Jorge de Sena


• Jorge (Cândido) de Sena (né à Lisbonne, le 2 novembre 1919, mort à Santa Bárbara, Californie, le 4 juin 1978) est un personnage central de la culture et de la pensée portugaise, exilé par deux fois, il est aujourd'hui reconnu comme un grand poète luso-brésilien.
• Jorge est l'enfant unique d'un père, commandant de la marine marchande, d'origine aristocratique, et d'une mère issue d'une famille aisé de commerçant de Porto. Selon ses propres dires dans le conte « Homenagem ao papagaio verde » l'ambiance domestique ne fut pas des plus harmonieuses, ni confortable, financièrement (d'autant que son père, en 1933, dut être amputé d'une jambe, ayant été accidenté en mer).
• Il reçut toutefois une bonne éducation, par l'action conjointe de sa mère et de sa grand-mère qui l'aimait beaucoup. Jorge, dès l'âge de 10 ans lisait couramment le français et commença à prendre des leçons de piano, et à découvrir la musique qu'il aimera toute sa vie.
• Il poursuit ses études secondaires à Lisbonne, puis en 1936, s'inscrit au cours préparatoire de l'Escola Naval. Ses notes sont excellentes et il obtient le titre de premier cadet au "Curso do Condestável" en février 1937. Il entreprend alors son premier voyage, sur le navire-école Sagres, et visite le Cap-Vert, São Tomé, le Brésil, l'Angola, le Sénégal et les Canaries, endroits qui l'impressionnent, et plus tard, seront illustrés dans son œuvre. Lui qui rêvait de faire carrière comme officier de la Marine, il dut déchanter car, dès son retour, pour des raisons mal connues, il est réformé et doit poursuivre, contraint par une famille autoritaire, des études d'ingénieur des Ponts et Chausssées, à Porto, entre 1940 et 1944, après avoir passé deux années à la Faculté des Sciences de Lisbonne.
• Jorge qui écrit des poèmes depuis l'âge de seize ans, commence sa carrière littéraire au début de la guerre civile espagnole. L'année 1938 est particulièrement fertile, comédie, lied inspiré du poème "Pobre velha música" de Fernando Pessoa, et pas moins de 256 poèmes. À la suite de sa démobilisation de la Marine, il écrit encore 168 poèmes et publie sa première œuvre Nevoeiro dans une revue d'étudiants sous le nom de Teles de Abreu (nom qu'il utilisera jusqu'en 1942).
• Il rencontre Maria Mécia de Freitas Lopes en 1940, mais il ne l'épousera qu'en 1949. Au fil des ans, ils auront neuf enfants, sept au Portugal et deux au Brésil. Issue d'une famille de musiciens, écrivaine, épistologue, elle deviendra sa plus grande collaboratrice. Décédée en 2020 à l'âge de 101 ans, elle a passé les 40 dernières années de sa vie à organiser et promouvoir le patrimoine littéraire de son mari.
• En 1941, il donne sa première conférence publique, "Rimbaud, ou o dogma da trindade poética" (Rimbaud ou le dogme de la trinité poétique), qui marque le début d'une longue et brillante carrière de conférencier. L'année suivante, il publie, sous l'égide des Cadernos de Poesia, son premier recueil de poésie, Perseguição.
• En janvier 1944, son père décède, puis en février, celle qui le soutenait depuis son enfance, sa grand-mère maternelle décède à son tour. Il termine alors sa dernière année d'études d'ingénieur, grâce à l'aide financière de ses amis, et commence son service militaire dans le bataillon du génie 2 à Lisbonne.
• Malgré son statut, il signe l'une des listes publiques qui circulent dans le pays pour réclamer des élections libres. Il échappe à la prison grâce à l'intervention directe de son ami Ribeiro Couto, poète et diplomate de l'ambassade du Brésil. C’est lui aussi qui convainc l'éditeur Lello, de Porto, de publier le deuxième recueil de poésie de jorge de Sena, Coroa da terra, consacré à cette ville.
• En 1946 Jorge libéré du service militaire commence à travailler comme ingénieur. Il obtient un poste permanent à la Junta Autónoma das Estradas, où il restera de 1948 à 1959. Cet emploi lui assure un revenu régulier, bien que modeste, et lui permet de faire de nombreux voyages dans le pays, dont il profitera plus tard pour ses études historiques et littéraires. Les dix années suivant son mariage avec Mécia, de 49 à 59, sont très productives : Il publie son troisième recueil de poésie, Pedra filosofal en 1950, suivi de As evidências, 1955 et Fidelidade, 1958). En 52 et 57, il se rend en Angleterre pour suivre une formation professionnelle complémentaire en ingénierie. Lors du premier séjour, il lit une série de six chroniques intitulées "Cartas de Londres" (Lettres de Londres) pour la BBC.
• Jorge de Sena a toujours été un citoyen politiquement actif, appuyant les personnes qui s'opposaient au régime de Salazar. Après 1953, installé dans la maison de Restelo (qui appartient encore aujourd'hui à sa famille), il ouvre ses portes et facilite les contacts ou les réunions de différents groupes. Mention doit être faite de la tentative ratée de renversement du régime, connue sous le nom de "Golpe da Sé", qui devait avoir lieu le 12 mars 1959. Profondément impliqué dans cette affaire, et témoin de l'emprisonnement et de la disparition de compagnons aussi engagés que lui, Jorge prend la décision de s'exiler au Brésil. Sa famille le rejoindra quelques mois plus tard
*
• Il arrive là-bas, le 7 août 1959, étant invité à donner une conférence sur Pessoa, au 4ème Colóquio Internacional de Estudos Luso-Brasileiros, organisé par l'Universidade da Bahia, où ses amis Adolfo Casais Monteiro et Eduardo Lourenço étaient chargés de cours. Quelques temps plus tard, on lui propose d'enseigner dans la nouvelle Faculdade de Filosofia, Ciências e Letras d'Assis, dans l'État de São Paulo. Il restera à Assis jusqu'en juillet 1961, puis déménagera à Araraquara, où il va enseigner la littérature portugaise et la théorie littéraire jusqu'à son départ pour les États-Unis en 1965.
• Il a toujours dit qu'il était né pour enseigner. Très impliqué dans sa nouvelle carrière, il décide en 1964 de passer les examens, à Araraquara, pour obtenir son doctorat et une chaire qu'il obtiendra avec la mention "éloge et distinction" pour sa thèse : "O soneto de Camões e o soneto quinhentista peninsular". Il aimait l'enseignement mais aussi la recherche, et les nombreux travaux qu'il réalisa à cette époque sur Camões, font aujourd'hui autorité.
• Sa production littéraire d'alors est très variée, au Brésl, il a profité de la liberté du climat intellectuel qui régnait encore, les quelques années avant la dictature, pour écrire 120 poèmes dont la plupart se trouvent dans les livres, Peregrinatio ad loca infecta, Arte de música et Metamorfoses. Il écrit son unique roman inachevé Sinais de fogo qui fera l'objet d'un film en 1995 de la part de Luís Filipe Rocha ; et, O fisico prodigioso, son unique nouvelle ou conte fantastique ou allégorie politique traitant de la dictature militaire qui venait d'arriver au pouvoir en 1964
• Jorge entretient également des contacts étroits avec l'intelligentsia brésilienne, à noter : ses échanges avec Manuel Bandeira et sa rencontre avec les poètes concrétionnistes de la revue Invenção dans laquelle il publia ses poèmes asémiques qui évoquent Afrodite Anadiômena.
• Il obtient la nationalité brésilienne en 1963, mais se considère toujours en exil, et attaché à son pays. Et presque toutes ses oeuvres, selon sa volonté, furent publiés au Portugal. Peu après son arrivée à São Paulo, il rejoint le comité de rédaction du journal d'opposition Portugal Democrático. Il y publie 37 articles, certains signés, d'autres anonymes, d'autres sous un pseudonyme, aux idées anti-salazaristes. La police politique portugaise (PIDE) qui tient un dossier sur Jorge, émet un ordre d'arrestation à son encontre, ordre qui ne sera levé qu'en 1968.
• Jorge s'intéresse également à la politique de son pays d'exil, suivant d'assez près la politique brésilienne, mais sans prendre position de façon ostensible. Nombre de ses textes révèlent son lien étroit avec les évènements dont il est le témoin dans ce pays. Et le coup d'état militaire de 1964 le troublera fortement. Les menaces contre sa propre survie et celle de sa famille, les arrestations et les emprisonnements d'intellectuels qui suivirent le décide à quitter le Brésil. Il accepte une offre comme professeur invité à l'université du Wisconsin, à Madison, aux États-Unis. Il s'y installe, en octobre 1965, avec Mécia et leurs enfants
*
• L'année suivante de son arrivée aux États-Unis, il est titularisé comme professeur de littérature portugaise et brésilienne. Il se plonge alors avec intensité dans sa vie de professeur, d'érudit et de conférencier, devient membre d'associations réputés comme la Hispanic Society et la Modern Languages Association.
• En 1968, il retourne au Portugal pour la première fois et il y retournera fréquemment ainsi qu'en d'autres pays d'Europe pour donner des conférences ou des cours. Ce sont ses voyages entrepris pendant ses années qui lui ont apporté la renommée internationale en tant qu'écrivain et érudit. En 1970, il s'installe à Santa Barbara pour occuper la chaire de littérature portugaise et brésilienne et de littérature comparée. Deux ans plus tard, il voyage en Angola, Afrique du Sud et Mozambique, où Camões vécut dans la misère. En 1974, le 10 juin, jour de la fête de Camões, il prononce le célèbre "Discurso da Guarda".
• Jorge Sena décède le 4 juin 1978, victime d'un cancer du poumon.
*
ŒUVRES POÉTIQUES PUBLIÉES (21 recueils de poésie, dont 3 oeuvres complètes, 1 anthologie)


•1942 Perseguição
•1946 Coroa da Terra
•1950 Pedra Filosofal
•1955 As Evidências
•1958 Fidelidade
•1961 Poesia-I (1942-1955) avec Post-Scriptum (inédit)
•1963 Metamorfoses, suivi de Quatro Sonetos
   a Afrodite Anadiómena
•1968 Arte de Música
•1969 Peregrinatio ad Loca Infecta
•1972 Exorcismos

•1972 Trinta Anos de Poesia (anthologie)
•1973 Camões Dirige-se aos Seus Contemporâneos
   e Outros Textos
•1974 Conheço o Sal... e Outros Poemas
•1977 Sobre Esta Praia... Oito Meditações à beira do Pacífico
•1978 Poesia-II (1958-1968)
•1978 Poesia-III (1969-1977)
•1979 Quarenta Anos de Servidão (posthume)
•1980 Sequências (posthume)
•1982 Visão Perpétua (posthume)
•1999 Dedicácias (posthume)

ŒUVRES EN PROSE, CONTES ET NOUVELLES :


•1960 Andanças do Demónio
•1966 Novas Andanças do Demónio
•1976 Os Grão-Capitães


•1977 O Físico Prodigioso (nouvelle)
•1979 Sinais de Fogo (roman)
•1983 Génesis

ŒUVRES EN PROSE, ESSAIS :


•1959 Da Poesia Portuguesa
•1961 O Poeta é um Fingidor
•1961 O Reino da Estupidez
•1966 Uma Canção de Camões
•1969 Os Sonetos de Camões e o Soneto Quinhentista Peninsular
•1970 A Estrutura de Os Lusíadas e Outros Estudos Camonianos e de Poesia Peninsular do Século XVI
•1973 Maquiavel e Outros Estudos
•1978 Dialécticas Aplicadas da Literatura
•1982 Fernando Pessoa & Cia. Heterónima (posthume)




AUTRES PUBLICATIONS :

– THÉÂTRE –

•1951 O Indesejado
•1952 Ulisseia Adúltera
•1969 O Banquete de Dionísos
•1971 Epimeteu ou o Homem Que Pensava Depois

– CORRESPONDANCES –

•1981 Guilherme de Castilho
•1982 Mécia de Sena (Années au Portugal)
•1986 José Régio
•1987 Vergílio Ferreira
•1987 Taborda de Vasconcelos
•1991 Eduardo Lourenço
•1991 Dante Moreira Leite
•2006 Sophia de Melo Breyner
•2007 José-Augusto França
•2010 Raul Leal
•2011 Delfim Santos
•2012 Ramos Rosa
•2013 Mécia de Sena (Années au Brésil)
•2013 João Gaspar Simões

HOMMAGES & DISTINCTIONS :


•1977 Prix Internacional de Poesia Etna-Taormina, pour l'ensemble de son oeuvre
•1977 Grade de Comendador da Ordem do Infante D. Henrique, pour services rendus à la communauté portugaise
•1978 Grand-Croix de l'Ordem Militar de Sant'Iago da Espada de Portugal (posthume)
•1980 Inauguration du Jorge de Sena Center for Portuguese Studies, à l'Université de Californie, de Santa Bárbara

*

________________
POÉSIE EN LIGNE


  • Extraits de Perseguição (1942) :
1
2
3
4
5
Advertência
Eternidade
Felicidade
O último dia
Sem data
Avertissement
Éternité
Bonheur
Le dernier jour
Sans date


  • Extraits de Coroa da Terra (1946 :
1
2
3
Denúncia
Humanidade
Suma Teológica
Dénonciation
Humanité
Somme théologique


  • Extraits de Pedra Filosofal (1950) :
1
2
3
Ó doce perspicácia...
Ode para o Futuro
Os Paraísos artificiais
Ô douce perspicacité...
Ode au futur
Les paradis artificiels


  • Extraits de As Evidências (1955) :
1
2
3
Amo-te muito, meu amor, e tanto...
Soneto XI - Marinha pousa a névoa iluminada...
Soneto XXI - Cendrada luz...
Je t'aime tellement, mon amour, et tant...
Sonnet XI - La mare se couvre d'une brume...
Sonnet XXI - Lumière cendrée...


  • Extraits de Fidelidade (1958) :
1
2
3
4
Epígrafe para a Arte de Furtar
Glosa à Chegada do Outono
Isto
Uma pequenina luz
Épigraphe sur l'Art du Vol
Glose à l'arrivée de l'automne
Cela
Une si petite lumière


  • Extraits de Post-Scriptum (1960) :
1
Post-Scriptum
Post-scriptum


  • Extraits de Metamorfoses (1963) :
1
2
3
 

4
Camões dirige-se aos seus contemporâneos
Carta a meus filhos
Eleonora di Toledo, Granduchessa di Toscana,
de Bronzino

O Balouço
Camões s'adresse à ses contemporains
Lettre à mes enfants
Éléonore de Tolède, Grande Duchesse de Toscane, par Bronzino
La balançoire


  • Extraits de Arte de Música (1968) :
1
2
3
A Criação de Haydn
A Piaf
Chopin: Um inventário
La Création de Haydn
À Piaf
Chopin : un inventaire


  • Extraits de Peregrinatio ad loca infecta (1969) :
1
2
3
4
5
6
A Portugal
Anos sem fim, à luz do mar aceso...
Em Creta, com o Minotauro
La dame à la licorne
Pavloviana ou os reflexos condicionados
Uma Sepultura em Londres
Au Portugal
Années sans fin, sous les feux de la mer...
En Crête, avec le Minotaure
La dame à la licorne
Pavlovmania ou les réflexes conditionnés
Une sépulture à Londres


  • Extraits de Exorcismos (1972) :
1
2
3
Noções de Linguística
Restos Mortais
Ser um grande poeta
Notions de linguistique
Restes mortels
Être un grand poète


  • Extraits de Conheço o sal... e outros poemas (1974) :
1
Conheço o sal...
Je connais le sel...


  • Extraits de Sequências (1980, póstumo) :
1
2
3
Cidadão
Marido e mulher
Ray Charles
Citoyen
Mari et femme
Ray Charles


  • Extraits de Visão Perpétua (1982, póstumo) :
1
A diferença que há...
La différence qu'il y a...








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire