Enquanto falavas de um mar...


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
O medo (1987) - (O Esquecimento em Yucatán, 1982-83) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Enquanto falavas de um mar...
Alors que tu parlais d'une mer...


Enquanto falavas de um mar
derramei sobre o peito os escombros da casa
reconheci-te
nos alicerces devorados pelas raízes das palmeiras
na sombra da ave deslizando junto à parede
no foco de luz rompendo o tijolo onde estivera a chaminé
vivemos aqui
com o ruído dum cano ressumando água
até que o frio nos fez abandonar o lugar e o amor
 
não sei para onde foste morrer
eu continuo aqui... escrevo
alheio ao ódio e às variações do gosto e da simpatia
continuo a construir o relâmpago das palavras
que te farão regressar... ao anoitecer
há uma sensação de aves do outro lado das portas
os corpos caídos
a vida toda destinada à demolição
 
tento perder a memória
única tarefa que tem a ver com a eternidade
de resto... creio que nunca ali estivemos
e nada disto provavelmente se passou aqui 

alors que tu parlais d'une mer
j'ai renversé sur ma poitrine les décombres de la maison
je t'ai reconnu
sous les fondations dévorées par les racines des palmiers
à l'ombre de l'oiseau glissant contre le mur
dans le foyer de lumière perçant la brique où était la cheminée
nous avons vécu ici
avec le bruit d'une gouttière qui suintait
Jusqu'à ce que le froid nous fasse abandonner les lieux et l'amour

je ne sais pas où tu es parti mourir
je suis toujours là... j'écris
étranger à la haine et aux variations du goût et de la sympathie
je continue de construire l'éclair de paroles
qui te fera revenir... au crépuscule
il y a une sensation d'oiseaux de l'autre côté des portes
les corps tombés
la vie toute entière destinée à la démolition

j'essaie de perdre la mémoire
unique tâche ayant à voir avec l'éternité
pour le reste... je crois que nous n'avons jamais été là
et rien du tout probablement ne s'est produit ici

________________

Lucie Richard-Bertrand
Hara House (2020)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire