Última Carta de Van Gogh a Théo


Nom :
 
Recueil :
 
Autre traduction :
Al Berto »»
 
O medo (1998) (Oeuvres poétiques 1974-1997) »»
 
Italien »»
«« précédent / Sommaire / suivant »»
________________


Última Carta de Van Gogh a Théo
Dernière lettre de Van Gogh à Théo


nunca me preocupei em reproduzir exactamente
aquilo que vejo e observo
a cor serve para me exprimir théo: amarelo
terra azul corvo lilás sol branco pomar vermelho
arles
sulfurosas cores cintilando sob o mistério
das estrelas na profunda noite afundadas onde
me alimento de café absinto tabaco visões e
um pedaço de pão théo
que o padeiro teve a bondade de fiar

o mistral sopra mesmo quando não sopra
os pomares estão em flor
o mistral torna-se róseo nas copas das ameixeiras
arde continuou a arder quando tentei matar aquele
que viu minha paleta tornar-se límpida
mas acabei por desferir um golpe contra mim mesmo
théo
cortei-me uma orelha e o mistral sopra agora
só de um lado do meu corpo os pomares estão em flor
e arles théo continua a arder sob a orelha cortada

por fim théo
em auvers voltei a cara para o sol
apontando o revólver ao peito senti o corpo
como um torrão de lama em fogo regressar ao início
num movimento de incendiado girassol.

jamais je ne me suis préoccupé de reproduire exactement
ce que je vois et que j'observe
la couleur dont je me sers pour exprimer théo : jaune
terre bleue corbeau lilas soleil blanc verger rouge
arles
sulfureuses couleurs scintillant sur le mystère
des étoiles englouties dans les profondeurs de la nuit où
je me nourris de café absinthe tabac visions et
d'un morceau de pain théo
que le boulanger avait la bonté de m'offrir

le mistral souffle même quand il ne souffle pas
les vergers sont en fleurs
le mistral devient rosé à la cime des pruniers
brûle a continué de brûler quand j'ai essayé de tuer celui
qui a vu ma palette devenir limpide
mais j'ai fini par assener un coup contre moi-même
théo
je me suis coupé l'oreille et le mistral ne souffle maintenant
que d'un côté de mon corps les vergers sont en fleurs
et arles théo continue de brûler à mon oreille coupée

pour finir théo
à auvers j'ai tourné la tête vers le soleil
pointant un pistolet vers ma poitrine et j'ai senti mon corps
comme un torrent de boue en feu retourner à l'origine
dans un mouvement de tournesol incendié

________________

Vincent van Gogh
La vigne rouge à Arles (1888)
...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire