Na cadeira do dentista


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Últimos Poemas (2009) »»
 
Italien »»
«« 81 / Sommaire (83) / 103 »»
________________


Na cadeira do dentista
Sur la chaise du dentiste


O verdadeiro espírito santo
É a anestesia, que nem sempre chega,
E, então, em cada coroa, em cada alvéolo,
É um sol de inverno que se espeta,
Uma vingança à espreita
Contra tanta culpa bacteriana.
Às vezes, os sentidos desintegram
A própria percepção – tudo zune –
Tocada num acume de dor, e os olhos
Já não são capazes, por um instante,
De recompor os fragmentos
A que teremos chamado realidade.
O cubismo foi sem dúvida inventado
Numa cadeira de dentista.
Ao cabo, é-nos estranha a orografia
Da nossa própria boca,
Como se houvera sido expulsa,
E a cavidade fosse agora ocupada
Por uma outra boca, anfractuosa,
Simultaneamente hóspede
E inóspita hospedeira
Que veda o próprio gosto.

L'esprit saint véritable est l'anesthésie,
Qui n'arrive pas toujours, et qui est alors,
Dans chaque couronne, dans chaque alvéole,
Un soleil d'hiver qui se fracasse,
Une vengeance à l'affut derrière
Beaucoup de culpabilité bactérienne.
Parfois, les sens désintègrent
La perception elle-même – tout vrombit –
Touche avec une pointe de douleur et les yeux
Ne sont plus capables, pour un instant,
De recomposer les fragments
De ce que nous appelons la réalité.
Le cubisme fut sans doute inventé
Sur une chaise de dentiste.
Finalement, elle nous est étrangère,
L’orographie de notre propre bouche,
Comme si elle avait été expulsée,
Et la cavité maintenant est occupée
Par une autre bouche, anfractueuse,
Simultanément hôte
Et hôtesse inhospitalière
Qui proscrit son propre goût.

________________

Pablo Picasso
Portrait de Ambroise Vollard (1909-1910)
...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire