O cadafalso


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Vinícius de Moraes »»
 
Forma e exegese (1935) »»
 
Italien »»
«« précédent /   Sommaire / suivant »»
________________


O cadafalso
La potence


Eu caí de joelhos diante do amor transtornado do
teu rosto
Estavas alta e imóvel — mas teus seios vieram sobre
mim e me feriram os olhos
E trouxeram sangue ao ar onde a tempestade agonizava.
Subitamente cresci e me multipliquei ao peso de tanta
carne
Cresci sentindo que a pureza escorria de mim como
a chuva dos galhos
E me deixava parado, vazio para a contemplação da
tua face.
Longe do mistério do teu amor, curvado, eu fiquei
ante tuas partes intocadas
Cheio de desejo e inquietação, com uma enorme
vontade de chorar no teu vestido.
Para desvendar as tuas formas nas minhas lágrimas
Agoniado abracei-te e ocultei o meu sopro quente
no teu ventre
E logo te senti como um cepo e em torno a mim eram
monges brancos em ofício de mortos
E também — quem chorou? — Vozes como lamentações
se repetindo.
No horror da treva cravou-se em meus olhos uma
estranha máscara de dois gumes
E sobre o meu peito e sobre os meus braços, tenazes
de fogo, e sob os meus pés piras ardendo.
Oh, tudo era martírio dentro daquelas vozes soluçando
Tudo era dor e escura angústia dentro da noite despertada!
“Me salvem — gritei — me salvem que não sou eu!” — e as
ladainhas repetiam — me salvem que não sou eu!
E veio então uma mulher como uma visão sangrenta
de revolta
Que com mão de gigante colheu o que de sexo havia
em mim e o espremeu amargamente
E que separou a minha cabeça violentamente do meu
corpo.
Nesse momento eu tive de partir e todos fugiam
aterrados
Porque misteriosamente meu corpo transportava
minha cabeça para o inferno...

Je suis tombé à genoux devant l'amour altéré de
ton visage
Tu étais fière et immobile - mais tes seins vers moi vinrent
et me blessèrent les yeux
Et ils ont apporté du sang dans l'air où la tempête agonisait.
Soudain j'ai grandi et me suis multiplié sous le poids
de tant de chairs
J'ai grandi sentant que la pureté s'écoulait de moi comme
la pluie des branches
Et elle m'a laissé là figé, vide dans la contemplation
de ton visage.
Loin du mystère de ton amour je me tenais, courbé, devant
tes parties intouchées
Plein de désir et d'inquiétude, avec cet énorme envie
de pleurer sur ta robe.
Pour percer à jour tes formes dans mes larmes
oppressé, je t'ai embrassé cachant mon souffle chaud
dans ton ventre
Et puis je t'ai senti comme une souche et autour de moi
il y avait des moines blancs à l'office des morts
Et encore – qui a pleuré ? – des voix comme des lamentations
qui se répétaient.
Dans l'horreur des ténèbres, s'est fixé sur mes yeux
un masque étrange à double lame
Et sur ma poitrine et sur mes bras, tenaillés par le feu,
et sous mes pieds, le bûcher ardent.
Oh, tout n'était que martyre à l'intérieur de ces voix sanglantes,
douleur et angoisse obscure dans la nuit éveillée !
"Sauvez-moi – criais-je – sauvez-moi, ce n'est pas moi !" – et
les litanies se répétèrent – sauvez-moi, ce n'est pas moi !
Puis une femme est venue comme une vision de révolte
sanglante
Qui d'une main de géante cueillit ce qu'il y avait de sexe
en moi et elle le pressa amèrement
Et cela sépara ma tête violemment de mon corps.

A ce moment, j'ai dû partir et tout le monde s'est enfui
terrifié
Car mystérieusement mon corps transportait ma tête
jusqu'en enfer..

________________

Artemisia Gentileschi
Judith et Holopherne (1620)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire