Perdoa-nos, Alexandre...


Nom :
 
Recueil :
Source :
 
Autre traduction :
Nuno Rocha Morais »»
 
Galeria (2016) »»
http://nunorochamorais.blogspot.com (Novembre 2019) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Perdoa-nos, Alexandre...
Pardonne-nous, Alexandre...


 A Alexandre O’Neill

Perdoa-nos, Alexandre, a nós,
Poetazinhos por metáfora,
Rói-unhas, sempre agarrados à vida
A ver se a esticamos um bocadinho mais;
Que fazemos da poesia destilaria,
Não para a dar a todos,
Mas para nos emborracharmos de solidão,
Construirmos o nosso quadradinho iluminado,
Para que os nocturnos nos invejem
E leiam os nossos versinhos e nos agradeçam em bronze –
O da memória só não chega.

Perdoa-nos, Alexandre,
Que não soubemos ser teus herdeiros,
A rir, quando, na verdade, choramos,
A olhar para o espelho e a colar o reflexo em quem somos
E não fazer operações plásticas no pensar e sentir.

Perdoa-nos, Alexandre, a nós,
Poetazecos do beco seco,
Que não sabemos que há dois lados numa linha:
O de cá, que é onde apodrecemos,
A linha que proíbe que passemos
E o lado de lá que nos obriga a passar,
Onde o reino não é de rei nenhum.
Perdoa-nos, Alexandre, a nós
Que não sabemos
Não ousamos chegar ao outro lado,
Chegar ao teu lado,
Real O´Neill,
Onírico O´Neill
Completo O´Neill
Poeta O`Neill
E, ah, português O´Neill
(Ironia até ao fim!)
 À Alexandre O'Neill

Pardonne-nous, Alexandre, à nous,
Poétereaux par métaphore,
Rognes-d'ongles, toujours accrochés à la vie
À essayer d'obtenir une bouchée de plus ;
Nous qui faisons une poésie de distillerie,
Non pour la donner à tous,
Mais pour nous bourrer la gueule de solitude,
Nous construisons notre chambrette illuminée,
Pour que les noctambules nous envient
Et lisent notre rimaille et nous remercient de bronze –
La merci de mémoire ne suffit pas.

Pardonne-nous, Alexandre,
Si nous ne savons pas être tes héritiers,
À rire alors qu'en vérité, nous pleurons,
À regarder dans le miroir et à adhérer au reflet de nous-mêmes
Et ne pas faire d'opérations plastiques sur le penser et le sentir.

Pardonne-nous, Alexandre, à nous,
Poétaillons de basse-cour,
Qui ne savons pas qu'il y a deux côtés à une ligne :
Celui d'ici, où nous pourrissons,
La ligne qui nous interdit de passer
Et ce côté-là qui nous oblige à passer,
Où le royaume n'est d'aucun roi.
Pardonne-nous, Alexandre, à nous
Qui ne savons pas
Qui n'osons pas atteindre à l'autre côté,
Arriver à tes côtés,
Royal O'Neill,
Onirique O'Neill
Parfait O'Neill
Poète O'Neill
Ah, et portugais O'Neill
(Ironique jusqu'à la fin !)
________________

Statue d'Alexandre O'Neill
Parc des Poètes - Oeiras (Portugal)
...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire