Resposta


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Cenas vivas (2000) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Resposta
Réponse


«Eu vinha para a vida, e deram-me dias»
vivos com os seus lugares e espaço.

Ontem nasci sem fim, e alimentei-me
nesta mesa que em duas se reparte.
Uma aba no mar, vagante à toa,
trouxe os sabores de ondas, de orlas.
Outra aba na terra mostrou-me as pedras
polidas, úberes, gastas. Pedras
densas que me encheram o ventre
e me criaram similar à terra.
No mar tive cristais quebrados, jóias;
na terra, tão nítida poeira branca
que fundi as formas das flores visíveis.

E hoje é este olhar profundo,
deriva das imagens pelo mundo.

« Je venais pour la vie, et on m'a donné des jours »
vivants avec leur espace et leurs lieux.

Hier je naissais sans fin et me nourrissais
sur cette table qui se divise en deux.
Vers la mer, errant à la diable, un battant
rapportait les saveurs des houles, des vagues.
Vers la terre, un autre me montrait les pierres
polies, fécondes, lissées. Pierres
denses qui m'ont rempli le ventre
et m'ont créé semblable à la Terre.
Je brisais en mer des cristaux, des bijoux ;
sur terre, la poussière blanche était si nette
que je fusionnais les formes des fleurs visibles.

Et aujourd'hui cet œil profond est
ma dérive à travers le monde des images.

________________

Serge Hamad
Plage 6 (2011)
...

Os grous?


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Cenas vivas (2000) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Os grous?
Les grues ?


As viagens separam-nos do passado.
Se apenas viajássemos como grous,
sem reconhecer as nações debaixo da quilha
 do nosso esterno,
se não trocássemos os idiomas e as unhas
com os habitantes das novas geografias,
seríamos nós. Porque o idioma
é fechado e insondável em cada criatura,
porque cada nação é o berço de uma língua
e os meus poemas noutra língua não são meus.
Quando viajamos no mundo não sabemos
 quem fomos.

Les voyages nous séparent du passé.
Si seulement nous pouvions voyager comme les grues,
sans reconnaître les nations sous la quille
de notre envol,
si nous pouvions ne pas échanger nos langues et nos ongles
avec ces habitants des géographies nouvelles,
nous resterions nous-même. Car la langue
est fermé et insondable en chaque créature,
car chaque nation est le berceau d'une langue
et mes poèmes dans une autre langue ne sont plus les miens.
Voyageant par le monde, nous ne sommes plus
qui nous étions.

________________

Laura Cultrera
Vol de grues (2010)
...

O bucolismo deixará de ser um canto


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Cenas vivas (2000) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O bucolismo deixará de ser um canto
Et le chant cessera d'être bucolique


Sempre vivi à beira da paisagem,
pensando-a como ser, vendo-a,
chamando-a para mim, na minha íris.
Reflectida, a paisagem estava
sempre em mim, nos olhos, na boca
com uma história no tempo, hora a hora.
Benigna ou mortal, era ela própria,
era mundo, antigo e breve, terrestre,
leito de homens, para viver pascendo
ou para morrer, como ela mesma era
morta e transformada eternamente.
E acreditei que só, para sempre,
o latejar natural dos astros, do ar,
das águas, da terra, a manteriam
entregada a mim, à minha beira,
tal como estava desde o nascimento.
Mas hoje sei que os homens insanos,
em vez de amarem o corpo da matéria
no olhar e na fragrância das paisagens,
o depredaram, como se apenas
nos quisessem deixar de herança o mundo vivo
dos monstros vindos da nossa antiga pátria, a Grécia.
O grande Minotauro hoje chama-se Chernobyl,
demiurgo que expele um hálito
que gera crias das bestas e dos homens
oposto ao antigo sopro do Génesis; que gera
criaturas como se meramente simulasse
a vida. E a paisagem torna-se aparência,
somente simulacro e armadilha,
e o bucolismo deixará de ser um canto,
pois a flauta cala o seu trilo de esperança.

J'ai toujours vécu auprès du paysage,
à le penser comme un être, à le voir,
et l'appeler à moi, dans mon iris.
Reflété, le paysage a toujours été
en moi, dans mes yeux, ma bouche
avec une histoire au fil du temps, jour après jour.
Bénin ou mortel, il est lui-même, il est
monde, antique ou éphémère, terrestre,
lit des hommes qui vivent pour se repaître
ou pour mourir, comme lui-même est
mort et se transforme éternellement.
Et je croyais que seul, pour toujours,
la palpitation naturelle des astres, de l'air,
des eaux, de la terre, le maintiendrait
abandonné auprès de moi, à mes côtés,
tel qu'il était depuis ma naissance. Mais je sais
aujourd'hui, que les hommes insensés,
au lieu d'aimer le corps de la matière
dans le regard et le parfum des paysages,
l'ont déprécié, comme s'il ne voulait
nous laisser que l'héritage du monde vivant
des monstres venus de notre antique patrie, la Grèce.
Le Grand Minotaure, aujourd'hui s'appelle Tchernobyl,
démiurge qui expulse une haleine
qui engendre une progéniture de bêtes et d'hommes
opposée au souffle ancien de la Genèse,qui engendre
des créatures comme s'il ne s'agissait que de simuler
la vie. Et le paysage devient une apparence,
piège et simulacre seulement,
et le chant cessera d'être bucolique
car la flûte se tait avec ses trilles d'espoir.

________________

Enrico Baj
Personnage hurlant (1964)
...

Depois de traduzir Hélène Dorion


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Cenas vivas (2000) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Depois de traduzir Hélène Dorion
Après avoir traduit Hélène Dorion


Amar o universo não me traz mágoa.
Sobretudo, amar a areia
arrebata-me de júbilo e paixão.
Amar o mar completa a minha vida
com o tacto de um amor imenso.
Mas veio o vento e, por momentos,
amargurou o meu corpo, a oscilar.
E está o Sol aqui, depois de uns dias
com o jardim obscurecido a beber sombra.
E sei que os átomos zumbem
e dançam como os insectos,
ébrios em redor do pólen.

Aimer l'univers ne m'apporte pas de chagrin.
Par-dessus tout, aimer le sable
m'emporte avec jubilation et passion.
Aimer la mer complète ma vie
avec le toucher d'une mer immense.
Mais le vent est venu, et par moments,
mon corps s'afflige, et se balance.
Et il y a du Soleil ici, depuis quelques jours
avec le jardin qui s'obscurcit de boire les ombres.
Et je sais que les atomes vrombissent
et dansent comme des insectes,
ivres à l'entour du pollen.

________________

Gina Pafiadache
Jardin au coucher du soleil (2015)
...

É o fim do mundo


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poemas Sociais (2019) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


É o fim do mundo
C'est la fin du monde


Mas não o apocalipse.
Não a justiça vingativa.
O fim do mundo é outro:
Os filhos que cresceram
E já não têm infância;
O crepúsculo que chega
Cada vez mais cedo,
O leste que desabrocha
Cada vez mais tarde;
O silêncio cada vez mais seco,
Cada vez mais sem amor,
Cada vez mais sem solidão;
O corpo saqueado,
A idade que já nada devolve,
A memória a um canto da sombra,
Chorosa, chorosa.

O fim do mundo
No mundo que continua
Quando nós, porém, não.
Mais pas l'apocalypse.
Pas la justice vindicative.
La fin du monde est autre :
Les enfants qui grandissent
Et qui, dès lors, n'ont plus d'enfance ;
Le crépuscule qui arrive
Chaque fois plus tôt,
L'orient qui s'épanouit
Chaque fois plus tard ;
Le silence chaque fois plus sec,
Sans amour, chaque fois plus
Sans solitude, chaque fois plus ;
Le corps saccagé,
L'âge qui ne retrouve plus rien,
La mémoire aux recoins d'ombre,
Les larmes, les larmes.

La fin du monde
Dans un monde qui continue
Alors que nous, non.
________________

Bruno Bruni
L'ultime expression (1998)
...

A porta branca


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Cenas vivas (2000) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


A porta branca
La porte blanche


Por detrás desta porta,
uma de todas as portas que para mim se abrem
 e se fecham,
estou eu ou o universo que eu penso.
Deste meu lado, dois olhos que vigiam
os fenómenos naturais, incluindo a celeste mecânica
e as sociedades humanas, sedentárias e transumantes.

Mas podem os olhos fazer a sua enumeração,
e pode o pensado universo infindamente ir-se,
que para mim o que hoje importa
é aquela olhada vaga porta.

Que ela seja só como a vejo, a porta branca,
com duas almofadas em recorte,
lançada devagar sobre o vão do jardim,
onde o gato, por uma fenda aberta
pela sua pata, tenta ver-me,
tão alheio a versos e a universos.

Derrière cette porte,
l'une parmi toutes celles qui pour moi s'ouvrent
et se ferment,
il y a moi ou l'univers que je pense.
De mon côté, deux yeux qui surveillent
les phénomènes naturels, incluant la céleste mécanique
et les sociétés humaines, sédentaires et transhumantes.

Mais les yeux peuvent bien faire leur énumération,
et la pensée-univers peut s'en aller infiniment,
pour moi ce qui importe aujourd'hui
est ce regard vague à la porte.

Qu'elle soit comme je la vois, rien qu'une porte blanche,
avec en découpe deux coussinets,
lancée lentement sur le vide du jardin,
où le chat, par une lézarde ouverte
avec sa patte, essaie de me voir,
si absent aux vers et aux univers.

________________

Vilhelm Hammershøi
Porte blanche (1913)
...

Epístola para um cisne


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Epístolas e memorandos (1996) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Epístola para um cisne
Épître au cygne


Cisne, que não conheces na água o teu reflexo verde
quando sob o teu corpo é dia e o sol afaga quedo
ou quando do teu porte há a sombra negra igual
a tudo o que está negro, e é noite, e abandono e medo.
Nem concebes o amor, nem leda, nem sequer eu mesma
que te amo no poema e temo o canto imaginado
que não cantaste agora ou não ouvi, de madrugada
quando a minha mãe morta era somente insone.
Nunca viste a beleza, nem a vida e os lábios
que sopram as primeiras e últimas palavras, ou
o hálito que sai em voz da dor mais desolada.
Nem a doença, a morte e os olhos sem imagens
do ar e das cores várias viste em que tu vogas branco.
É falso que celebres sozinho a tua morte e o fim,
se não sabes que só o teu outro cisne se perde.
Mas quando vi insone e logo morta a minha mãe
estou certa de que a cega, a muda, falsa ave cantou.

Cygne, toi qui ne connais pas dans l'eau ton reflet vert
quand le jour est sous ton corps et le soleil caresse vague
ou quand dans ta silhouette il y a une ombre noire égale
et tout ce qui est noir, c'est la nuit, et l'abandon et la peur.
Toi qui ne conçoit l'amour, ni Léda, ni moi-même qui
néanmoins t'aime en cette poésie et crains le chant imaginé
que tu n'as pas encore chanté ni moi, entendu, ce matin
quand ma mère morte était seulement insomnieuse.
Jamais tu n'as vu la beauté, ni la vie et les lèvres
qui soufflent les premières et les dernières paroles, ou
l'haleine qui sort sans la voix de la douleur la plus désolée.
Ni la maladie, la mort et les yeux sans images, de l'air et
des diverses couleurs vues en lesquelles tu voguais, blanc.
Il est faux de dire que tu célèbres seul ta mort et la fin,
si tu ne sais pas que seul ton autre cygne se perd.
Mais lorsque j'ai vu ma mère insomnieuse et bientôt morte,
j'étais certaine que l'oiseau chantait aveugle, et faux et muet.

________________

Jan Asselijn
Cygne menacé (1650)
...

Epístola para os amados


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Epístolas e memorandos (1996) »»
 
Italie »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Epístola para os amados
Épître aux amants


Ainda vos amos, porque aqui não há só tempo
e o amor, no tempo, é tão intenso e absoluto,
que transborda do tempo para o não-presente.
Havendo tempo e não-tempo, eu vos confesso agora
que em parques ao poente ainda vos estou a amar.
E não que vos ofereça hoje alucinados versos,
mas porque do meu tempo sois donos, como os poemas
que eu escrevo do tempo para o não-tempo, sempre.

Encor je vous aime, car ici il n'y a pas que le temps
et l'amour, en ce temps, tellement intense et absolu,
qu'il me transporte du temps vers le non-présent.
D'avoir temps et non-temps, je peux bien vous l'avouer
au couchant dans les parcs encor maintenant je vous aime
Non qu'aujourd'hui je vous offrirais des vers hallucinés,
mais parce que vous êtes le maitre de mon temps, comme
ces poèmes que j'écris toujours, de temps en non-temps,

________________

Sebastiano del Piombo
Portrait de Vittoria Colonna (1520-1525)
...

Epístola para Dédalo


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Epístolas e memorandos (1996) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Epístola para Dédalo
Épître à Dédale


Porque deste a teu filho asas de plumagem e cera
se o sol todo-poderoso no alto as desfaria?
Não me ouviu, de tão longe, porém pensei que disse:
todos os filhos são Ícaros que vão morrer no mar.
Depois regressam, pródigos, ao amor entre o sangue
dos que eram e dos que são agora, filhos dos filhos.

Pourquoi donner à ton fils des ailes de cire et de plumes
Si le soleil tout-puissant là-haut les défait ?
De loin, il ne m'a pas entendu, mais je crois qu'il a dit :
tous les fils sont des Icare qui vont mourir en mer.
Puis reviennent à l'amour, prodigues, parmi le sang
de ceux qui furent et de ceux qui sont fils de fils, maintenant.

________________

Charles Paul Landon
Dédale incite son fils à voler (1799)
...

Canto dos lugares


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Cantos do Canto (1995) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Canto dos lugares
Chant des lieux


Tantas vezes os lugares habitam no Homem
e os homens tantas vezes habitam
nos lugares que os habitam, que podia
dizer-se que o cárcere de Sócrates,
estando nele Sócrates, não o era,
como diz Séneca em epístola a Hélvia.

Por isso cada lugar nos mostra
uma vida clara e desmedida,
enquanto o Tempo oscila e nos oculta
que é curto e ambíguo
porque nos dá a morte e a vida.

E os lugares somente acabam
porque é mortal cada homem
que houve em si algum lugar.

Tant de fois les lieux ont habité l'Homme
et tant de fois les hommes ont habité
les lieux qui les hantent, qu'on pourrait
dire que la prison de Socrate, étant
au-dedans de Socrate, il n'y était pas,
comme dit Sénèque dans une lettre à Helvia.

C'est pourquoi chaque lieu nous montre
une vie claire et sans mesure,
alors que le Temps oscille et nous masque
son ambiguë et courte durée
qui nous donne et la mort et la vie.

Et les lieux seulement finissent
car chaque homme est mortel
qui avait en lui quelque lieu.

________________

Markus Antokolski
Socrate mourant (1878)
...

Também os nomes não morrem...


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (août 2020) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Também os nomes não morrem...
Les mots ne meurent pas non plus...


Também os nomes não morrem,
Mas transformam-se
E, constantemente, emergem
Da morte que não possuem,
Banhados noutras formas.
Por isso, poderás negar-me,
Dissolver-me nas viagens
De pássaros agudos,
Porque eu volto,
Volto com o sol do sul,
Arrastado nas turbulentas águas
Das migrações,
Volto com o vento jovem,
Liso e límpido
Que chama Março
Da sua hibernação no tempo.
Diz folhas, diz dunas, diz frutos,
O meu nome nasce desses nomes,
O meu nome tem raízes nesses nomes,
Diz dedos, diz fragas, diz águas,
Diz ondulação, diz chuva, diz curva...

Les mots ne meurent pas non plus,
Mais se transforment
Et, constamment, émergent
De la mort qu'ils ne possèdent pas,
Baignés par d'autres formes.
Aussi, pourras-tu me renier,
Me dissoudre en des voyages
D'oiseaux aiguisés,
Car je reviens.
Je reviens avec le soleil du sud,
Entraîné par les eaux turbulentes
Des migrations,
Je reviens avec ce vent jeune,
Lisse et clair
Qui rappelle Mars
Au temps de son hibernation.
Disant feuilles, dunes et fruits,
Et mon nom nait de ces noms.
Mon nom a ses racines dans ces noms,
Disant doigts, rochers, disant les eaux,
Disant ondulation, pluie, courbe...

________________

Ross Bleckner
École (1999)
...

Canto do Génesis


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Cantos do Canto (1995) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Canto do Génesis
Chant de la Genèse


Ao princípio era a luz, depois o céu
azul porque a luz se embebe
nas camadas de ar que olhamos.
Ao princípio era a Paixão e engendrou
do seu sangue os animais, da sua
Cruz as plantas. Era, ao princípio,
o animal-vegetal minúsculo, oculto
no Paraíso, mas omnipresente
desde o ante-princípio. E da argila
ou da terra adâmica formou-se a Natureza
e o Homem, banhados pela luz
que recortou linhas e volumes vagos.
Ao princípio era o martírio
e a bênção daquele que trabalha
o seu corpo e o seu pão de sol a sol.
E os frutos fulguraram nessa luz
quando as águas se apartaram
e o mar, até hoje, quebra e requebra a onda
para eu ouvir o som do início.

Au commencement était la lumière, puis le ciel
bleu car la lumière est absorbée
par les couches d'air que nous regardons.
Au commencement était la Passion qui engendra
de son sang les animaux, et de sa
Croix les plantes. Était, au commencement,
l'animal-végétal minuscule, caché
au paradis, mais omniprésent
bien avant le Principe. Et de l'argile
ou de la terre adamique se forma la Nature
et l'Homme, baigné par la lumière
qui tranche lignes et vagues volumes.
Au commencement était le martyre
et la bénédiction de celui qui travaille
par son corps et pour son pain jour après jour.
Et dans cette lumière ont fulguré les fruits
quand les eaux se sont séparées
et la mer, la vague s'est brisée et rebrisée jusqu'à
ce que j'entende aujourd'hui, le son primordial.

________________

William Blake
Satan regardant les caresses d'Adam et Ève(1808)
...

Canto de Orfeu


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Cantos do Canto (1995) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Canto de Orfeu
Chant d'Orphée


Pendurou no salgueiro a cítara,
caminhou diante dos seus passos,
sendo depois punido pelos Anjos.
Caminhou sempre para o futuro
mesmo olhando para trás na memória
e por esse futuro foi punido
pois levaria consigo a imagem viva.
Não era Eurídice aquela que o seguia
mas a sua face figurada
pelos olhos de Orfeu ainda capazes
de criar o modelo e a imagem.
Depois da morte ela ainda vivia
pronta para o prender em espelhos dúplices
e ele que amava nela o corpo, a alma,
o suor, o aroma, a linha dos dedos,
levou-a, para sempre ascendida
ao Tempo do Espaço depois do futuro.
Foi punido por Anjos ciosos
da sua ciência da Origem,
enquanto outros Anjos doces coroavam
aquele Filho que também levara
na memória dos olhos a figura
da Mãe, que todos os filhos levam em si.
Um terrível canto de lamento humano
depois soou: “Che faró senza Uridice?“,
com o som das vogais mais dolorosas.
Mas o sábio Orfeu deixou a lira
somente ser tocada pelo vento
quando o canto perseguia a imagem.

Il a accroché sa cithare au saule,
a marché droit devant lui, et
fut ensuite puni par les Anges.
a marché toujours vers le futur même
s'il regardait en arrière de sa mémoire
et fut puni pour ce futur car, vive
il emportait avec lui cette image.
Ce n'était pas Eurydice celle qui le suivait
mais son visage métamorphosé
par les yeux d'Orphée encore capable
de créer le modèle et l'image.
Après sa mort elle était toujours vive et
prompte à le prendre en des miroirs duplices
et lui qui avait aimé son corps, son âme,
sa sueur, son parfum, la ligne de ses doigts,
l'emportait, pour toujours l'élever
dans le Temps de l'Espace au-delà du futur.
Il fut puni par des Anges jaloux
de sa science de l'Origine,
tandis que d'autres doux Anges couronnaient
ce Fils qui portait aussi
dans la mémoire de ses yeux la figure
de la Mère, que tous les fils portent en eux.
Un terrible chant d'une lamentation humaine
alors retentit : "Che faró senza Euridice ?",
avec le son des voyelles les plus douloureuses.
Mais le sage Orphée ne laissa venir
que le vent au toucher de sa lyre lorsque
le chant se mit à pourchasser l'image

________________

Mo Bantman
Orphée et Eurydice (2016)
...

Canto da chávena de chá


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Cantos do Canto (1995) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Canto da chávena de chá
Chant de la tasse de thé


Poisamos as mãos junto da chávena
sem saber que a porcelana e o osso
são formas próximas da mesma substância.
A minha mão e a chávena nacarada
– se eu temperar o lirismo com a ironia –
são, ainda, familiares dos pterossáurios.
A tranquila tarde enche as vidraças.
A água escorre da bica com ruído,
os melros espiam-me na latada seca.
É assim que muitas vezes o chá evoca:
a minha mão de pedra, tarde serena,
olhar dos melros, som leve da bica.
A Natureza copia esta pintura
do fim da tarde que para mim pintei,
retribui-me os poemas que eu lhe fiz
de novo dando-me os meus versos ao vivo.
Como se eu merecesse esta paisagem
a Natureza dá-me o que lhe dei.
No entanto algures, num poema, ouvi
rodarem as roldanas do cenário,
em que as palavras representavam
a cena da pintura da paisagem
num telão constantemente vário.
Só o chá me traz a minha tarde,
com a chávena e a minha mão que são
o mesmo pedaço de calcário.
Hoje a bica refresca a água do tanque,
os melros descem da latada para o chão,
e as vidraças devagar escurecem.
As palavras movem-se e repõem
no seu imóvel eixo de rotação
o espaço onde esta mesa de verga
gira nas grandes nebulosas.

Nous accolons nos mains contre la tasse
sans savoir que la porcelaine et l'os
sont des formes proches de la même substance.
Ma main et la tasse nacrée
– si je tempère mon lyrisme d'ironie –
sont également familières des ptérosauriens.
L'après-midi tranquille emplit les vitres.
L'eau s'écoule du bec avec bruit,
les merles m'épient depuis la treille asséchée.
Souvent,c'est ainsi que le thé évoque :
ma main de pierre, un après-midi serein,
l’œil des merles, le bruit léger du bec.
La Nature copie ce tableau
d'une fin d'après-midi que j'ai peint pour moi,
Me rétribue par les poèmes que je lui faits
me donnant de nouveau mes vers pleins de vie.
Comme si je méritais ce paysage
La nature me donne ce que je lui ai donné.
Cependant, ailleurs dans un poème, j'ai entendu
tourner les poulies de la machinerie scénique,
dans laquelle les mots représentaient
la scène de peinture d'un paysage
sur les pans du rideau constamment varié.
Seul le thé m'apporte mon après-midi,
avec la tasse et ma main qui sont
la même portion de calcaire.
Aujourd'hui, le bec rafraîchit l'eau de la vasque,
les merles descendent depuis la treille jusqu'au sol,
et les vitres s'assombrissent lentement.
Les mots se meuvent et réinventent
sur leur axe immobile de rotation
l'espace où cette table en osier
tourne parmi les grandes nébuleuses.

________________

Carlo Benvenuto
Sans titre (2002)
...

O podador


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Três Rostos - Poemas revistos (1989) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O podador
L'émondeur


Devagar a tesoura poda o arbusto
tornando-o de realidade em desejo
da forma. O que me atrai, a flor,
a folha de fuligem, os troncos curvos
para os pardais escuros e ocultos.

Devagar os ramos caem e os que o
podador despreza vão entrar na gé-
nese da nova terra. É inevitável
que tudo isto me crie nostalgia.
Não há um estalido simples, corte só,

nem morte só, a morte daqueles
ramos estendidos pelo gradeamento
a viver naturalmente entretanto.
O podador escolhe assim a aparên-
cia da obra que devagar executa,

na ordem e no capricho da folhagem
para sempre jovem e ágil.

La cisaille émonde lentement l'arbuste
le renvoyant de la réalité au désir
de la forme. Ce qui m'attire, la fleur,
la feuille de suie, la courbe des troncs
pour les moineaux sombres et cachés.

Les branches tombent doucement et celles
que l'émondeur méprise vont entrer dans la ge-
nèse d'une terre nouvelle. Il est inévitable
que tout cela me rende nostalgique. Ce n'est pas
juste un claquement, nette une coupure,

ni la mort seulement, la mort de ces
branches prolongées entre-temps
par le grillage qui naturellement est en vie.
Mais l'émondeur ainsi choisit l'apparence
du travail qu'il exécute avec lenteur,

dans l'ordre et le caprice du feuillage
pour toujours agile et jeune.

________________

Samuel Salcedo
Gouttes de pluie (jardin d'Étretat)
...

Natureza morta com louvadeus


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
Três Rostos - Poemas revistos (1989) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Natureza morta com louvadeus
Nature morte avec mante religieuse


Foi o último hóspede a sentar-se
no topo da mesa, já depois do martírio.
As asas magníficas haviam-lhe sido quebradas
por algum vento. Perdera o rumo
sobre a película cintilante de água
no riacho parado. Tal como poisou
junto de nós, com o belo corpo magro
arquejante, lembrava, ainda segundo o seu nome,
um santo mártir. Enquanto meditávamos,
a morte sobreveio, e a pequena criatura,
que viera partilhar a nossa mesa,
depois de ter sido banida das águas
foi banida da terra. Alguém pegou
no volúvel alado corpo morto
abandonado sem nexo na brancura da toalha
- que maculava -
e o atirou para qualquer arbusto raro
que o poeta ainda pôde fotografar.

Ce fut la dernière convive à venir s'asseoir
à la place d'honneur, dès la fin de son martyre.
Ses ailes magnifiques avaient été brisées
par quelque souffle. Elle avait perdu son chemin
sur la pellicule scintillante des eaux
dans le flux immobile. Elle était venue se poser
ainsi, près de nous, avec son beau corps maigre
haletant, et ainsi faisait penser, d'après son nom,
au saint martyr. Et nous avons alors songé
à la mort conséquente, à la petite créature
qui était venu partager notre table,
et qui, après avoir été bannie des eaux
avait été bannie de la terre. Quelqu'un vint prendre
son délicat petit corps ailé et mort,
abandonné, sans lien avec la blancheur de la serviette
qu'il maculait --
Et le jeta sans façon dans quelque arbuste rare
que le poète pourrait toujours photographier.

________________

Oscar Dominguez
Mante religieuse (1936)
...