As vozes


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Nenhuma palavra e nenhuma lembrança (1999) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


As vozes
Les voix


A infância vem
pé ante pé
sobe as escadas
e bate à porta

- Quem é?
- É a mãe morta
- São coisas passadas
- Não é ninguém

Tantas vozes fora de nós!
E se somos nós quem está lá fora
e bate à porta? E se nós fomos embora?
E se ficámos sós?

L'enfance vient
sur la pointe des pieds
monte les escaliers
et frappe à la porte

- Qui est-ce?
- C'est ta mère qui est morte
- Ce sont des choses du passé
- Ce n'est personne

Tant de voix sont hors de nous !
Et si c'était nous, celui qui est là dehors
et qui frappe à la porte ? Et si nous étions partis ?
Et si nous étions seuls ?

________________

Cândido Portinari
Enfant avec un agneau blanc (1961)
...

A vida real


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Nenhuma palavra e nenhuma lembrança (1999) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


A vida real
La vie réelle


Se existisses, serias tu,
talvez um pouco menos exacta,
mas a mesma existência, o mesmo nome, a mesma morada.

Atrás de ti haveria
as mesmas palmeiras, e eu estaria
sentado a teu lado como numa fotografia.

Entretanto dobrar-se-ia o mundo
(o teu mundo: o teu destino, a tua idade)
entre ser e possibilidade,

e eu permaneceria acordado
e em prosa, habitando-te como uma casa
ou uma memória.

Si tu existais, tu serais toi-même,
peut-être un peu moins précise,
mais avec la même existence, le même nom, la même adresse.

Il y aurait derrière toi
les mêmes palmiers, et je serais
assis à tes côtés comme sur une photographie.

Entre-temps le monde se sera dédoublé
(ton monde : ton destin, ton âge)
entre l'être et le possible,

et je demeurerai éveillé
et je te hanterai, en prose, comme une maison
ou une mémoire.

________________

George Segal
Amoureux sur un banc (1960)
...

Nenhuma música


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Cuidados intensivos (1994) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


Nenhuma música
Aucune musique


«O gato olha-me
ou o meu olhar olhando-o?
E eu o que vejo senão
a mesma Única solidão?

Chamo-o pelo nome,
pela oposição.
Em vão:
sou eu quem responde.

Virou-se e saltou
para o parapeito
real e perfeito,
sem nome e sem corpo.
(Também eu estou,
como ele, morto).»

« Est-ce le chat qui me regarde
ou mon regard qui le regarde ?
Et moi que vois-je sinon
la même et Unique solitude ?

Je l'appelle par son nom,
par opposition.
En vain :
car c'est moi qui répond.

Il s'est retourné et a sauté
par-dessus le parapet
réel et parfait,
sans nom et sans corps.
(Moi aussi, je suis
comme lui, mort). »

________________

Pericle Fazzini
Chat à longue queue (1953)
...

Narciso


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Cuidados intensivos (1994) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommario / suivant »»
________________


Narciso
Narcisse


Quando me dizes "Vem", já eu parti
e já estou tão próximo de ti
que sou eu quem me chama e quem te chama
e é o meu amor que em ti me ama.

Se me olhas sou eu que me contemplo
longamente através do teu olhar
e moro em ti e sou eu o lugar
e demoro-me em ti e sou o tempo.

Eu sou talvez aquilo que me falta
(a alma se sou corpo, o corpo se sou alma)
em ti, e afogo-me na tua vida
como na minha imagem desmedida:

Sol, Lua, água, ouro,
horizontalidade, concordância,
indiferente ordem da infância,
união conjugal, morte, repouso.

Quand tu me dis "Viens", je suis déjà parti
et je suis déjà si proche de toi
que c'est moi qui m'appelle et qui t'appelle
et c'est mon amour qui m'aime en toi.
Si tu me regardes, je suis qui me contemple
longuement à travers ton regard
et de toi je m'approche je suis le lieu
près de toi je m'attarde je suis le temps.

