O Fotógrafo


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manoel de Barros »»
 
Ensaios fotográficos (2000) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


O fotógrafo
Le photographe


Difícil fotografar o silêncio.
Entretanto tentei. Eu conto:
Madrugada a minha aldeia estava morta.
Não se ouvia um barulho, ninguém passava entre as casas.
Eu estava saindo de uma festa.
Eram quase quatro da manhã.
Ia o Silêncio pela rua carregando um bêbado.
Preparei minha máquina.
O silêncio era um carregador?
Estava carregando o bêbado.
Fotografei esse carregador.
Tive outras visões naquela madrugada.

Preparei minha máquina de novo.

Tinha um perfume de jasmim no beiral de um sobrado.
Fotografei o perfume.
Vi uma lesma pregada na existência mais do que na pedra.
Fotografei a existência dela.

Vi ainda um azul-perdão no olho de um mendigo.
Fotografei o perdão.
Olhei uma paisagem velha a desabar sobre uma casa.
Fotografei o sobre.
Foi difícil fotografar o sobre.
Por fim eu enxerguei a nuvem de calça.
Representou para mim que ela andava na aldeia de
braços com Maiakowski – seu criador.
Fotografei a Nuvem de calça e o poeta.
Ninguém outro poeta no mundo faria uma roupa
mais justa para cobrir a sua noiva.
A foto saiu legal.

Difficile de photographier le silence.
Je vais essayer cependant, et vous le dire :
Au petit matin mon village était mort.
Il n'y avait pas de bruit, personne ne passait entre les maisons.
Je rentrais d'une fête.
Il était presque quatre heures du matin.
là le Silence de la rue emportait un ivrogne.
J'ai préparé mon appareil.
Le silence était-il porteur ?
Il avait emporté l'ivrogne.
J'ai photographié ce transport.
J'ai eu d'autres visions ce matin-là.

J'ai de nouveau préparé mon appareil.

Il y avait une odeur de jasmin sous le toit d'un immeuble.
J'ai photographié l'odeur.
J'ai vu une limace plus clouée dans l'existence qu'une pierre.
J'ai photographié son existence.

J'ai vu aussi le bleu-prière dans l'œil d'un mendiant.
J'ai photographié la prière.
J'ai regardé un vieux paysage dégringoler sur une maison.
J'ai photographié la chute.
Ce fut difficile de photographier la chute
Pour finir j'ai visé le Nuage en pantalon.
Il représentait pour moi celui qui va dans ce village
de bras, avec Maïakovski - son créateur.
J'ai photographié le Nuage en pantalon et le poète.
Aucun autre poète au monde n'aura fait toilette
plus ajustée pour habiller sa fiancée.
Le tirage de la photo est réussi.

________________

Gilles Clément
Art involontaire (2005)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire