Quinta elegia urbana


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Gilberto Nable »»
 
Percurso da Ausência (2006) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Quinta elegia urbana
Cinquième élégie urbaine


O ascensorista

Singular prisioneiro,
do móvel cubículo,
dos mágicos botões,
do térreo ao terraço,
em números e tédio,
mais esmorece
entre a comprimida,
neurótica fauna
dos edifícios.

***
O elevador

A paisagem do elevador é pobre:
mudos ângulos,
duras superfícies.
No poço escuro,
com alguns rangidos,
a pesada aranha
tece fios de aço.

***
A fauna

Cabisbaixas,
as pessoas procuram
os sapatos,
olham para os pés
suspensos no abismo.
Suspensos no vazio
onde alma e medo
se equilibram.

Le liftier

Singulier captif
d'une cabine mobile,
boutons magiques,
de l'entre-sol aux combles,
spleenique entre les numéros.
mais s'estompant
dans la faune comprimé,
névrotique
des grands immeubles.

***
L'ascenseur

Le paysage ascensionnel est pauvre :
angles muets,
rudes surfaces.
la fosse d'ombre,
est envahie de grincements,
Lourde l'araignée
qui tisse l'acier de ses fils.

***
La faune

En cabine, abattus,
les gens observent leurs
chaussures,
ils regardent leurs pieds,
suspendus dans l'abîme.
Suspendus dans le vide
où l'âme et la peur
s'équilibrent.

________________

Titina Maselli
Nuit à New York (1962-1963)
...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire