Tu estás aqui


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ruy Belo »»
 
Toda a terra (1976) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Tu estás aqui
Toi qui es là


Estás aqui comigo à sombra do sol
escrevo e oiço certos ruídos domésticos
e a luz chega-me humildemente pela janela
e dói-me um braço e sei que sou o pior aspecto
 do que sou
Estás aqui comigo e sou sumamente quotidiano
e tudo o que faço ou sinto como que me veste de
 de um pijama
que uso para ser também isto este bicho
de hábitos manias segredos defeitos quase todos
 desfeitos
quando depois lá fora na vida profissional ou social
 só sou um nome e sabem o que sei
que faço ou então sou eu que julgo que o sabem
e sou amável selecciono cuidadosamente os gestos
 e escolho as palavras
e sei que afinal posso ser isso talvez porque aqui
 sentado dentro de casa sou outra coisa
esta coisa que escreve e tem uma nódoa na camisa e
 só tem de exterior
a manifestação desta dor neste braço que afecta tudo
 o que faço
bem entendido o que faço com este braço
Estás aqui comigo e à volta são as paredes
e posso passar de sala para sala a pensar noutra
 coisa
e dizer aqui é a sala de estar aqui é o quarto aqui é a
 casa de banho
e no fundo escolher cada uma das divisões segundo
 o que tenho a fazer
Estás aqui comigo e sei que só sou este corpo
 castigado
passado nas pernas de sala em sala. Sou só estas
 salas estas paredes
esta profunda vergonha de o ser e não ser apenas
 a outra coisa
essa coisa que sou na estrada onde não estou à
 sombra do sol
Estás aqui e sinto-me absolutamente indefeso
diante dos dias. Que ninguém conheça este meu
 nome
este meu verdadeiro nome depois talvez encoberto
 noutro
nome embora no mesmo nome este nome
de terra de dor de paredes este nome doméstico
Afinal fui isto nada mais do que isto
as outras coisas que fiz fi-Ias para não ser isto ou
 dissimular isto
a que somente não chamo merda porque ao nascer
 me deram outro nome que não merda
e em princípio o nome de cada coisa serve para distinguir
 uma coisa das outras coisas
Estás aqui comigo e tenho pena acredita de ser só isto
pena até mesmo de dizer que sou só isto como se fosse
 também outra coisa
uma coisa para além disto que não isto
Estás aqui comigo deixa-te estar aqui comigo
é das tuas mãos que saem alguns destes ruídos
 domésticos
mas até nos teus gestos domésticos tu és mais que
 os teus gestos domésticos
tu és em cada gesto todos os teus gestos
e neste momento eu sei eu sinto ao certo o que significam
 certas palavras como a palavra paz
Deixa-te estar aqui perdoa que o tempo te fique na face
 na forma de rugas
perdoa pagares tão alto preço por estar aqui
perdoa eu revelar que há muito pagas tão alto preço
 por estar aqui
prossegue nos gestos não pares procura permanecer
 sempre presente
deixa docemente desvanecerem-se um por um os dias
e eu saber que aqui estás de maneira a poder dizer
sou isto é certo mas sei que tu estás aqui
Tu es là avec moi à l'ombre du soleil
J'écris et j'entends certains bruits domestiques
et la lumière tombe sur moi par la fenêtre humblement
j'ai mal au bras et ne sais montrer que le pire aspect
 de moi-même
Tu es là avec moi et je suis suprêmement quotidien
et tout ce que je fais ou sens est pareil au pyjama dont
 je me vêts
que je porte aussi peut-être afin d'être cet animal
de coutumes de manies secrètes de défauts pour la
 plupart défaits
lorsque ensuite là dehors dans la vie professionnelle ou
 sociale je ne suis plus qu'un nom et qu'ils savent
ce que je sais ce que je fais ou alors je crois qu'ils le savent
et je suis aimable je sélectionne avec soin mes gestes
 et choisis mes mots
et je sais que finalement je peux l'être aussi peut-être car
 assis là chez moi à la maison je suis tout autre chose
cette chose qui écrit et a une tache sur sa chemise et n'a
 de l'extérieur
que la manifestation de cette douleur dans le bras qui
 affecte tout ce que je fais
ce que je fais avec ce bras bien entendu
Et tu es là avec moi et autour ce sont des murs
et je peux passer d'une pièce à l'autre en pensant à autre
 chose
et dire voici le salon voici la chambre voici la salle
 de bain
et en réalité choisir l'une des salles en fonction de ce que
 j'ai à faire
Tu es là avec moi et je sais que je ne suis que ce corps
 condamné
à passer de pièce en pièce sur ses jambes. Je ne suis que
 ces pièces ces murs
cette honte profonde de l'être et non d'être seulement
 autre chose
cette chose que je suis sur la route où je ne suis pas à
 l'ombre du soleil
Tu es là et je me sens absolument sans défense
face aux jours. Que personne ne sache ce nom qui est
 le mien
ce nom véritable recouvert alors peut-être par un
 autre
nom bien que ce nom soit le même nom
de terre de douleur de murs ce nom domestique
Après tout, ce n'était rien de plus que cela
les autres choses que j'ai faites pour ne pas être ceci
 ou cacher cela
et que je n'appelle pas merde car à la naissance ils m'ont
 donné un autre nom qui n'est pas de la merde
et en principe le nom de chaque chose sert à distinguer
 une chose des autres choses
Tu es là avec moi et j'ai peine à croire que ce n'est que cela
et même désolé de dire que je ne suis que cela comme
 si c'était aussi autre chose
quelque chose au-delà de cela qui n'est pas cela
Tu es là avec moi laisse-toi être là avec moi
c'est de tes mains que sortent certains de ces bruits
 domestiques
mais même dans tes gestes domestiques, tu es plus
 que tes gestes domestiques
tu es dans chaque geste dans tous tes gestes
et en ce moment je sais je sens avec certitude ce que
 certains mots signifient comme le mot paix
Laisse-toi être là et pardonne au temps qui demeure sur
 ton visage sous la forme de rides
pardonne si tu as payé ici ta présence un prix aussi élevé
pardonne s'il s'avère qu'il y a beaucoup à payer à prix
 cher pour être ici
continue avec tes gestes n'arrête pas essaie d'être
 toujours présente
laisse doucement s'estomper un par un les jours
et je saurais que tu es là de manière à pouvoir dire
Je suis cela c'est certain mais je sais aussi que tu es là
________________

Seb Toussaint - et les habitants de Mariscal Sucre ont choisi le mot “Paz” - Bogota, Colombie 2016
...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire