Avião


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Horto de incêndio (1997) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Avião
Avion


envolto num lençol de cal duas cintilações
sobre as pálpebras húmidas e um ardor perfura
a noite onde uma ponte atravessa um rio

o vôo é demorado
ficaste a saber que nem deus é eterno
desfez-se no erro daquilo que criou perdeu-se
nas suas imperfeições e certezas

agora pela janela do avião vês como tudo é mínimo
lá em baixo – quando a oriente da loucura
a mão cinzenta do inverno perdura no rosto
daqueles que sonolentos viajam dentro
deste pequeno túmulo de serenidade

enveloppé dans un drap de chaux deux clignotements
sur tes paupières humides et une brûlure qui perfore
la nuit où un pont traverse la rivière

le vol est de longue durée
tu as appris que même dieu n'est pas éternel
il a défait l'erreur de sa création et s'est perdu
dans ses imperfections ses certitudes

maintenant
par le hublot de l'avion tu vois que tout est minuscule
là en bas – quand l'orient de la folie
la main grise de l'hiver s'attardent sur le visage
de ceux qui somnolents voyagent dans
ces petits cercueils de sérénité

________________

Anselm Kiefer
Les Argonautes (2017)
...

Acordar tarde


Nome :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Horto de incêndio (1997) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Acordar tarde
Réveil tardif


tocas as flores murchas que alguém te ofereceu
quando o rio parou de correr e a noite
foi tão luminosa quanto a mota que falhou
a curva - e o serviço postal não funcionou
no dia seguinte

procuras ávido aquilo que o mar não devorou
e passas a língua na cola dos selos lambidos
por assassinos - e a tua mão segurando a faca
cujo gume possui a fatalidade do sangue contaminado
dos amantes ocasionais - nada a fazer

irás sozinho vida dentro
os braços estendidos como se entrasses na água
o corpo num arco de pedra tenso simulando
a casa
onde me abrigo do mortal brilho do meio-dia

tu touches les fleurs fanées qu'une personne t'a offertes
lorsque le fleuve a cessé de couler et la nuit
était si lumineuse que la moto a manqué
le virage - et le service postal n'a pas fonctionné
le jour suivant

tu cherches avec avidité ce que la mer n'a pas dévoré
et tu passes ta langue sur la colle des timbres léchés
par des assassins - et ta main tient le couteau
dont le tranchant possède la fatalité du sang contaminé
des amants occasionnels - rien à faire

tu iras seul vie au-dedans
les bras tendus comme si tu entrais dans l'eau
le corps sous une arche de pierre serrée simulant
la maison
où je m'abrite de la lumière mortelle de midi

________________

Mario Mafai
Fleurs séchées (1937)
...

No exíguo espaço do corpo...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
O livro dos regressos (1989) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


No exíguo espaço do corpo...
Dans l'espace exiguë du corps...


no exíguo espaço do corpo ou da casa
tentas perpetuar a forma dos brinquedos acesos
por um misterioso cordel de poeira luminosa

sabes como é falso o tempo das imagens
dos gestos inacabados que te evocam o rosto
perdido no confuso sémen dos sonhos

e ao anoitecer adquires nome de ilha ou de vulcão
deixas viver sobre a pele uma criança de lume
e na fria lava da noite ensinas ao corpo
a paciência o amor o abandono das palavras
o silêncio
e a difícil arte da melancolia

dans l'espace exiguë du corps ou de la maison
tu essayes de perpétuer la forme de jouets éclairés
par une mystérieuse chaîne de poussière lumineuse

tu sais combien est faux le temps des images
des gestes inachevés qui évoquent ton visage
perdu dans la confusion séminale des rêves

et au crépuscule tu obtiens le nom d'une île ou d'un volcan
tu laisses un enfant de feu vivre sur ta peau
Et dans la froide lave de la nuit tu apprends au corps
la patience l'amour l'abandon des mots
le silence
et l'art difficile de la mélancolie

________________

Odd Nerdrum
Mélancolie (2002)
...

O silêncio dobra o dia...


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (octobre 2020) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


O silêncio dobra o dia...
Le silence replie le jour...


O silêncio dobra o dia,
Deposita-o no cinerário dos passados,
A noite liberta-se.
Sente-se.

Aqui me sento.
Espero que ela me lacre,
Que ela acabe comigo qual hoje fui,
Que do centro dela
Eu nada veja para trás o quanto fui.

A noite vem despertar um pouco mais
A minha vocação para a morte,
O morto que cresce e me estagna,
E me enlameia.
Preparo-me para renascer.

Le silence replie le jour,
Et le dépose dans le cinéraire des temps passés,
La nuit se libère,
S'annonce.

Assis dans ce lieu
J'attends qu'elle m'oblitère,
Qu'elle en finisse aujourd’hui avec ce que je fus,
Que de son centre
Je ne vois rien me retournant de cela que je fus.

La nuit vient réveiller un peu plus
Ma vocation pour la mort,
Le mort qui grandit en moi, et m'engourdit,
Et m'éclabousse.
Je me prépare à renaître.

________________

Nicolas Poussin
Les bergers d'Arcadie (1638-40)

...

Quase nunca estive morto...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Lunário (1988) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Quase nunca estive morto...
Presque jamais je n'étais mort...


Quase nunca estive morto,
excepto nalgumas fotografias:
o sorriso que nelas se imobilizou já não existe.
E as fotografias são quase de certeza,
acidentes na biografia do fotógrafo -
revelam muito mais sobre o fotógrafo do que
sobre aquilo que fotografou.
E não pintamos, nem escrevemos
ou fotografamos para nos salvar,
ou então é só por isso que o fazemos.
De qualquer maneira, sabemos
que se não o fizermos
estamos mais rapidamente perdidos,
e é tudo... Mas por outro lado,
deparar com a precariedade da vida,
e com a inquietante perenidade dos vestígios
que nos sobrevirão, torna-se muito doloroso.

Presque jamais je n'étais mort,
sauf sur quelques photographies :
le sourire qui en elles se fige, n'existe déjà plus.
Et ces photos j'en suis presque sûr, sont
des accidents de la biographie du photographe -
elles révèlent bien plus de choses sur lui-même
que sur ce qu'il a photographié.
Et nous ne peignons ni n'écrivons
ou photographions pour nous sauver,
ou alors ce n'est que pour cela que nous le faisons.
De toute manière, nous savons
que si nous ne le faisons pas,
nous sommes plus rapidement perdus,
et c'est tout... Mais d'un autre côté,
faire face à la précarité de la vie,
et à l'inquiétante pérennité des traces
qui nous parviendront, devient très douloureux.

________________

Al Berto, photographie de Paulo Nozolino
pour la couverture de "Horto de Incêndio" (1997)
...

Encomenda Postal


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
O medo (1987) - (Sete Poemas do Regresso de Lázaro, 1985) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Encomenda postal
Colis postal


destino-te a tarefa de me sepultares
no segredo mineral da noite
com um lápis e uma máquina fotográfica

depois
fica atento ao correio
do secular laboratório nocturno enviar-te-ei
devidamente autografado
o retrato da solidão que te pertenceu

e numa encomenda à parte receberás
a revelação desta arte
onde a vida cinzelou o precário corpo
na luz afiada de um vestígio de tinta

Je t'ai confié la tâche de m'enterrer
dans le secret minéral de la nuit
avec un crayon et un appareil photographique

après
fais attention au courrier
du laboratoire nocturne séculaire que je t'ai envoyé
dûment autographié
ce portrait de solitude qui t'appartient

et par colis séparé, tu recevras
la révélation de cet art
où la vie a ciselé un corps précaire
dans la vive lumière d'une trace d'encre

________________

Al Berto, photographie de Paulo Nozolino
pour la couverture de "O Medo" (1987)
...

Os amigos


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
O medo (1987) - (Sete Poemas do Regresso de Lázaro, 1985) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Os amigos
Les amis


no regresso encontrei aqueles
que haviam estendido o sedento corpo
sobre infindáveis areias

tinham os gestos lentos das feras amansadas
e o mar iluminava-lhes as máscaras
esculpidas pelo dedo errante da noite

prendiam sóis nos cabelos entrançados
lentamente
moldavam o rosto lívido como um osso
mas estavam vivos quando lhes toquei
depois
a solidão transformou-os de novo em dor
e nenhum quis pernoitar na respiração
do lume

ofereci-lhes mel e ensinei-os a escutar
a flor que murcha no estremecer da luz
levei-os comigo
até onde o perfume insensato de um poema
os transmudou em remota e resignada ausência

au retour j'ai retrouvé ceux
qui avaient étendu leur corps assoiffé
sur des sables interminables

ils avaient les gestes lents des bêtes apprivoisées
et la mer illuminait leurs masques
ciselés par le doigt errant de la nuit

ils attachaient des soleils à leurs cheveux tressés
qui lentement
modelaient leur visage livide comme un os
mais ils étaient vivants lorsque je les touchais
ensuite
la solitude les transforma de nouveau en douleur
Et personne ne voulait passer la nuit à respirer
du feu

Je leur offris du miel et leur appris à écouter
la fleur qui se flétrit dans le frisson de la lumière
Je les emmenais avec moi
jusqu'à ce que le parfum insensé d'un poème
les transmue en absence, lointaine et résignée

________________

Giorgio Vasari
Portrait des six poètes toscans (1544)
...

Corpo


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
O medo (1987) - (A Noite Progride Puxada à Sirga, 1985) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Corpo
Corps


corpo 
que te seja leve o peso das estrelas
e de tua boca irrompa a inocência nua
dum lírio cujo caule se estende e
ramifica para lá dos alicerces da casa

abre a janela debruça-te
deixa que o mar inunde os órgãos do corpo
espalha lume na ponta dos dedos e toca
ao de leve aquilo que deve ser preservado

mas olho para as mãos e leio
o que o vento norte escreveu sobre as dunas

levanto-me do fundo de ti humilde lama
e num soluço da respiração sei que estou vivo
sou o centro sísmico do mundo

corps
que te sois léger le poids des étoiles
et que jaillisse de ta bouche l'innocence nue
d'un lys dont la tige s'étend et
se ramifie vers les fondations de la maison

ouvre la fenêtre penche-toi
laisse la mer inonder les organes de ton corps
éparpille le feu du bout de tes doigts et touche
légèrement ce qui doit être préservé

mais je regarde mes mains et lis
ce que le vent du nord a écrit sur les dunes

Je me lève du fond de ton humble boue
et je sais d'un hoquet de respiration que je suis en vie
Je suis le centre sismique du monde

________________

Pugilatore in riposo
Sculpture grecque en bronze deu 1er sec.a.JC.
...

Enquanto falavas de um mar...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
O medo (1987) - (O Esquecimento em Yucatán, 1982-83) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Enquanto falavas de um mar...
Alors que tu parlais d'une mer...


Enquanto falavas de um mar
derramei sobre o peito os escombros da casa
reconheci-te
nos alicerces devorados pelas raízes das palmeiras
na sombra da ave deslizando junto à parede
no foco de luz rompendo o tijolo onde estivera a chaminé
vivemos aqui
com o ruído dum cano ressumando água
até que o frio nos fez abandonar o lugar e o amor
 
não sei para onde foste morrer
eu continuo aqui... escrevo
alheio ao ódio e às variações do gosto e da simpatia
continuo a construir o relâmpago das palavras
que te farão regressar... ao anoitecer
há uma sensação de aves do outro lado das portas
os corpos caídos
a vida toda destinada à demolição
 
tento perder a memória
única tarefa que tem a ver com a eternidade
de resto... creio que nunca ali estivemos
e nada disto provavelmente se passou aqui 

alors que tu parlais d'une mer
j'ai renversé sur ma poitrine les décombres de la maison
je t'ai reconnu
sous les fondations dévorées par les racines des palmiers
à l'ombre de l'oiseau glissant contre le mur
dans le foyer de lumière perçant la brique où était la cheminée
nous avons vécu ici
avec le bruit d'une gouttière qui suintait
Jusqu'à ce que le froid nous fasse abandonner les lieux et l'amour

je ne sais pas où tu es parti mourir
je suis toujours là... j'écris
étranger à la haine et aux variations du goût et de la sympathie
je continue de construire l'éclair de paroles
qui te fera revenir... au crépuscule
il y a une sensation d'oiseaux de l'autre côté des portes
les corps tombés
la vie toute entière destinée à la démolition

j'essaie de perdre la mémoire
unique tâche ayant à voir avec l'éternité
pour le reste... je crois que nous n'avons jamais été là
et rien du tout probablement ne s'est produit ici

________________

Lucie Richard-Bertrand
Hara House (2020)
...

Nomeio constelações...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Uma Existência de Papel (1985) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Nomeio constelações...
Je nomme des constellations...


nomeio constelações uso-as
para me guiarem no receio das noites
escavo corpos na fexibilidade das sombras
atravesso a manhã e ponho a descoberto
a casa onde a infância secou

o olhar desce aos gestos inacabados
satura-os de jovens lágrimas de resinas
e o susto da criança que fui reaviva
um pouco de alegria no coração

Je nomme des constellations, je les utilise
pour me gouverner lorsque je crains les nuits
je fouille des corps dans la flexibilité des ombres
Je traverse le matin et met à découvert
la maison où s'est tarie mon enfance

le regard s'abaisse à des gestes inachevés
les sature de jeunes larmes de résine
et les frayeurs de l'enfant que je fus
ravive dans mon cœur d'un peu de joie

________________

Disque de Nebra
Ciel étoilé (env. 1600 avant J.C.)
...

Mais nada se move em cima do papel...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Uma Existência de Papel (1985) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Mais nada se move em cima do papel...
Plus rien ne bouge sur la feuille de papier...


mais nada se move em cima do papel
nenhum olho de tinta iridescente pressagia
o destino deste corpo

os dedos cintilam no húmus da terra
e eu
indiferente à sonolência da língua
ouço o eco do amor há muito soterrado

encosto a cabeça na luz e tudo esqueço
no interior desta ânfora alucinada

desço com a lentidão ruiva das feras
ao nervo onde a boca procura o sul
e os lugares dantes povoados
ah meu amigo
demoraste tanto a voltar dessa viagem

o mar subiu ao degrau das manhãs idosas
inundou o corpo quebrado pela serena desilusão

assim me habituei a morrer sem ti
com uma esferográfica cravada no coração

plus rien ne bouge sur la feuille de papier
nul œil d'une encre iridescente ne présage
du destin de ce corps

les doigts rutilent dans l'humus de la terre
et moi qui suis
indifférent à la somnolence du langage
j'écoute l'écho d'un amour disparu depuis longtemps

j'enfonce la tête dans le jour et j'oublie tout
à l'intérieur de cette amphore hallucinée

je descends avec la lenteur des bêtes rousses
au nerf d'une bouche qui cherche le sud
et vers les lieux autrefois habités
ah mon ami
que de temps avant ton retour de ce voyage

la mer a gravi les dernières marches du matin
inondant le corps brisé rassis de désillusions

aussi ai-je pris l'habitude de mourir sans toi
avec un stylo à bille rivé dans le cœur

________________

Aaron Wexler
La forme de l'eau (2016)
...

Visita-me enquanto não envelheço...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Salsugem (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Visita-me enquanto não envelheço...
Rends-moi visite avant que je ne sois trop vieux...


visita-me enquanto não envelheço
toma estas palavras cheias de medo e surpreende-me
com teu rosto de Modigliani suicidado

tenho uma varanda ampla cheia de malvas
e o marulhar das noites povoadas de peixes voadores

ver-me antes que a bruma contamine os alicerces
as pedras nacaradas deste vulcão a lava do desejo
subindo à boca sulfurosa dos espelhos

antes que desperte em mim o grito
dalguma terna Jeanne Hébuterne a paixão
derrama-se quando tua ausência se prende às veias
prontas a esvaziarem-se do rubro ouro

perco-te no sono das marítimas paisagens
estas feridas de barro e quartzo
os olhos escancarados para a infindável água

com teu sabor de açúcar queimado em redor da noite
sonhar perto do coração que não sabe como tocar-te

rends-moi visite avant que je ne sois trop vieux
considère ces paroles pleines de peur et surprends-moi
avec ton visage de Modigliani suicidé

j'ai une vaste véranda emplie de mauves
et la houle des nuits est peuplées de poissons volants

viens me voir avant que la brume ne contamine les fossés
les pierres nacrées de ce volcan la lave du désir
montant à la bouche sulfureuse des miroirs

avant que ne s'éveille en moi le cri
de quelque tendre Jeanne Hébuterne que la passion
se répande lorsque ton absence s'accroche aux veines
promptes à se vider de l'or rouge

perds-toi dans le sommeil des paysages maritimes
ces blessures d'argile et de quartz
les yeux grands ouverts sur l'eau interminable

avec ta saveur de sucre brûlé aux alentours de la nuit
rêvant près d'un cœur qui ne sait pas te toucher

________________

Amedeo Modigliani
Portrait de Jeanne Hébuterne (1919)
...

Se um dia a juventude voltasse...


Nome :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Salsugem (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Se um dia a juventude voltasse...
Si un jour la jeunesse revenait...


se um dia a juventude voltasse
na pele das serpentes atravessaria toda a memória
com a língua em teus cabelos dormiria no sossego
da noite transformada em pássaro de lume cortante
como a navalha de vidro que nos sinaliza a vida

sulcaria com as unhas o medo de te perder... eu
veleiro sem madrugadas nem promessas nem riqueza
apenas um vazio sem dimensão nas algibeiras
porque só aquele que nada possui e tudo partilhou
pode devassar a noite doutros corpos inocentes
sem se ferir no esplendor breve do amor

depois... mudaria de nome de casa de cidade de rio
de noite visitaria amigos que pouco dormem e têm
gatos
mas aconteça o que tem de acontecer
não estou triste não tenho projectos nem ambições
guardo a fera que segrega a insónia e solta os ventos
espalho a saliva das visões pela demorada noite
onde deambula a melancolia lunar do corpo

mas se a juventude viesse novamente do fundo de mim
com suas raízes de escamas em forma de coração
e me chegasse à boca a sombra do rosto esquecido
pegaria sem hesitações no leme do frágil barco... eu
humilde e cansado piloto
que só de te sonhar me morro de aflição

Si un jour la jeunesse revenait
dans la peau des serpents elle transpercerait toute la mémoire
avec sa langue et je dormirais au creux de tes cheveux
dans le calme de la nuit transformée en oiseau de feu
coupant comme le verre de la vitre qui nous montre la vie

de mes ongles je gratterais la peur de te perdre ... moi
le voilier sans aurore ni promesse ni richesse
avec un vide presque sans dimension dans les poches
car seul celui qui ne possède rien et partage tout
peut dévaster d'autres corps innocents la nuit
sans se blesser dans la brève splendeur de l'amour

et puis... elle changerait de nom de maison de ville de fleuve
de nuit rendrait visite à ses amis qui dorment peu qui ont
des chats
Mais arrive ce qui doit arriver
Je ne suis pas triste, je n'ai pas de projets ni d'ambitions
Je garde la bête qui secrète l'insomnie et libère les vents
Je répand ma salive en des visions de nuit tardive
où déambule la mélancolie lunaire des corps

mais si la jeunesse venait du fond de moi nouvelle
avec ses racines d'écailles en forme de cœur
et si l'ombre d'un visage oublié venait au bord de mes lèvres
Je prendrais sans hésitation la barre de la barque fragile... moi
humble pilote et fatigué
qui ne rêve que de toi et se meurt d'affliction

________________

Fernand Khnopff
Les caresses (1896)
...

Quando aqui não estás...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Salsugem (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Quando aqui não estás...
Quand tu n'es pas là...


Quando aqui não estás
o que nos rodeou põe-se a morrer

a janela que abre para o mar
continua fechada só nos sonhos
me ergo
abro-a
deixo a frescura e a força da manhã
escorrerem pelos dedos prisioneiros
da tristeza
acordo
para a cegante claridade das ondas

um rosto desenvolve-se nítido
além
rasando o sal da imensa ausência
uma voz

quero morrer
com uma overdose de beleza

e num sussurro o corpo apaziguado
perscruta esse coração
esse
solitário caçador

Quand tu n'es pas là
ce qui nous entourait se met à mourir

la fenêtre qui s'ouvre sur la mer
ne reste fermée que dans nos rêves
Je me lève
je l'ouvre
je laisse la fraîcheur et la force du matin
ruisseler entre mes doigts prisonniers
de la tristesse
je m'éveille
à l'aveuglante clarté des vagues

un visage luisant s'épanouit
au-delà
raclant le sel de l'immense absence
une voix

je veux mourir
avec une surdose de beauté

et dans un murmure mon corps pacifié
scrute ce cœur
ce
chasseur solitaire

________________

Tano Festa
La fenêtre (1974)
...

Procuro-te no meio dos papéis escritos...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Salsugem (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Procuro-te no meio dos papéis escritos...
Je te cherche au milieu des papiers écrits..


procuro-te no meio dos papéis escritos
atirados para o fundo do armário de vidrinhos
comias uvas no meio da página

a seguir era como se fosse noite
havia olhares que se cruzavam corpos
deambulações pela praia
era noite e alguém se aproximava

eu estava passeando os dedos
pelas nódoas frescas do vinho sobre a mesa o caderno
onde de quando em quando rabiscava um rosto
e listas de nomes que não queria esquecer

paguei o pão o vinho o queijo
levantei-me
tu cortaste-me a fuga vagarosamente preparada
pediste-me um cigarro

na outra página estávamos rindo
estendidos no pobre embarcadouro de madeira
planeávamos atravessar a noite mágica do rio

a página seguinte está em branco
mas lembro-me que te agarrei a mão e disse:
todos os cigarros do mundo são para ti

Je te cherche au milieu des papiers écrits
jetés au fond de l'armoire à flacons
tu mangeais des raisins au milieu de la page

ensuite ce fut comme s'il faisait nuit
il y avait des regards qui croisaient des corps
quelques déambulations le long de la plage
il faisait nuit et quelqu'un approcha

Je faisais courir mes doigts
sur les taches fraîches du vin sur la table et le cahier
où de temps en temps était griffonné un visage
et des listes de noms que je ne voulais pas oublier

J'ai payé le pain le vin le fromage
je me suis levé
tu as interrompu ma fuite lentement préparé
m'as demandé une cigarette

sur l'autre page on riait
couché sur le pauvre embarcadère en bois
on prévoyait de traverser la nuit magique de la rivière

la page suivante était vierge
mais je me souviens d'avoir attrapé ta main et dit:
toutes les cigarettes du monde sont pour toi

________________

Torio Toroi
Mégots de cigarette (2019)
...

Pernoitas em mim...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Salsugem (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Pernoitas em mim...
Tu passes la nuit chez moi...


pernoitas em mim
e se por acaso te toco a memória... amas
ou finges morrer

pressinto o aroma luminoso dos fogos
escuto o rumor da terra molhada
a fala queimada das estrelas

é noite ainda
o corpo ausente instala-se vagarosamente
envelheço com a nómada solidão das aves

já não possuo a brancura oculta das palavras
e nenhum lume irrompe para beberes

tu passes la nuit chez moi
et si par hasard je touche à ta mémoire ... tu aimes
ou fais semblant de mourir

Je pressens l'arôme lumineux des feux
écoute la rumeur de la terre mouillée
la voix brûlante des étoiles

il fait encore nuit
le corps absent s'installe lentement
je vieillis avec la solitude nomade des oiseaux

je ne possède déjà plus la blancheur cachée des mots
et aucune flamme ne m'envahit en buvant

________________

Joan Miró
Figure de nuit guidée par les traces
phosphorescentes des escargots (1940)
...

Há-de flutuar uma cidade...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
Salsugem (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Há-de flutuar uma cidade...
Il devrait y avoir une ville flottant...


Há-de flutuar uma cidade no crepúsculo da vida
pensava eu... como seriam felizes as mulheres
à beira mar debruçadas para a luz caiada
remendando o pano das velas espiando o mar
e a longitude do amor embarcado

por vezes
uma gaivota pousava nas águas
outra era o sol que cegava
e um dardo de sangue alastrava pelo linho da noite
os dias lentíssimos... sem ninguém

e nunca me disseram o nome daquele oceano
esperei sentada à porta... dantes escrevia cartas
punha-me a olhar a risca de mar ao fundo da rua
assim envelheci... acreditando que algum homem
ao passar
se espantasse com a minha solidão

(anos mais tarde, recordo agora, cresceu-me
uma pérola no coração. Mas estou só, muito só,
não tenho a quem deixar.)

um dia houve
que nunca mais avistei cidades crepusculares
e os barcos deixaram de fazer escala à minha porta
inclino-me de novo para o pano deste século
recomeço a bordar ou a dormir
tanto faz
sempre tive dúvidas que alguma vez me visite a felicidade

Il devrait y avoir une ville flottant au crépuscule de la vie
pensais-je... Combien alors seraient heureuses les femmes
en bord de mer penchées vers la lumière chaulée
rapiéçant le plan des voiles espionnant la mer
et la longitude de leur amour embarqué

parfois
une mouette se posait sur les eaux
le soleil en aveuglait une autre
Et un dard de sang se répandait sur le linge de la nuit
très lentement sur les jours... sans personne

Et jamais l'on m'a dit le nom de cet océan
J'attendais assis à la porte... Autrefois j'ai écrit des lettres
J'ai posé mon regard sur un trait de mer au bout de la rue
et ainsi j'ai vieilli... en croyant que certains hommes, quelqu'un
en passant
s'étonneraient de ma solitude

(Des années plus tard, dans mon cœur, le souvenir
est revenu, une perle a grandi. Mais je suis seul, très seul,
Je n'ai personne à quitter.)

il y eut un jour
où je ne revis plus jamais les villes crépusculaires
Et les bateaux ont cessé de faire escale à ma porte
De nouveau je m'incline sur le plan de ce siècle
Je recommence à broder ou à dormir
peu importe
toujours j'ai douté que le bonheur viendrait me visiter

________________

Eda Akaltun - Bauci (1972)
Illustration pour "Les Villes Invisibles" de Italo Calvino
...