Dois estudos


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
João Cabral de Melo Neto »»
 
Pedra do sono (1942) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Dois estudos
Deux études


1

Tu és a antecipação
do último filme que assistirei.
Fazes calar os astros,
os rádios e as multidões na praça pública.
Eu te assisto imóvel e indiferente.
A cada momento tu te voltas
e lanças no meu encalço
máquinas monstruosas que envenenam reservatórios
sobre os quais ganhaste um domínio de morte.
Trazes encerradas entre os dedos
reservas formidáveis de dinamite
e de fatos diversos.

2

Tu não representas as 24 horas de um dia,
os fatos diversos,
o livro e o jornal
que leio neste momento.
Tu os completas e os transcendes.
Tu és absolutamente revolucionária e criminosa,
porque sob teu manto
e sob os pássaros de teu chapéu
desconheço a minha rua,
o meu amigo e o meu cavalo de sela.
1

tu es l'anticipation
du dernier film auquel j'assisterai.
Tu fais taire les étoiles,
les radios et les multitudes de la place publique.
Je t'observe dans une immobile indifférence.
A chaque instant tu te retournes
et lances à mes trousses
des machines monstrueuses qui empoisonnent les réservoirs
sur lesquels tu as conquis un domaine de mort.
Tu apportes serrées entre tes doigts
de formidables réserves de dynamite
et de faits divers.

2

Tu ne représentes pas les 24 heures d'une journée,
les faits divers,
le livre et le journal
que je lis en ce moment.
Tu les complètes et les transcendes.
Tu es absolument révolutionnaire et criminelle,
car sous ton manteau
et sous les oiseaux de ton chapeau
je ne reconnais plus ma rue,
mon ami et mon cheval de selle.
________________

Pablo Picasso
Femme au chapeau à plumes con piume sul cappello (1901)
...

Dentro da perda da memória


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
João Cabral de Melo Neto »»
 
Pedra do sono (1942) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Dentro da perda da memória
Dans sa mémoire perdue


Para José Guimarães de Araújo

Dentro da perda da memória
uma mulher azul estava deitada
que escondia entre os braços
desses pássaros friíssimos
que a lua sopra alta noite
nos ombros nus do retrato.

E do retrato nasciam duas flores
(dois olhos dois seios dois clarinetes)
que em certas horas do dia
cresciam prodigiosamente
para que as bicicletas de meu desespero
corressem sobre seus cabelos.

E nas bicicletas que eram poemas
chegavam meus amigos alucinados.
Sentados em desordem aparente,
ai-los a engolir regularmente seus relógios
enquanto o hierofante armado cavaleiro
movia inutilmente seu único braço.
Per José Guimarães de Araújo

Dans sa mémoire perdue,
une femme bleue était couchée,
et se cachait entre les bras
de ces oiseaux très froids
que la lune dans la nuit souffle
sur les épaules nues d'un portrait.

Et du portrait naquirent deux fleurs
(deux yeux deux seins deux clarinettes)
qui à certaines heures du jour
croissaient prodigieusement
pour que les bicyclettes de mon désespoir
puissent rouler dans leurs cheveux.

Et sur ces bicyclettes qui étaient des poèmes,
arrivèrent mes amis hallucinés. Assis
dans un désordre apparent, les malheureux
engloutissaient régulièrement leurs montres
tandis que l'hiérophante armé chevalier
remuait inutilement son bras unique.
________________

Yves Tanguy
Le ruban de l'excès (1932)
...

À André Masson


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
João Cabral de Melo Neto »»
 
Pedra do sono (1942) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


À André Masson
À André Masson


Com peixes e cavalos sonâmbulos
pintas a obscura metafísica
do limbo.

Cavalos e peixes guerreiros
fauna dentro da terra a nossos pés
crianças mortas que nos seguem
dos sonhos.

Formas primitivas fecham os olhos
escafandros ocultam luzes frias;
invisíveis na superfície pálpebras
não batem.

Friorentos corremos ao sol gelado
de teu país de mina onde guardas
o alimento a química o enxofre
da noite.
Avec poissons et chevaux somnambules
tu peins l'obscure métaphysique
des limbes.

Chevaux et poissons guerriers
faune dans la terre sous nos pieds
enfants morts qui nous poursuivent
dans les rêves.

Formes primitives fermant les yeux
scaphandres occultant de froides lumières ;
invisibles à la surface paupières
ne battant plus.

Frileux nous courons vers le sol gelé
de ton pays de mines où tu gardes
l'aliment la chimie le soufre
de la nuit.
________________

André Masson
Chevaux attaqués par des poissons (1932)
...

Eu sei, as raízes...


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (août 2021) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Eu sei, as raízes...
Je sais, les racines...


“Eu sei
Que as nossas raízes se frequentam”
Guillevic (tradução de Egito Gonçalves)

Eu sei, as raízes,
As nossas linguagens
Estendem-se e entendem-se,
Areais sem passos.

“Je sais
que nos racines se fréquentent”
Eugène Guillevic

Je sais, les racines,
Nos langages
S'étendent et s'entendent,
Sables sans pas.

________________

Sylvie Loeb
Arbre 3 (2010)
...

Poema do livre arbítrio


Nom:
 
Recueil:
 
Autre traduction:
António Gedeão »»
 
Novos Poemas Póstumos (1990) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Poema do livre arbítrio
Poème du libre arbitre


Há uma fatalidade, intrínsica, insofismável,
inerente a todas as coisas e nelas incrustada.
Uma fatalidade que não se pode ludribriar,
nem, peitar, nem desvirtuar,
nem entreter, nem comover,
nem iludir, nem impedir,
uma falalidade fatalmente fatal,
uma fatalidade que só poderia deixar de o ser,
para ser fatalidade de uma outra maneira qualquer,
igualmente fatal.

Eu sei que posso escolher entre o bem e o mal.
Eu sei que posso fatalmente escolher entre o bem e o mal.

E já sei que escolho o bem  entre o mal e o bem.
Já sei que escolho fatalmente o bem.
Porque escolher o bem é escolher fatalmente o bem,
como escolher o mal é escolher fatalmente o mal.
O meu livre arbítrio
conduz-me fatalmente a uma escolha fatal.
Il y a une fatalité, intrinsèque, infalsifiable,
inhérente à toutes les choses et en elles incrustée.
Une fatalité qu'on ne peut mystifier,
ni suborner, ni adultérer,
ni divertir ni émouvoir,
ni éluder ni embarrasser,
une fatalité fatalement fatal,
une fatalité qui ne pouvait que cesser d'être,
pour être fatale de toute autre manière,
tout aussi fatale.

Je sais que je peux choisir entre le bien et le mal.
Je sais que je peux fatalement choisir entre le bien et le mal.

Et je sais déjà que je choisis le bien entre le mal et le bien.
Je sais déjà que je choisis fatalement le bien.
Parce que choisir le bien, c'est choisir fatalement le bien,
comme choisir le mal, c'est fatalement choisir le mal.
mon libre arbitre
me conduit fatalement à un choix fatal.
________________

Annibale Carracci
Le choix d'Hercule (1596)
...