Je suis peut-être ce qui me manque
(l'âme si je suis corps, le corps si je suis âme)
en toi, et je me noie dans ta vie
comme dans mon image démesurée :

Soleil, lune, eau, or,
horizontalité, concordance,
ordre indifférent de l'enfance,
union conjugale, mort, repos.

________________

Caravaggio
Narcisse (1597-1599)
...

Completas


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction:
Manuel António Pina »»
 
Algo Parecido Com Isto, da Mesma Substância (1992) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


Completas
Complies


A meu favor tenho o teu olhar
testemunhando por mim
perante juízes terríveis:
a morte, os amigos, os inimigos.

E aqueles que me assaltam
à noite na solidão do quarto
refugiam-se em fundos sítios dentro de mim
quando de manhã o teu olhar ilumina o quarto.

Protege-me com ele, com o teu olhar,
dos demónios da noite e das aflições do dia,
fala em voz alta, não deixes que adormeça,
afasta de mim o pecado da infelicidade.

En ma faveur j'ai ton regard
qui témoigne pour moi
face à de terribles juges :
la mort, les amis, les ennemis.

Et la nuit venu, ceux qui m'agressent
dans la solitude de ma chambre
se réfugient en des lieux très profond en moi
quand ton regard le matin illumine la pièce.

Avec lui, avec ton regard, protège-moi
des démons de la nuit et des afflictions du jour,
parle à haute voix, ne me laisse pas m'endormir,
éloigne de moi le péché du malheur.

________________

Mauro Rodrigues
Paysage d'Algarve (2018)
...

Numa estação de metro


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Um Sítio Onde Pousar A Cabeça (1991) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


Numa estação de metro
Dans une station de métro


A minha juventude passou e eu não estava lá.
Pensava em outra coisa, olhava noutra direcção.
Os melhores anos da minha vida perdidos por distracção!

Rosalinda, a das róseas coxas, onde está?
Belinda, Brunilda, Cremilda, quem serão?
Provavelmente professoras de Alemão
em colégios fora do tempo e do espa-

ço! Hoje, antigamente, ele tê-las-ia
amado de um amor imprudente e impudente,
como num sujo sonho adolescente
de que alguém, no outro dia, acordaria.

Pois tudo era memória, acontecia
há muitos anos, e quem se lembrava
era também memória que passava,
um rosto que entre outros rostos se perdia.

Agora, vista daqui, da recordação,
a minha vida é uma multidão
onde, não sei quem, em vão procuro
o meu rosto, pétala dum ramo húmido, escuro.

Ma jeunesse est passée et je n'étais pas là.
J'ai pensé à autre chose, visé une autre direction.
Les meilleures années de ma vie perdues par distraction !

Rosalinde, qui avait les cuisses roses, où est-elle ?
Belinda, Brunilde, Cremilde que sont-elles devenues ?
Probablement des professeurs de collèges
en allemand en dehors du temps et de l'esp-

ace ! Aujourd'hui, autrefois, il les aurait
aimées d'un amour imprudent et impudent,
comme dans un rêve sale d'adolescent
dont le sortirait quelqu'un venu d'un autre jour.

Car tout n'était plus que mémoire, survenu
il y a bien des années, et celui qui s'en souvenait
n'était aussi que mémoire passagère,
un visage qui se perd parmi d'autres visages.

Maintenant, vu d'ici, de cette remontée
du souvenir, ma vie est une cohue
où, ne sachant lequel, je cherche en vain
mon visage, pétale d'une branche humide, obscure.

________________

Omar Hassan
Toi (2019)
...

Lugares da Infância


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Um Sítio Onde Pousar A Cabeça (1991) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommario / suivant »»
________________


Lugares da Infância
Lieux de l'enfance


Lugares da infância onde
sem palavras e sem memória
alguém, talvez eu, brincou
já lá não estão nem lá estou.

Onde? Diante
de que mistério
em que, como num espelho hesitante,
o meu rosto, outro rosto, se reflecte?

Venderam a casa, as flores
do jardim, se lhes toco, põem-se hirtas
e geladas, e sob os meus passos
desfazem-se imateriais as rosas e as recordações.

O quarto eu não o via
porque era ele os meus olhos;
e eu não o sabia
e essa era a sabedoria.

Agora sei estas coisas
de um modo que não me pertence,
como se as tivesse roubado.

A casa já não cresce
à volta da sala,
puseram a mesa para quatro
e o coração só para três.

Falta alguém, não sei quem,
foi cortar o cabelo e só voltou
oito dias depois,
já o jantar tinha arrefecido.

E fico de novo sozinho,
na cama vazia, no quarto vazio.
Lá fora é de noite, ladram os cães;
e eu cubro a cabeça com os lençóis.

Lieux de l'enfance où
sans paroles et sans mémoire
quelqu'un, moi peut-être, joue.
Ils ne sont plus là ni moi non plus.

Où ? Devant
quel mystère
dans lequel, comme en un miroir hésitant,
mon visage, un autre visage, se reflète-t-il ?

On a vendu la maison. Les fleurs
du jardin, si je les touche, se roidissent
et se glacent, et sous mes pas
se fanent, immatériels les roses et les souvenirs.

Ma chambre, je ne l'ai pas vu
car elle était dans mon regard ;
et je n'en savais rien
et c'était la sagesse.

Ces choses maintenant je les sais
d'une manière qui ne m'appartient pas,
comme si je les avais volées.

La maison désormais ne
grandit plus autour de la salle,
mettre la table pour quatre et
ne mettre le cœur que pour trois.

Quelqu'un manque, je ne sais qui,
il est parti se faire couper les cheveux,
il est rentré huit jours plus tard,
et le dîner avait bien refroidi.

De nouveau, je suis seul,
mon lit est vide, la chambre est vide ;
Au dehors, c'est la nuit, les chiens aboient;
et je me couvre la tête avec les draps.

________________

Vilhelm Hammershøi
Interieur (1890)
...

Junto à água


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Um Sítio Onde Pousar A Cabeça (1991) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


Junto à água
Au voisinage de l'eau


Os homens temem as longas viagens,
os ladrões da estrada, as hospedarias,
e temem morrer em frios leitos
e ter sepultura em terra estranha.

Por isso os seus passos os levam
de regresso a casa, às veredas da infância,
ao velho portão em ruínas, à poeira
das primeiras, das únicas lágrimas.

Quantas vezes em
desolados quartos de hotel
esperei em vão que me batesses à porta,
voz de infância, que o teu silêncio me chamasse!

E perdi-vos para sempre entre prédios altos,
sonhos de beleza, e em ruas intermináveis,
e no meio das multidões dos aeroportos.
Agora só quero dormir um sono sem olhos

e sem escuridão, sob um telhado por fim.
À minha volta estilhaça-se
o meu rosto em infinitos espelhos
e desmoronam-se os meus retratos nas molduras.

Só quero um sítio onde pousar a cabeça.
Anoitece em todas as cidades do mundo,
acenderam-se as luzes de corredores sonâmbulos
onde o meu coração, falando, vagueia.

Les hommes ont peur des longs voyages,
des bandits de grand chemin, des auberges,
ont peur de mourir en des lits froids
et d'être enterré dans un pays étranger.

Aussi leurs pas les ramènent-ils
à la maison, aux chemins de l'enfance,
à la vieille porte en ruine, à la poussière
des premiers, des uniques chagrins.

Combien de fois en
des chambres d'hôtel désolées
ai-je attendu en vain que tu viennes frapper
à ma porte, voix d'enfance, que m'appelle ton silence !

Et je vous ai perdu pour toujours entre les barres
d'immeubles, rêves de beauté, et dans les rues
interminables, au milieu de la foule des aéroports.
Maintenant je ne veux plus dormir que d'un rêve

sans yeux et sans ténèbres, sous un toit pour finir.
Tout à l'entour de moi se fracasse
mon visage dans une infinité de miroirs
et mes photos dégringolent dans les cadres.

Je veux simplement un endroit où poser ma tête.
À la nuit tombée, dans toutes les villes du monde,
se sont allumées les lumières de couloirs somnambules
où mon cœur, en parlant, divague.

________________

Marcel Ceuppens
L'homme à la fenêtre (2014)
...

Esplanada


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Um Sítio Onde Pousar A Cabeça (1991) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


Esplanada
Esplanade


Naquele tempo falavas muito de perfeição,
da prosa dos versos irregulares
onde cantam os sentimentos irregulares.
Envelhecemos todos, tu, eu e a discussão,

agora lês saramagos & coisas assim
e eu já não fico a ouvir-te como antigamente
olhando as tuas pernas que subiam lentamente
até um sítio escuro dentro de mim.

O café agora é um banco, tu professora de liceu;
Bob Dylan encheu-se de dinheiro, o Che morreu.
Agora as tuas pernas são coisas úteis, andantes,
e não caminhos por andar como dantes.

Naguère nous parlions beaucoup de perfection,
de la prose des vers irréguliers
où chantent des sentiments irréguliers.
Nous avons tous vieilli, toi, moi, les discussions,

maintenant tu lis des saramagos & cie
et je ne t'écoute plus comme autrefois
regardant tes jambes qui remontaient lentement
jusqu'à ce lieu, en moi, rempli d'ombres.

Le café depuis est une banque, tu enseignes au lycée ;
Bob Dylan s'est fait de l'argent, et le Che est mort.
Tes jambes sont devenues, choses utiles pour avancer,
et non des chemins pour te suivre, comme avant.

________________

Pierre-Auguste Renoir
Le déjeuner des canotiers (1880-1881)
...

Café Orfeu


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Um Sítio Onde Pousar A Cabeça (1991) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


Café Orfeu
Café Orfeu


Nunca tinha caído
de tamanha altura em mim
antes de ter subido
às alturas do teu sorriso.

Regressava do teu sorriso
como de uma súbita ausência
ou como se tivesse lá ficado
e outro é que tivesse regressado.

Fora do teu sorriso
a minha vida parecia
a vida de outra pessoa
que fora de mim a vivia.

E a que eu regressava lentamente
como se antes do teu sorriso
alguém (eu provavelmente)
nunca tivesse existido.

Je n'étais jamais tombé
d'une pareille hauteur en moi
avant d'avoir gravi
les hauteurs de ton sourire.

Je suis revenu de ton sourire
comme d'une soudaine absence
ou comme si j'étais resté là
et qu'un autre était revenu.

Loin de ton sourire
ma vie ressemblait à la vie
d'une autre personne
qui vivait en dehors de moi.

Et vers laquelle je retournais lentement
comme si avant ton sourire
une personne (moi probablement)
n'avait jamais existé.

________________

Marc Chagall
L'anniversaire (1915)
...

O lado de fora


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
O Caminho de Casa (1989) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


O lado de fora
Le côté extérieur


Eu não procuro nada em ti,
nem a mim próprio, é algo em ti
que procura algo em ti
no labirinto dos meus pensamentos.

Eu estou entre ti e ti,
a minha vida, os meus sentidos
(principalmente os meus sentidos)
toldam de sombras o teu rosto.

O meu rosto não reflete a tua imagem,
o meu silêncio não te deixa falar,
o meu corpo não deixa que se juntem
as partes dispersas de ti em mim.

Eu sou talvez
aquele que procuras,
e as minhas dúvidas a tua voz
chamando do fundo do meu coração.

Je ne cherche rien en toi,
ni en moi-même, c'est une chose en toi
qui cherche quelque chose en toi
dans le labyrinthe de mes pensées.

Je suis entre toi et toi,
ma vie, mes sens
(principalement mes sens)
recouvrent d'ombres ton visage.

Mon visage ne reflète pas ton image,
mon silence ne te laisse pas parler,
mon corps ne laisse pas se rejoindre
les parties éparses de toi en moi.

Je suis peut-être
celui que tu cherches,
et mes doutes ta voix
appelant du fond de mon cœur.

________________

Emilio Alberti
Lumière et ombre (2013)
...

O intruso


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Nenhum sitio (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent/  Sommaire / suivant »»
________________


O intruso
L'intrus


Se me voltar fico
diante do meu rosto,
não suportarei
o meu puro olhar.

Quem me procurará
entre os homens?
Um intruso grita
dentro de mim, oiço-o no coração

como um irmão medonho
sonhando com a vida
por outro vivida
em mim, também em sonho.

Si je me tournais, restant
face à mon visage,
je ne supporterai pas
mon pur regard.

Qui me cherchera
parmi les hommes ?
En moi hurle un intrus,
je l'entends dans mon cœur

comme un horrible frère
rêvant de la vie
par un autre vécue
en moi, mais pareil en rêve.

________________

Emilio Tadini
Color & Co. (5) (1969)
...

Politicamente correctos


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poemas Sociais (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Politicamente correctos
Politiquement corrects


Entre dois fogos, estes salvam-se sempre:
São os devotos de uma viscosa equidistância
E nas entranhas têm apenas uma falsa temperança.
Aí estão, constituídos árbitros de tudo,
Pairando acima de erros e paixões
À força de sangue frio e fogo lento,
Em nada diferindo dos abutres,
Salvo na máscara que usam.
Estes são os que esperam, assépticos,
Estando ao mesmo tempo com a maioria e nas minorias.
Compreendem tudo sem jamais incorrerem em nada.
E como praticam a arte da meia-verdade
Isenta da meia-mentira inerente.
São estes que tentam mediar o fogo com o fogo
Para não contrariarem o fogo:
Como incham de tão razoáveis.
Se pudessem, certamente aboliriam o ponto de ebulição
Por entenderem desnecessária a exasperação da água.
Entre deux feux, ceux-là s'en tirent toujours :
Adeptes d'une visqueuse équidistance, ils n'ont
Dans leurs entrailles qu'une fausse tempérance.
Posés là, ils se constituent arbitres de tout,
D'en haut survolant, erreurs et passions
À force de sang froid et de feux couverts,
En rien différent des vautours,
Exceptés par le masque dont ils usent.
Ils sont ceux-là qui attendent, aseptiques,
Étant du côté, à la fois de la majorité et des minorités.
Ils comprennent tout sans jamais rien encourir.
Ah ! Comme ils pratiquent l'art de la demi-vérité
exempte du demi-mensonge inhérent.
Ce sont eux qui tentent de médiatiser le feu avec le feu
Afin de ne pas contrarier le feu :
Comme ils se gonflent d'être aussi raisonnables.
S'ils le pouvaient, ils aboliraient certainement le point d'ébullition
Pour avoir compris que n'est pas nécessaire l'irritation de l'eau.
________________

Peter Saul - Argument (2019)
...

O caminho de casa


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Nenhum sitio (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O caminho de casa
Le chemin du retour


O que foi perdido
ficou eternamente
sobre o coração como a sombra de outra pessoa.
Nunca sentiste a morte

no coração como uma grande sombra
que o Trabalho, a Empresa, dissipam?
O que está por baixo de ti, ó Família,
ó estúpida Paz, ó Razão, ó Cólera,

acorda agora com as sombras,
os perdidos sonhos latejam,
o olho das trevas fita
o que temo dizer.

Agora que os
olhos se fecharam
fico acordado toda a noite
diante de uma coisa imensa.

Os amigos partiram.
Fomos todos embora.
Quem ficou aqui e onde,
E fala de isto agora?

Ce qui a été perdu
reste éternellement
près du cœur comme l'ombre d'une autre personne.
N'as-tu jamais ressenti la mort

comme une grande ombre au coeur
que le Travail, la Société dissiperaient ?
Ce qui est en-dessous de toi, ô Famille,
Ô Paix stupide, ô Raison, ô Colère,

se réveille maintenant avec les ombres,
les rêves halètent, perdus
l’œil des ténèbres fixé
sur ce que j'ai peur de dire.

Maintenant que
les yeux se ferment
Je reste éveillé toute la nuit
devant cette chose immense.

Les amis sont partis.
Tous nous sommes partis.
Qui resterait ici et où,
Et parlerait de ceci maintenant ?

________________

Saâd Ben Cheffaj
Pleure les larmes de ceux qui n'ont pu
rejoindre les étoiles (2013)
...

Amor como em casa


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manuel António Pina »»
 
Ainda não é o fim nem o princípio do mundo... (1974) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Amor como em casa
L'amour comme à la maison


Regresso devagar ao teu
sorriso como quem volta a casa. Faço de conta que
não é nada comigo. Distraído percorro
o caminho familiar da saudade,
pequeninas coisas me prendem,
uma tarde num café, um livro. Devagar
te amo e às vezes depressa,
meu amor, e às vezes faço coisas que não devo,
regresso devagar a tua casa,
compro um livro, entro no
amor como em casa.

Je retourne avec lenteur à ton
sourire comme celui qui rentre à la maison. Je fais comme si
ce n'était rien pour moi. Distrait je déambule
sur le chemin familier de la saudade,
des petites choses me retiennent
tout un après-midi au café, un livre. Avec lenteur
Je t'aime mais parfois je m'empresse,
mon amour, et parfois je fais des choses qu'il ne faudrait pas,
Je rentre avec lenteur chez toi,
J'achète un livre, et je rentre dans
l'amour, comme à la maison.

________________

Pierre Bonnard
La terrasse de Vernonnet (1939)
...

O menino que ganhou um rio


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manoel de Barros »»
 
Memórias Inventadas - Terceira Infância (2008) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O menino que ganhou um rio
L'enfant qui avait reçu une rivière


Minha mãe me deu um rio.
Era dia de meu aniversário e ela não sabia
o que me presentear.
Fazia tempo que os mascates não passavam
naquele lugar esquecido.
Se o mascate passasse a minha mãe compraria
rapadura
Ou bolachinhas para me dar.
Mas como não passara o mascate, minha mãe me
deu um rio.
Era o mesmo rio que passava atrás de casa.
Eu estimei o presente mais do que fosse uma
rapadura do mascate.
Meu irmão ficou magoado porque ele gostava
do rio igual aos outros.
A mãe prometeu que no aniversário do meu
irmão
Ela iria dar uma árvore para ele.
Uma que fosse coberta de pássaros.
Eu bem ouvi a promessa que a mãe fizera ao
meu irmão
E achei legal.
Os pássaros ficavam durante o dia nas margens
do meu rio
E de noite eles iriam dormir na árvore do
meu irmão.
Meu irmão me provocava assim: a minha árvore
deu flores lindas em setembro.
E o seu rio não dá flores!
Eu respondia que a árvore dele não dava
piraputanga.
Era verdade, mas o que nos unia demais eram
os banhos nus no rio entre pássaros.
Nesse ponto nossa vida era um afago!

Ma mère m'a donné une rivière
C'était mon jour anniversaire et elle ne savait pas
quoi m'offrir.
Il y avait longtemps que les colporteurs ne passaient
plus dans cet endroit oublié.
Si le colporteur passait ma mère achetait
du sucre de canne
Ou des biscuits qu'elle me donnait.
Mais comme le colporteur ne passait plus, ma mère
me donna une rivière.
C'était celle qui passait derrière la maison.
J’appréciais le cadeau bien plus que le sucre
de canne du colporteur.
Mon frère fut vexé car il aimait cette rivière
comme les autres.
Ma mère promit que pour l'anniversaire de mon
frère
Elle lui donnerait un arbre.
L'un de ceux qui sont couverts d'oiseaux.
J'avais bien entendu la promesse que ma mère
avait faite à mon frère
Et c'était bien.
Les oiseaux viendraient le jour sur les bords
de ma rivière
et la nuit ils iraient dormir dans l'arbre de
mon frère.
Mon frère me provoqua ainsi : mon arbre
donne de belles fleurs en septembre.
Mais ta rivière ne donne pas de fleurs !
Je lui répondit que son arbre, lui ne donnait pas
de piraputanga.
C'était vrai, mais ce qui nous réunissait le plus était
les bains nus dans la rivière parmi les oiseaux
Sur ce point notre vie était un délice.

________________

Jean-Michel Folon
La Chapelle Folon à Saint-Paul de Vence (fresque) (2004)
...

Soberania


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manoel de Barros »»
 
Memórias Inventadas - Terceira Infância (2008) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Soberania
Souveraineté


Naquele dia, no meio do jantar, eu contei que
tentara pegar na bunda do vento — mas o rabo
do vento escorregava muito e eu não consegui
pegar. Eu teria sete anos. A mãe fez um sorriso
carinhoso para mim e não disse nada. Meus irmãos
deram gaitadas me gozando. O pai ficou preocupado
e disse que eu tivera um vareio da imaginação.
Mas que esses vareios acabariam com os estudos.
E me mandou estudar em livros. Eu vim. E logo li
alguns tomos havidos na biblioteca do Colégio.
E dei de estudar pra frente. Aprendi a teoria
das idéias e da razão pura. Especulei filósofos
e até cheguei aos eruditos. Aos homens de grande
saber. Achei que os eruditos nas suas altas
abstrações se esqueciam das coisas simples da
terra. Foi aí que encontrei Einstein (ele mesmo
— o Alberto Einstein). Que me ensinou esta frase:
A imaginação é mais importante do que o saber.
Fiquei alcandorado! E fiz uma brincadeira. Botei
um pouco de inocência na erudição. Deu certo. Meu
olho começou a ver de novo as pobres coisas do
chão mijadas de orvalho. E vi as borboletas. E
meditei sobre as borboletas. Vi que elas dominam
o mais leve sem precisar de ter motor nenhum no
corpo. (Essa engenharia de Deus!) E vi que elas
podem pousar nas flores e nas pedras sem magoar as
próprias asas. E vi que o homem não tem soberania
nem pra ser um bentevi.

Ce jour-là, au milieu du dîner, j'ai dit avoir
essayé d'attraper le cul du vent – mais la queue
du vent glissait beaucoup et je n'ai pas réussi à
l'attraper. J'avais sept ans. Ma mère eut pour moi
un sourire affectueux et ne dit rien. Mes frères
s"esclaffèrent en se moquant. Mon père préoccupé
me dit que j'avais eu une divagation de l'imagination.
Mais que ces divagations finiraient grâce aux études.
Et il m'envoya étudier les livres. J'y suis allé. Et je lisais
bientôt quelques tomes de la bibliothèque du Collège.
Je me suis mis dès lors à étudier. J'ai appris la théorie
des idées la raison pure. Spéculé avec les philosophes
parvenant même aux érudits. Aux hommes de grand
savoir. Je pensais que les savants dans leurs hautes
abstractions avaient oublié les choses simples de la
terre. Ce fut alors que je rencontrais Einstein (lui-même
– Albert Einstein). Qui m'enseigna cette phrase :
L'imagination est plus importante que le savoir.
Suprême élévation ! Et je me suis mis à jouer. Mettant
un peu d'innocence dans l'érudition. Ça a marché. Mon
œil à nouveau commença de voir les pauvres choses
des champs mouillés de rosée. Et j'ai vu les papillons.
J'ai médité sur les papillons. J'ai vu qu'ils régnaient sur
le plus léger sans avoir besoin d'un moteur dans leur
corps. (Cette ingénierie de Dieu !) Et j'ai vu qu'ils étaient
capable de se poser sur les fleurs et les pierres sans blesser
leurs propres ailes. Et j'ai vu que l'homme n'est même pas
capable d'être un ben-te-vi.

________________

José Francisco Borges
Ben-ti-vi (1965)
...