Não falarás com a minha morte...


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (Juillet 2020) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Não falarás com a minha morte...
Tu ne parleras pas avec ma mort...


Não falarás com a minha morte,
Nada terás para lhe sussurrar –
Pois como poderei estar morto
Se em ti murmura a minha falta,
Se uma saudade tua me chama,
Se em ti há um lugar
À minha procura?

Tu ne parleras pas avec ma mort,
Tu n'aurais rien à lui chuchoter –
Et puis, comment pourrais-je être mort
Si mon absence murmure en toi,
Si tes regrets m'appelle,
S'il y a un lieu en toi
À ma recherche ?

________________

Vilhelm Hammershøi
Le reste (1905)
...

Tenta esquecer-me...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Baú de espantos (1986) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Tenta esquecer-me...
Essaie de m'oublier...


Tenta esquecer-me...
Ser lembrado é como evocar
Um fantasma...
Deixa-me ser o que sou,
O que sempre fui, um rio que vai fluindo...
Em vão, em minhas margens cantarão as horas,
Me recamarei de estrelas como um manto real,
Me bordarei de nuvens e de asas,
Às vezes virão a mim as crianças banhar-se...

Um espelho não guarda as coisas refletidas!
E o meu destino é seguir... é seguir para o Mar,
As imagens perdendo no caminho...
Deixa-me fluir, passar, cantar...
Toda a tristeza dos rios
É não poder parar!

Essaie de m'oublier...
Se souvenir est comme évoquer
Un fantôme...
Laisse-moi être ce que je suis,
Ce que j'ai toujours été, un fleuve qui s'écoule...
Sur mes rives chanteront les heures, en vain,
Je me parerais d'étoiles comme d'une cape royale,
Me broderais avec des nuages ​​et des ailes,
Où parfois des enfants viendront à moi se baigner...

Un miroir ne garde pas les choses réfléchies !
Et mon destin est d'aller... est d'aller vers la mer,
Les images se perdent en chemin...
Laisse-moi couler, passer, chanter...
Toute la tristesse des fleuves
Sans pouvoir s'arrêter !

________________

Moacir de Andrade
Paysage fluvial (1980)
...

Se eu fosse um padre...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Nariz de vidro (1984) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Se eu fosse um padre...
Si j'étais prêtre...


Se eu fosse um padre, eu, nos meus sermões,
não falaria em Deus nem no Pecado
- muito menos no Anjo Rebelado
e os encantos das suas seduções,

não citaria santos e profetas:
nada das suas celestiais promessas
ou das suas terríveis maldições…
Se eu fosse um padre, eu citaria os poetas,

Rezaria seus versos, os mais belos,
desses que desde a infância me embalaram
e quem me dera que alguns fossem meus!

Porque a poesia purifica a alma
... e um belo poema – ainda que de Deus se aparte -
um belo poema sempre leva a Deus!

Si j'étais prêtre, moi, dans mes sermons,
Je ne parlerais pas de Dieu ou du péché
– encore moins de l'Ange Rebelle
et du charme de ses séductions,

Je ne citerais pas les saints et les prophètes :
ne dirais rien de leurs promesses célestes
ou de leurs terribles malédictions...
Si j'étais prêtre, je citerais les poètes,

Je réciterais leurs plus beaux vers,
ceux qui m'ont bercé depuis l'enfance
et j'aimerais que certains soient les miens !

Car la poésie purifie l'âme
... et un beau poème – bien qu'il soit éloigné de Dieu –
un beau poème mène toujours à Dieu !

________________

Mario Giacomelli
Jeunes prêtres (1963)
...

Vida


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Esconderijos do tempo (1980) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Vida
Vie


Não sei
o que querem de mim essas árvores
essas velhas esquinas
para ficarem tão minhas só de as olhar um momento.

Ah! se exigirem documentos aí do Outro Lado,
extintas as outras memórias,
só poderei mostrar-lhes as folhas soltas de um álbum
de imagens:

aqui uma pedra lisa, ali um cavalo parado
ou
uma
nuvem perdida,
perdida...

Meu Deus, que modo estranho de contar uma vida!

Je ne sais pas
ce que veulent de moi ces arbres
ces vieux quartiers
qui au premier regard me paraissent familiers.

Ah! s'ils exigeaient des documents là de l'Autre Côté,
défunts les autres souvenirs,
je ne pourrais leurs montrer que les feuilles volantes d'un
album d'images :

ici une pierre lisse, là un cheval à l'arrêt
ou
un
nuage perdu,
perdu ...

Mon Dieu, quelle étrange façon de raconter une vie !

________________

Leandro Erlich
Nuée (2016)
...

Se o poeta falar num gato...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Esconderijos do tempo (1980) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Se o poeta falar num gato...
Si le poète parle d'un chat...


Se o poeta falar num gato, numa flor,
num vento que anda por descampados e desvios
e nunca chegou à cidade...
se falar numa esquina mal e mal iluminada...
numa antiga sacada... num jogo de dominó...
se falar naqueles obedientes soldadinhos de chumbo que
morriam de verdade...
se falar na mão decepada no meio de uma escada
de caracol...
Se não falar em nada
e disser simplesmente tralalá... Que importa?
Todos os poemas são de amor!

Si le poète parle d'un chat, d'une fleur,
du vent qui divague à travers la campagne et
jamais n'arrive à la ville...
s'il parle d'un coin mal famé, mal éclairé...
d'un ancien balcon... d'un jeu de dominos...
s'il parle de ces soldats de plomb obéissants qui
meurt pour de vrai...
s'il parle de la main tranchée au milieu de l'escalier
en colimaçon...
S'il ne parle de rien
et dit simplement tralala... Quelle importance ?
Tous les poèmes sont d'amour !

________________

Henri Matisse
Chat et poisson rouge (1914)
...

Os poemas


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Esconderijos do tempo (1980) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Os poemas
Les poèmes


Os poemas são pássaros que chegam
não se sabe de onde e pousam
no livro que lês.
Quando fechas o livro, eles alçam vôo
como de um alçapão.
Eles não têm pouso
nem porto
alimentam-se um instante em cada par de mãos
e partem.
E olhas, então, essas tuas mãos vazias,
no maravilhoso espanto de saberes
que o alimento deles já estava em ti...

Les poèmes sont des oiseaux qui arrivent
on ne sait d'où et se posent
dans le livre que tu lis.
Lorsque tu fermes le livre, ils s'envolent
s'échappant de la trappe
Ils n'ont pour se poser
aucun port mais
un instant se nourrissent entre tes mains jointes
puis s'en vont.
Et tu regardes alors tes mains vides,
dans la merveilleuse stupéfaction de savoir
que leur nourriture était déjà en toi...

________________

Christian Schloe
Garçon faisant la lecture aux oiseaux (2004)
...

O poeta canta a si mesmo...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Esconderijos do tempo (1980) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O poeta canta a si mesmo
Le poète chante à soi-même


O poeta canta a si mesmo
porque nele é que os olhos das amadas
têm esse brilho a um tempo inocente e perverso...

O poeta canta a si mesmo
porque num seu único verso
pende - lúcida, amarga -
uma gota fugida a esse mar incessante do tempo...

Porque o seu coração é uma porta batendo
a todos os ventos do universo.

Porque além de si mesmo ele não sabe nada
ou que Deus por nascer está tentando agora ansiosamente
 respirar
neste seu pobre ritmo disperso!

O poeta canta a si mesmo
porque de si mesmo é diverso.

Le poète chante à soi-même
parce que c'est en lui que les yeux de ses proches
ont ces éclairs d'un temps innocent et pervers...

Le poète chante à soi-même
parce que dans un seul vers
pend - lucide, amère -
une goutte fuyant vers cette mer incessante du temps...

Parce que son cœur est une porte qui bat
à tous les vents de l'univers.

Parce qu'au-delà de lui-même, il ne sait rien
si ce n'est que le dieu à naître essaie dès lors anxieusement
de respirer
dans son pauvre rythme dispersé !

Le poète chante à soi-même
parce qu'il est différent de lui-même.

________________

Pablo Picasso
Vieux guitariste aveugle (1903)
...

Bilhete


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Esconderijos do tempo (1980) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Bilhete
Billet


Se tu me amas, ama-me baixinho
Não o grites de cima dos telhados
Deixa em paz os passarinhos
Deixa em paz a mim!
Se me queres,
enfim,
tem de ser bem devagarinho, Amada,
que a vida é breve, e o amor mais breve ainda…

Si tu m'aimes, tu dois le chuchoter
Ne le crie pas sur les toits
Laisse les oiseaux en paix
Laisse-moi en paix !
Si tu me veux,
enfin,
il faut être lent, très longtemps, mon Amour,
car la vie est brève, et l'amour plus bref encore...

________________

Alfons Mucha
Danse (1898)
...

Presença


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Apontamentos de história sobrenatural (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Presença
Présence


É preciso que a saudade desenhe as tuas linhas perfeitas,
teu perfil exato que, apenas, levemente, o vento
das horas ponha um frêmito em teus cabelos...

É preciso que a tua ausência trescale
sutilmente, no ar, a trevo machucado,
a folhas de alecrim desde há muito guardadas
não se sabe por quem nalgum móvel antigo...

Mas é preciso, também, que seja como abrir uma janela
e respirar-te azul e luminosa, no ar.
É preciso a saudade para eu te sentir
como sinto – em mim – a presença misteriosa da vida...

Mas quando surges és tão outra e múltipla e imprevista
que nunca te pareces com o teu retrato...
E eu preciso fechar meus olhos para ver-te!

Il est essentiel que le souvenir dessine tes lignes parfaites
La netteté de ton profil, et que le vent léger des heures
Peine à poser un frémissement dans tes cheveux...

Il est essentiel que ton absence laisse un parfum
Subtil flotter dans l’air, le trèfle d’un herbier,
Les feuilles du romarin depuis si longtemps gardées,
Pour qui ? nul ne le sait, dans le tiroir d’un vieux meuble...

Mais il est essentiel aussi que soit ouverte une fenêtre
Et que tu puisses être respirée, bleue et lumineuse dans l’air
Essentiel le souvenir pour que je puisse t’appréhender
Comme j’appréhende - en moi - la mystérieuse présence de la vie.

Mais quand tu parais, tu es toute autre, multiple et imprévue ;
Jamais tu ne ressembles à ton portrait...
Il est alors essentiel que je ferme les yeux pour te voir !

________________

Gerhard Richter
Betty (1988)
...

Poema da gare de Astapovo


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Apontamentos de história sobrenatural (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Poema da gare de Astapovo
Poème de la gare de Astapovo


O velho Leon Tolstoi fugiu de casa aos oitenta anos
E foi morrer na gare de Astapovo!
Com certeza sentou-se a um velho banco,
Um desses velhos bancos lustrosos pelo uso
Que existem em todas as estaçõezinhas pobres do mundo
Contra uma parede nua...
Sentou-se ...e sorriu amargamente
Pensando que
Em toda a sua vida
Apenas restava de seu a Gloria,
Esse irrisório chocalho cheio de guizos e fitinhas
Coloridas
Nas mãos esclerosadas de um caduco!
E então a Morte,
Ao vê-lo tão sozinho aquela hora
Na estação deserta,
Julgou que ele estivesse ali a sua espera,
Quando apenas sentara para descansar um pouco!
A morte chegou na sua antiga locomotiva
(Ela sempre chega pontualmente na hora incerta...)
Mas talvez não pensou em nada disso, o grande Velho,
E quem sabe se até não morreu feliz: ele fugiu...
Ele fugiu de casa...
Ele fugiu de casa aos oitenta anos de idade...
Não são todos que realizam os velhos sonhos da infância!

Le vieux Léon Tolstoï s'enfuit de sa maison à quatre-vingts ans
Et s'en alla mourir en gare de Astapovo !
À coup sûr il s'assit sur un vieux banc,
Un de ces vieux bancs lustrés par l'usage
Qui, adossés à un mur nu, existent dans toutes les petites
Stations pauvres du monde
Il s'assit ... et sourit amèrement
Pensant que
De toute sa vie
Il ne restait plus que la Gloire,
Ce hochet plein de grelots et de nœuds colorés
Dérisoire
Entre les mains sclérosées d'un cacochyme !
Et la Mort,
Le voyant si seul à cette heure
Dans la station déserte,
Jugea qu'il était là et l'attendait, alors qu'elle
N'était venue s'asseoir que pour se reposer un peu !
La mort était arrivée sur sa vieille locomotive
(Elle arrive toujours ponctuelle à une heure incertaine...)
Mais peut-être n'y avait-il même pas pensé, le grand vieillard,
Et qui sait même s'il n'eut pas une mort heureuse : il avait fui...
Il s'était enfui de sa maison...
Il s'était enfui de chez lui à l'âge de quatre-vingts ans...
Tout le monde ne réalise pas ses vieux rêves d'enfance !

________________

Léon Tolstoï, photographie de
Sergej Michajlovič Prokudin-Gorsky (1908)
...

Olho as minhas mãos...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Apontamentos de história sobrenatural (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Olho as minhas mãos...
Je regarde mes mains...


Olho as minhas mãos: elas só não são estranhas
Porque são minhas. Mas é tão esquisito distendê-las
Assim, lentamente, como essas anêmonas do fundo do mar…
Fechá-las, de repente,
Os dedos como pétalas carnívoras!
Só apanho, porém, com elas, esse alimento impalpável
 do tempo,
Que me sustenta, e mata, e que vai secretando
 o pensamento
Como tecem as teias as aranhas.
A que mundo
Pertenço?
No mundo há pedras, baobás, panteras,
Águas cantarolantes, o vento ventando
E no alto as nuvens improvisando sem cessar,
Mas nada, disso tudo, diz: “existo”.
Porque apenas existem…
Enquanto isto,
O tempo engendra a morte, e a morte gera os deuses
E, cheios de esperança e medo,
Oficiamos rituais, inventamos
Palavras mágicas,
Fazemos
Poemas, pobres poemas
Que o vento
Mistura, confunde e dispersa no ar…
Nem na estrela do céu nem na estrela-do-mar
Foi este o fim da Criação!
Mas, então,
Quem urde eternamente a trama de tão velhos sonhos?
Quem faz em mim — esta interrogação?

Je regarde mes mains : elles ne sont pas seulement étranges
Parce que miennes. Mais c'est tellement bizarre de les étirer
Ainsi, lentement, comme ces anémones de mer...
Puis de les fermer, brusquement,
Les doigts comme des pétales carnivores !
Avec elles cependant, je ne prends que cette nourriture
impalpable du temps
Qui me sustente, et me tue, et secrète
la pensée
Comme les araignées tissent leur toile.
Quel est ce monde
Auquel j'appartiens ?
Monde où il y a des pierres, des baobabs, des panthères,
Des eaux cataractant, le vent qui souffle
Et dans les hauteurs les nuages ​​qui improvisent sans cesse,
Mais rien de tout cela ne dit : « J'existe ».
Car ils ne font qu'exister...
Dans l'intervalle,
Le temps engendre la mort et la mort génère les dieux
Et, remplis d'espoir et de peur,
Nous accomplissons des rituels, nous inventons
Des paroles magiques,
Nous faisons
Des poèmes, de pauvres poèmes
Que le vent
Mélange, confond et disperse dans l'air...
Ni dans l'étoile du ciel ni dans l'étoile de mer
N'est la finalité de la Création !
Mais alors,
Qui ourdit éternellement la trame de si vieux rêves ?
Qui dépose en moi – cette question ?

________________

Albrecht Dürer
Étude de mains (1506)
...

O velho do espelho


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Apontamentos de história sobrenatural (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O velho do espelho
Le vieux dans le miroir


Por acaso, surpreendo-me no espelho: quem é esse
que me olha e é tão mais velho que eu?
Porém, seu rosto… é cada vez menos estranho…
Meu Deus, meu Deus… Parece
Meu velho pai - que já morreu!
Como pude ficarmos assim?
Nosso olhar - duro - interroga:
"O que fizeste de mim?!"
“Eu pai?! Tu é que me invadiste.
Lentamente, ruga a ruga... Que importa! Eu sou ainda
Aquele mesmo menino teimoso de sempre
E os teus planos enfim lá se foram por terra,
Mas sei que vi, um dia - a longa, a inútil guerra!
Vi sorrir, nesses cansados olhos, um orgulho triste..."

Par hasard, je me suis surpris dans le miroir : qui est-il
celui-là qui me regarde, tellement plus âgé que moi ?
Toutefois, son visage… est de moins en moins étrange…
Mon Dieu, mon Dieu… On dirait
Mon vieux père – il est mort maintenant !
Comment pourrais-je être ainsi ?
Notre regard – avec dureté - interroge :
« Qu'est-ce que tu m'as fait ?! »
Moi papa ?! C'est toi qui m'as envahi.
Lentement, ride après ride... Qu'importe ! je suis encore
Ce même enfant têtu de toujours
Et tes projets à la fin sont tombés par terre,
Mais je sais ce qu'un jour j'ai vu – la guerre, longue et inutile !
J'ai vu sourire, dans ces yeux fatigués, un triste orgueil...

________________

Maurits Cornelis Escher
Main avec sphère réfléchissante (1935)
...

The English Patient


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Galeria (2016) »»
http://nunorochamorais.blogspot.com (Juillet 2020) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


The English Patient
Le patient anglais


(Quase sextina)

Algures por ali seria a gruta
Que, irónica, escondia os nadadores,
As figuras absurdas no deserto.
Quem pintara a miragem destes corpos
Soubera como de água é a febre
E por isso seria azul a pele.

Mas que génio pintou sobre tal pele
Alterosa, nas pedras de uma gruta,
Talvez demonizado pela febre,
Estes seres, pristinos nadadores?
Qual foi o mar sabido destes corpos?
Que ondas mascararam o deserto?

Pouco importa o que já foi o deserto:
Agora é um refúgio, como a pele,
Para o sereno encontro de dois corpos —
Ainda que a mulher morra na gruta —,
Vogando, da penumbra nadadores,
Sem outra luz que a sua própria febre.

É assim que então se azula a febre —
Marinha freme a graça do deserto —
E revivem azuis os nadadores,
Já não de quaisquer águas, mas de pele.
Só não conhece vozes esta gruta,
Tardaram e abjuraram os dois corpos.

Como veneno, o amor fala dos corpos
Que um casulo vão tecendo de febre,
É amor o respirar frio da gruta.
Não importa que a vida no deserto
Se despenhe ou se extinga sob a pele
E a escuridão apague os nadadores.

O sol calcina a pele do deserto,
Mas subsiste na gruta o sal dos corpos,
Nadadores mercê de tanta febre.
(Presque un sixain)

Là-bas quelque part il y aurait, avec
Ironie, une grotte qui recèle des nageurs,
Figures absurdes dans le désert.
Quiconque peindrait le mirage de ces corps
Devrait savoir à quel point l'eau est la fièvre
Et que s'en déduit le bleu de la peau.

Mais quel génie peignit donc, sur telle peau
Houleuse, dans les pierres d'une grotte,
Diabolisé peut-être par la fièvre,
Ces êtres, ces antiques nageurs ?
Quelle mer fut connue de ces corps ?
Quelles vagues ont masqué le désert ?

Peu importe ce que fut autrefois le désert :
Maintenant, c'est un refuge, comme la peau,
Pour la rencontre sereine de deux corps —
Encore que la femme meurt dans la grotte —,
Voguant dans la pénombre des nageurs,
Sans autre lumière que sa propre fièvre.

C'est ainsi que la fièvre se met à bleuir —
Marine qui frémit à la grâce du désert —
Et revivent les nageurs azurés,
Non plus des eaux quelconques, mais de peau.
Elle n'a pas connu beaucoup de voix, cette grotte,
Elles ont tardé et abjuré les deux corps.

Comme le venin, l'amour parle des corps
Qui va tisser de fièvre un cocon,
L'amour est la froide respiration de la grotte.
Peu importe que la vie dans le désert
S'abime ou s'éteigne sous la peau
Et que l'obscurité efface les nageurs.

Le soleil calcine la peau du désert,
Mais subsiste dans la grotte le sel des corps,
Nageurs à la merci de tant de fièvre.
________________

Caverne des Nageurs (art rupestre)
Gilf Kebir (Egypte)
...

Naturezas-mortas


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Apontamentos de história sobrenatural (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Naturezas-mortas
Natures mortes


Havia talhadas de melancia rindo...
E os difíceis abacaxis: por fora uma hispidez de bicho
 insociável;
Por dentro, uma ácida doçura...
Morno veludo de pêssegos...
Frescor saudoso de amoras...
E, a mais agreste das criaturinhas,
Cada pitanga desmanchava-se como um beijo vermelho
 na boca.
Eu passo, sem querer, as costas da mão nos meus lábios:
Não sei por que desenho essas coisas no tempo passado...

Il y avait des tranches de pastèque qui riaient...
Et les rudes ananas : au dehors, une hispidité de bête
peu sociable ;
Au dedans, une douceur acide...
Un chaud velours de pêche...
Une fraîche nostalgie de mûres...
Et, la plus sauvage des créatures,
Chaque roussaille se déhanche comme un rouge baiser
de bouche.
Sans le vouloir, je passe le dos de ma main sur mes lèvres :
Je ne sais pourquoi j'ai imaginé ces choses dans le passé...

________________

Willem van Leen
Nature morte avec ananas (1791)
...

A beleza dos versos impressos em livro...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Apontamentos de história sobrenatural (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


A beleza dos versos impressos em livro...
La beauté des vers imprimés dans les livres...


A beleza dos versos impressos em livro
– serena beleza com algo de eternidade
Antes que venha conturbá-los a voz das declamadoras.
Ali repousam eles, misteriosos cântaros,
Nas suas frágeis prateleiras de vidro...
Ali repousam eles, imóveis e silenciosos.
Mas não mudos e iguais como esses mortos
 em suas tumbas.
Têm, cada um, um timbre diverso de silêncio...
Só tua alma distingue seus diferentes passos,
Quando o único rumor em teu quarto
É quando voltas, de alma suspensa – mais uma página
Do livro... Mas um verso fere o teu peito como
a espada de um anjo
E ficas, como se tivesses feito, sem querer, um milagre...
Oh! que revoada, que revoada de asas!

La beauté des vers imprimés dans les livres
– beauté sereine avec un rien d'éternité
Avant que la voix de ceux qui les déclament ne les perturbe.
Ils se reposent là, aiguières mystérieuses,
Sur leurs fragiles étals de verre...
Ils se reposent là, immobiles et silencieux.
Mais ni muets ni égaux tels ces morts
dans leur tombe.
Ils ont chacun, un timbre différent de silence...
Il n'y a que ton âme qui distingue leurs pas différents,
Lorsque l'unique rumeur de ta chambre est
Le tournement, d'une âme suspendue – vers une autre page
Du livre ... Mais un vers blesse ton cœur comme
l'épée d'un ange
Et tu es là, comme si tu avais fait, sans le vouloir, un miracle...
Oh ! quel troupeau, quel troupeau d'ailes !

________________

Franz von Stuck
Le gardien du Paradis (1889)
...

Das utopias


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
Espelho mágico (1951) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Das utopias
Des utopies


Se as coisas são inatingíveis... ora!
Não é motivo para não querê-las.
Que tristes os caminhos, se não fora
A mágica presença das estrelas!

Si les choses sont inatteignables... eh bien !
il n'y a aucune raison de ne pas les vouloir.
Qu'ils sont tristes les chemins, si n'est dehors
la présence magique des étoiles !

________________

Sol LeWitt
Étoile à cinq branches avec rayures colorées (1992)
...

Obsessão do Mar Oceano


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mario Quintana »»
 
O Aprendiz de Feticeiro (1950) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Obsessão do Mar Oceano
Obsession de la Mer Océane


Vou andando feliz pelas ruas sem nome...
Que vento bom sopra do Mar Oceano!
Meu amor eu nem sei como se chama,
Nem sei se é muito longe o Mar Oceano...
Mas há vasos cobertos de conchinhas
Sobre as mesas... e moças nas janelas
Com brincos e pulseiras de coral...
Búzios calçando portas... caravelas
Sonhando imóveis sobre velhos pianos...
Nisto,
Na vitrina do bric o teu sorriso, Antínous,
E eu me lembrei do pobre imperador Adriano,
De su'alma perdida e vaga na neblina...
Mas como sopra o vento sobre o Mar Oceano!
Se eu morresse amanhã, só deixaria, só,
Uma caixa de música
Uma bússola
Um mapa figurado
Uns poemas cheios de beleza única
De estarem inconclusos...
Mas como sopra o vento nestas ruas de outono!
E eu nem sei, eu nem sei como te chamas...
Mas nos encontramos sobre o Mar Oceano,
Quando eu também já não tiver mais nome.

Heureux, je m'en vais par les rues sans nom...
Comme il est bon le vent qui souffle de la Mer Océane !
Mon amour, je ne sais même pas quel est son nom,
Je ne sais même pas si la Mer Océane est lointaine...
Mais il y a des vases couverts de coquillages
Sur les tables ... et des filles aux fenêtres
Avec des boucles d'oreilles et des bracelets de corail...
Des murex au pied des portes... des caravelles
rêvant immobiles sur de vieux pianos...
Et là,
Dans la vitrine d'une brocante, ton sourire, Antinoüs,
Et je me suis souvenu du pauvre empereur Hadrien,
De son âme perdue et vague dans le brouillard ...
Ah, comme il souffle le vent sur la Mer Océane !
Si je devais mourir demain, seul, je partirais,
Avec une boîte à musique
Une boussole
Une carte-portulan
Quelques-uns des poèmes remplis d'une beauté unique
Restés inachevés ...
Ah, comme le vent souffle par ces rues d'automne !
Et je ne sais, je ne sais même pas quel est ton nom ...
Mais nous nous rencontrerons sur la Mer Océane,
Lorsque moi aussi je n'aurais plus de nom.

________________

Amedeo Modigliani
Femme au collier de corail (1918)
...