A poesia não vai...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
O Sal da Língua (1995) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


A poesia não vai...
La poésie n'assiste pas...


A poesia não vai à missa,
não obedece ao sino da paróquia,
prefere atiçar os seus cães
às pernas de deus e dos cobradores
de impostos.
Língua de fogo do não,
caminho estreito
e surdo da abdicação, a poesia
é uma espécie de animal
no escuro recusando a mão
que o chama.
Animal solitário, às vezes
irónico, às vezes amável,
quase sempre paciente e sem piedade.
A poesia adora
andar descalça nas areias do Verão.
a poésie n'assiste pas à la messe,
ne répond à l'appel d'aucune église,
préfère lancer ses chiens
aux trousses de dieu et des collecteurs
d'impôts.
Langue de feu du non,
étroit chemin, et sourd
à toute abdication, la poésie
est dans l'ombre, une sorte
d'animal refusant la main
qui l'appelle.
Animal solitaire, parfois
ironique, parfois aimable,
presque toujours patient et sans pitié.
La poésie adore
marcher pieds nus sur le sable de l'Été.

________________

Leonora Carrington
La symphonie (2002)
...

Os livros


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Ofício de paciência (1994) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Os livros
Les livres


Os livros. A sua cálida,
terna, serena pele. Amorosa
companhia. Dispostos sempre
a partilhar o sol
das suas águas. Tão dóceis,
tão calados, tão leais.
Tão luminosos na sua
branca e vegetal e cerrada
melancolia. Amados
como nenhuns outros companheiros
da alma. Tão musicais
no fluvial e transbordante
ardor de cada dia.
Le livre. Et sa chaude,
tendre et sereine peau. Amoureuse
compagnie. Toujours disposée
à partager le soleil
de ses eaux. Très docile,
très silencieuse, si fidèle.
Très lumineuse dans sa
blanche et végétale, et recluse
mélancolie. Aimée
comme aucune autre compagnie
de l'âme. Il y a tant de musiques
dans sa fluviale et transbordante
ardeur de chaque jour.

________________

Chiara Dynys
Livres lumineux (2019)
...

Os difíceis amigos


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Ofício de paciência (1994) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Os difíceis amigos
Les amis difficiles


Estes mortos difíceis
que não acabam de morrer
dentro de nós; o sorriso
da fotografia,
a carícia suspensa, as folhas
dos estios persistindo
na poeira; difíceis;
o suor dos cavalos, o sorriso,
como já disse, nos lábios,
nas folhas dos livros;
não acabam de morrer;
tão difíceis, os amigos.
Ces morts difficiles
qui n'en finissent pas de mourir
en nous ; le sourire
de la photographie,
la caresse suspendue, les feuilles
des étés persistant
dans la poussière ; difficiles ;
la sueur des chevaux, le sourire,
comme j'ai déjà dit, sur les lèvres,
sur les feuilles des livres ;
ils n'en finissent pas de mourir ;
ah, les amis, difficiles.

________________

Giorgio de Chirico
Oreste et Pylade (1965)
...

O sorriso


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
O Outro Nome da Terra (1988) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O sorriso
Le sourire


Creio que foi o sorriso,
o sorriso foi quem abriu a porta.
Era um sorriso com muita luz
lá dentro, apetecia
entrar nele, tirar a roupa, ficar
nu dentro daquele sorriso.

Correr, navegar, morrer
naquele sorriso.
Je crois que ce fut le sourire,
Ce fut le sourire qui ouvrit la porte.
Un sourire avec beaucoup de lumière,
là dedans. Désir me prenait
d’y entrer, d’ôter le voile, d’être
nu à l’intérieur de ce sourire.

Courir, naviguer, mourir
Dans ce sourire.

________________

Giacomo Balla
Le doute (1907-1908)
...

O pequeno persa


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
O Outro Nome da Terra (1988) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O pequeno persa
Le petit persan


É um pequeno persa
azul o gato deste poema.
Como qualquer outro, o meu
amor por esta alminha é materno:
uma carícia minha lambe-lhe o pêlo,
outra põe-lhe o sol entre as patas
ou uma flor à janela.
Com garras e dentes e obstinação
transforma em festa a minha vida.
Quer-se dizer, o que me resta dela.
Le chat de ce poème
est un petit persan bleu.
Comme pour d'autres, mon
amour pour cette petite âme est maternel :
une caresse mienne lui lèche le poil,
une autre met le soleil entre ses pattes
ou une fleur à la fenêtre.
Avec obstination, griffes et dents
ma vie se transforme en fête.
Je veux dire, ce qu'il en reste.

________________

Endre Penovác
Persan qui joue (2015)
...

Descer pela manhã até à folha...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Branco no Branco (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Descer pela manhã até à folha...
Descendre du matin jusqu'à la feuille...


Descer pela manhã até à folha
dos álamos,
ser irmão duma estrela, ou filho,
ou talvez pai um dia doutra luz de seda,

ignorar as águas do meu nome,
as secretas bodas do olhar,
os cardos e os lábios da sede,
não saber

como se morre de tanto ser hesitação,
de tanto desejar
ser chama, arder assim de estrela
em estrela,

até ao fim.
Descendre du matin jusqu'à la feuille
des peupliers,
être frère d'une étoile, ou fils,
ou peut-être père un jour d'une autre lumière de soie,

ignorer les eaux de mon nom,
les secrètes noces du regard,
les chardons et les lèvres de la soif,
ne pas savoir

comment l’on meurt de tant d'hésitations,
d’avoir tant désiré être
une flamme, brûler ainsi d’étoile
en étoile,

jusqu’à la fin.

________________

Olafur Eliasson
Diamant coloré polygonal (2014)
...

Ode a Guillaume Apollinaire


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Homenagens e outros Epitáfios (1974) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Ode a Guillaume Apollinaire
Ode à Guillaume Apollinaire


No meio dos anjos desembarcados em
Marselha,
nas margens do Sena, ao ouvido de Marie,
os olhos ardidos de ternura,
leio os teus versos, sem piedade de ti.

Leio os teus versos neste Outono breve
onde passeiam lentos com a água
Lou e Ottomar;
a esperança é ainda violenta,
mas estamos cansados de esperar.

Leio os teus versos no cemitério
onde as crianças indiferentes
brincam à roda da tua sepultura;
e choro, ao lado de Madeleine,
órfão de ti, órfão de aventura.

E tu passas, meu artilheiro,
apaixonadamente como um rio
ou touro de amor até aos cornos:
Orfeu cheirando a pólvora e a cio.

Passas, e seguem-te saltimbancos,
galdérias, vadios, ciganos e anões;
Annie – ou Jeanne – surge da bruma,
e de longe atira-te uma rosa,
talvez de lume, talvez de espuma.

Passas, e entras no paraíso
no meio de adolescentes tresmalhados;
Martin, Gertrude, Hans e Henri,
com ervas ainda nos cabelos
cantam coplas de putas e soldados.

Oh Madeleine, não tenhas piedade:
os mortos somos nós, aqui sentados,
com a noite nos ombros e embalando
a angústia nos braços decepados.
Parmi les anges débarqués à
Marseille,
sur les bords de la Seine, à l'oreille de Marie,
les yeux brûlants de tendresse,
Je lis tes vers, sans pitié pour toi.

Je lis tes vers en ce bref automne
où passent lentement sous la pluie
Lou et Ottomar ;
« Et comme l'espérance est violente »,
mais nous sommes fatigués d'attendre.

Je lis tes vers dans ce cimetière
où des enfants s'amusent
indifférents, autour de ta tombe ;
et je pleure, près de Madeleine, de toi
orpheline, orpheline d'une aventure.

Et tu passes, mon artilleur,
passionnément comme un fleuve,
taureau d'amour, et jusqu'aux cornes
: Orphée sentant la poudre et le rut.

Tu passes et te suivent, saltimbanques
marie-salopes, vagabonds, nains, tsiganes ;
Annie - ou Jeanne - surgissant de la brume,
qui te jette au loin une rose,
peut-être de flamme, peut-être d'écume.

Tu passes, et rentres au paradis
parmi les adolescents échevelés ;
Martin, Gertrude, Hans et Henri,
de l'herbe encore dans les cheveux
ils chantent, couplets de putes et de soldats.

Oh Madeleine,tu n'as pas de pitié :
Ce sont nous les morts, assis là,
rechargeant, avec la nuit sur les épaules,
l'angoisse de nos bras mutilés.

________________

Giorgio de Chirico
Portrait d'Apollinaire (1914)
...

Cumplicidade do Verão


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
O Outro Nome da Terra (1988) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Cumplicidade do Verão
Complicité de l’Été


Mal nos conhecíamos, mas a infância
é cúmplice do verão:
vinhas do rio, das manhãs
onde nadámos juntos e subimos
aos freixos altos: via-te
balouçar num ramo frágil rindo,
ou saltar atrás das rãs – o corpo nu
cravado nos meus olhos como um espinho.
Nous nous connaissions à peine, mais l'enfance
est complice de l'été :
tu venais du fleuve, des matins
où nous avons nagé ensemble et grimpé
sur les grands frênes : je te voyais
te balancer sur une branche fragile en riant,
ou bondir après les grenouilles – ton corps nu
fixé dans mes yeux comme une épine.

________________

Cândido Portinari
Enfants sur leur balançoire (1960)
...

As agulhas equânimes dos pinheiros...


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (mai 2020) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


As agulhas equânimes dos pinheiros...
Les aiguilles équanimes des pins...


As agulhas equânimes dos pinheiros,
As abelhas derrogadas –
Apenas se ouvirá, por entre a chuva,
A obstinação de um melro,
Sem súplica; nas esperas,
Os pardais recolhem-se
Junto de pernas humanas –
E todos esperam indiferentes,
Num terror que neutraliza o medo
O apocalipse ou a salvação,
Menos o melro, menos o melro,
Que confia nessa mulher
Que virá dos infernos,
Para que a primavera veja.

Les aiguilles équanimes des pins,
Les abeilles abolies –
À peine entendra-t-on, sous la pluie,
L'obstination d'un merle,
Sans supplique ; dans leurs attentes,
Les moineaux se rassemblent
Près de jambes humaines –
Et tous attendent, indifférents,
Dans cette épouvante qui neutralise la peur
L'apocalypse ou le salut,
Sauf le merle, sauf le merle.
Il fait confiance à cette femme
Qui viendra des enfers,
Afin que je vois le printemps.

________________

Frederick Leighton
Le retour de Perséphone (1891)
...

Kavafis, nos anos distantes de 1903


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Homenagens e outros Epitáfios (1974) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Kavafis, nos anos distantes de 1903
Jadis Kavafis, en l'année 1903


Nenhum tão solitário mesmo quando
acordava com os olhos do amigo nos seus olhos
como este grego que nos versos se atrevia
a falar do que tanto se calava
ou só obliquamente referia –
nenhum tão solitário e tão atento
ao rumor do desejo e das ruas de Alexandria.
Un homme si solitaire même lorsqu'il s'éveillait
avec dans les yeux les yeux de son ami
comme ce grec pour lequel il osait dire en vers
ce qui ne pouvait pas se dire autrement
ou ne pouvait être désigné que par ce biais –
Un homme si solitaire et si attentionné
à la rumeur du désir et des rues d'Alexandrie
.

________________

Nikos Engonopoulos
Kavafis (1948)
...

Elegia das Águas Negras para Che Guevara


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Homenagens e outros Epitáfios (1974) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Elegia das Águas Negras para Che Guevara
Élégie des Eaux Noires pour Che Guevar


Atado ao silêncio, o coração ainda
pesado de amor, jazes de perfil,
escutando, por assim dizer, as águas
negras da nossa aflição.

Pálidas vozes procuram-te na bruma;
de prado em prado procuram
um potro mais libre, a palmeira mais alta
sobre o lago, um barco talvez
ou o mel entornado da nossa alegria.

Olhos apertados pelo medo
aguardam na noite o sol do meio-dia,
a face viva do sol onde cresces,
onde te confundes com os ramos
de sangue do verão ou o rumor
dos pés brancos da chuva nas areias.

A palavra, como tu dizias, chega
húmida dos bosques: temos que semeá-la;
chega húmida da terra: temos que defendê-la;
chega com as andorinhas
que a beberam sílaba a sílaba na tua boca.

Cada palavra tua é um homem de pé,
cada palavra tua faz do orvalho uma faca,
faz do ódio um vinho inocente
para bebermos, contigo
no coração, em redor do fogo.
Noué au silence, le cœur encore
sous le poids de l'amour, gisant
de profil, écoutant, pour ainsi dire,
les eaux noires de notre affliction.

De pâles voix te cherchent dans la brume;
de prairie en prairie recherchent
un plus libre poulain, le plus grand des palmiers
au-dessus du lac, une barque peut-être
ou le miel saupoudré de notre joie.

Tes yeux resserrés par la peur
attendent dans la nuit le soleil de midi,
la face vivante du soleil où tu grandis,
où tu te confonds avec les branches
de sang de l'été ou la rumeur
des pieds blancs de la pluie sur les sables.

La parole, comme tu disais, arrive
humide des forêts : il nous faut la semer ;
elle arrive humide de la terre : il nous faut la défendre ;
elle arrive avec les hirondelles
qui l'ont bu syllabe après syllabe dans ta bouche.

Chacune de tes paroles est un homme debout,
chacune de tes paroles fait de la rosée un couteau,
fait de la haine un vin innocent
que nous boirons ensemble, avec toi
dans le cœur, autour du feu.

________________

Andy Warhol
Che Guevara (1968)
...

Não me sinto cristão ou ocidental...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poemas Sociais (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Não me sinto cristão ou ocidental...
Je ne me sens pas chrétien ou occidental...


Não me sinto cristão ou ocidental,
Não creio na teleologia
Do tempo e do espaço
Não venero o Ludo, o Ganges,
O Jordão, o Tigre ou o Eufrates.
Comprei a Bíblia
Como um excelente livro de ficção,
Poesia lírica e dramática
Que nos poupa o autor.
Não me sinto momentaneamente histórico,
Mas talvez haja aqui qualquer trompe-l’oeil.
Aliás, acredito mais na pintura
Do que em qualquer forma da palavra,
Porque nela há uma imagem da verdade
Qualquer que ela seja e não importa o grau.
Pouco importa até que a verdade seja
A menos demonstrável das categorias humanas,
(Não sou tão branco nem menos preto,
Não me confio à monogamia
Das cores e ritos e culturas)
Mas também não me sinto especialmente humano.
Je ne me sens pas chrétien ou occidental,
Je ne crois pas à la téléologie
Du temps et de l'espace
Je ne vénère pas le Ludo, le Gange,
Le Jourdain, le Tigre ou l'Euphrate.
J'ai acheté la Bible
Comme un excellent livre de fiction,
De poésie lyrique et dramatique
Cela nous épargne l'auteur.
Je ne me sens pas momentanément historique,
Mais peut-être y a-t-il ici un trompe-l'œil.
En fait, je crois plus en la peinture
Qu'en n'importe quelle forme de parole,
Car il y a en elle une image de la vérité
Quelle qu'elle soit et à n'importe quel degré.
Peu importe même que la vérité soit
La moins démontrable des catégories humaines,
(Je ne suis pas aussi blanc ni moins noir,
Je ne fais pas confiance à la monogamie
Des couleurs, des rites et des cultures)
Mais je ne me sens pas non plus spécialement humain.
________________

Jan Vermeer
L'art de la peinture (1666-1668)
...

Ao Luís Miguel Nava, noutra estrela


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Homenagens e outros Epitáfios (1974) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Ao Luís Miguel Nava, noutra estrela
À Luis Miguel Nava, d'une autre étoile


Dizem que foste tu
a escolher a violência
da tua morte, num acorde perfeito
com os teus versos. Não é verdade:
tu sabias que nenhum inferno
é pessoal, por isso procuravas
um rio onde ardesses
para voltares a nascer longe da terra.
Apenas isso – o resto é merda.
Ils disent que ce fut toi
qui choisis la violence
de ta mort, dans un accord parfait
avec tes vers. Ce n'est pas vrai :
Tu savais qu'il n'est aucun enfer
qui soit personnel, c'est pour cela que tu cherchais
une rivière où tu puisses t'embraser
et à nouveau renaitre loin de la terre.
Seulement pour cela -- le reste, c'est de la merde.

________________

Luís Miguel Nava
(1957 - 1995)
...

Retrato Ardente


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Obscuro Domínio (1971) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Retrato Ardente
Portrait brûlant


Entre os teus lábios
é que a loucura acode
desce à garganta,
invade a água.

No teu peito
é que o pólen do fogo
se junta à nascente,
alastra na sombra.

Nos teus flancos
é que a fonte começa
a ser rio de abelhas,
rumor de tigre.

Da cintura aos joelhos
é que a areia queima,
o sol é secreto,
cego o silêncio.

Deita-te comigo.
Ilumina meus vidros.
Entre lábios e lábios
toda a música é minha.
Entre tes lèvres
c'est la folie qui accoure
descend dans ta gorge,
envahit l'eau.

Dans ta poitrine
c'est le pollen de feu
qui se joint à la naissance,
et se propage dans l'ombre.

Sur tes flancs c'est
la source qui commence
à devenir ruisseau d'abeilles,
rumeur de tigre.

De la taille à tes genoux
c'est le sable qui brûle.
Le soleil est secret.
Le silence est aveugle.

Couche-toi près de moi.
Éclaire mes vitres.
Entre lèvres et lèvres
toute musique est mienne.

________________

Henry John Stock
Le baiser (1894)
...

O Silêncio


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Obscuro Domínio (1971) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O Silêncio
Le silence


Quando a ternura
parece já do seu ofício fatigada,

e o sono, a mais incerta barca,
inda demora,

quando azuis irrompem
os teus olhos

e procuram
nos meus navegação segura,

é que eu te falo das palavras
desamparadas e desertas,

pelo silêncio fascinadas.
Lorsque la tendresse
déjà semble fatigué de son office,

et que le sommeil, la plus incertaine
des barques, s'attarde encore,

lorsque l'azur fait irruption
dans tes yeux

et vient chercher
dans mon sillage un refuge,

c'est alors que je te dis des paroles
désertes et désemparées,

fascinées par le silence.

________________

Odilon Redon
Béatrice (1885)
...

Corpo habitado


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Obscuro Domínio (1971) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Corpo habitado
Corps habité


Corpo num horizonte de água,
corpo aberto
à lenta embriaguez dos dedos,
corpo defendido
pelo fulgor das maçãs,
rendido de colina em colina,
corpo amorosamente humedecido
pelo sol dócil da língua.

Corpo com gosto a erva rasa
de secreto jardim,
corpo onde entro em casa,
corpo onde me deito
para sugar o silêncio,
ouvir
o rumor das espigas,
respirar
a doçura escuríssima das silvas.

Corpo de mil bocas,
e todas fulvas de alegria,
todas para sorver,
todas para morder até que um grito
irrompa das entranhas,
e suba às torres,
e suplique um punhal.
Corpo para entregar às lágrimas.
Corpo para morrer.

Corpo para beber até ao fim –
meu oceano breve
e branco,
minha secreta embarcação,
meu vento favorável,
minha vária, sempre incerta
navegação.
Corps à l'horizon de l'eau,
corps ouvert
à l'ivresse lente des doigts,
corps défendu
par la flamme des pommes,
apprivoisée de colline en colline,
corps amoureusement humecté
par le soleil docile de la langue.

Corps avec un goût d'herbe rase
de jardin secret,
corps dont j'ouvre la porte,
corps où je m'allonge
pour aspirer le silence,
écouter
la rumeur des oreilles,
respirer
la douceur très obscure des forêts.

Corps de mille bouches,
et plein de joies fauves,
tout à dévorer,
tout à mordre jusqu'au cri
jaillissant des entrailles,
qui grimpe aux tours,
et implore le poignard.
Corps à livrer aux larmes.
Corps pour mourir.

Corps jusqu'au bout de la soif –
mon océan pour bientôt
et blanc,
ma secrète embarcation,
mon vent favorable,
mes variées, mais toujours incertaines
navigations.

________________

Tung Ming Chin
La naissance d'un nouveau héros (2008)
...

Escuto o silêncio


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Eugénio de Andrade »»
 
Ostinato Rigore (1964) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Escuto o silêncio
J'écoute le silence


Escuto o silêncio: em Abril
os dias são
frágeis, impacientes e amargos;
os passos
miúdos dos teus dezasseis anos
perdem-se nas ruas, regressam
com restos de sol e chuva
nos sapatos,
invadem o meu domínio de areias
apagadas,
e tudo começa a ser ave
ou lábios, e quer voar.

Um rumor cresce lentamente,
oh, lentamente
não cessa de crescer,
um rumor de pálpebras
ou pétalas
sobe de terraço em terraço,
descobre um dia
de cinzas com vestígios de beijos.

Um só rumor de sangue
jovem:
dezasseis luas altas,
selvagens, inocentes e alegres,
ferozmente enternecidas;
dezasseis potros
brancos na colina sobre as águas.

Como um rio cresce, cresce um rumor;
quero eu dizer,
assim um corpo cresce, assim
as ameixieiras bravas
do jardim,
assim as mãos,
tão cheias de alegria,
tão cheias de abandono.

Um rumor de sementes,
de cabelos
ou ervas acabadas de cortar,
um irreal amanhecer de galos
cresce contigo,
na minha noite de quatro muros,
no limiar da minha boca,
onde te demoras a dizer-me adeus.

Escuto um rumor: é só silêncio.
J'écoute le silence : en avril
les jours sont
amers, impatients, et fragiles ;
les pas
menus de tes seize ans
se perdent dans les rues, rentrent
dans tes souliers, avec des reliefs
de soleil et de pluie
envahissent mon domaine de sables
émoussés,
et tout commence à être oiseau
ou lèvres, à vouloir voler.

Une rumeur grandit lentement,
oh, lentement
sans cesser de croître,
une rumeur de paupières
ou de pétales
s'élève de terrasse en terrasse,
vient découvrir un jour
de cendres avec des traces de baisers.

La rumeur unique d'un sang
jeune et
haut de seize lunes,
sauvages, innocentes et heureuses ;
farouches, attendries ;
seize poulains
blancs sur la colline au-dessus des eaux.

Comme un fleuve grandissant, une rumeur croît ;
Je veux dire
ainsi, un corps grandit. Ainsi,
les pruniers sauvages
du jardin,
ainsi les mains,
emplis de tant de joies,
de tant d'abandons.

Une rumeur de semences,
de cheveux
ou d'herbes fraîchement coupées,
l'aube des coqs, irréelle
grandissant avec toi,
dans ma nuit de quatre murs,
au seuil de ma bouche,
où tu tardes à me dire au revoir.

J'écoute une rumeur : ce n'est que du silence.

________________

Nina Urlichs
Mouvement bleu-II (2016)
...