O açúcar


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Ferreira Gullar »»
 
Toda poesia (1980) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


O açúcar
Le sucre


O branco açúcar que adoçará meu café
nesta manhã de Ipanema
não foi produzido por mim
nem surgiu dentro do açucareiro por milagre.

Vejo-o puro
e afável ao paladar
como beijo de moça, água
na pele, flor
que se dissolve na boca. Mas este açúcar
não foi feito por mim.

Este açúcar veio
da mercearia da esquina
e tampouco o fez o Oliveira,
dono da mercearia.

Este açúcar veio
de uma usina de açúcar em Pernambuco
ou no Estado do Rio
e tampouco o fez o dono da usina.

Este açúcar era cana
e veio dos canaviais extensos
que não nascem por acaso
no regaço do vale.

Em lugares distantes, onde não há
hospital nem escola,
homens que não sabem ler e morrem
aos vinte e sete anos
plantaram e colheram a cana
que viraria açúcar.

Em usinas escuras,
homens de vida amarga e dura
produziram este açúcar branco e puro
com que adoço meu café esta manhã em Ipanema.

Le sucre blanc qui va radoucir mon café
en ce matin d'Ipanema
n'a pas été produit par moi
ni n'est apparu par miracle dans le sucrier.

Je vois qu'il est pur
et agréable au palais
comme le baiser d'une fille, de l'eau
sur la peau, une fleur
qui se dissout dans la bouche. Mais ce sucre
n'a pas été fait par moi.

Ce sucre est venu
de l'épicerie du coin
Mais Oliveira, le patron d'icelle
ne l'a pas fait non plus

Ce sucre est venu
d'une sucrerie à Pernambuco
ou de l'État de Rio
et la sucrerie non plus ne l'a pas fait.

Ce sucre est de canne
et il vient de ces vastes plantations
qui ne sont pas nés par hasard
dans le giron de la vallée.

Dans ces lieux éloignés, où il n'y a
ni hôpital ni école,
des hommes qui ne savent ni lire ni mourir
à vingt-sept ans
planteront et récolteront la canne
qui se transformera en sucre.

Dans l'obscurité des usines,
des hommes à la vie amère et dure
produiront ce sucre blanc et pur
qui viendra adoucir mon café en ce matin d'Ipanema.

________________

Meret Oppenheim
Le déjeuner en fourrure (1936)
...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire