Ítaca


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
Geografia (1967) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Ítaca
Ithaque


Quando as luzes da noite se reflectirem imóveis
[nas águas verdes de Brindisi
Deixarás o cais confuso onde se agitam palavras
[passos remos e guindastes
A alegria estará em ti acesa como um fruto
Irás à proa entre os negrumes da noite
Sem nenhum vento sem nenhuma brisa só um sussurrar
[de búzio no silêncio

Mas pelo súbito balanço pressentirás os cabos
Quando o barco rolar na escuridão fechada
Estarás perdida no interior da noite no respirar do mar
Porque esta é a vigília de um segundo nascimento

O sol rente ao mar te acordará no intenso azul
Subirás devagar como os ressuscitados
Terás recuperado o teu selo a tua sabedoria inicial
Emergirás confirmada e reunida
Espantada e jovem como as estátuas arcaicas
Com os gestos enrolados ainda nas dobras do teu manto

Lorsque les lumières de la nuit se refléteront immobiles
[dans les eaux vertes de Brindisi
Tu délaisseras le quai où les mots s’agitent confus
[à la cadence des rames et des grues
L’allégresse vivra en toi comme un fruit clair
Tu te rendras à la proue entre les noirceurs de la nuit
Sans le moindre vent la moindre brise avec dans le silence
[le seul murmure d’un coquillage

Mais par leur soudain balancement tu pressentiras les câbles
Du navire qui roule dans l’obscurité fermée
Et tu te perdras dans la nuit avec la respiration de la mer
N’es-tu pas le veilleur d’une seconde naissance

Le soleil auprès de la mer te réveillera dans l’azur intense
Tu te relèveras lentement comme les ressuscités
Ayant retrouvé la griffe de ton Savoir initial
Tu émergeras confirmée réunie
Révoltée et jeune comme une statue antique
Avec des gestes enroulés encore dans les plis de ton manteau

________________

Silvana Marra
Marée (2013)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire