Poema de Natal


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Vinícius de Moraes »»
 
Poemas, Sonetos e Baladas (1946) »»
 
Italien »»
«« précédent /   Sommaire / suivant »»
________________


Poema de Natal
Poème de Noël


Para isso fomos feitos:
Para lembrar e ser lembrados
Para chorar e fazer chorar
Para enterrar os nossos mortos —
Por isso temos braços longos para os adeuses
Mãos para colher o que foi dado
Dedos para cavar a terra.

Assim será nossa vida:

Uma tarde sempre a esquecer
Uma estrela a se apagar na treva
Um caminho entre dois túmulos —
Por isso precisamos velar
Falar baixo, pisar leve, ver
A noite dormir em silêncio.

Não há muito o que dizer:

Uma canção sobre um berço
Um verso, talvez de amor
Uma prece por quem se vai —
Mas que essa hora não esqueça
E por ela os nossos corações
Se deixem, graves e simples.

Pois para isso fomos feitos:
Para a esperança no milagre
Para a participação da poesia
Para ver a face da morte —
De repente nunca mais esperaremos…
Hoje a noite é jovem; da morte, apenas
Nascemos, imensamente.

C'est ainsi que nous sommes faits :
Pour les souvenirs et d'être souvenir
Pour les pleurs et faire pleurer
Pour enterrer nos morts –
C'est ainsi. Nous avons des bras pour les adieux
Des mains pour cueillir ce qui fut donné
Des doigts pour creuser la terre.

Elle sera ainsi notre vie :

Un soir à toujours oublier
Une étoile qui s'efface dans les ténèbres
Un chemin entre deux tombeaux –
Aussi nous faut-il veiller à
Parler bas, marcher doucement, voir
La nuit dormir en silence.

Il n'y a pas grand chose à dire :

Une chanson près d'un berceau
Un vers, peut-être est-il d'amour
Une prière pour ceux qui s'en vont –
Mais que cette heure ne soit pas oubliée
Et pour elle, que nos cœurs
s'abandonnent, simples et graves.

Car c'est ainsi que nous sommes faits :
Pour l'espoir du miracle,
Pour faire-part de la poésie
Pour voir le visage de la mort -
Et soudain, plus jamais nous n'attendrons ...
La nuit est jeune aujourd'hui ; c'est à peine si
nous sommes nés de la mort, immensément.

________________

George Frederic Watts
L'espoir (1885)

...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire