Parrrede!


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manoel de Barros »»
 
Memórias Inventadas - A Infância (2003) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Parrrede!
Au muR !


Quando eu estudava no colégio, interno,
Eu fazia pecado solitário.
Um padre me pegou fazendo.
— Corrumbá, no parrrede!
Meu castigo era ficar em pé defronte a uma parede
 e decorar 50 linhas de um livro.
O padre me deu pra decorar o Sermão da Sexagésima
 de Vieira.
— Decorrrar 50 linhas, o padre repetiu.
O que eu lera por antes naquele colégio eram romances
 de aventura, mal traduzidos e que me davam tédio.
Ao ler e decorar 50 linhas da Sexagésima fiquei
 embevecido.
E li o Sermão inteiro.
Meus Deus, agora eu precisava fazer mais pecado solitário!
 E fiz de montão.
— Corumbá, no parrrede! Era a glória.
Eu ia fascinado pra parede.
Desta vez o padre me deu o Sermão do Mandato. Decorei
 e li o livro alcandorado.
Aprendi a gostar do equilíbrio sonoro das frases. Gostar
 quase até do cheiro das letras.
Fiquei fraco de tanto cometer pecado solitário. Ficar
 no parrrede era uma glória.
Tomei um vidro de fortificante e fiquei bom.
A esse tempo também eu aprendi a escutar o silêncio
 das paredes.

Lorsque j'étais au collège, en pension,
Je pratiquais le péché solitaire.
Je fus surpris par un prêtre.
— CoRRumbá, au muR !
Comme punition, je devais me tenir debout contre un mur et
 apprendre par cœur 50 lignes d'un livre.
Le prêtre me donna à mémoriser le Sermon de la
 Sexagésime de Vieira.
— 50 lignes par cœuR, répétait le prêtre.
Auparavant, dans cette école, ce que j'avais lu était des
 romans d'aventures, mal traduits et qui m'ennuyaient.
Devoir apprendre par cœur les 50 lignes du Sexagésime,
 me ravit.
Et je lus le Sermon en entier.
Mon Dieu, il me faudra faire alors bien plus de péché solitaire!
 Et j'en fis beaucoup.
— CoRRumbá, au muR ! C'était la gloire.
J'y allais, fasciné par le mur.
Cette fois-là, le prêtre me donna le Sermon sur le Mandat. Je
 mémorisais et lus le livre debout devant la table.
J'appris à aimer l'équilibre sonore des phrases. À aimer
 quasi l'odeur des lettres.
Je m'affaiblissais de tant commettre le péché solitaire. Rester
 face au mur était une gloire.
Je pris une bouteille de fortifiant et je tins bon.
A cette époque aussi, j' appris à écouter le silence
 des murs.

________________

Francesc Domingo i Segura
Garçon lisant (1933)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire