Vinicius de Moraes


• Marcus Vinícius da Cruz de Melo Moraes (né le 19/10/1913 à Rio de Janeiro – mort le 09/07/1980 à Rio de Janeiro) est un personnage clef de la musique brésilienne contemporaine. Il se disait lui-même, musicien, compositeur, chanteur, pianiste, parolier, poète et diplomate.
• Vinicius a passe sa jeunesse dans un milieu catholique et musicien. Son père, fonctionnaire de préfecture, est violoniste et sa mère une pianiste amateur. La période est politiquement troublée et la famille déménage fréquemment.
• À partir de 1924, il fréquente le lycée jésuite de St. Ignatius, esquisse et fait jouer quelques pièces de théâtre puis trois ans plus tard, se lie d'amitié avec les frères Tapajós.
• C'est à cette époque qu'il commence à écrire ses premières compositions poétiques et musicales. En 1929, il est admis à la Faculté de droit de Rio de Janeiro (UFRJ) où il rencontre le romancier Otávio de Faria, militant intégriste catholique d'un groupe de droite organisé autour du Centro Dom Vital.
• Vinicius obtient son diplôme universitaire en 1933. Peu de temps après, il publie ses deux premiers recueils de poésie : Caminho para a distancia et Forma e exegese sous la direction informelle de Faria. Ce sont des recueils d'inspiration symboliste empreint de mysticisme. Mais la tension entre leur activisme catholique mutuel et l'attirance homosexuelle non partagé de Faria envers Moraes limitera leur amitié. En 1936, il devient (pour les 6 mois d'un remplacement) censeur de films auprès du ministère de l'Éducation et de la Santé
• En 1938, il obtient une bourse du British Council pour étudier la langue et la littérature anglaises à l'Université d'Oxford. Il est alors considéré comme l'une des plus éminents personnalité de la "Génération des 45", et apprécié, ainsi que son ami, João Cabral de Melo Neto, pour la haute technicité de sa poésie. Pendant son séjour en Angleterre, Vinicius écrit Novos poemas et se marie (par procuration) à Beatriz Azevedo de Mello, avec qui il aura deux enfants. Ce mariage qui dura dix ans, fut suivi - Vinicius étant un éternel amoureux - de huit autres durant les 30 années qu'il lui restait à vivre.
• En 1941, il retourne au Brésil, travaille comme critique de cinéma pour le journal A Manhã, collabore à la revue littéraire Clima, où il retrouve Manuel Bandeira qui avait fait l'éloge de son second recueil et avec lequel il se lia d'amitié, après leur rencontre en 1936. Il fréquente aussi bien des cercles célèbres carioca de l'époque qui élargissent ses horizons.
• En 1942, il échoue au concours d'admission à une carrière diplomatique au ministère des Affaires étrangères (MRE). Puis, il est chargé d'accompagner l'écrivain américain Waldo Frank, une connaissance littéraire, lors d'une tournée dans le nord du Brésil. Pour reprendre les mots de Moraes, c'est le contact à la fois de Frank et de la « pauvreté épouvantable » (qu'il découvre dans les favelas) qui fait de lui « un homme de gauche ». Et c'est lors d'une de ces incursions à Morro do Pinto qu'il eut pour la première fois l'idée de sa pièce de théâtre Orfeu da Conceição.
• Deux ans plus tard, il réussit à rejoindre le corps diplomatique brésilien et publie Cinco Elegias,avec le soutien financier de Bandeira, qui collabore aussi au projet graphique. En 1946, on le nomme à Los Angeles comme vice-consul. Ce fut là son premier poste diplomatique. Il s'installe avec sa femme à Hollywood, prend contact avec les milieux du cinéma et du jazz, publie Poemas, Sonetos e Baladas, livre qui sera rebaptisé en 1974 : O encontro cotidiano, et se lie d'amitié avec Orson Wells.
• À l'initiative de son ami, João Cabral de Melo Neto, lui aussi fonctionnaire d'Itamaraty (le palais de Brasilia occupé par les Affaires Étrangères), Vinicius voit son poème Pátria minha, écrit en 1946, à Los Angeles, obtenir un tirage spécial de cinquante exemplaires, réalisé sur la presse personnelle du poète de Pernambuco. La plaquette est connue sous le nom de, O Livro Inconsútil
• À la mort de son père en 1950, il retourne au Brésil. Les années qui suivent, il fait de nombreux voyages en relation avec le cinéma. Lorsqu'il propose son Festival du Film de São Paulo, il est envoyé en Europe étudier l'organisation de festivals comme Berlin, Cannes, Locarno, Venise. Alors qu'il était à Paris, comme second secrétaire d’ambassade, il rencontre le producteur Sacha Gordine et lui présenta le livret de Orfeu da Conceição démarré plus de 10 ans auparavant, et commence à imaginer un Orphée noir.
• Lors du quatrième centenaire de la ville de São Paulo, le livret d’Orfeu da Conceição remporte le premier prix du concours de théâtre. Jobim compose plusieurs chansons pour la pièce. Puis Vinícius fait jouer Orfeu da Conceição au théâtre municipal de Rio en 1956, alors que le projet du film Orfeu Negro, produit par Sacha Gordine et réalisé par Marcel Camus prenait forme.
• À partir de 1958, La musique envahit définitivement la vie du poète avec la sortie de l'album Canção do amor demais, dans lequel Elizeth Cardoso interprète treize chansons du duo Tom Jobim et Vinicius de Moraes. On y trouve également la guitare de João Gilberto. Le rythme, ajouté aux compositions du duo, révèle au monde entier une forme nouvelle de musique, la Bossa Nova.
• Au cours des années 1960, Vinícius se mit à collaborer avec bien d'autres musiciens brésiliens, déjà renommés ou qui allaient le devenir, comme : Tom Jobim, Baden Powell, Chico Buarque, Edu Lobo, Carlos Lyra, et surtout Toquinho (son partenaire le plus durable et son meilleur ami).
• La production poétique de Vinicius certes diminue au profit de sa discographie avec ses partenariats musicaux. Signalons cependant : O mergulhador 1968, A arca de Noé 1970, enfin en 2008 parait à titre posthume : Poemas esparsos qui regroupe un grand nombre de poèmes inédits s'étendant sur la période 1930-1970.
• Les lois sur la censure ayant été renforcées par le régime militaire, il dut quitter ses fonctions diplomatiques à partir de 1968.
• Il meurt, victime d'un œdème pulmonaire, le 9 juillet 1980 dans sa maison de Gavea (Rio de Janeiro) en compagnie de Toquinho et de sa dernière épouse Gilda de Queirós Mattoso.
*
ŒUVRES POÉTIQUES PUBLIÉES (13 recueils de poésie, dont un recueil d'inédits - posthume)


• 1933 O caminho para a distância
• 1935 Forma e exegese
• 1936 Ariana, a mulher
• 1938 Novos poemas
• 1943 Cinco elegias
• 1946 Poemas, sonetos e baladas

• 1949 Pátria minha (O Livro Inconsútil)
• 1954 Antologia poética
• 1957 Livro de sonetos
• 1959 Novos poemas II
• 1968 O mergulhador
• 1970 A arca de Noé
• 2008 Poemas esparsos

PIÈCES DE THÉÂTRE :


• 1954 Orfeu da Conceição (1954)
• 1961 Procura-se uma rosa
• 1961 As feras
• 1965 Cordélia e o peregrino



AUTRES PUBLICATIONS

 – RÉCITS EN PROSE –

• 1962 Para viver um grande amor
• 1966 Para uma menina com uma flor

 – DISCOGRAPHIE –

Vinicius de Moraes\ Musica\ Discos
Cette discographie couvre la trajet musical de Vinicius de Moraes entre 1956, date de sortie de l'album dédié à la bande originale de sa pièce Orfeu da Conceição, et 1980, année de sa mort et des derniers disques qu'il réalisa avec Toquinho.

 – CHANSONS –

Vinicius de Moraes\ Musica\ Canções
Vous trouverez à cette entrée, le texte en portugais de toutes le chansons composées par Vinicius de Moraes

*

________________
POÉSIE EN LIGNE


  • Extraits de O caminho para a distância (1933) :
1
2
3
4
5
6
7
A esposa
Carne
Desde sempre
Inatingível
O poeta
Solidão
Velha história
L'épouse
Chair
Depuis toujours
Inaccessible
Le poète
Solitude
Vieille histoire


  • Extraits de Forma e exegese (1935) :
1
2
Ausência
O cadafalso
Absence
La potence


  • Extraits de Novos Poemas (1938) :
1
2
3
O falso mendigo
Poema para todas as mulheres
Vida e poesia
Le faux mendiant
Poème à toutes les femmes
Vie et poésie


  • Extraits de Poemas, Sonetos e Baladas (1946) :
1
2
3
4
5
Mar
Os acrobatas
Poema de Natal
Soneto de Fidelidade
Soneto de Separação
Mer
Les acrobates
Poème de Noël
Sonnet de la Fidélité
Sonnet de la Séparation


  • Extraits de Pátria Minha (1949) :
1
Pátria Minha
Ma Patrie


  • Extraits de Antologia Poética (1954) :
1
2
3
4
5
6
A ausente
A paixão da carne
Balada dos mortos dos campos de concentração
O rio
O tempo nos parques
Poema enjoadinho
L'absente
La passion de la chair
Ballade des morts des camps de concentration
Le fleuve
Le temps dans les parcs
Poème un peu dégoûté


  • Extraits de Livro de Sonetos (1957) :
1
2
Soneto da hora final
Soneto da rosa tardia
Sonnet de la dernière heure
Sonnet de la rose tardive


  • Extraits de Novos poemas II (1959) :
1
2
3
4
A hora íntima
Menino morto pelas ladeiras de Ouro Preto
O operário em construção
Ternura
L'heure intime
Petit garçon mort sur les pentes d'Ouro Preto
L'ouvrier du bâtiment
Tendresse


  • Extraits de Jardim noturno. Poemas inéditos (1993) :
1
Ela entrou como um pássaro...
Elle entra comme un oiseau...


  • Extraits de Poemas esparsos (2008, póstumo) :
1
2
3
A ponte de Van Gogh
Cemitério marinho
O Haver
Le pont de Van Gogh
Cimetière marin
L'avoir








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire