Europa - IV


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Europa (1946) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Europa - IV
Europe - IV


Eu falo das casas e dos homens,
dos vivos e dos mortos:
do que passa e não volta nunca mais...
Não me venham dizer que estava materialmente previsto,
ah, não me venham com teorias!
Eu vejo a desolação e a fome,
as angústias sem nome,
os pavores marcados para sempre nas faces trágicas
das vítimas.
E sei que vejo, sei que imagino apenas uma ínfima,
uma insignificante parcela da tragédia.
Eu, se visse, não acreditava.
Se visse, dava em louco ou profeta,
dava em chefe de bandidos, em salteador de estrada,
– mas não acreditava!
Olho os homens, as casas e os bichos.
Olho num pasmo sem limites,
e fico sem palavras,
na dor de serem homens que fizeram tudo isto:
esta pasta ensanguentada a que reduziram a terra inteira,
esta lama de sangue e alma,
de coisa e ser,
e pergunto numa angústia se ainda haverá alguma esperança,
se o ódio sequer servirá para alguma coisa...

Deixai-me chorar - e chorai!
As lágrimas lavarão ao menos a vergonha de estarmos vivos,
de termos sancionado com o nosso silêncio o crime feito
instituição
e enquanto chorarmos talvez julguemos nosso o drama,
por momentos será nosso um pouco do sofrimento alheio,
por um segundo seremos os mortos e os torturados,
os aleijados para toda a vida, os loucos e os encarcerados,
seremos a terra podre de tanto cadáver,
seremos o sangue das árvores,
o ventre doloroso das casas saqueadas,
– sim, por um momento seremos a dor de tudo isto...

Eu não sei porque me caem as lágrimas,
porque tremo e que arrepio corre dentro de mim,
eu que não tenho parentes nem amigos na guerra,
eu que sou estrangeiro diante de tudo isto,
eu que estou na minha casa sossegada,
eu que não tenho guerra à porta,
– eu porque tremo e soluço?

Quem chora em mim, dizei - quem chora em nós?

Tudo aqui vai como um rio farto de conhecer os seus
meandros:
as ruas são ruas com gente e automóveis,
não há sereias a gritar pavores irreprimíveis,
e a miséria é a mesma miséria que já havia...
E se tudo é igual aos dias antigos,
apesar da Europa à nossa volta, exangue e mártir,
eu pergunto se não estaremos a sonhar que somos gente,
sem irmãos nem consciência, aqui enterrados vivos,
sem nada senão lágrimas que vêm tarde, e uma noite
à volta,
uma noite em que nunca chega o alvor da madrugada...

Je parle des maisons et des hommes,
des vivants et des morts :
ce qui passe et ne revient jamais...
Ne me dites pas que cela était matériellement prévu,
ah, laissez là vos théories!
Je ne vois que désolation et faim,
des angoisses sans nom,
la peur qui s'imprime à jamais sur la face tragique
des victimes.
Et je sais que je vois, je sais que je n'imagine qu'une infime,
une insignifiante parcelle de la tragédie.
Moi, si je la voyais, je n'y croirais pas.
Si je la voyais, je deviendrais fou ou prophète,
je deviendrais chef des brigands, bandit de grand chemin,
– mais je n'y croirais pas !
Je regarde les hommes, les maisons, les animaux.
Je regarde avec un ébahissement sans limite,
et je suis sans voix,
dans la douleur d'être homme, eux qui firent tout cela :
cette pâte ensanglantée à quoi ils ont réduit la terre entière,
cette boue de sang et d'âme,
de choses et d'êtres,
et je me demande avec angoisse s'il existe encore un espoir,
si cette haine servira à quelque chose...

Laissez-moi pleurer – et je pleure !
Au moins les larmes laveront la honte d'être encore vivant,
d'avoir entériné par notre silence le crime qu'ils ont érigé
en institution,
et peut-être par nos pleurs ce drame pourra-t-il devenir nôtre,
pour un instant sera nôtre un peu de la souffrance d'autrui,
pour une seconde nous serons les morts et les torturés,
les estropiés à vie, les fous et les incarcérés,
nous serons la terre pourrie par tant de cadavres,
nous serons le sang des arbres,
le ventre douloureux des maisons saccagées,
– oui, pour un instant nous serons la douleur de tout cela...

Je ne sais pas pourquoi mes larmes tombent,
pourquoi ce tremblement et ces frissons qui m'envahissent,
moi qui n'ai point de parents ni d'amis partis en guerre,
moi qui suis un étranger face à tout cela,
moi qui suis dans ma maison, tranquille
moi qui n'ai pas de guerre à ma porte,
– moi mais pourquoi ces frissons et ces sanglots ?

Qui pleure en moi, dites - qui pleure en nous ?

Tout ici va comme une rivière fatiguée de connaître
ses méandres :
Les rues sont des rues avec des gens et des voitures,
Il n'y a pas de sirènes déversant des peurs irrépressibles,
et la misère est la même misère qu'il y avait déjà...
Et si tout est pareil à l'ancien temps,
en dépit de l'Europe qui nous entoure, exsangue et martyre,
je me demande si nous ne rêvons pas ce que nous sommes,
des gens sans frères ni conscience, ici enterrés vivants,
sans rien sinon des larmes arrivées trop tard, et une nuit
alentour,
une nuit où les lueurs de l'aube n'arriveront jamais...

________________

Otto Dix
Guerre (détail du Tryptique) (1929-1932)
...

Europa - III


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Europa (1946) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Europa - III
Europe - III


Na erma solidão glacial da treva
os que não morreram velam.
 
Em vagas sucessivas de descargas
A morte ceifou os nossos irmãos.
 
O medo ronda,
o ódio espreita.
Todos os homens estão sozinhos.
 
A madrugada ainda virá?
 
Vão caindo um a um na luta sem trincheiras,
 e a noite parece que não terá nunca madrugada,
mas cada gota de sangue é agora semente de revolta,
da revolta que varrerá da face da terra
os sacerdotes sinistros do terror.
A revolta a florir em esperança
dos braços e das bocas que ficaram...
 
A traição ronda,
A morte espreita.
 
Uma comoção de bandeiras ao vento...
Clarins de aurora, ao longe...
 
Os que não morreram velam.

Dans la désolation glaciale des ténèbres
ceux qui ne sont pas morts veillent.

En vagues, par successives décharges
La mort a fauché nos frères.

La peur rôde,
la haine est aux aguets.
Tous les hommes sont isolés.

L'aube viendra-t-elle encore ?

Ils vont tomber un à un dans la lutte sans tranchées,
et la nuit fait penser qu'il n'y aura jamais d'aube,
mais chaque goutte de sang est graine de révolte, maintenant
d'une révolte qui balayera de la surface de la terre
les sinistres prêtres de la terreur.
La révolte a fleuri dans l'espoir
des bras et des bouches de ceux qui sont restés ...

La trahison rôde,
La mort est aux aguets.

Une motion de drapeaux dans le vent ...
Les clairons de l'aurore, au loin...

Ceux qui ne sont pas morts veillent.

________________

Otto Dix
Tranchée (1918)
...

Europa - II


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Europa (1946) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Europa - II
Europe - II


Ó morta civilização!
Teu sangre podre, nunca mais!
Cadáver hirto, ressequido,
á cova, à cova!
 
Teu canto novo, esse sim!
Purificado,
teu nome, Europa,
o mal que foste, redimido,
o bem que deste,
repartido!
 
Aí vai o cadáver enfeitado de discursos,
florindo em chaga, em pus, em nojo..
Cadáver enfeitado de guerras de fronteiras,
ficções para servir o sonho de violência,
máscara de ideal cobrindo velhas raivas...
Vai, cadáver de crimes enfeitado,
que os coveiros, sem descanso,
acham pouca toda a terra,
nenhum sangue já lhes chega!
 
Sobre o cadáver dançam
teus coveiros sua dança.
Corvos de negro augúrio
chupam teu sangue de desgraça.
Haja mais sangue, mais dançam!
E tu levada, tu dançando,
os passos do teu bailado
funerário!
 
Mas do sangue nascerás,
ou nunca mais, Europa do porvir!
 
E a mão que te detenha
à beira do abismo?
Do sangue nascerá!
 
E braços que defendam
teu dia de amanhã?
Do sangue nascerão!
 
O sangue ensinará
— ou nova escravidão
maior há-de enlutar
teus campos semeados
de forcas e tiranos.
 
De sangue banharás
teu corpo atormentado
e, Fénix, viverás!

Ô morte civilisation !
Plus jamais, ton sang pourri !
Cadavre desséché, raidi,
à la fosse, à la fosse !

Ton chant nouveau, ça, oui !
Purifié,
ton nom, Europe,
le mal que tu as fait, rédimé,
le bien que tu as donné,
partagé !

Comme il va le cadavre paré de discours,
fleuri de gangrène, de pus, de dégoût...
Cadavre décoré de guerres frontalières,
de fictions au service du rêve de la violence,
masque idéal recouvrant les vieilles rages...
Va, cadavre paré de crimes,
que les fossoyeurs, sans repos,
fouillent un peu toute la terre,
aucun sang ne les touche dès lors !

Sur le cadavre ils dansent
leur danse tes fossoyeurs.
Corbeaux de noir présage
ils sucent ton sang de malheur.
Plus il y a de sang, plus ils dansent !
Et toi emportée, toi dansant
les pas de ton ballet
funéraire !

Mais du sang tu renaîtras,
ou jamais plus, Europe de l'avenir !

Et la main qui te retiens
au bord de l'abîme ?
Elle renaitra du sang !

Et les bras qui défendent
ta journée de demain ?
Ils renaitront du sang !

Le sang va t'instruire
– ou plus grand
un nouvel esclavage viendra
endeuiller tes champs semés
de gibets et de tyrans.

Tu baigneras de sang
ton corps tourmenté
et, Phoenix, tu vivras !

________________

Anonyme du Bestiaire d'Oxford
Le phoenix qui brûle dans son nid (sec. XIII)
...

Europa - I


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Europa (1946) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Europa - I
Europe - I


Europa, sonho futuro!
Europa, manhã por vir,
fronteiras sem cães de guarda,
nações com seu riso franco
abertas de par em par!
 
Europa sem misérias arrastando seus andrajos,
virás um dia? virá o dia
em que renasças purificada?
Serás um dia o lar comum dos que nasceram
no teu solo devastado?
Saberás renascer, Fénix, das cinzas
em que arda enfim, falsa grandeza,
a glória que teus povos se sonharam
— cada um para si te querendo toda?
 
Europa, sonho futuro,
se algum dia há-se-ser!
Europa que não soubeste
ouvir do fundo dos tempos
a voz na treva clamando
que tua grandeza não era
só do espírito seres pródiga
se do pão eras avara!
Tua grandeza a fizeram
os que nunca perguntaram
a raça por quem serviam.
Tua glória a ganharam
mãos que livres modelaram
teu corpo livre de algemas
num sonho sempre a alcançar!
 
Europa, ó mundo a criar!
 
Europa, ó sonho por vir
enquanto à terra não desçam
as vozes que já moldaram
tua figura ideal,
Europa, sonho incriado,
até ao dia em que desça
teu espírito sobre as águas!
 
Europa sem misérias arrastando seus andrajos,
virás um dia? virá o dia
em que renasças purificada?
Serás um dia o lar comum dos que nasceram
no teu solo devastado?
Saberás renascer, Fénix, das cinzas
do teu corpo dividido?
 
Europa, tu virás só quando entre as nações
o ódio não tiver a última palavra,
ao ódio não guiar a mão avara,
à mão não der alento o cavo som de enterro
dos cofres digerindo o sangue do rebanho
— e do rebanho morto, enfim, à luz do dia,
o homem que sonhaste, Europa, seja vida!

Europe, rêve futur !
Europe, matin à venir,
frontières sans chiens de garde,
nations avec leur rire franc
ouvertes de part en part !

Europe sans misères traînant ses haillons,
viendras-tu un jour ? Viendra-t-il le jour
où tu renaîtra purifiée ?
Seras-tu un jour le foyer commun de ceux qui sont nés
sur ton sol dévasté ?
Phoenix, sauras-tu renaître des cendres
où brûle enfin, fausse grandeur,
la gloire en laquelle tes peuples se rêvaient
- chacun pour soi te voulant toute ?

Europe, rêve futur,
si jamais ce jour advient !
Europe, qui n'as pas su
entendre venu des profondeurs du temps
la voix dans les ténèbres clamer
que ta grandeur n'était pas
que de l'esprit à prodiguer
si tu étais avare de pain !
Ils la firent ta grandeur,
ceux qui n'ont jamais demandé
quelle race ils pouvaient servir.
Ta gloire, ils la gagnèrent
des mains libres qui ont modelé
ton corps délivré d'entraves
dans un rêve toujours à atteindre !

Europe, ô monde à créer !

Europe, ô rêve à venir
tandis que sur terre ne descendent
plus les voix qui déjà ont façonné
ta silhouette idéale,
Europe, rêve incréé,
jusqu'au jour où ton esprit
descend sur les eaux !

Europe sans misères traînant ses haillons,
viendras-tu un jour ? Viendra-t-il le jour
où tu renaîtra purifiée ?
Seras-tu un jour le foyer commun de ceux qui sont nés
sur ton sol dévasté ?
Phoenix, sauras-tu renaître des cendres
de ton corps divisé ?

Europe, tu viendras lorsque parmi les nations
la haine n’aura plus le dernier mot,
qu'elle ne guidera plus la main avare,
que la main n'éveillera plus le son creux de
l'enterrement des coffres digérant le sang du troupeau
– et du troupeau mort, enfin, à la lumière du jour,
l'homme dont tu rêvais, parviendra à la vie, Europe !

________________

L'enlèvement d'Europe
Pompéï, Maison de Jason (20-25 ap. JC.)
...

Vem Vento, Varre!


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Noite aberta aos quatro ventos (1943) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Vem Vento, Varre!
Viens vent, balaie !


Vem vento, varre
sonhos e mortos.
Vem vento, varre
medos e culpas. 
Quer seja dia,
quer faça treva,
varre sem pena,
leva adiante
paz e sossego,
leva contigo
noturnas preces,
presságios fúnebres,
pávidos rostos
só covardia.

Que fique apenas
ereto e duro
o tronco estreme
de raiz funda. 
Leva a doçura,
se for preciso:
ao canto fundo
basta o que basta.
 
Vem vento, varre!

Viens vent balaie
Rêves et morts.
Viens vent, emporte
Peurs et coulpes.
Qu'il s'agisse du jour
Que ce soit les ténèbres,
Chasse-les sans regrets,
Pousse vers l'avant
Quiétude et paix,
Prends avec toi
Nocturnes prières,
Présages funèbres,
Visages apeurés
Par tant de couardise.

Que ne reste
érigé et dur
Que la souche épurée
De la racine profonde.
Enlève la douceur,
Si besoin est :
Pour le chant profond
Suffit le nécessaire.

Viens vent, balaie !

________________

Winslow Homer
Ouragan aux Bahamas (1898)
...

Três Poemas de Londres


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Noite aberta aos quatro ventos (1943) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Três Poemas de Londres
Trois poèmes de Londres


I
Talvez, estrangeiro em qualquer parte,
fosse a minha pátria ser livre
no diverso perder-me em todo o mundo…
 
Talvez esta imagem me persiga
até ao fim, de ser nada em toda a parte,
para ser cada novo instante um estrangeiro
que não entende sequer a língua de si mesmo.
Talvez na vida valha só perdermos
a ganhar outro ser em cada coisa
­- e saber algum dia ser ninguém, pousando
sobre a quimera das horas o sorriso
de quem tanto perdeu que nada é mais…
 
II
Quantas vezes a vida principia?
Tudo é começar, quando se ama!
Amor de quê? Da névoa e do silêncio
subindo entre o passado e o presente?
ou do claro esvoaçar de um riso
que entre as pálpebras da noite se adivinha?
 
III
Dorme na paz provisória
De ser como não haver morte.
 
Não queimes a inocência
de que o dia te vestiu.
Sonha, acordado, sem luto
por tudo ter sempre um fim.
 
Deixa, queimado no porto,
navio do regresso
 
– contigo vai só o vento
que não tem âncora, nem lei.

I
Peut-être, étranger n'importe où,
ma patrie était-elle d'être libre
et dans le divers me perdre à travers le monde...

Peut-être me poursuivra-t-elle,
jusqu'à la fin, cette image, de n'être rien partout,
pour être à chaque instant un étranger
qui ne comprend même plus sa propre langue.
Peut-être vaut-il la peine de perdre dans la vie
pour gagner un autre être en chaque chose
– et de savoir un jour n'être personne, atterrissant
sur la chimère des heures avec le sourire
de ceux qui ont tant perdu que plus rien n'existe...
 
II
Combien de fois la vie commence-t-elle ?
Tout recommence lorsque l'on aime !
L'amour de quoi ? De la brume et du silence
qui remontent entre le passé et le présent ?
ou du clair battement d'un rire
qui, sous les paupières de la nuit, se devine ?
 
III
Dors dans une paix provisoire
de l'être comme si la mort n'existait pas.

Ne brûle pas l'innocence
dont le jour t'a vêtu.
Rêve, éveillé, sans en faire le deuil
parce que tout a toujours une fin.

Laisse, qu'il brûle au port,
le navire du retour

– le vent seul t'accompagne
qui n'a ni ancre, ni loi.

________________

Edward Hopper
Tôt dimanche matin (1930)
...

Terra morta


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Noite aberta aos quatro ventos (1943) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Terra morta
Terre morte


Um canto áspero, sem perfume,
pela noite fora vem,
vozes neutras e sem lume
nem amor têm.

Um canto álgido e soturno
canto de morte
vem como um vento contra as janelas
vento de noite de tempestade
contra as janelas da nossa vida.

Como asas longas de morcegos
lá fora a noite perpassa
grandes mãos frias sobre as coisas...

Un chant âpre et sans parfum,
vient du dehors, vient de la nuit
voix neutres et sans éclat
qui sont sans plus d'amour.

Un chant algide, lugubre
chant de mort qui revient
comme un vent contre les fenêtres
vent de nuit d'orage
contre les fenêtres de notre vie.

Comme de longues ailes de chauve-souris
là dehors la nuit effleure
les choses de ses grandes mains froides...

________________

Knud Andreassen Baade
Nuit sur le fjord (1855)
...

Fresco egípcio


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Poèmes inédits »»
nunorochamorais.blogspot.com (mars 2021) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Fresco egípcio
Fresque égyptienne


Tilintam argolas, cintos.
Muito antes dos respectivos nomes,
O teu corpo inventou todas as danças
Movimento perpétuo, inconsútil
Tilintam argolas, cintos,
Ao ritmo da tua nudez;
Em breve, o Nilo te há-de responder
Águas e limos. Dança,
A tua alma é gato e crocodilo,
À tua respiração acorrem os mortos,
Agora, a morte pesa uma pluma.
Enquanto danças, também tu
És a esfinge e nada realmente finda.
[A tua respiração decidirá o tempo,
Os teus braços, o espaço de céu,
A terra seguirá os teus saltos,
O mundo, as tuas voltas e rodopios.]

Tintinnabulent boucles et ceintures.
Bien avant leurs noms respectifs,
Ton corps a inventé toutes les danses
Mouvement perpétuel, d'une seule pièce
Ceintures, boucles tintinnabulent
Au rythme de ta nudité ;
Bientôt le Nil va devoir te répondre
Eau et limon. Danse,
Ton âme est chat et crocodile,
Vers ta respiration, les morts accourent
La mort pèse alors comme une plume.
Aussi, pendant que tu danses, tu
Es la sphinge et rien vraiment ne se termine.
[Ta respiration décidera du temps,
Tes bras, de l'espace du ciel,
La terre suivra tes arabesques,
Le monde, tes tournoiements et voltes].

________________

Peintre de la tombe de Nakht
Danseuses et musiciennes
Nécropole de Thèbes (env 1350 av JC)
...

Ode ao Tejo e à memória de Álvaro de Campos


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Noite aberta aos quatro ventos (1943) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Ode ao Tejo e à memória de Álvaro de Campos
Ode au Tage et à la mémoire de Álvaro de Campos


E aqui estou eu,
ausente diante desta mesa -
e ali fora o Tejo.
Entrei sem lhe dar um só olhar.
Passei, e não me lembrei de voltar a cabeça,
e saudá-lo deste canto da praça:
"Olá, Tejo! Aqui estou eu outra vez!"
 
Não, não olhei.
Só depois que a sombra de Álvaro de Campos se sentou
a meu lado
me lembrei que estavas aí, Tejo.
Passei e não te vi.
Passei e vim fechar-me dentro das quatro paredes, Tejo!
 
Não veio nenhum criado dizer-me se era esta a mesa
em que Fernando Pessoa se sentava,
contigo e os outros invisíveis à sua volta,
inventando vidas que não queria ter.
Eles ignoram-no como eu te ignorei agora, Tejo.
Tudo são desconhecidos, tudo é ausência no mundo,
tudo indiferença e falta de resposta.
Arrastas a tua massa enorme como um cortejo de glória,
e mesmo eu que sou poeta passo a teu lado de olhos
fechados,
Tejo que não és da minha infância,
mas que estás dentro de mim como uma presença
indispensável,
majestade sem par nos monumentos dos homens,
imagem muito minha do eterno,
porque és real e tens forma, vida, ímpeto,
porque tens vida, sobretudo,
meu Tejo sem corvetas nem memórias do passado...
Eu que me esqueci de te olhar!
 
O meu mal é não ser dos que trazem beleza metida
na algibeira
e não precisam de olhar as coisas para as terem.
Quando não está diante dos meus olhos, está sempre
longe.
Não te reduzi a uma idéia para trazer dentro da cabeça,
e quando estás ausente, estás mesmo ausente dentro
de mim.
Não tenho nada, porque só amo o que é vivo,
mas a minha pobreza é um grande abraço em que tudo
é sempre virgem,
porque quando o tenho, é concreto nos braços fechados
sobre a posse.

Não tenho lugar para nenhum cemitério dentro de mim...
E por isso é que fiquei a pensar como era grave ter
passado sem te olhar, ó Tejo.
Mau sinal, mau sinal, Tejo
Má hora, Tejo, aquela em que passei sem olhar para onde
estavas.
Preciso dum grande dia a sós comigo, Tejo,
levado nos teus braços,
debruçado sobre a cor profunda das tuas águas,
embriagado do teu vento que varre como um hino
de vitória
as doenças da cidade triste e dos homens acabrunhados...
Preciso dum grande dia a sós contigo, Tejo,
para me lavar do que deve andar de impuro dentro de mim,
para os meus olhos beberem a tua força de fluxo
indomável,
para me lavar do contágio que deve andar a envenenar-me
dos homens que não sabem olhar para ti e sorrir à vida,
para que nunca mais, Tejo, os meus olhos possam
voltar-se para outro lado
quando tiverem diante de si a tua grandeza, Tejo,
mais bela que qualquer sonho,
porque é real, concreta, e única!

Et me voici, moi
absent devant cette table -
et là-bas au loin le Tage.
Je suis entré sans lui jeter un seul regard.
Je suis passé et je ne me souviens pas d'avoir tourner la tête,
et je le salue de cet endroit de la place:
« Salut, Tage ! Me voici de nouveau ! »

Non, je n'ai pas regardé.
Ce n'est que lorsque l'ombre d'Álvaro de Campos s'est assise
à mes côtés
Que je me suis souvenu de ta présence, Tage.
Je suis passé et je ne t'ai pas vu.
Je suis passé pour m'enfermer entre ces quatre murs, Tage !

Aucun serveur n'est venu me dire si cette table était celle où
Fernando Pessoa s'asseyait.
avec toi et entouré par les autres invisibles,
inventant des vies qu'il ne voulait pas avoir.
Ils t'ignoraient comme je te ignore maintenant, Tage.
Tous sont inconnus, tout est absence au monde,
tout, indifférence et absence de réponse.
Tu traînes ta masse énorme comme un cortège de gloire,
et moi-même qui suis poète, je passe à tes côtés les yeux
fermés,
Tage, toi qui n'es pas de mon enfance,
mais qui est au-dedans en moi comme une présence
indispensable,
majesté sans pareille parmi les monuments des hommes,
image de l'éternité, bien trop mienne,
car tu es réel et tu imposes ta vie, ta fougue,
car tu es vivant, avant tout,
mon Tage sans corvettes ni souvenirs du passé ...
J'ai oublié de te regarder!

Mon mal est de n'être pas de ceux qui emmènent la beauté
fourré dans leur poche
et qui n’ont pas besoin de regarder les choses pour les avoir.
Quand elles ne sont pas devant mes yeux, elles sont
toujours loin.
Je ne t'ai pas réduit à une idée à se mettre dans la tête,
et lorsque tu es absent, alors tu es aussi absent au-dedans
de moi.
Je ne possède rien, car je n'aime que ce qui est vivant,
mais ma pauvreté est une grande étreinte en laquelle tout est
toujours vierge,
car lorsque je l'ai, il est concret entre mes bras fermés sur leur
possession.

Il n'y a de lieu pour aucun cimetière en moi...
Et c'est pourquoi je me suis mis à penser qu'il était grave
d'être passé sans te regarder, ô Tage.
Mauvais signe, mauvais signe, Tage
Mauvaise heure, Tage, quand je passais sans regarder
l'endroit où tu étais.
J'ai besoin d'une belle journée seul avec toi, Tage,
entre tes bras, porté,
penché sur la couleur profonde de tes eaux,
enivré par le souffle du vent qui balaie comme un hymne
de victoire.
tous les maux de la ville triste et des hommes accablés...
J'ai besoin d'une belle journée seule avec toi, Tage,
pour me laver de ce qui devait être impur en moi,
pour que mes yeux puissent boire la force de tes flots indomptables,
pour me laver de la contagion qui devait m'empoisonner
des hommes qui ne savent pas te regarder et sourire à la vie,
pour que jamais plus, Tage, mes yeux ne viennent à se
tourner d'un autre côté
lorsque tu nous montres ta grandeur, Tage,
plus beau que tous les rêves,
parce qu'il est réel, concret, unique !

________________

Almada Negreiros
Portrait de Fernando Pessoa (1964)
...

A palavra impossível


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Noite aberta aos quatro ventos (1943) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


A palavra impossível
La parole impossible


Deram-me o silêncio para eu guardar dentro de mim
A vida que não se troca por palavras.
Deram-mo para eu guardar dentro de mim
As vozes que só em mim são verdadeiras.
Deram-mo para eu guardar dentro de mim
A impossível palavra da verdade.

Deram-me o silêncio como uma palavra impossível,
Nua e clara como o fulgor duma lâmina invencível,
Para eu guardar dentro de mim,
Para eu ignorar dentro de mim
A única palavra sem disfarce -
A Palavra que nunca se profere.

Ils m'ont donné le silence pour que je garde en moi
La vie qui ne s'échange pas par des paroles.
Ils me l'ont donné pour que je garde les voix
qui, en moi seulement sont véritables.
Ils me l'ont donné pour que je garde en moi
l'impossible parole de vérité.

Ils m'ont donné le silence comme une parole impossible,
nue et claire comme la fulgurance d'une lame invincible,
Pour que je garde en moi,
Pour que j'ignore en moi
L'unique parole sans déguisement –
La Parole qui jamais ne se profère.

________________

Jean Dampt et Alexandre Bigot
Le silence (1897)
...

Canção doente


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Canto da Nossa Agonia (1942) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Canção doente
Chanson dolente


Os dedos
quase por hábito,
estendem-se para o papel,
num desejo
de confessar sei lá o quê!
Debalde,
lá fora a chuva
matou dentro qualquer gesto,
e por detrás da vidraça
sobre as folhas em vão brancas,
divago, sem me sentir,
a perseguir asas loucas...
Chuva de outono... que acordaste
dentro de mim e tão triste
que nem sequer sei o que seja?

Les doigts
s'étendent sur le papier,
quasiment par habitude,
avec le désir
de confesser je ne sais quoi !
Vainement,
la pluie là dehors
assomme les gestes, au-dedans
et à travers la vitre
en vain, blanchissent les feuilles.
Je déraisonne, sans rien sentir,
à la poursuite des ailes folles...
Pluie d'automne... toi qui t'éveilles
au fond de moi si tristement
et sans que je sache pourquoi ?

________________

Günther Uecker
Pluie (1972)
...

Paz aos mortos


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Sempre e Sem Fim (1937) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Paz aos mortos
Paix aux morts


Detestei sempre os arquitectos de infinito:
como é feio fugir quando nos espera a vida!
Nunca tive saudades do futuro
e o passado... o passado vivi-o, que fazer?!
- e não gosto que me ordenem venerá-los
se eu todo não basto a encher este presente.

Não tenho remorsos do passado. O que vivi, vivi.
Tenho, talvez, desprezo
por esta débil haste que raramente soube
merecer os dons da vida,
e se ficava hesitante
na hora de passar da imaginação à vida.

As pazadas de terra cobrindo o que já fui
sabem mal, às vezes; noutros dias
deliro quando lanço à vala um desses seres tristonhos
que outrora fui, sem querer.

J'ai toujours détesté les architectes de l'infini :
quelle laideur la fuite quand la vie nous attend !
Je n'ai jamais eu la nostalgie du futur
et quant au passé... le passé je l'ai vécu, qu'y faire ?!
– et je n'aime pas qu'on m'ordonne de les vénérer
si tout en moi ne suffit pas à remplir ce présent.

Je n'ai pas les remords du passé. Le vécu est vécu.
J'ai peut-être méprisé
ce débile arbrisseau qui a su rarement
mériter les cadeaux de la vie,
et qui restait, hésitant
à l'heure de passer de l'imagination à la vie.

Les pelletés de terre recouvrant ce que je fus
ont parfois mauvais goût ; à d'autres moments
j'ai déliré en jetant à la fosse, l'un de ces tristes êtres
qu'autrefois je fus, sans le vouloir.

________________

Antonio Zucchiatti
À la recherche du bonheur̀ (2011)
...

Desfloramento


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Sempre e Sem Fim (1937) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Desfloramento
Défloration


A Manuela Porto

Venho das noites escuras
e aprendi a ver nas trevas
e a ler nas trevas.
Venho das noites escuras
e sei o grande soluço das sombras
e os cânticos impotentes dos peregrinos.
Venho das noites escuras
daí o meu amor imenso pela luz!
Quanto mais treva era a treva
melhor eu aprendia a amar a luz do sol
e dos meus olhos sempre mais e mais abertos
a luz interior irradiando aniquilava as sombras...

E sendo sempre noite já a pouco e pouco era mais manhã.
E cada vez mais enorme e definitiva a manhã subia
apesar da treva apesar do silêncio apesar de tudo!
O negrume da noite era uma incandescência prenhe.

A flor romântica das trevas desfolhou-se-me nos dedos.
E então nasci.
E então vi que estava nu
e alegrei-me por estar nu
enfim!
Sorvi os frutos da terra
e já não me souberam a papel impresso!
Sacudi a poeira do que me tinham ensinado
e comecei então a saber.

Sob as palavras surgiu enfim a voz
e a canção ardente da vida já não encontrou algodão
nos meus ouvidos.

ah! só quem vem das trevas e das noites escuras
pode amar assim o imenso mundo do sol!

A Manuela Porto

Je viens des nuits obscures
et j'ai appris à voir dans les ténèbres
et à lire dans les ténèbres.
Je viens des nuits obscures
et je connais le grand hoquet des ombres
et les cantiques impuissants des pèlerins.
Je viens des nuits obscures
de là vient mon amour immense pour la lumière !
Plus l'obscurité était obscure
mieux j'apprenais à aimer la lumière du soleil
et de mes yeux toujours plus ouverts
rayonnante la lumière intérieure annihilait les ombres...

C'était toujours la nuit, et peu à peu, c'était déjà le matin.
Et chaque fois plus énorme et définitive l'aube grandissait
malgré l'obscurité malgré le silence en dépit de tout !
Et de cette incandescence la noirceur de la nuit était grosse.

La fleur romantique des ténèbres s'est défoliée entre mes doigts.
Et soudain je suis né.
Et puis j'ai vu que j'étais nu
et je me suis réjoui d'être enfin
nu !
J'ai absorbé les fruits de la terre
qui ne me donnaient plus que le saveur du papier imprimé !
J'ai secoué la poussière de ce qu'ils m'avaient enseigné
et j'ai commencé à savoir.

Sous les mots surgissait enfin la voix
et l'ardente chanson de la vie ne rencontrait plus de coton
dans mes oreilles.

ah ! seuls ceux qui viennent des ténèbres et des nuits obscures
peuvent aimer ainsi le monde immense du soleil !

________________

Anselm Kiefer
Cap Nord (1975)
...

Anel quebrado


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Adolfo Casais Monteiro »»
 
Sempre e Sem Fim (1937) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Anel quebrado
Anneau brisé


A Manuela Porto

A vida não tem portas nem janelas…
por isso vos enganais no jogo vão
de lhe querer dar limites.

Ouve, ouve em ti o grande apelo
da tua própria vida que resiste
ao voto de a fechares num já previsto
anel de ininterruptos regressos.

Aniquila a vão perserverança
na resignação.
Cala essa voz cobarde que te pede
só descanso.

Vai por aí fora, e deixa vir
sobre ti o vendaval do inesperado!
Deixa gritar as vozes da quimera,
deixa clamar o apelo da loucura!

E vai! Vai até onde
a tua força vá. Segue-te, 
não sigas as insinuações da cobardia.

És sangue e nervos e vontade e audácia!
Cumpre-te.
Vai como as nuvens ou a vaga,
com a seta ou o rio ou a chama…
Mais vai contigo!

à Manuela Porto

La vie n'a pas de portes, ni de fenêtres...
Aussi vous êtes abusés par le jeu vain
qui voudrait lui donner des limites.

Écoute, écoute en toi le grand appel
de ta propre vie qui résiste
à la volonté de l'enfermer dans le déjà prévu
l'anneau des retours ininterrompus.

Annihile la vaine persévérance
d'une résignation.
Fais taire la couardise de cette voix
qui demande une pause.

Va-t-en là-bas et laisse venir
sur toi le coup de vent de l'inattendu !
Laisse crier les voix de la chimère,
laisse clamer l'appel de la folie !

Et va ! Va jusqu'où
ta force va. Sois ton guide,
ne suis pas les insinuations de ta lâcheté.

Tu es sang et nerfs et volonté et audace !
Accomplis-toi.
Va comme les nuages et la vague,
avec l'aiguillon ou le fleuve ou la flamme...
Mais va avec toi !

________________

Dante Gabriel Rossetti
Jeanne d'Arc (1882)
...