Ausência


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Vinícius de Moraes »»
 
Forma e exegese (1935) »»
 
Italien »»
«« précédent /   Sommaire / suivant »»
________________


Ausência
Absence


Eu deixarei que morra em mim o desejo de amar
teus olhos que são doces
Porque nada te poderei dar senão a mágoa de me
veres exausto.
No entanto a tua presença é qualquer coisa, como
a luz e a vida
E eu sinto que em meu gesto existe o teu gesto
E em minha voz, a tua voz.
Não te quero ter, pois em meu ser tudo estaria
terminado.
Quero só que surjas em mim como a fé nos
desesperados
Para que eu possa levar uma gota de orvalho nesta
terra amaldiçoada
Que ficou em minha carne como uma nódoa do passado
Eu deixarei...
Tu irás e encostarás tua face em outra face
Teus dedos enlaçarão outros dedos e tu desabrocharás
para a madrugada
Mas tu não saberás que quem te colheu fui eu
Porque eu fui o grande íntimo da noite
Porque eu encostei minha face na face da noite
e ouvi a tua fala amorosa
Porque os meus dedos enlaçaram os dedos da névoa
suspensos no espaço
E eu trouxe até mim a misteriosa essência do teu
abandono desordenado
E eu ficarei só como os veleiros nos portos silenciosos
Mas eu te possuirei mais que ninguém, porque
poderei partir
E todas as lamentações do mar, do vento, do céu,
das aves,
das estrelas, serão a tua voz presente, tua voz
ausente, a tua voz
serenizada.

Je laisserai mourir en moi le désir d'aimer tes
yeux qui sont doux
Car je ne pourrais te donner rien que la peine
de me voir exténué.
Cependant ta présence est une chose, comme la
lumière et la vie
Et je sens que dans mon geste il y a ton geste
Et dans ma voix, il y a ta voix.
Je ne veux pas te posséder, sinon tout en mon
être finirait.
Je veux que tu surgisses en moi comme la foi
dans le désespéré
Afin que je puisse emporter une goutte de rosée
de cette terre maudite
Restée dans ma chair comme une souillure du passé.
Je vais partir...
Et tu t'en iras, en appuyant ton visage contre un autre visage
Tes doigts s'enlaceront à d'autres doigts, tu t'épanouiras
à l'aube d'un autre matin
Mis sans savoir que c'était moi qui t'avais cueillie
Parce qu'alors j'étais le grand intime de la nuit
Parce qu'alors j'appuyais mon visage au visage de la nuit
et que j'entendais tes mots d'amour
Parce qu'alors mes doigts enlaçaient les doigts de la brume
suspendue dans l'espace
Et qu'elle arrivait jusqu'à moi, la mystérieuse essence
de ton abandon désordonné
Et je finirai comme ces voiliers dans les ports silencieux
Mais je te posséderai plus que personne, puisque
je pourrai partir
Et toutes les lamentations de la mer, du vent, du ciel,
des oiseaux,
des étoiles, seront ta voix présente, ta voix
absente, la voix
de ta sérénité.

________________

Vittorio Matteo Corcos
Songe (1896)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire