Viveram ainda muitos anos...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Últimos Poemas (2009) »»
 
Italien »»
«« 26 / Sommaire (27) / 28 »»
________________


Viveram ainda muitos anos...
Ils ont vécu encore...



Viveram ainda muitos anos na cave, os bichanos. Viveram à espera. Mais do que dos anos, sofreram as moléstias da espera.
Ils ont vécu encore de nombreuses années dans la cave, les mistigris. Vivant d'espoir. Mais ils souffrirent au cours de ces années, les affres de l'attente.
Ao contrário de muitos amantes, não davam mostras nenhumas de vaidade por estarem assim mortos, à espera.
Au contraire de bien des amants, ils ne montrèrent aucun signe de vanité d'être ainsi, à attendre, pareils à des morts.
Iam esquecendo a aprendida mansidão, devolvidos quase à rua, à selvajaria, ferozes até na ternura.
Ils en oubliaient l'apprentissage de la mansuétude, retournant presque à la rue, à l'état sauvage, féroce jusque dans la tendresse.
Um dia, convolaram-se em escuridão.
Un jour, ensemble, ils convolèrent dans l'obscurité.

________________


Theophile Alexandre Steinlen
Deux chats (1894)

De todos os gatos...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Últimos Poemas (2009) »»
 
Italien »»
«« 25 / Sommaire (26) / 27 »»
________________


De todos os gatos...
De tous les chats...



De todos os gatos que a minha avó teve – todos com simples nomes de cores: Black, Branquinho, Cinzento, Lourinho –, quero falar deste.
De tous les chats que ma grand-mère avait – tous, avec des noms simples de couleurs : Black, Blanco, Grisette et Blondinet –, je veux vous parler.de ce dernier.
Nunca lhe fiz uma única festa. Era um gato de rua que, mesmo em casa, continuou a ter hábitos de rua. Esquivo e feroz, não deixava ninguém aproximar-se.
Jamais je ne lui fit de caresses. C'était un chat des rues qui, même à la maison, gardait ses habitudes de rue. Fuyant et farouche, il ne laissait personne l'approcher.
Só me lembro da existência desse gato ao colo da minha avó. O resto do tempo, presumíamos apenas a sua existência debaixo de um móvel qualquer – ou em cima dele –, no recanto mais escuro, mais inimaginável.
Je ne me souviens de l'existence de ce chat que sur les genoux de ma grand-mère. Le reste du temps, c'est à peine si nous pouvions présumer de son existence sous un meuble quelconque – ou sur le dessus d'un autre –, dans un recoin des plus obscur, des plus inimaginable.
Então, a minha avó, como uma encantadora, chamava por ele numa voz aguda, salmodiando-lhe o nome, a única voz que o amor reconhecia, a única voz que o amor deixava ir ao seu encontro na sombra amiga e pela qual se deixava encontrar.
Puis, ma grand-mère, comme une enchanteresse, l'appelait d'une voix aiguë, psalmodiant son nom, la seule voix que l'amour reconnaisse, la seule voix que l'amour laissât venir à sa rencontre dans l'ombre amicale et dans laquelle il se laissait trouvé.
E o Lourinho aparecia, convocado de nenhures, criatura da mais pura magia.
Et Blondinet apparaissait, convoqué de nulle part, créature de la plus pure magie.

________________


Franz Marc
Die weiße Katze (Kater auf gelbem Kissen) - 1912

Talvez não fosse afrancesado o bastante...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Últimos Poemas (2009) »»
 
Italien »»
«« 24 / Sommaire (25) / 26 »»
________________


Talvez não fosse afrancesado o bastante...
Il n’était peut-être pas assez francisé...



Talvez não fosse afrancesado o bastante para se auto-intitular Gaspar da Noite, nem nada prova que tenha morrido do mal-francês,
Il n’était peut-être pas assez francisé pour s’auto-intituler Gaspard de la Nuit, et rien ne prouve qu’il soit mort du mal français.
mas foi, de facto, Gaspar e a sua vida contou-se sobretudo em noites – de teatro, de boémia, de jogatina, de bordel.
Mais il fut, de facto, Gaspar et l’on décompte surtout dans sa vie des nuits – de théâtres, de bohèmes, la passion du jeu, et les bordels
Dissipou uma fortuna em actrizes e cartas, sendo com ambas a sorte igualmente madrasta.
Il dissipa sa fortune en jeu de cartes et en actrices, étant pour les deux à parts égales une sorte de marâtre.
Desferiu ases contra a impotência, conjurou contra a realidade e falhou, consumido pelas filhas do fogo – cartas e actrizes e sorte.
Il tapa le carton contre l’impuissance, lutta contre la réalité et faillit, consumé par les filles de feu – actrices, cartes et fortune
Deixou uma filha como criada de servir, penhor para as afinal madrastas.
Il laissa une fille comme femme de chambre, qu’il donna en gage, pour finir, aux marâtres

________________


Johann Heinrich Füssli
Nachtmahr (1810)

Maurice Ravel, Gaspard de la Nuit
pianiste : Anne-Marie Ghirardelli

Fazer o quê de todo este mel...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Últimos Poemas (2009) »»
 
Italien »»
«« 22 / Sommaire (24) / 25 »»
________________


Fazer o quê de todo este mel...
Que faire de tout ce miel...


Fazer o quê de todo este mel,
Do crescendo das tardes em ouro, pólen e Verão,
Se a vida è, afinal, sempre e só
Dos outros, afinal, sempre e só
Transformada em vala comum,
Onde tentar o bem nosso
Pelo bem dos outros
Já não é sequer o mal menor,
Cansados de mais, brutos de mais,
Nós mesmos de mais,
Sempre morais numa impossível
E exaltada falta de paciência,
Numa pressurosa falta de ternura,
Nós sempre tão corredios,
Sardónicos até nos estertores,
Impérvios a essa música que nos tece
Perdidos em pleno espaço?
Há ainda um risco para nos salvar
De toda esta segurança,
Do geométrico, bancário, ergonómico
Acomodar-se da alma,
Do espírito flácido e famélico,
Algo que nos possa restituir
O gosto dos dias,
Esse que teremos na boca
Em hora extrema, ainda o gosto dos dias?

Que faire de tout ce miel,
Du crescendo des soirées d'or, Été et pollen,
Si la vie, pour finir, est toujours et seulement
Celle des autres, pour finir, toujours et seulement
Transformée en fosse commune,
Où risquer notre bonheur
Au bonheur des autres
N'est pas le moindre mal,
Trop épuisé, trop alourdi
Par trop de nous-même,
Toujours régulier dans cet impossible
Et exalté manque de patience,
Dans ce manque assidu de tendresse,
Nous toujours si désinvolte,
Sardonique jusque dans les affres,
Imperméable à cette musique qui nous entre-tisse
Perdu en plein espace ?
Y a-t-il une chance encore que nous soyons
Délivré de cette protection,
Géométrique, bancaire, ergonomique
Accommodements de l'âme,
De l'esprit claudicant et famélique,
Une chose que nous pourrions restituer,
Comme la saveur des jours,
Celle que nous aurons dans notre bouche
À l'heure extrême, la saveur encore des jours ?

________________

Philippe Croq - Ohé (2010)
...

Dia D


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Galeria »»
http://nunorochamorais.blogspot.com (juin 2019) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Dia D
Jour J


De um lado, a noite é uma náusea.
Do outro, um frio que degola.
De um lado, ninguém pensa
Em libertar a liberdade.
Do outro, ninguém pensa
Em resistir até ao fim.
Esta noite, Deus é acordado
Em muitas línguas,
Mas as palavras são as mesmas,
A paz que pedem é a mesma.
E nas cartas que escrevem
Ambos os lados prometem
Não morrer.
Estas promessas jazem mortas
Na praia, lado a lado.
A paz é a mesma.
Deus ouviu.

D'un côté, la nuit est une nausée.
De l'autre, un froid qui prend la gorge.
D'un côté, personne ne songe
À libérer la liberté.
De l'autre, personne ne songe
À résister jusqu'au bout.
Cette nuit Dieu est éveillé
Dans beaucoup de langues,
Mais les mots sont les mêmes,
La paix dans leurs prières est la même.
Et dans les lettres qu'ils écrivent
Les deux côtés promettent
De ne pas mourir.
Sur la plage côte à côte
Gisent mortes ces promesses
La paix est la même.
Dieu a entendu.

________________

Jean Fautrier
L'encrier (1948)

O mar


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
Mar (2001) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


O mar
La mer


Mar, metade da minha alma é feita de maresia
Pois é pela mesma inquietação e nostalgia,
Que há no vasto clamor da maré cheia,
Que nunca nenhum bem me satisfez.
E é porque as tuas ondas desfeitas pela areia
Mais fortes se levantam outra vez,
Que após cada queda caminho para a vida,
Por uma nova ilusão entontecida.

E se vou dizendo aos astros o meu mal
É porque também tu revoltado e teatral
Fazes soar a tua dor pelas alturas.
E se antes de tudo odeio e fujo
O que é impuro, profano e sujo,
É só porque as tuas ondas são puras

Mer, le milieu de mon âme est fait d’un air marin
Puisqu’il a même inquiétude et même nostalgie
Que l’immense clameur entendue à marée haute,
N’apportant rien de bon, ne pouvant me satisfaire.
Et tes vagues dissoutes dans le sable
Qui chaque fois plus fortes se relèvent,
Chaque fois retombent sur le chemin de la vie,
Au départ d’une étourdissante et neuve illusion.

Et si je m’en vais dire aux étoiles ma douleur
C’est peut-être que toi, théâtrale et révoltée,
Tu fais résonner aussi ton mal dans les hauteurs.
Et si je déteste et fuis avant tout
Et l’impur, et le sale et le profane
C’est que tes vagues, elles seules sont pures.

________________

Gustave Courbet
La vague (1869)

No meu país


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
O Búzio de Cós (1997) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


No meu país
Dans mon pays


As pequenas cidades intensas
Onde o tempo não é dissolvido mas dura
E cada instante ressoa nas paredes da esquina
E o rosto loiro de Laura aflora na janela desencontrada
E o apaixonado de testa obstinada como a de um toiro
Em vão a procura onde ela nunca está
— É aqui que ao passarmos a nossa garganta se aperta
Enquanto um homem alto e magro
Baixando a direito o chapéu largo e escuro
De cima a baixo se descobre
Ao transpor o limiar sagrado da casa

Les petites cités intenses
Où le temps ne se dissout pas mais persiste
Et chaque instant résonne contre les murs d'angle
Le visage blond de Laure affleure à la fenêtre dépareillée,
Son amant, front têtu comme celui d’un taureau,
La cherche en vain où elle ne fut jamais
— Notre gorge se resserre lorsque nous passons
Et qu’un homme grand et maigre
Enlève par respect son chapeau large et sombre
Et de la tête aux pieds se découvre
En franchissant le seuil sacré de la maison

________________

Vincent van Gogh
Portrait d'Armand Roulin (1888)

Revolução


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
O Nome das Coisas (1977) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Revolução
Révolution


Como casa limpa
Como chão varrido
Como porta aberta

Como puro início
Como tempo novo
Sem mancha nem vício

Como a voz do mar
Interior de um povo

Como página em branco
Onde o poema emerge

Como arquitectura
Do homem que ergue
Sua habitação

Comme une maison tenue
Comme un sol balayé
Comme une porte ouverte

Comme un pur commencement
Comme un temps nouveau
Sans tâche et sans vice

Comme la voix de la mer
Intérieure d’un peuple

Comme une page blanche
D’où émerge le poème

Comme l’architecture
De l’homme érigeant
Son abri

________________

Kazimir Malevič
Paysans (1930)

Regressarei


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
O Nome das Coisas (1977) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Regressarei
Retour


Eu regressarei ao poema como à pátria à casa
Como à antiga infância que perdi por descuido
Para buscar obstinada a substância de tudo
E gritar de paixão sob mil luzes acesas.

Je reviendrai au poème comme au pays à mon chez-moi
Comme à l'enfance lointaine et perdue par négligence
Pour aller chercher obstinément la substance de tout
Et crier ma passion sous des milliers de feux clairs.

________________

Giacomo Balla
Lampe à arc (1909)

Che Guevara


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
O Nome das Coisas (1977) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Che Guevara
Che Guevara


Contra ti se ergueu a prudência dos inteligentes e o arrojo dos patetas

A indecisão dos complicados e o primarismo
Daqueles que confundem revolução com desforra

De poster em poster a tua imagem paira na sociedade de consumo

Como o Cristo em sangue paira no alheamento ordenado das igrejas

Porém
Em frente do teu rosto
Medita o adolescente à noite no seu quarto
Quando procura emergir de um mundo que apodrece

Contre toi se dresse la prudence des malins et la hardiesse des abrutis.

L'indécision des compliqués et la primarité
De ceux qui confondent révolution et revanche

D'affiche en affiche, ton image plane au-dessus de la société de consommation

Comme le Christ ensanglanté plane au-dessus de l'aliénation ordonnée des églises

Cependant
Devant ton visage
Médite l'adolescent la nuit dans sa chambre
Lorsqu'il cherche à sortir d'un monde en décomposition

________________

Viva Che (affiche)
(1968)

25 de Abril


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
O Nome das Coisas (1977) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


25 de Abril
Le 25 Avril


Esta é a madrugada que eu esperava
O dia inicial inteiro e limpo
Onde emergimos da noite e do silêncio
E livres habitamos a substância do tempo

C'est l'aube que j'avais tant espérée
Le jour de l'origine clair et entier
Nous émergeons dans la nuit et le silence
Libres, habitant la substance du temps

________________

Vieira da Silva
Liberté (affiche pour le 10° anniversaire du 25 Avril)
(1984)

Mar


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
Antologia (1975) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Mar
Mer


I
De todos os cantos do mundo
Amo com amor mais forte e mais profundo
Aquela praia extasiada e nua
Onde me uni ao mar, ao vento e à lua.

II
Cheiro a terra as árvores e o vento
Que a Primavera enche de perfumes
Mas neles só quero e só procuro
A selvagem exalação das ondas
Subindo para os astros como um grito puro.

I
De tous les endroits du monde
Le plus aimé, d’un amour fort et profond
Est celui de cette plage, nue et extatique
Où je m’unis à la mer, au vent et à la lune.

II
Le Printemps remplit l’air des parfums
De la terre, des arbres et du vent
Mais ils ne me rappellent, et je ne désire
Que les effluves sauvages des vagues
Qui s’élève vers les étoiles comme un cri pur.

________________

Félix Vallotton
Clair de lune (1895)

Poema de Helena Lanari


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
Geografia (1967) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Poema de Helena Lanari
Poème de Helena Lanari


Gosto de ouvir o português do Brasil
Onde as palavras recuperam sua substância total
Concretas como frutos nítidas como pássaros
Gosto de ouvir a palavra com suas sílabas todas
Sem perder sequer um quinto de vogal

Quando Helena Lanari dizia o "coqueiro"
O coqueiro ficava muito mais vegetal

J'aime entendre le portugais du Brésil
Où les mots retrouvent toute leur substance
Concrets comme des fruits, fulgurants comme des oiseaux
J'aime recevoir le mot avec toutes ses syllabes
Sans perdre même un cinquième des voyelles

Quand Helena Lanari a dit le « cocotier »
Le cocotier a semblé beaucoup plus végétal

________________

Aldemir Martins
Marina et "cocotiers" (2003)

Ítaca


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
Geografia (1967) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Ítaca
Ithaque


Quando as luzes da noite se reflectirem imóveis
[nas águas verdes de Brindisi
Deixarás o cais confuso onde se agitam palavras
[passos remos e guindastes
A alegria estará em ti acesa como um fruto
Irás à proa entre os negrumes da noite
Sem nenhum vento sem nenhuma brisa só um sussurrar
[de búzio no silêncio

Mas pelo súbito balanço pressentirás os cabos
Quando o barco rolar na escuridão fechada
Estarás perdida no interior da noite no respirar do mar
Porque esta é a vigília de um segundo nascimento

O sol rente ao mar te acordará no intenso azul
Subirás devagar como os ressuscitados
Terás recuperado o teu selo a tua sabedoria inicial
Emergirás confirmada e reunida
Espantada e jovem como as estátuas arcaicas
Com os gestos enrolados ainda nas dobras do teu manto

Lorsque les lumières de la nuit se refléteront immobiles
[dans les eaux vertes de Brindisi
Tu délaisseras le quai où les mots s’agitent confus
[à la cadence des rames et des grues
L’allégresse vivra en toi comme un fruit clair
Tu te rendras à la proue entre les noirceurs de la nuit
Sans le moindre vent la moindre brise avec dans le silence
[le seul murmure d’un coquillage

Mais par leur soudain balancement tu pressentiras les câbles
Du navire qui roule dans l’obscurité fermée
Et tu te perdras dans la nuit avec la respiration de la mer
N’es-tu pas le veilleur d’une seconde naissance

Le soleil auprès de la mer te réveillera dans l’azur intense
Tu te relèveras lentement comme les ressuscités
Ayant retrouvé la griffe de ton Savoir initial
Tu émergeras confirmée réunie
Révoltée et jeune comme une statue antique
Avec des gestes enroulés encore dans les plis de ton manteau

________________

Silvana Marra
Marée (2013)

Escuto


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
Geografia (1967) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Escuto
J'écoute


Escuto mas não sei
Se o que oiço é silêncio
Ou deus

Escuto sem saber se estou ouvindo
O ressoar das planícies do vazio
Ou a consciência atenta
Que nos confins do universo
Me decifra e fita

Apenas sei que caminho como quem
É olhado amado e conhecido
E por isso em cada gesto ponho
Solenidade e risco

Plus j’écoute et moins je sais
Si ce que j’entends est silence
Ou divinité

J’écoute sans savoir si je suis écoutant
Le chant des plaines du vide
Ou la conscience attentive
Qui dans les confins de l’univers
Me déchiffre et m’arrête

Je sais seulement avancer comme celle
Qui est regardée aimée et reconnue
Aussi dans chacun de mes gestes je mets
Solennité et risque

________________

Felice Casorati
Silvana Cenni (1922)

Crepúsculo dos Deuses


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
Geografia (1967) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Crepúsculo dos Deuses
Le crépuscule des dieux


Um sorriso de espanto brotou nas ilhas do Egeu
E Homero fez florir o roxo sobre o mar
O Kouros avançou um passo exactamente
A palidez de Atena cintilou no dia

Então a claridade dos deuses venceu os monstros
[nos frontões de todos os templos
E para o fundo do seu império recuaram os Persas

Celebrámos a vitória: a treva
Foi exposta e sacrificada em grandes pátios brancos
O grito rouco do coro purificou a cidade

Como golfinhos a alegria rápida
Rodeava os navios
O nosso corpo estava nu porque encontrara
Sua medida exacta
Inventámos: as colunas de Sunion imanentes à luz.
O mundo era mais nosso cada dia

Mas eis que se apagaram
Os antigos deuses sol interior das coisas
Eis que se abriu o vazio que nos separa das coisas
Somos alucinados pela ausência bebidos pela ausência
E aos mensageiros de Juliano a Sibila respondeu:

«Ide dizer ao rei que o belo palácio jaz por terra quebrado
Febo já não tem cabana nem loureiro profético
[Nem fonte melodiosa.
A água que fala calou-se»

Un sourire de stupéfaction émerge des îles Égéennes
Et Homère fait fleurir le pourpre sur la vague
Le Kouros avance exactement d’un pas
La pâleur d’Athéna scintille au jour

La clarté des dieux triomphe alors des monstres
[aux frontons de tous les temples
Et jusqu’au fond de leur empire les Perses ont reflué

Nous célébrons la victoire : l’obscur
Fut exposé et fut sacrifié en de grands préaux blancs
Le cri rauque du chœur purifia la cité

Comme la joie vive des dauphins
Entourant les navires
Notre corps était nu parce qu’il cherchait
La juste mesure
Inventons les colonnes de Sunium immanentes à la lumière
Le monde était nôtre un peu plus chaque jour

Mais voici que disparaissent
Les dieux antiques au soleil intérieur des choses
Voici que s’ouvrent le vide qui nous sépare des choses
Nous sommes hallucinés par l’absence enivrés par l’absence
Et aux messagers de Julien, la Sybille a répondu :

« Allez dire au roi que son beau palais gît à terre, il est détruit
Phoebus déjà n’a plus ni cabane ni laurier prophétique
[ni source mélodieuse
L’eau qui parle se tait »

________________

Michelangelo Buonarroti
La Sybille de Cumes (Chapelle Sixtine)
(1508-1512)