Ars Magna


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mário Cesariny »»
 
Manual de Prestidigitação (1956) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Ars Magna
Ars Magna


Devo ter corredores por onde ninguém passe devo ter
um mar próprio e olhos cintilantes
devo saber de cor o ceptro e a espada
devo estar sempre pronto para ser rei e lutar
devo ter descobertas privativas implicando viagens
ao grande imprevisto
de um pássaro as ossadas de uma ilha a floresta do
teu peito o animal que inanimado canta
devo ser Júlio César e Cleópatra a força do Dniepper e
o carmim dos olhos de El-Rei D. Dinis
devo separar bem a alegria das lágrimas
fazer desaparecer e fazer que apareça
dia sim dia não
dia sim dia não
devo ter no meu quarto espelhos mais perfeitos, técnicas
mais sérias prestígios maiores
devo saber que és forte amplo transparente e
colher-te murmúrio flébil aureolado
que eu arranco da luz que encharca o mundo
dia sim dia não dia sim dia não
devo portar-me bem à saída do teatro
devo dar e tirar as chaves do universo
num passo ágil belo natural
e indiferente ao triunfo aos castigos aos medos
fitar unicamente, sob as luzes da cúpula, o voo tutelar
da invisível armada

Je dois avoir des corridors où personne ne passe, avoir
une mer à moi et des yeux qui pétillent
Je dois connaître par cœur le sceptre et l'épée
Je dois être toujours prêt à être roi et à me battre
Je dois avoir des découvertes personnelles impliquant
des voyages vers le grand imprévu
d'un oiseau les os d'une île la forêt de ta poitrine
l'animal qui chante inanimé
Je dois être Jules César et Cléopâtre la force du Dniepr
et le carmin des yeux d'El-Rei D. Dinis
Je dois bien séparer la joie des larmes
la faire disparaître et faire qu'elle apparaisse
un jour oui un jour non
un jour oui un jour non
Je dois avoir dans ma chambre des miroirs plus parfaits
des techniques plus sérieuses de plus grand prestiges
Je dois savoir que tu es fort et suffisamment transparent pour
que je cueille pour toi une auréole de murmures plaintifs
et que je t'arrache de la lumière qui imprègne le monde
un jour oui un jour non un jour oui un jour non
Je dois bien me conduire à la sortie du théâtre
Je dois donner et prendre les clés de l'univers
d'un pas léger agile et naturel
et rester indifférent au triomphe aux châtiments aux peurs
regarder fixement, sous les lumières du dôme, le vol
tutélaire de l'invisible armada

________________

Victor Brauner
Cérémonie (1947)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire