Canto a García Lorca


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction:
Murilo Mendes »»
 
Tempo Espanhol (1959) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Canto a García Lorca
Chant pour Garcia Lorca


Não basta o sopro do vento
Nas oliveiras desertas,
O lamento de água oculta
Nos pátios da Andaluzia.

Trago-te o canto poroso,
O lamento consciente
Da palavra à outra palavra
Que fundaste com rigor.

O lamento substantivo
Sem ponto de exclamação:
Diverso do rito antigo,
Une a aridez ao fervor,

Recordando que soubeste
Defrontar a morte seca
Vinda no gume certeiro
Da espada silenciosa
Fazendo irromper o jacto

De vermelho: cor do mito
Criado com a força humana
Em que sonho e realidade
Ajustam seu contraponto.

Consolo-me da tua morte.
Que ela nos elucidou
Tua linguagem corporal
Onde el duende é alimentado
Pelo sal da inteligência,
Onde Espanha é calculada
Em número, peso e medida.

Le vent ne souffle pas assez
Dans le désert des oliviers,
L'eau se cache pour gémir
Dans les courtils d'Andalousie.

Je t'apporte un chant poreux,
La plainte consciente
De la parole à l'autre parole
Que tu fondes avec rigueur.

La plainte substantielle
sans point d'exclamation :
Au contraire de l'ancien rite,
Elle unit l'aridité à la ferveur,

Se rappelant que tu avais su
Affronter la mort sèche,
Venue, précise, du tranchant
De l'épée silencieuse,
Faisant jaillir le jet

De vermillon : couleur du mythe
Créé avec la force humaine
En laquelle rêve et réalité
Ajustent leur contrepoint.

Je me console de ta mort.
Puisse-t-elle nous éclairer
Sur ton langage corporel
Où les elfes sont nourris
Par le sel de l'intelligence,
Où l'Espagne est calculée
En nombre, poids et mesure.
________________

Joaquin Sorolla y Bastida
Rue de Grenade (1910)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire