Carlos Drummond de Andrade


• Carlos Drummond de Andrade (Itabira, 31/10/1902 - Rio de Janeiro, 17/08/1987) est un poète, conteur et chroniqueur brésilien, des plus influents du XXème siècle. Il appartient à la seconde génération du modernisme brésilien.
• Neuvième fils d'une famille de propriétaires terriens, Carlos passe son enfance dans sa région natale. Il entre en 1916 au Collège Arnaldo de Belo Horizonte, mais de santé fragile, il doit retourner à Itabara où il reçoit des cours particuliers
• Plus tard, il entre au Collège Anchieta de Nova Friburgo, publie son premier poème en prose « Onda » dans le journal local d'Itabira. Et en 1919, suite à un incident avec son professeur de portugais, il est expulsé de son école pour « insubordination mentale »
• En 1920, sa famille déménage à Belo Horisonte. Carlos commence à fréquenter les milieux littéraires, les habitués de la Librairie Alves et du Café Estrela. Il s'inscrit en 1923 à l'École d'odontologie et de pharmacie, et l'année suivante, fait la connaissance, au Grand Hôtel de Belo Horizonte, de Blaise Cendrars, Mário de Andrade, Oswald de Andrade et de la peintre Tarsila do Amaral, revenant d'une excursion dans les villes historiques du Minas Gerais
• En 1925 Il épouse Dolores Dutra de Morais, dont il aura une fille Julieta. Ne trouvant d'intérêt ni au métier de pharmacien, ni à la vie rurale, Carlos commence à enseigner la géographie et le portugais à Itabara. Puis revenu à Belo Horizonte, il devient rédacteur en chef du Diário de Minas. Poste qu'il abandonne plus tard pour entrer au Minas Gerais, l'organe officiel de l'état. Villa-Lobos compose une sérénade sur son poème « Cantiga de viúvo »
• 1930 Il publie son premier recueil de poésie. Et entre au cabinet de son ami Gustavo Capanema, gouverneur du Minas Gerais. Son père meurt l'année suivante. Il déménage en 1934 à Rio de Janeiro, et devient chef de cabinet, lorsque Capanema est nommée ministre de l'éducation. Carlos continue au cours de ces années son travail de rédacteur en chef de différents journaux.
• À partir de la parution de Sentimento do Mundo, en 1940, Carlos va publier une trentaine de recueils de poésie. Il commence aussi à traduire de grandes oeuvres de la littérature française, comme Mauriac, Balzac ou Choderlos de Laclos.
Il quitte en 1945 son poste de chef du cabinet de Capanema, et on le retrouve, pour quelques temps, codirecteur du quotidien communiste Tribuna Popular. Il travaille ensuite à la direction du Patrimônio Histórico e Artístico Nacional (DPHAN), section Histoire. L'année suivante, il reçoit le prix de la Société Felipe d’Oliveira pour son œuvre.
• 1948 est l'année de la mort de sa mère. pendant que les funérailles de celle-ci étaient célébrées à Itabira, la première de l'opéra Poéma de Itabira de Villa-Lobos était jouée à Rio de Janeiro, opéra basé sur l'un des poèmes de Carlos : Viagem na família.
• Il commence à publier en 1954 des chroniques “Imagens”, dans le Correio da Manhã. Le journal maintiendra ces pages jusqu'en 1969. Et en 1959, sa traduction de Doña Rosita la Soltera, de García Lorca, reçoit le prix Padre Ventura.
• À 60 ans, en 1962, il publie l'une de ses anthologies poétiques et un recueil de nouvelles et de chroniques, A bolsa & a vida, qui retrace d'une écriture légère, fluide et humoristique, les aspects de la réalité brésilienne et mondiale au long des années 1950. Il traduit aussi, Maeterlinck et Molière, et reçoit de nouveau, le prix Padre Ventura. Il prend alors sa retraite en tant que chef de section du DPHAN, après 35 ans de service public.
• Il commence une série d'émissions Cadeira de Balanço, à la radio du Ministère de l'Éducation, et dans les années qui suivent, continue de publier recueils de poèmes, chroniques et nouvelles, publie ses oeuvres complètes, et reçoit de nombreux prix, mais il récuse, par objection de conscience, le Prêmio Brasília de Literatura, de la Fundação Cultural do Distrito Federal.
• En 1984, il termine sa carrière de chroniqueur régulier après 64 ans consacrés au journalisme. Souffrant d'insuffisance cardiaque, il passe en 1986, quatorze jours à l'hôpital.
• En 1987, la Estação Primeira de Mangueira lui rend hommage avec la samba-enredo « O reino das palavras ». La troupe est sacrée vainqueur du carnaval de Rio en 1987. Le 5 août sa fille unique, Maria Julieta, décède d'un cancer. Très affecté, Carlos Drummond de Andrade meurt à son tour, quelques jours plus tard de complications cardiaques. Il est inhumé dans la même tombe que sa fille au cimetière São João Batista de Rio de Janeiro.
*
ŒUVRES POÉTIQUES PUBLIÉES (28 recueils de poésie, et 8 anthologies)


• 1930 Alguma Poesia
• 1934 Brejo das Almas
• 1940 Sentimento do Mundo
• 1942 José
• 1945 A Rosa do Povo
• 1948 Novos poemas
• 1951 Claro Enigma
• 1954 Fazendeiro do Ar
• 1954 Quadrilha»
• 1955 Viola de Bolso
• 1964 Lição de Coisas
• 1968 Boitempo» 1968
• 1968 Un Falta Que Ama
• 1968 Nudez

• 1973 As Impurezas do Branco
• 1973 Menino Antigo (Boitempo II)
• 1977 A Visita
• 1977 Discurso do Primavera
• 1977 Alguma Sombra
• 1978 O Marginal Clorildo Gato
• 1979 Esquecer para Lembrar (Boitempo III)
• 1980 A Paixão de Medida
• 1983 Caso do Vestido »
• 1984 Corpo
• 1985 Amar se aprende amando
• 1988 Poesia Errante
• 1992 O Amor Naturel
• 1996 Farewell

ANTHOLOGIES POÉTIQUES :


• 1950 A última pedra no meu caminho
• 1956 50 poemas escolhidos pelo autor
• 1962 Antologia Poética
• 1965 Antologia Poética
• 1971 Seleta em Prosa e Verso
• 1975 Amor, Amores
• 1982 Carmina drummondiana
• 1987 Boitempo I e Boitempo II




OEUVRES EN PROSE :


• 1944 Confissões de Minas
• 1951 Contos de Aprendiz
• 1952 Passeios na Ilha
• 1957 Fala, amendoeira
• 1962 A bolsa & a vida
• 1966 Cadeira de balanço
• 1970 Caminhos de João Brandão
• 1972 O poder ultrajovem e mais 79 textos em prossa e verso
• 1974 De notícias & não-notícias faz-se a crônica
• 1977 Os dias lindos
• 1978 70 historinhas
• 1981 Contos plausíveis
• 1984 Boca de luar
• 1985 O observador no escritório
• 1986 Tempo vida poesia
• 1987 Moça deitada na grama
• 1988 O avesso das coisas
• 1989 Auto-retrato e outras crônicas




AUTRES PUBLICATIONS :

– LITTÉRATURE ENFANTINE –

• 1983 O Elefante
• 1985 História de dois amores
• 1988 O pintinho

– TRADUCTIONS –

• 1943 Thérèse Desqueyroux, de François Mauriac (France)
• 1947 Les Liaisons dangereuses, de Choderlos de Laclos (France)
• 1954 Les Paysans, de Balzac (France)
• 1956 Albertine disparue, ou La Fugitive, de Marcel Proust (France)

• 1959 Doña Rosita la Soltera, de García Lorca (Espagne)

• 1960 Oiseaux-Mouches Ornithorynques du Brésil, de Descourtilz (France)
• 1962 L’Oiseau bleu, de Maeterlinck (France)
• 1962 Les Fourberies de Scapin, de Molière (France)

• 1963 Sult, de Knut Hamsun (Norvège)

et nombre de poètes : Vicente Aleixandre, Guillaume Apollinaire, Bertold Brecht, Aimé Césaire, Paul Éluard, Léon Felipe, Nicolás Guillén, Henri Heine, Juan Ramón Jiménez, Garcia Lorca, Jacques Prévert, Pedro Salinas, Jules Supervielle

HOMMAGES & DISTINCTIONS :

• 1959 Prix Padre Ventura pour sa traduction de Frederico Garcia Lorca
• 1962 Prix Padre Ventura pour ses traduction de Maeterlink et Molière
• 1963 Prix Fernazndo Chinaglia de l'União Brasileira de Escritores
• 1963 Prix Luísa Cláudio de Sousa, du PEN Clube do Brasil
• 1974 Prix de Poesie de l'Associação Paulista de Críticos Literários.
• 1975 Prix Nacional Walmap de Literatura
• 1975 Prix Brasília de Literatura, da Fundação Cultural do Distrito Federal (Refusé par l'auteur)
• 1980 Prix de journalisme Estácio de Sá
• 1980 Prix de poésie Morgado Mateus
• 1982 docteur honoris causa de l'Universidade Federal do Rio Grande do Norte
• 1983 Troféu Juca Pato (Refusé par l'auteur)

*

________________
POÉSIE EN LIGNE


  • Extraits de Alguma poesia (1930) :
1
2
3
4
5
6
7
8
A rua diferente
Infância
No meio do caminho
Poema de Sete Faces
Poesia
Quadrilha
Sentimental
Também já fui brasileiro...
La rue a changé
Enfance
Au milieu du chemin
Poème à Sept Faces
Poésie
Quadrille
Sentimental
D'emblée, je fus brésilien


  • Extraits de Brejo das almas (1934) :
1
2
3
4
5
Aurora
Não se mate
Necrológio dos desiludidos do amor
Segredo
Soneto da perdida esperança
Aurore
Ne te tue pas
Nécrologie des déçus de l'amour
Secret
Sonnet de l'espoir perdu


  • Extraits de Sentimento do Mundo (1940) :
1
2
3
4
5
6
7
A noite dissolve os homens
Congresso Internacional do Medo
José
Mãos dadas
Menino chorando na noite
Os ombros suportam o mundo
Sentimento do mundo
La nuit dissous les hommes
Congrès International de la Peur
José
Par la main
Enfant qui pleure dans la nuit
Tes épaules supportent le monde
Sentiment du monde


  • Extraits de A rosa do povo (1945) :
1
2
3
4
5
6
7
8
A Flor e a Náusea
Carrego comigo
Consolo na praia
Fragilidade
Morte do leiteiro
Nova Canção do Exílio
Passagem do Ano
Vida menor
La fleur et la nausée
Je porte avec moi
Consolation sur la plage
Fragilité
La mort du laitier
Nouvelle chanson de l'exil
Nuit du nouvel an
Vie mineure


  • Extraits de Claro enigma (1951) :
1
2
3
Amar
Memória
Ser
Aimer
Mémoire
Être


  • Extraits de Fazendeiro do ar (1954) :
1
Lagoa
L'étang


  • Extraits de As Impurezas do Branco (1973) :
1
Amor e seu tempo
L'amour et son temps


  • Extraits de Discurso de Primavera e Algumas Sombras (1977) :
1
2
A palavra mágica
Visão de Clarice Lispector
La parole magique
Vision de Clarisse Lispector


  • Extraits de Corpo (1984) :
1
2
3
As sem-razões do Amor
Ausência
Verdade
Les sans raisons d'Amour
Absence
Vérité


  • Extraits de Amar se Aprende Amando (1985) :
1
2
Além da Terra, além do Céu
O tempo passa? Não passa...
Au-delà de la Terre, au-delà des Cieux
Le temps passe-t-il ? Non...


  • Extraits de Farewell (1996) :
1
2
A casa do tempo perdido
A um Ausente
La cabane du temps perdu
À un absent








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire