Crepúsculo dos Deuses


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
Geografia (1967) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Crepúsculo dos Deuses
Le crépuscule des dieux


Um sorriso de espanto brotou nas ilhas do Egeu
E Homero fez florir o roxo sobre o mar
O Kouros avançou um passo exactamente
A palidez de Atena cintilou no dia

Então a claridade dos deuses venceu os monstros
[nos frontões de todos os templos
E para o fundo do seu império recuaram os Persas

Celebrámos a vitória: a treva
Foi exposta e sacrificada em grandes pátios brancos
O grito rouco do coro purificou a cidade

Como golfinhos a alegria rápida
Rodeava os navios
O nosso corpo estava nu porque encontrara
Sua medida exacta
Inventámos: as colunas de Sunion imanentes à luz.
O mundo era mais nosso cada dia

Mas eis que se apagaram
Os antigos deuses sol interior das coisas
Eis que se abriu o vazio que nos separa das coisas
Somos alucinados pela ausência bebidos pela ausência
E aos mensageiros de Juliano a Sibila respondeu:

«Ide dizer ao rei que o belo palácio jaz por terra quebrado
Febo já não tem cabana nem loureiro profético
[Nem fonte melodiosa.
A água que fala calou-se»

Un sourire de stupéfaction émerge des îles Égéennes
Et Homère fait fleurir le pourpre sur la vague
Le Kouros avance exactement d’un pas
La pâleur d’Athéna scintille au jour

La clarté des dieux triomphe alors des monstres
[aux frontons de tous les temples
Et jusqu’au fond de leur empire les Perses ont reflué

Nous célébrons la victoire : l’obscur
Fut exposé et fut sacrifié en de grands préaux blancs
Le cri rauque du chœur purifia la cité

Comme la joie vive des dauphins
Entourant les navires
Notre corps était nu parce qu’il cherchait
La juste mesure
Inventons les colonnes de Sunium immanentes à la lumière
Le monde était nôtre un peu plus chaque jour

Mais voici que disparaissent
Les dieux antiques au soleil intérieur des choses
Voici que s’ouvrent le vide qui nous sépare des choses
Nous sommes hallucinés par l’absence enivrés par l’absence
Et aux messagers de Julien, la Sybille a répondu :

« Allez dire au roi que son beau palais gît à terre, il est détruit
Phoebus déjà n’a plus ni cabane ni laurier prophétique
[ni source mélodieuse
L’eau qui parle se tait »

________________

Michelangelo Buonarroti
La Sybille de Cumes (Chapelle Sixtine)
(1508-1512)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire