5ª (O Sino)


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Fiama Hasse Pais Brandão »»
 
(Este) Rosto (1970) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


5ª (O Sino)
5ª (Le carillon)


Perde-se o verão, já crescem
Á beira de ervas muros
Ciprestes as faixas verdes
Secas os abetos.

Pelas paisagens entra-se na fala:
nomeio os pastos térreos
as campas vivas (o cemitério longe
é o real) tonalidades
da tarde os vários bandos
velos de lã (rebanhos
nesses campos são reais).

Antes do tempo perde-se esse tempo
- o pensamento vive
que o destrói – secam os fenos
o sino irrompe (tange o seu fim
o tempo a realidade).

Se perd l'été qui croît déjà
Au bord des murets d'herbes
Cyprès les rayures vertes
Sécheresses les pins

Par les paysages on accède au parler
je nomme les pâtures terrestres
les tombes vives (le cimetière au loin
est le réel) tonalités
du soir en bandes variées
toisons de laine (les troupeaux
dans ces champs sont réels)

Ce temps se perd avant l'heure
– vit la pensée
qui le détruit – sèchent les foins
le carillon fait irruption (sonne leur fin
le temps la réalité).

________________

Fausto Melotti
La vache lunatique (1961)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire