O navio de espelhos


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Mário Cesariny »»
 
A Cidade Queimada (1966) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O navio de espelhos
Le vaisseau des miroirs


O navio de espelhos
não navega, cavalga

Seu mar é a floresta
que lhe serve de nível

Ao crepúsculo espelha
sol e lua nos flancos

(Por isso o tempo gosta
de deitar-se com ele)

Os armadores não amam
a sua rota clara

(Vista do movimento
dir-se-ia que pára)

Quando chega à cidade
nenhum cais o abriga

(O seu porão traz nada
nada leva à partida)

Vozes e ar pesado
é tudo o que transporta

(E no mastro espelhado
uma espécie de porta)

Seus dez mil capitães
têm o mesmo rosto

(A mesma cinta escura
o mesmo grau e posto)

Quando um se revolta
há dez mil insurrectos

(Como os olhos da mosca
reflectem os objectos)

E quando um deles ala
o corpo sobre os mastros
e escruta o mar do fundo

Toda a nave cavalga
(como no espaço os astros)

Do princípio do mundo
até ao fim do mundo

Le vaisseau des miroirs
ne navigue pas, il chevauche

Son océan est la forêt
qui lui sert de niveau

Sur ses flancs au crépuscule
soleil et lune se reflètent

(Aussi le temps aime-t-il
se coucher avec lui)

Les armateurs n'aiment pas
sa route claire

(À voir son mouvement
on dirait qu'il s'arrête)

Lorsqu'il arrive à la ville
aucune rade où s'abriter

(Ses cales n'apportent rien
rien ne le décide à partir)

Des voix et un air lourd
est tout ce qu'il transporte

(Sur le mât réfléchissant
il y a une sorte de porte

Ses dix mille capitaines
ont le même visage

(La même ceinture noire
le même grade le même rang)

Si quelqu'un se révolte
il y a dix mille insurgés

(Comme les yeux des mouches
reflètent les objets)

Et quand l'un d'eux hisse
son corps sur les mâts
et scrute le fond de la mer

Tout le vaisseau chevauche
(comme les astres dans l'espace)

Depuis l'origine du monde
jusqu'à la fin du monde

________________

Mário Cesariny
Notre façon d'être au monde (1967)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire