Do sono da desperta Grécia


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Transporte no tempo (1973) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Do sono da desperta Grécia
Du sommeil des lumières de la Grèce


Nenhuma voz em esparta nem no oriente
se dirigira ainda aos homens do futuro
quando da acrópole de atenas péricles hierático
falou: «ainda que o declínio das coisas
todas humanas ameace sabei vós ó vindouros
que nós aqui erguemos a mais célebre e feliz cidade»
Eram palavras novas sob a mesma
abóbada celeste outrora aberta em estrelas
sobre a cabeça do emissário de argos
que aguardava o sinal da rendição de tróia
e sobre o dramaturgo sófocles roubando
aos dias desse tempo intemporais conflitos
chegados até nós na força do teatro
Apoiada na sua longilínea lança
a deusa atenas pensa ainda para nós
Pela primeira vez o homem se interroga
sem livro algum sagrado sobre a sua inteligência
e a tragédia a arte o pensamento
desvendam o destino a divindade o universo
Em busca da verdade o homem chega
às noções de justiça e liberdade
Após quatro milénios de uma sujeição servil
o homem olha os deuses face a face
e desafia a força do tirano
E nós ainda hoje nos interrogamos
a interrogação define a nossa livre condição
O desafio de antígona e de prometeu
é hoje ainda o nosso desafio
embora como um rio o tempo haja corrido
«Diz em lacedemónia ó estrangeiro
que morremos aqui para servir a lei»
«E se esta noite é uma noite do destino
bendita seja ela pois é condição da aurora»
Palavras seculares vivas ainda agora
Uma grécia secreta dorme em cada coração
na noite que precede a inevitável manhã
Aucune voix dans sparte ni en orient
ne s'était encore adressée aux hommes du futur
lorsque périclès hiératique depuis l'acropole d'athènes
parla : « bien que le déclin de toutes les choses
humaines vous menace, savez-vous ô mes fils
que nous élevons ici la plus célèbre des cités heureuses ».
C'étaient des paroles nouvelles sous la même
voûte céleste jadis ouverte aux étoiles
au-dessus de la tête de l'émissaire d'Argos
qui attendait le signe de la reddition de Troie
et sur le dramaturge Sophocle qui dérobait
aux jours de cette époque des conflits intemporels
nous atteignant par la force du théâtre
Appuyée sur sa lance longiligne
la déesse athéna pense encore à nous
Pour la première fois, l'homme s'interroge
sans aucun livre sacré sur son intelligence
et la tragédie l'art et la pensée
soulèvent le voile sur le destin la divinité l'univers
À la recherche de la vérité, l'homme arrive
aux notions de justice et de liberté
Après quatre millénaires d'une sujétion servile
l'homme regarde les dieux face à face
et défie la force du tyran
Et nous encore aujourd'hui nous nous interrogeons
l'interrogation définit notre libre condition
Le défi d'antigone et de prométhée
est encore aujourd'hui notre défi bien
que le temps comme un fleuve ait couru
« Dit en lacédémone ô étranger
que nous mourrons ici pour servir la loi »
«Et si cette nuit est une nuit du destin
qu'elle soit bénie elle est la condition de l'aube »
Paroles séculaires toujours vivantes
Une Grèce dort secrète en chacun de nos cœurs
dans la nuit qui précède l'inévitable matin
________________

Phidias (environ 438 avant J.C.)
Athéna Parthénos (copie romaine, II sec. après J.C.)
...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire