Mundo pequeno - VII


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Manoel de Barros »»
 
O Livro das Ignorãças (1993) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Mundo pequeno - VII
Petit monde - VII


Descobri aos 13 anos que o que me dava prazer nas
leituras não era a beleza das frases, mas a doença
delas.
Comuniquei ao Padre Ezequiel, um meu Preceptor,
esse gosto esquisito.
Eu pensava que fosse um sujeito escaleno.
— Gostar de fazer defeitos na frase é muito saudável,
o Padre me disse.
Ele fez um limpamento em meus receios.
O Padre falou ainda: Manoel, isso não é doença,
pode muito que você carregue para o resto da
vida um certo gosto por nadas…
E se riu.
Você não é de bugre? — ele continuou.
Que sim, eu respondi.
Veja que bugre só pega por desvios, não anda em
estradas —
Pois é nos desvios que encontra as melhores
surpresas e os ariticuns maduros.
Há que apenas saber errar bem o seu idioma.
Esse Padre Ezequiel foi o meu primeiro professor de
agramática.

J'ai découvert à 13 ans que ce qui me donnait du plaisir
dans mes lectures n'était pas la beauté des phrases, mais
leur maladresse.
J'ai confié au père Ézéquiel, mon précepteur,
ce goût bizarre.
Je pensais être affublé d'un travers.
– Aimer faire des erreurs dans une phrase est très sain,
m'a dit le Père.
Il a fait le ménage dans mes craintes.
Le Père m'a dit également : Manoel, ce n'est pas une maladie, il se peut très bien que tu portes pour le reste de ta vie un certain goût pour des riens ...
Et il a ri.
Ne serais-tu pas un bougre ? – A-t-il continué.
Oui, ai-je répondu.
Remarque la bougrerie ne s'acquiert que par les déviations, elle n'est pas sur les autoroutes –
Et puis c'est dans les écarts que l'on a les meilleures
surprises et les annones les plus matures.
Il suffit de connaître les bonnes erreurs de sa langue.
Ce Père Ézéquiel fut mon premier professeur d'a-
grammatique

________________

Cy Twombly
Camino Real - V (2010)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire