Depois (Auschwitz)


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (janvier 2020) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Depois (Auschwitz)
Après (Auschwitz)


Primeiro, o verbo tem de ser
O arame farpado, o comboio
Que estaca no inferno sem círculos,
As portas dos vagões que se abrem,
Os gritos, os olhos que não têm tempo
De se habituar ao trânsito
Entre uma e outra treva.
Depois, o verbo tem de ser
Prisioneiro dentro desse arame farpado,
Sob a vigilância das torres,
Tem de ostentar hematomas,
Os mal contidos ossos como insígnias
A comunhão esquálida
De um mesmo rosto.
O verbo tem de se acautelar
Para não o comerem,
Tem de se deixar abraçar
Por alguém que o confundiu
Com outro alguém, amado ou conhecido,
Que não jaz, mas se dispersou
Em fumo e cinza;
Tem de respirar a fraterna pestilência,
Trabalhar até à exaustão,
Perder os dentes todos ou não chegar nunca
A ter dentes do siso.
Tem de conseguir ser esse fumo e cinza,
O  verbo tem de ter bebido o fel
Da sua própria impotência,
De ter sido reduzido
A um número tatuado na pele
Para, de novo, atravessar o arame farpado,
Tocar a terra
E conseguir que acreditem nele.
O verbo tem de aprender como nunca se esquece,
A boca rebentada pela febre,
O corpo ceifado por tifo, disenteria,
A alma ceifada, mas não destruída
E, depois, sim, destruída.

En premier, le verbe doit être
Le fil de fer barbelé, le train
Qui conduit vers l'enfer sans les cercles,
Les portes des wagons qui s'ouvrent,
Les cris, les yeux qui n'ont pas le temps
De s'habituer au transit
Entre les unes et les autres ombres
Ensuite, le verbe doit être
Emprisonné dans ces fils de fer barbelés,
Sous la vigilance des tours,
Doit avoir sous un même visage
D'ostensibles hématomes, des os mal contenus
Signes d'appartenance
À la sordide communion
Le verbe doit être sur ses gardes
Pour ne pas se faire dévorer,
Doit se laisser étreindre
Par quelqu'un qui l'avait confondu
Avec quelqu'un d'autre, aimé ou connu,
Qui n'est pas là gisant, mais se dissipe
En fumée et cendre ;
Doit respirer la pestilence fraternelle,
Travailler jusqu'à l'épuisement,
Perdre toutes ses dents ou ne jamais parvenir
À l'âge des dents de sagesse.
Et parvenir à être cette fumée et cette cendre,
Le verbe doit avoir bu le fiel
De sa propre impuissance,
Il a dû être réduit
À un numéro tatoué sur la peau
Pour, de nouveau, traverser les fils de fer barbelés,
Toucher la terre
Et faire en sorte qu'on le croit.
Le verbe doit apprendre pour qu'on n'oublie jamais,
La bouche par la fièvre abîmée,
Le corps fauché par le typhus, la dysenterie,
L'âme fauchée mais non détruite
Et après, oui, détruite.

________________

Anselm Kiefer
Eisen-Steig (Voie ferrée) (1986)
...

Picasso


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Tempo Espanhol (1959) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Picasso
Picasso


Quem pega a vida à unha como tu?
Só mesmo Espanha, tua mãe e mestra.
Paris formou o espaço da tua técnica,
Mas Espanha te deu o estilo de contrastes,
O gosto de regressar ao centro do problema,
De investigar a matéria da vida
E atingir o osso:
Construindo e destruindo ao mesmo tempo.

Situas o objeto inimigo,
Súbito assimilado.
As cores são de inventor, não de colorista.
A natureza morta
Retoma a lição espanhola:
Os elementos do quadro são "dramatis personae"
Que se cruzam no silêncio fértil.
Roma, Grécia ou África
Te servem de pretexto plástico:
O corpo extrai da vida
Sua força pessoal e polêmica.

Feito à imagem da Espanha, tu, Picasso,
Soubeste fundir a força e a contenção.

Qui prend la vie comme toi par les cornes ?
L'Espagne seule, ta mère, et qui t'enseigne
. Paris a formé l’espace de ta technique,
Mais l'Espagne t'a donné le style des contrastes,
Le goût d'un retour au centre du problème,
L'investigation du matériau de la vie
Jusqu'à l'os :
Construire et détruire dans le même temps.

Tu situes l'objet hostile,
Soudain assimilé.
Tes couleurs sont d'un inventeur, non d'un coloriste.
La nature morte
Reprend la leçon espagnole :
Les éléments du tableau sont « dramatis personae »1
Qui se croisent en un silence fertile.
Rome, la Grèce ou l'Afrique
Te servent de prétexte, qui est plastique :
Le corps extrait de la vie
Sa force personnelle et controversée.

Toi, Picasso, tu es fait à l'image de l'Espagne,
Tu as su combiner force et contention.

________________

Pablo Picasso
Les Demoiselles d'Avignon (1907)

Joan Miró


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Tempo Espanhol (1959) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Joan Miró
Joan Miró


Soltas a sigla, o pássaro, o losango.
Também sabes deixar em liberdade
O roxo, qualquer azul e o vermelho.
Todas as cores podem aproximar-se
Quando um menino as conduz no sol
E cria a fosforescência:
A ordem que se desintegra
Forma outra ordem ajuntada
Ao real — este obscuro mito.

Tu libères le losange, l'oiseau, le sigle.
Tu sais aussi comment laisser en liberté
Le violet, certains bleus et le rouge.
Toutes les couleurs peuvent se rejoindre
Lorsqu'un gamin les conduit au soleil
Créant la phosphorescence :
L'ordre qui se désintègre
Forme un autre ordre ajointé
Au réel — ce mythe obscur.

________________

Joan Miró
Le jardin (1925)

Canto a García Lorca


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction:
Murilo Mendes »»
 
Tempo Espanhol (1959) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Canto a García Lorca
Chant pour Garcia Lorca


Não basta o sopro do vento
Nas oliveiras desertas,
O lamento de água oculta
Nos pátios da Andaluzia.

Trago-te o canto poroso,
O lamento consciente
Da palavra à outra palavra
Que fundaste com rigor.

O lamento substantivo
Sem ponto de exclamação:
Diverso do rito antigo,
Une a aridez ao fervor,

Recordando que soubeste
Defrontar a morte seca
Vinda no gume certeiro
Da espada silenciosa
Fazendo irromper o jacto

De vermelho: cor do mito
Criado com a força humana
Em que sonho e realidade
Ajustam seu contraponto.

Consolo-me da tua morte.
Que ela nos elucidou
Tua linguagem corporal
Onde el duende é alimentado
Pelo sal da inteligência,
Onde Espanha é calculada
Em número, peso e medida.

Le vent ne souffle pas assez
Dans le désert des oliviers,
L'eau se cache pour gémir
Dans les courtils d'Andalousie.

Je t'apporte un chant poreux,
La plainte consciente
De la parole à l'autre parole
Que tu fondes avec rigueur.

La plainte substantielle
sans point d'exclamation :
Au contraire de l'ancien rite,
Elle unit l'aridité à la ferveur,

Se rappelant que tu avais su
Affronter la mort sèche,
Venue, précise, du tranchant
De l'épée silencieuse,
Faisant jaillir le jet

De vermillon : couleur du mythe
Créé avec la force humaine
En laquelle rêve et réalité
Ajustent leur contrepoint.

Je me console de ta mort.
Puisse-t-elle nous éclairer
Sur ton langage corporel
Où les elfes sont nourris
Par le sel de l'intelligence,
Où l'Espagne est calculée
En nombre, poids et mesure.
________________

Joaquin Sorolla y Bastida
Rue de Grenade (1910)

Poema lírico


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Poesias, 1925/1955 (1959) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Poema lírico
Poème lyrique



 Amiga, amiga! De braço dado atravessamos o arco-íris.
 Quem nos dá esta força que nos impele acima do mar e das montanhas?
Deixamos lá embaixo os bens materiais, a violência da vida.
Amiga, amiga! Teu rosto é semelhante à lua moça,
Há nas tuas roupas um cheiro bom de mato virgem.
Tua fala saiu da caixinha de música dos meus sete anos,
 E te empinas no azul com a graça dos papagaios que eu soltava.
Ó amiga! Deixamos o reino dos homens bárbaros
Que fuzilam crianças com bonecas ao colo,
E ei-nos livres, soprados pelos ventos,
Até onde não alcançam os aparelhos mecânicos.
Unidos num minuto ou num século, que importa.

Agarrados à cauda de um cometa percorremos a criação.
Teu rosto desvendou os olhos comunicantes.
Não há mistério: só nós dois sabemos nosso nome,
As fronteiras entre amor e morte.
Eu sou o amante e tu és a amada.

Para que organizar o tempo e o espaço?


 Mon amie, mon amie ! À ton bras, traversons l'arc-en-ciel.
 Qui nous donne cette force et nous pousse au-dessus de la mer et des montagnes ?
Laissons ici-bas les biens matériels, la violence de la vie.
Mon amie, mon amie ! Ton visage est pareil à la lune,
Tes habits ont la bonne odeur des broussailles.
 Chacun de tes mots sort de la boite à musique de mes sept ans,
Et tu t'élèves dans le bleu avec la grâce des loris que je libère.
O mon amie ! Quittons le royaume des hommes barbares
Qui fusille des enfants avec leurs poupées sur les genoux,
Et libres, nous voici, emportés par les vents,
là où les appareils mécaniques ne pourront nous atteindre.
Unis pour une minute ou un siècle, qu'importe.

Agrippés à la queue d'une comète, nous parcourrons la création.
Ton visage a débusqué les yeux communicants.
Il n’y a pas de mystère : seuls nous deux savons notre nom,
La frontière entre l'amour et la mort.
Je suis l'amant et toi l'aimée.

Pourquoi organiser le temps et l'espace ?

________________

Marc Chagall
Au-dessus de la ville (1918)

Certo mar


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Poesias, 1925/1955 (1959) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Certo mar
Mer fatale


O mar não me quer,

O mar não sei por que me abomina,
O mar autárquico:
Ele me atira barbatanas e algas podres,
Destroços de manequins e papéis velhos,
Arrastando para longe barco e sereia.
O mar tem idéias singulares sobre mim,
Manda-me recados insolentes
Em garrafas há muito esquecidas e sujas.
Suprime de repente o veleiro de 1752
Que vinha beirando o cais.

Suprime o veleiro e um bando de fantasmas
- Eu bem sei -
Únicos, polidos, um quase nada solenes.
Não tolero mais este safado,
Nem mesmo o admito no outro mundo:
Felizmente a eternidade é límpida,
Sem praia e sem lamentos.
Hei de espiá-lo da Grande rosácea,
Hei de vê-lo um dia lá embaixo,
Inútil: espremida esponja, carcaça de canoa,
Avesso de fotografia.

La mer ne veut pas de moi,

La mer ne sait pourquoi elle me hait
La mer autarcique :
Elle me jette des nageoires et des algues pourries,
Épaves de mannequins et de vieux papiers,
Entraînant au loin barque et sirène.
La mer a sur moi des idées singulières,
Elle m'envoie d'insolents messages
En de sales bouteilles oubliées depuis longtemps.
Elle détruit soudain le voilier de 1752
Sur le point d'accoster.

Supprimer le voilier et sa bande de fantômes
– Je veux bien –
Singuliers, civils, presque un rien solennels.
Je ne tolère plus cette dévergondée,
Ni même ne l'admet dans l'autre monde :
Heureusement l'éternité est claire,
Sans plage et sans pleurs.
Je vais l'espionner de la Grande Rosace,
Je la verrai là un jour en bas,
Inutile : expression d'éponge, carcasse de canoë,
Envers de la photographie

________________

Arturo Nathan
Roches volcaniques (1934)

Poema dialético


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Janela do caos (1949) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Poema dialético
Poème dialectique


I
Todas as coisas ainda se encontram em esboço
Tudo vive em transformação
Mas o universo marcha
Para a arquitetura perfeita.

Retiremos das árvores profanas
A vasta lira antiga.
Sua secreta música
Pertence ao ouvido e ao coração de todos.
Cada novo poeta que nasce
Acrescenta-lhe uma corda.

II
Uma vida iniciada há mil anos atrás
Pode ter seu complemento e plenitude
Numa outra vida que floresce agora.

Nada poderá se interromper
Sem quebrar a unidade.

Um germe foi criado no princípio
Para que se desdobre em plenos múltiplos.
Nossos suspiros, nossos anseios, nossas dores
São gravados no campo do infinito
Pelo espírito sereníssimo que preside às gerações.

III
A muitos só lhes resta o inferno.
Que lhes coube na monstruosa partilha da vida
Senão um desespero sem nobreza, e a peste da alma?
Nunca ouviram a música nascer do farfalhar
  das árvores,
Nem assistiram à contínua anunciação
E ao contínuo parto das belas formas.
Nunca puderam ver a noite chegar sem elementos
  de terror.
Caminham conduzindo o castigo e a sombra de seus atos.
Comeram o pó e beberam o próprio suor.
Não se banharam no regato livre...

Entretanto, a transfiguração precede a morte.
Cada um deve realiza-la na sua carne e no seu espírito
Para que a alegria seja completa e definitiva.

IV
É necessário conhecer seu próprio abismo
E polir incessantemente o candelabro que o esclarece.

Tudo no universo marcha, e marcha para esperar:
Nossa existência é uma vasta expectação
Onde se tocam o princípio e o fim.
A terra terá que ser retalhada entre todos
E restituída um dia à sua antiga harmonia.
Tudo marcha para a arquitetura perfeita.
A aurora é coletiva.

I
Toutes les choses ne sont encore qu'une ébauche
Tout est vivant et se transforme
Mais l'univers est en marche
Vers une architecture parfaite.

Nous extrayons des arbres profanes
La grande lyre antique.
Sa musique secrète
Appartient à l'oreille et au cœur de tous.
Chaque nouveau poète en naissant
Lui ajoute une corde.

II
Une vie qui a commencé il y a mille ans
Peut avoir son complément et sa plénitude
Dans une autre vie qui fleurit maintenant.

Rien ne peut s'interrompre
Sans briser l'unité.

Un germe fut créé à l'origine
Pour que se déploie sa multiplicité parfaite.
Nos soupirs, nos désirs, nos douleurs
Sont gravés sur les tables de l'infini
Par l'esprit le plus serein qui préside aux générations.

III
Pour beaucoup il ne reste que l'enfer.
Que leur revient-il du monstrueux partage de la vie
Si ce n'est un désespoir sans noblesse, et la peste de l'âme ?
Jamais ils n'entendent la musique, née du frouement
  des arbres,
Ni n'assiste à la continuelle annonciation
À cette naissance continue des belles formes.
Jamais ils ne pourront voir venir la nuit sans éléments
  de terreur.
Ils vont tout droit au châtiment à l'ombre de leurs actes.
Ils ont mangé la poussière et bu leur propre sueur.
Ne se sont pas baignés dans l'eau vive du ruisseau ...

Cependant, la transfiguration précède la mort.
Chacun doit la réaliser dans sa chair et son esprit.
Pour que la joie soit complète et définitive.

IV
Il est nécessaire de connaître son propre abîme
Et de polir sans cesse le chandelier qui l’éclaire.

Tout dans l'univers est en marche, en marche et espère :
Notre existence est une grande espérance.
Où l'origine et la fin se touchent.
La terre devra être répartie entre tous
Et restituée un jour, à son antique harmonie.
Tout est en marche vers une architecture parfaite.
L'aube est collective.

________________

Apollon avec sa lyre
Pompei, Villa de Moregine (I sec. après J.C.)

Tempo e negação


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poemas Sociais (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Tempo e negação
Temps et négation


Mudo com o tempo que não muda,
Hei-de impor-lhe a minha metamorfose.
Nada será de criaturas e essências
Que eu não filtre,
Passados, planetas, marés, distâncias.
Será apenas o que eu passei
E nunca o que eu passar.
Existe sempre depois de mim
E é um pobre Narciso,
Vendo-se no rosto que abandonei.

Mudo com o tempo que só existe
Enquanto mudo, e um pouco depois
Para trás, em espaços aleatórios,
Interstícios arbitrários, construções.
Não existo nele e ele à minha frente
Senão quando o penso e projecto;
Sou a sua fronteira e caminho.
Ouço-o: raspa, roça, ronda,
Possivelmente com fome. Deixá-lo.
Depois de mim, irá livre.
Para nunca mais ser tempo.
Je change avec le temps qui ne change pas.
Il me faut lui imposer ma métamorphose.
Rien ne sera des créatures et des essences
Que je ne les aie filtrées,
Ancêtres, planètes, marées, distances.
Ce ne sera que ce que j'ai vécu
Et jamais ce que je dois vivre.
Il y aura toujours un « après moi »
Et c'est un pauvre Narcisse
Ne trouvant qu’un visage abandonné.

Je change au fil du temps qui seul existe
Alors que je change, et un peu après
En arrière, sont des espaces aléatoires,
Des interstices arbitraires, des constructions.
Je n'existe pas en lui. Il est en face de moi,
Du moins, quand je le pense et le projette ;
Je suis sa frontière et son chemin.
Je l'entends : qui gratte, qui râpe et gronde,
Peut-être est-il affamé. Laissez-le donc.
Après moi, il s'en ira libre
Pour jamais plus n’être temps.
________________

Narcisse et Écho
Illustration du Roman de la Rose (1280)
...

Poema terrível


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poemas Sociais (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Poema terrível
Poème effroyable


Viu tudo em Hiroshima.
Viu tudo em Chernobyl.
Estes nomes edificados sobre a morte:
A súbita síntese da luz,
O sopro irresistível,
A redução de tudo à sombra
A redução de tudo à terra.
Viu tudo nas ilhas do Pacífico,
No pacifico horizonte
Onde a morte se ensaiava
Na erecção vegetal e letal.
Viu tudo e tudo lhe cavou o olhar,
Descobriu que nascer talvez já não seja
O momento em que o homem reconhece a sua vida.
Il a tout vu à Hiroshima.
Il a tout vu à Tchernobyl.
Ces noms édifiés sur la mort:
La brutale synthèse de la lumière,
Le souffle irrésistible,
La réduction de tout à l'ombre
La réduction de tout au terreux.
Il a tout vu dans les îles du Pacifique,
Sur le pacifique horizon
Où la mort est soumise à l'essai
Dans une érection végétale et létale.
Il a tout vu et tout lui a cavé les yeux,
Il a découvert que la naissance n'est peut-être
déjà plus ce moment où l'homme reconnaît sa vie.
________________

Anselm Kiefer
Marguerite (1981)
...

Tentação


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Poesia liberdade (1947) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Tentação
Tentation


Diante do crucifixo
Eu paro pálido tremendo:
“Já que és o verdadeiro filho de Deus
Desprega a humanidade desta cruz.”
Devant le crucifix
Je m'arrête pâle et tremblant :
« Puisque tu es le vrai fils de Dieu
Délivre l'humanité de cette croix »
________________

Piero della Francesca
Crucifixion (1445-1462)

Nihil


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Mundo Enigma (1945) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Nihil
Nihil


Profundo penoso
Das nuvens do inferno
Surgiu meu destino.

Grandeza não tive,
Nem jeito pra vida.

Nesta noite maquinal,
Ouvinte apenas da guerra,
Sem passado nem futuro,
Odiando o presente,
Me encontro face a face
Com a estátua do pó,
À toa, esperando
A mão do Criador
Finalmente me abater
Profond pénible
Des nuages de l'enfer
Surgit mon destin.

Je n'ai pas de grandeur,
Ni d'aptitude à la vie.

En cette nuit machinale,
N'entendant que la guerre,
Sans passé ni futur,
Détestant le présent,
Je me retrouve face à face
Avec la statue de poussière,
Dans l'attente, pour rien
De la main du créateur
Qui, finalement, m'a frappé.
________________

Johann Heinrich Füssli
Solitude à l'aube (1794-1796)

Emaús


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Mundo Enigma (1945) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Emaús
Emmaüs


Sempre és o hóspede – nunca és o rei.
Muito mais derrotado que vitorioso.
Quando chegas e bates ao meu coração
Eu não te reconheço – há luz demais –
Debruço-me sobre as gravuras do caminho.
Quando te afastas – acompanhado pelo peixe azul –
Quando as formas se movem como num aquário,
Então eu levanto enternecido a lanterna
E logo começo a desejar que voltes,
Fascinado pela tua obscuridade.
Tu es toujours l'invité – jamais le roi.
Bien plus vaincu que victorieux.
Lorsque tu viens frapper à mon cœur
Je ne te reconnais pas – il y a trop de lumière –
Je courbe le dos sur les gravures du chemin.
Quand tu t'en vas – en compagnie du poisson bleu –
Que les formes se meuvent comme au fond d'un aquarium,
Alors attendri je soulève la lanterne
Et bientôt je commence à désirer ton retour,
Fasciné par ton obscurité.
________________

Le Caravage
Le souper à Emmaüs (1601)

A mulher visível


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Mundo Enigma (1945) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


A mulher visível
La femme visible


Algo de enigmático e indeciso
Durante anos existiu entre nós,
Uma antemanhã de amor, uma vida sem marco.

Amavas Vermeer de Delft, os gatos e as mazurcas.
Sempre estiveste à espera da doçura,
Mas veio a violência em rajadas,
Vieram o pânico e a febre.

Não te pude ver doente nem morta:
Recebi a obscura notícia
Depois que as roseiras começavam a crescer
Sobre tua estreita sepultura.
 
Hoje existes para mim
De uma vida mais forte, em plenitude,
Daquela vida que ninguém pode arrebatar
– Nem o tempo, nem a espessura, nem os anjos maus
Que torturaram tua infância árida.

Hoje vives em mim
Com a doçura que sempre desejaste:
Alcanças enfim tua visibilidade.
Une chose énigmatique et indécise
Existe entre nous depuis des années,
Un petit matin d'amour, une vie sans borne.

Tu aimais Vermeer de Delft, les chats et les mazurkas.
Tu en étais à toujours espérer de la douceur,
Mais la violence en rafales est venue,
La panique et la fièvre sont venues.

Je ne pouvais t'imaginer malade ou morte :
J'ai reçu l'obscure nouvelle
Après que les rosiers aient commencé à grandir
Sur ton étroite sépulture.

Tu existes aujourd'hui pour moi
D'une vie plus forte, dans toute sa plénitude,
De cette vie que personne ne peut ravir
– Ni le temps, ni l'épaisseur, ni les mauvais anges
qui torturèrent ton enfance aride.

Tu vis aujourd'hui en moi
Avec la douceur que tu as toujours souhaité :
Parvenir enfin à ta visibilité.
________________

Jan Vermeer
Jeune femme assoupie (1657)

Poema barroco


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
Mundo Enigma (1945) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Poema barroco
Poème baroque


Os cavalos da aurora derrubando pianos
Avançam furiosamente pelas portas da noite.
Dormem na penumbra antigos santos com os pés feridos,
 Dormem relógios e cristais de outro tempo, esqueletos de atrizes.

O poeta calça nuvens ornadas de cabeças gregas
E ajoelha-se ante a imagem de Nossa Senhora das Vitórias
Enquanto os primeiros ruídos de carrocinhas de leiteiros
Atravessam o céu de açucenas e bronze.

Preciso conhecer meu sistema de artérias
E saber até que ponto me sinto limitado
Pelos sonhos a galope, pelas últimas notícias de massacres,
 Pelo caminhar das constelações, pela coreografia dos pássaros,
Pelo labirinto da esperança, pela respiração das plantas,
E pelo vagido da criança recém-parida na Maternidade.

Preciso conhecer os porões de minha miséria,
Tocar fogo nas ervas que crescem pelo corpo acima,
Ameaçando tapar meus olhos, meus ouvidos,
E amordaçar a indefesa e nua castidade.

É então que viro a bela imagem azul-vermelha:
Apresentando-me o outro lado coberto de punhais,
Nossa Senhora das Derrotas, coroada de goivos,
Aponta seu coração e também pede auxílio.
Les chevaux de l'aurore bousculant des pianos
S'avancent furieusement par les portes de la nuit.
Dorment dans la pénombre d'antiques saints aux pieds meurtris,
 Dorment cristaux et horloges d'une autre époque, squelettes d'actrices.

Le poète se vêt de nuages ​​ornés de têtes grecques
Et s'agenouillent devant l'image de Notre-Dame des Victoires
Alors que les premiers bruits de la carriole du laitier
Traversent un ciel d'amaryllis et de bronze.

J'ai besoin de connaître mon système artériel
Et de savoir jusqu'à quel point je me sens limité
Par les rêves au galop, les dernières nouvelles des massacres,
 Par le décours des constellations, par la chorégraphie des oiseaux,
Par le labyrinthe de l'espoir, et la respiration des plantes,
Et par les pleurs du nouveau-né dans la Maternité.

J'ai besoin de connaître les soutes de ma misère,
Mettre le feu aux herbes qui poussent au-dessus de mon corps,
Et menacent de recouvrir mes yeux, mes oreilles,
Museler la chasteté sans défense et nue.

C'est alors que je tourne la belle image rouge-et-bleue :
Qui me montre l'autre côté couvert de poignards,
Notre-Dame des Défaites, couronnée de giroflées,
pointant vers son cœur et qui demande aussi de l'aide.
________________

Gian Lorenzo Bernini
L'extase de Sainte Thérèse (1647-1652)

Os amantes submarinos


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
As Metamorfoses (1944) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Os amantes submarinos
Les amants sous-marins


Esta noite eu te encontro nas solidões de coral
Onde a força da vida nos trouxe pela mão.
No cume dos redondos lustres em concha
Uma dançarina se desfolha.
Os sonhos da tua infância
Desenrolam-se da boca das sereias.
A grande borboleta verde do fundo do mar
Que só nasce de mil em mil anos
Adeja em torno a ti para te servir,
Apresentando-te o espelho em que a água se mira,
E os finos peixes amarelos e azuis
Circulando nos teus cabelos
Trazem pronto o líquido para adormecer o escafandrista.
Mergulhamos sem pavor
Nestas fundas regiões onde dorme o veleiro,
À espera que o irreal não se levante em aurora
Sobre nossos corpos que retornam à água do paraíso.
Cette nuit je te retrouve dans les solitudes du corail
Où la force de vie nous a conduit par la main.
Au sommet des lustres aux rondeurs de coquillage
S'effeuille une danseuse.
Les rêves de ton enfance
Se déroulent dans la bouche des sirènes.
Le grand papillon verdâtre des fonds de mer
Qui seulement renait tous les mille ans
Voltige autour de toi pour te servir,
Te présente le miroir dans lequel l'eau se mire,
Et les fins poissons jaunes et bleus
Circulant dans tes cheveux
Apportent le liquide préparé pour endormir le scaphandrier.
Nous plongeons sans crainte
Dans ces régions profondes où le voilier s'endort,
En espérant que l'irréel ne se lèvera pas à l'aube
Sur nos corps qui retournent vers l'eau du paradis.
________________

Damien Hirst
Les trésors de l'épave de l'Incroyable
(Venise - 2017)

Mulher vista do alto de uma pirâmide


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Murilo Mendes »»
 
As Metamorfoses (1944) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Mulher vista do alto de uma pirâmide
Femme vue du haut d'une pyramide


Eu vejo em ti as épocas que já viveste
E as épocas que ainda tens para viver.
Minha ternura é feita de todas as ternuras
Que descem sobre nós desde o começo de Adão.
Estás encarcerada nas formas
Que se engrenam em outras na corrente dos séculos.
E outras formas estão ansiosas por despontarem em ti.
Quando eu te contemplo
Vejo tatuada no teu corpo
A história de todas as gerações.
Encerras tua filha, tua neta e a neta de tua neta.
Ó mulher, tu és a convergência de dois mundos.
Quando te olho a extensão do tempo se desdobra ante mim.
Je vois en toi les temps où tu as vécu déjà
Et les temps qu'il te reste à vivre encore.
Ma tendresse est faite de toute les tendresses
qui descendent sur nous depuis l'époque d'Adam.
Tu es emprisonnée dans des formes
Qui s'engrènent en d'autres au fil des siècles.
Et d'autres formes ont hâte de s'éveiller en toi.
Quand je te contemple
Je vois sur ton corps tatoué
L'histoire de toutes les générations.
Avec ta fille, ta petite-fille et la fille de ta petite-fille.
O femme, tu es la convergence de deux mondes.
Quand je te vois, l'étendue du temps se déroule devant moi.
________________

Salvador Dalí
Apparition de l'Aphrodite de Cnide (1981)