Nocturno da Graça


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Sophia de Mello Breyner Andresen »»
 
Mar Novo (1958) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Nocturno da Graça
Nocturne à Graça


Há um rumor de bosque no pequeno jardim
Um rumor de bosque no canto dos cedros
Sob o íman azul da lua cheia
O rio cheio de escamas brilha.
Negra cheia de luzes brilha a cidade alheia.

Brilha a cidade dos anúncios luminosos
Com espiritismo bares cinemas
Com torvas janelas e seus torvos gozos
Brilha a cidade alheia.

Com seus bairros de becos e de escadas
De candeeiros tristes e nostálgicas
Mulheres lavando a loiça em frente das janelas
Ruas densas de gritos abafados
Castanholas de passos pelas esquinas
Viragens chiadas dos carros
Vultos atrás das cortinas
Cíclopes alucinados.

De igreja em igreja batem a hora os sinos
E uma paz de convento ali perdura
Como se a antiga cidade se erguesse das ruínas
Com sua noite trémula de velas
Cheia de aventurança e de sossego.

Mas a cidade alheia brilha
Numa noite insone
De luzes fluorescentes
Numa noite cega surda presa
Onde soluça uma queixa cortada.

Sozinha estou contra a cidade alheia.
Comigo
Sobre o cais sobre o bordel e sobre a rua
Límpido e aceso
O silêncio dos astros continua.

Il y a une rumeur de fourré dans le petit jardin
Une rumeur de fourré à l’endroit des cèdres
Sous l’aimant bleu de la pleine lune
Le fleuve est plein d’écailles qui brillent
Noire emplie de clartés brille la ville au loin

Brille la ville des panonceaux lumineux
Spiritisme bars cinémas
Des fenêtres ingrates et des plaisirs louches
Brille la vile étrangère

Et ses quartiers de ruelles et d’escaliers
Aux lampadaires tristes et nostalgiques
De femmes lavant la vaisselle devant leurs fenêtres
Rues nourries de cris étouffés
Claquements des pas aux coins des rues
Crissements des pneus aux virages
Ombres derrière les rideaux
Cyclopes hallucinés

D’église en église les cloches sonnent l’heure
Et par là s’étend la paix d’un couvent
Comme si l’antique cité se réveillait de ses ruines
De sa nuit de flammes tremblantes
Pleine d’errances et de quiétude

Mais la ville au loin brille
Dans une nuit d’insomnie
De lueurs fluorescentes
Dans une nuit aveugle sourde captive
Où sanglotent les bribes d’une complainte

J’étais seule contre la ville étrangère
Avec moi-même
Au-dessus du quai au-dessus du bordel et de la rue
Limpide et lumineux
Avec le silence impassible des étoiles

________________

Vincent van Gogh
Nuit étoilée sur le Rhône (1888)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire