre
talvez pelo sol e as espadas frias
talvez pela orquestra e os vendavais
ou apenas os restos sobre a praia
«pedrinhas conchas pedacinhos d'osso»
e nada mais.
 
Um pequeno lugar onde se pode ouvir a música
o vento o mar as conjunções astrais
um pequeno lugar do mundo
onde à noite se sabe
que tudo é como as luzes que cintilam
um breve instante
e nada mais.

Ce n'est qu'un petit hameau du bout du monde
une bourgade où les lumières scintillent la nuit tombée
ce sont des bateaux jetant leurs filets près de la côte
ou peut-être des pêcheurs de bar avec leurs lanternes
leurs mégots de cigarettes et leurs hameçons fluorescents
peut-être le phare de Peniche avec les signaux de ses feux
ou l'étoile filante qui laisse une trace
et rien de plus.

Une petite bourgade où Camilo Pessanha revenait toujours
peut-être pour le soleil et ses froides épées
peut-être pour l'orchestre et les coups de vent
ou simplement les épaves et débris sur la plage
« Petits galets coquilles et os de seiche »
et rien de plus.

Une petite bourgade où l'on peut entendre la musique
du vent de la mer des conjonctions astrales
un petit hameau du bout du monde
où l'on sait la nuit tombée
que tout est comme des lumières qui scintillent
un bref instant
et rien de plus.

________________

Emiliano di Cavalcanti
Pêcheurs (1951)
...

Coração polar


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Senhora das Tempestades (1998) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Coração polar
Cœur polaire


Não sei de que cor são os navios
quando naufragam no meio dos teus braços
sei que há um corpo nunca encontrado algures
e que esse corpo vivo é o teu corpo imaterial
a tua promessa nos mastros de todos os veleiros
a ilha perfumada das tuas pernas
o teu ventre de conchas e corais
a gruta onde me esperas
com teus lábios de espuma e de salsugem
os teus naufrágios
e a grande equação do vento e da viagem
onde o acaso floresce com seus espelhos
seus indícios de rosa e descoberta.

Não sei de que cor é essa linha
onde se cruza a lua e a mastreação
mas sei que em cada rua há uma esquina
uma abertura entre a rotina e a maravilha
há uma hora de fogo para o azul
a hora em que te encontro e não te encontro
há um ângulo ao contrário
uma geometria mágica onde tudo pode ser possível
há um mar imaginário aberto em cada página
não me venham dizer que nunca mais
as rotas nascem do desejo
e eu quero o cruzeiro do sul das tuas mãos
quero o teu nome escrito nas marés
nesta cidade onde no sítio mais absurdo
num sentido proibido ou num semáforo
todos os poentes me dizem quem tu és.

Je ne sais de quelle couleur sont les navires
lorsqu'ils font naufrage entre tes bras
Je sais qu'il y a un corps jamais rencontré ailleurs
et que ce corps vivant est ton corps immatériel
ta promesse à tous les mâts de tous les voiliers
l'île parfumée de tes jambes
ton ventre de coquillages et de coraux
La grotte où tu m'attends
avec tes lèvres d'écume et de limons
tes épaves
et la grande équation du vent et des voyages
où l'aventure fleurit avec ses miroirs
et ses pistes de rose et d'inventions.

Je ne sais de quelle couleur est cette ligne
où se croise la lune et la mâture
mais je sais qu'en chaque rue il y a une percée
une ouverture entre la routine et la merveille
qu'il y a une heure de feu pour le bleu
une heure pour te rencontrer sans te trouver.
un angle, autrement dit
une géométrie magique où tout peut être possible
Qu'il y a une mer imaginaire ouverte en chaque page
Ne viens pas me dire que les routes
jamais plus ne naitront du désir
et je veux voir la Croix du Sud entre tes mains
Je veux que ton nom soit écrit sur les marées.
dans les cités dans tous les lieux les plus extravagants
dans les sens interdits et les feux de circulation
les couchers de soleil qui me disent qui tu es.

________________

Maria Helena Vieira da Silva
Naufrage (1944)
...

Ainda se ouve o galo...


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (janvier 2021) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Ainda se ouve o galo...
On peut encore entendre le coq...


Ainda se ouve o galo,
Como um “muezzin”,
Chamar na direcção da manhã,
Ainda que sem minaretes.
Entra-se na transmigração de rotinas,
De uma em outra, de veia em veia,
Pela luz obediente, boa católica.
Ronronam bairros, trepidam,
Com o seu quê de totémico,
Mas o rosto de cariátide
É comum a todas as tribos
E nada está vivo, nem Lares,
Nem as ninfas dos bosques sagrados,
Qualquer crença, qualquer gesto
É urticante:
Todos os deuses convergiram
Para o grande vazio
Ou talvez estejam no centro
Do grande vazio intransponível
E o galo canta pela terceira vez.

On peut encore entendre le coq
Chanter comme un « muezzin »,
Appeler dans la direction du matin,
Encore que sans les minarets.
La transmigration des habitudes est entrée,
De l'une en l'autre, et de veine en veine,
Avec une bonne lumière obéissante et catholique.
Des quartiers ronronnent, frémissent,
Avec un je-ne sais-quoi de totémique,
Mais le visage des cariatides
Est commun à toutes les tribus
Et rien n'est demeuré vivant, pas même les Lares,
Ni les nymphes des bosquets sacrés,
Certaines croyances, certains gestes
Sont urticants :
Tous les dieux ont convergé
Vers le grand vide
Ou peut-être sont-ils au centre
Du grand vide infranchissable
Et que le coq chante pour la troisième fois.

________________

Joan Miró
Le coq (1940)
...

Agora mesmo


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Chegar aqui (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Agora mesmo
En ce jour même


Está gente a morrer agora mesmo em qualquer lado
Está gente a morrer e nós também

Está gente a despedir-se sem saber que para
Sempre
Este som já passou Este gesto também
Ninguém se banha duas vezes no mesmo instante
Tu próprio te despedes de ti próprio
Não és o mesmo que escreveu o verso atrás
Já estás diferente neste verso e vais com ele

Os amantes agarram-se desesperadamente
Eis como se beijam e mordem e por vezes choram
Mais do que ninguém eles sabem que estão a despedir-se

A Terra gira e nós também A Terra morre e nós
Também
Não é possível parar o turbilhão
Há um ciclone invisível em cada instante
Os pássaros voam sobre a própria despedida
As folhas vão-se e nós
Também
Não é vento É movimento fluir do tempo
 amor e morte
Agora mesmo e para todo o sempre
Amen

l y a des gens un peu partout qui meurent en ce moment
Il y a des gens qui meurent et nous aussi

Il y a des gens qui se disent adieu sans savoir que pour
Toujours
Ces mots sont du passé Ce geste aussi bien
On ne se baigne jamais deux fois dans la même eau
Tu te fais des adieux à toi-même
Tu n'es plus le même que celui qui écrivit ce vers passé
Tu es différent déjà dans ce vers et avec lui tu t'en vas.

Les amoureux s'agrippent désespérément
Vois comme ils s'embrassent et se mordent et pleurent aussi
Plus que quiconque, ils savent ce que veut dire adieu

La Terre tourne et nous aussi. La Terre meurt et nous
Aussi
Il n'est pas possible d'arrêter le tourbillon
Il y a un cyclone invisible en chaque instant
Les passereaux emportent leurs adieux à tire-d'aile
Les feuilles s'en vont et nous
Aussi.
Non le vent Mais le mouvement qui flue du temps
 d'aimer et de mourir
En ce jour même et pour toujours.
Amen

________________

Galileo Chini
Le typhon (1911)
...

Ouvi dizer que os bárbaros


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel Alegre »»
 
Babilónia (1983) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Ouvi dizer que os bárbaros
J'ai ouï dire que les barbares


Este é tempo de facto e de notícia.
Não ouves o rumor do acontecer?
A fonte do petróleo (diz-se) vai secar
verás a Europa à luz de uma candeia
verás a giesta e a catedral
a flor e a pedra
a breve eternidade dentro do efémero.
 
E quem dirá ó Dante
a ordem que termina?
 
Talvez um mensageiro chegue ao amanhecer.
Ouvi dizer que os bárbaros estão dentro da cidade
mas ainda há pão e circo
alguns Calígulas
e longas filas de automóveis ao domingo.
 
Em Stratford-on-Avon o rio corre
e a inflação aumenta na Primavera.
Como cantar sem que o poema seja
uma história narrada por um louco
num palco vazio
para ninguém?
 
Em Stratford-on-Avon o rio corre
sobem salmões as águas da Galiza
e num lugar chamado Chãs
em Águeda
as laranjeiras começam a dar flor.
 
Junto à fronteira em aldeias muito velhas
ainda cheira a pão.
Verás a toalha branca sobre a mesa
um cheiro a linho e hortelã
ou talvez ao bolor que vem das arcas
junto à fronteira em aldeias muito velhas.
 
Talvez se encontre um espaço para o homem
não propriamente o frigorífico
nem a ilusão de domingo
talvez se encontre ainda um espaço
como um pouco de pão em cima
da toalha branca. Ou talvez a alegria
nos lagares de Setembro.
 
Repara como Roma se esgota
nas suas hombas
de gasolina. São longas
intermináveis
filas
de solidão.
Este é o tempo do homem exilado
nas ruas sem alma
de uma cidade estrangeira.
Ó solidão solidão
sombras e sombras na Via Appia.
 
Poderás ainda olhar as vinhas
nas encostas do Reno. Ou então beber cerveja
numa taberna velha de Estrasburgo.
Se tiveres sorte poderás ouvir
um canto muito belo
na Catedral de Metz.
 
E também o murmúrio do Trastevere
olhar a Piazza Navona
e pensar nos momentos altos
de Roma tão antiga.
 
Mas há um cronómetro no ritmo do teu sangue
e os teus sentidos já não sabem
o ciclo das estações.
Quem pode ainda povoar de azul
os pátios do olhar?
 
Os bárbaros estão dentro da cidade
talvez até dentro de ti.
Não ouves o rumor? É Roma a rastejar
nas auto-estradas da tristeza
ou talvez Átila que passa
com seus corcéis de sonho e de sucata.
 
E como esconjurar tantos presságios?
Dizer por exemplo: Eis aqui
a nova ordem dos séculos.
 
Talvez um mensageiro chegue ao amanhecer.
E não sei ó Virgílio se o mel correrá
como orvalho do tronco dos carvalhos.
 
Talvez ainda o linho e a hortelã
talvez ainda o vinho
a velha mesa
uma branca ternura
um pouco
um pouco de beleza.

C'est le temps des faits et des nouvelles.
N'entends-tu pas la rumeur des évènements ?
La source du pétrole (dit-on) va se tarir
et tu verras l'Europe à la lumière d'une chandelle
tu verras le genêt et la cathédrale
la fleur et la pierre
la brève éternité au-dedans de l'éphémère.

Et qui dira ô Dante
l'ordre qui prend fin ?

Peut-être un messager va-t-il arriver ce matin
J'ai ouï dire que les barbares était dans la ville
mais il y a encore du pain et des jeux
quelques Caligulas
et de longues files d'automobiles le dimanche.

À Stratford-on-Avon il coule un fleuve
et l'inflation augmente au Printemps.
Comment chanter sans que le poème soit
une histoire narrée par un fou
sur une scène vide
et pour personne ?

À Stratford-on-Avon il coule un fleuve
des saumons remontent les eaux de la Galice
et dans un lieu appelé Chãs
près de Águeda1
les orangers commencent à fleurir.

Près de la frontière dans de très anciens villages
sentant encore le bon pain,
tu verras la nappe blanche sur la table
et son odeur de lin et de menthe
ou de ce moisi peut-être qui vient des bahuts
près de la frontière dans de très anciens villages.

Peut-être va-t-on trouver un espace pour l'homme
qui soit autre chose que le réfrigérateur
ou l'illusion du dimanche
peut-être va-t-on trouver encore un espace
comme un peu de pain sur
une nappe blanche. Ou peut-être la joie
dans les pressoirs de Septembre.

Vois comment Rome s'épuise
dans ses pompes
à essence. Ce sont de longues
interminables
files
de solitude.
Voici le temps de l'homme exilé
dans les rues sans âme
d'une ville étrangère.
Ô solitude solitude
ombres et ombres sur la Voie Appienne.

Tu pourras aussi regarder les vignes
sur les coteaux du Rhin. Ou encore boire de la bière
dans une vieille taverne de Strasbourg.
Et si tu as de la chance tu pourras écouter
un chant très beau
dans la Cathédrale de Metz.

Et peut-être le murmure du Transtévère
voir la Place Navone
et songer aux illustres moments
d'une Rome très antique.

Mais il y a un chronomètre au rythme de ton sang
et tes sens ne savent plus déjà
le cycle des saisons.
Qui peut encore peupler d'azur
les patios du regard ?

Les barbares étaient dans la ville
et peut-être jusqu'en toi-même.
N'entends-tu pas la rumeur ? C'est Rome qui se traine
sur les autoroutes de la tristesse
ou peut-être Attila qui passe
avec ses coursiers de rêve et de mitraille.

Et comment conjurer tant de présages ?
Dire par exemple : Voici
le nouvel ordre des siècles.

Peut-être un messager va-t-il arriver ce matin.
Et je ne sais ô Virgile si le miel coulera
comme la rosée du tronc des chênes.

Peut-être encore le lin et la menthe
peut-être encore le vin
la vieille table
une blanche tendresse
un peu
un peu de beauté.

________________

Pierre Mortier
Roma, Piazza del popolo (1724)
...