A mão no arado


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
O problema da habitação - Alguns aspectos (1962) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


A mão no arado
La main à charrue


Feliz aquele que administra sabiamente
a tristeza e aprende a reparti-la pelos dias
Podem passar os meses e os anos nunca lhe faltará

Oh! como é triste envelhecer à porta
entretecer nas mãos um coração tardio
Oh! como é triste arriscar em humanos regressos
o equilíbrio azul das extremas manhãs do verão
ao longo do mar transbordante de nós
no demorado adeus da nossa condição
É triste no jardim a solidão do sol
vê-lo desde o rumor e as casas da cidade
até uma vaga promessa de rio
e a pequenina vida que se concede às unhas
Mais triste é termos de nascer e morrer
e haver árvores ao fim da rua

É triste ir pela vida como quem

 regressa e entrar humildemente por engano pela morte dentro
É triste no outono concluir
que era o verão a única estação
Passou o solidário vento e não o conhecemos
e não soubemos ir até ao fundo da verdura
como rios que sabem onde encontrar o mar

 e com que pontes com que ruas com que gentes com que montes conviver
através de palavras de uma água para sempre dita
Mas o mais triste é recordar os gestos de amanhã

Triste é comprar castanhas depois da tourada
entre o fumo e o domingo na tarde de novembro
e ter como futuro o asfalto e muita gente
e atrás a vida sem nenhuma infância
revendo tudo isto algum tempo depois
A tarde morre pelos dias fora
É muito triste andar por entre Deus ausente

Mas, ó poeta, administra a tristeza sabiamente
Heureux qui judicieusement administre
la tristesse et apprend à la répartir entre les jours
Mois années peuvent passer elle ne fera jamais défaut

Oh ! comme il est triste de vieillir sur le pas de la porte
de tisser de nos mains les fils d'un cœur tardif
Oh ! comme il est triste de s'exposer aux humains retours
et à l'équilibre bleu des matins suprême de l'été
en longeant la mer qui de nous déborde
avec un adieu lancinant à notre condition
Elle est triste au jardin la solitude du soleil
tu la vois depuis la rumeur et les façades de la ville
jusqu'à la vague promesse d'un fleuve
et la vie minuscule octroyée aux avaricieux
Plus triste encore est de devoir naître et mourir
alors qu'il y a des arbres au bout de la rue

Est triste d'aller sa vie comme celui

 qui revient pour entrer dans la mort par mégarde humblement
Il est triste en automne de s'apercevoir
que l'unique saison fut l'été
Passe le vent solidaire et nous ne le connaissons pas
et nous ne savons pas aller jusqu'au fond de la verdure
comme ces fleuves qui savent où trouver la mer
 et avec quels ponts quelles rues quelles gens quels monts vivre en compagnie
traversés par les paroles d'une eau dite pour toujours
Mais le plus triste est le souvenir des gestes de demain

Triste est d'acheter des châtaignes après la corrida
dans la fumée par un dimanche après-midi de Novembre
et de n'avoir comme futur que l'asphalte et des tas de gens
de revenir à la vie sans plus d'enfance
et revoir tout cela quelque temps plus tard
L'après-midi meurt pendant des jours
Il est infiniment triste de marcher lorsque Dieu est absent

Mais, ô poète, administre la tristesse judicieusement
________________

Vincent Van Gogh
Portrait du Docteur Gachet (1890)
...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire