Ao luar


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Augusto dos Anjos »»
 
Eu e outras poesias (1920) »»
 
Italien »»
«« précédent /  Sommaire / suivant »»
________________


Ao luar
Au clair de lune


Quando, à noite, o Infinito se levanta
A luz do luar, pelos caminhos quedos
Minha tactil intensidade é tanta
Que eu sinto a alma do Cosmos nos meus dedos!

Quebro a custódia dos sentidos tredos
E a minha mão, dona, por fim, de quanta
Grandeza o Orbe estrangula em seus segredos,
Todas as coisas íntimas suplanta!

Penetro, agarro, ausculto, apreendo, invado,
Nos paroxismos da hiperestesia,
O Infinitésimo e o Indeterminado...

Transponho ousadamente o átomo rude
E, transmudado em rutilância fria,
Encho o Espaço com a minha plenitude!

Lorsqu'à la nuit tombée, se lève l'Infini
Silencieux par les chemins, au clair de lune,
Elle est si grande ma tactile intensité,
Que je sens l'âme du Cosmos entre mes doigts !

Je brise la prison des sens déloyaux
Et ma main, pour finir, maitresse, de combien
De Grandeur étrangle cet Orbe en ses secrets,
Et supplante toutes les choses de l'intime !

Je pénètre, saisis, capture, ausculte, envahis
Dans les paroxysmes de l'hyperesthésie,
L'Infinitésimal et l'Indéterminé...

Je franchis audacieusement l'atome rude
Et, transmuté, dans une froide rutilance,
Je remplis tout l'Espace avec ma plénitude !

________________

Dino Buzzati
Une fin du monde (1967)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire